Zibeline n°31 juillet 2010
Zibeline n°31 juillet 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de juillet 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... centralisme, socialisme et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44 THÉÂTRE NÎMES CRIÉE MARTIGUES AVIGNON SÉMAPHORE FOS Je pense aux accidents… On sait Bruno Geslin attiré par des auteurs singuliers dont il triture les œuvres qu’il met ensuite en scène -Pierre Molinier, Joë Bousquet, Tony Duvert plus récemment-, c’est notamment le cas avec Crash(s) ! Variations, spectacle très librement adapté du célèbre Crash de James Graham Ballard. Dans la grande salle des expositions du Stade des Corbières, des épaves de voitures accidentées font face à la scène ; drôle de drive-in défoncé qui déjà met dans l’ambiance les spectateurs qui s’engouffrent dans les habitacles sonorisés… Sur scène une voiture accidentée, deux danseurs et une comédienne, un guitariste qui balance de longs riffs, et puis le texte de Ballard, cru, nerveux, scandé par l’un des personnages, soutenu par la musique hypnotique et les images vidéos en surimpression, les corps qui se meuvent, nus ou à moitié, simulacres d’accident, de rapports sexuels, tout se confond. Bruno Geslin ne signe pas là une adaptation littérale du texte de Ballard ; c’est une performance scénique qui tient plus du vertige sensoriel, une avalanche de mots, de sons, d’images qui mélangent l’horreur et l’érotisme, comme dans un cauchemar dont on se réveillerait subitement, dans une voiture accidentée… DO.M. Crash(s) ! Variations a été joué du 31 mai au 4 juin à la salle des expositions du Stade des Corbières, Nîmes Cygne blanc sur lac noir Librement inspiré de la tétralogie policière Red riding quartet de David Peace consacrée à la ville de Leeds dans les années 80, et première partie d’un travail entamé depuis 3 ans avec le romancier anglais, Swan est une variation sur l’histoire du petit chaperon rouge au pays du punk et de la Dame de Fer. Entre Sex Pistols et Bacon, politique néo-libérale et éventreur du Yorkshire, corruption politique et industrielle, se joue devant nous un puzzle fragmenté mais D.M savamment orchestré. Nous assistons à la terrible descente aux enfers d’une enfant imaginaire victime de la brutalité du monde, dans laquelle Jean- François Matignon, metteur en scène doué pour le clair-obscur, brosse un acerbe portrait politique et musical des années Thatcher. Cinq personnages, diablement interprétés par Michèle Dorlhac, Tanguy Matignon, Roland Pichaud, Thomas Rousselot et Sophie Vaude, magistrale, traversent cette histoire de corruption politique et industrielle où l’homme est un loup pour l’homme. Dans une scénographie implacable et très cinématographique -l’utilisation de la vidéo est sculpturale-, l’intrigue se déroule en rouge et noir, laissant notre imaginaire de spectateurs dénouer les fils d’une condition humaine virant au cauchemar. Un spectacle de sensations, brutal mais sans misérabilisme, archi visuel et quasi olfactif (le fer brûle aux enfers) qui donne absolument envie de découvrir la seconde partie de ce portrait millefeuille, qui sera montée en 2011 par la compagnie Fraction. DE.M. Swan s’est joué au Théâtre des Halles, Avignon, du 3 au 5 juin Alain Monot D Brigitte Enguerand Questions d’échelle La Criée se délocalisait sur le beau plateau des Salins pour accueillir Les Fausses Confidences de Marivaux mises en scène par Didier Bezace. Le public du Centre Dramatique National, malgré le déplacement forcé, malgré la diffusion télé du spectacle qui aurait pu dissuader, et bien qu’il lui fût possible d’être remboursé, était là, prouvant une fois de plus son attachement à Son Théâtre, et à sa programmation. Quant au spectacle, il fait paradoxalement partie de ces pièces qui passent mieux à l’écran que sur scène. Pourtant la théâtralité en est magistralement mise en abîme : le cadre de scène, les jeux de rideaux, la trappe du souffleur sont utilisées par Dubois, valet manipulateur et démiurge, comme des accessoires de sa mise en scène. Pierre Arditti cabotine avec génie, et donne une lecture de Dubois tout à fait centrale, les autres personnages apparaissant comme des pantins entre ses mains. Enfant amer de Scapin et père bourru de Figaro il domine ses maîtres… qui paraissent bien pâles. Jouant avec plus ou moins de bonheur sur le registre de la farce les silhouettes secondaires dessinent un patchwork peu cohérent, avec parfois de beaux éclats. Quant aux deux amoureux ils disposent de peu de marge de manœuvre, la dramaturgie de Didier Bezace les soumettant à des élans dont ils ne sont pas maîtres. Reste qu’Anouk Grimberg fait de fort jolies choses, sourires subtils, hésitations, tremblements, ruptures vocales… admirables à l’écran, mais qui ne passent pas le 8 e rang, et échappent à une bonne moitié de la salle. Question d’échelle encore : l’escalier monumental, aristocratique, qui sort des coulisses pour l’épilogue, fait un peu mal au cœur en cette période de « réforme » des politiques publiques appliquées au spectacle. Les Théâtres Nationaux doivent-ils continuer à dépenser autant d’argent dans les décors ? Peut-être au fond ne faut-il pas, au moins là, y renoncer… AGNÈS FRESCHEL Les Fausses confidences ont été jouées à Martigues du 2 au 5 juin
Pluvieuse Russie Qu’est-ce qui pourrait les empêcher de jouer ces fous-là ? Apparemment pas le match de l’équipe de France, ni la pluie qui tombait inlassablement ce jour-là sur le Domaine de Lavalduc, bien avant leur entrée sur herbe et durant tout le premier acte, transformant le public endurant en forêt de parapluie et autres protections bienvenues. Ils sont comme ça au Théâtre de l’Unité, ils jouent. Tchekhov en l’occurrence, Oncle Vania plus particulièrement dont le décor se retrouve être naturel, bottes de foin rajoutées, et dans lequel les dix-sept comédiens jouent avec énergie, de et avec les libertés qui leur sont accordées, devant et derrière la scène improvisée, le désespoir de Vania et de sa nièce Sonia, s’appuyant sur les didascalies délivrées en voix off, sur le personnage rajouté et si juste d’Olga Knipper qui raconte entre les scènes les secrets d’écriture de son « cher Anton » … Toujours guidée par Hervée de Lafond (elle joue Vania !) et Jacques Livchine (qui a adapté le texte, en assume complètement les délirants à-côtés et le met en scène) qui font preuve une fois de plus d’une inventivité sans limites, la troupe offre une pièce qui se savoure parmi les odeurs et les bruits de la nature, jusqu’à crier au final, alors que la nuit est finalement installée, « je fais quoi là ? », en lieu et place du plus commun « qu’ai-je fait ? ». Réponse autour du bortsch fumant préparé par le moujik Livchine durant la pièce… DO.M. Oncle Vania à la campagne a clôturé la saison de Scènes et Cinés au Domaine de Lavalduc les 11 et 12 juin Théâtre Comoedia Saison 2010-2011 - Avant programme TH LIVRE 2 oct. SACCO ET VANZETTI/Dau et Catel la 23 oct. CONFIDENCES A ALLAH/Alice Bela'idi 18 nov. LE CABARET DES HÉRÉTIQUES I Théâtre du Maquis 26 et 27 nov. LE BANQUET/Cie Parnas 1e'déc. LE SONGE D'UNE NUIT D'ÉTÉ Théâtre de l'Egrégore 1 Théâtre National d'Alger 28 jan. LE VOYAGE DE VICTOR ! Guy Bedos et Macha Méril 5 féu. LES 39 MARCHES 1 Eric Métayer 12 fév. MÉTIERS DE NUIT I Cie Le Bruit des Hommes, création 8 mar. L'ASSEMBLÉE DES FEMMES/Cie Tuui Quanti 12 mar. LE VERF)GBAR AUX ENFER5I Cie Trafic d'Arts II Opérette de Germaine Tillion 11 et13mai DARWICH, DEUX TEXTES ! MohamedRouabhi 17 mai LE NEVEU DE RAMEAU f Nicolas Vaude 15 et 16 fev. FESTIVAL R LION EN SCENE MUSIQUE 3 oct. CHANTS SACR 5 EN M DITERRAN E f Ecu me 5 nov. DJAMILEH I Opera au village 10 nov. DES EQUI LIBRES/Schumann23 nov. DRUM CATS/Percussions coréennes 18 déc. PALATA SINGERS/Gospel 15 jan. MANOIR DE MES REVES 1 Angelo Debarre 18 féu CHANTS CORSES ! Kallisté 1" avr. QUATUOR LE SAGE/Schumann7 mai BARBER 5HOP 1 Humour vocal 1 et 2 juil, ESTIVAL BIG BANDS) Enfant de la balle Oncle Vania a la campagne X-D.R C’est l’histoire d’un type, et peut-être d’une famille… D’un nom synonyme de fête pour la plupart des gens, et de cauchemar pour ce type qui le porte et le trouve parfois un peu lourd. Prénom : Warren. Nom : Zavatta. Ça doit normalement suffire à déclencher en chacun de nous la ritournelle incontournable de la Piste aux étoiles : Warren est le petit-fils d’Achille, artiste reconnu, clown adulé, mais grand-père absent pour sa famille, et notamment pour Warren, enfant et jeune homme admiratif mais qui n’eut jamais rien en retour. Aigri Warren Zavatta ? Non, le spectacle agit comme un baume sur ses blessures, cette fêlure qu’il exorcise à chaque représentation. C’est un hommage qu’il rend à son grand-père, hommage particulier puisqu’il casse l’image bien huilée, légèrement magique, du monde du cirque, balance à tout va sur les coulisses peu reluisantes, raille l’atavisme… mais avec suffisamment de distance pour faire rire sans apitoyer, faire prendre conscience, avec de la tendresse malgré tout, tout en s’inclinant. « J’ai un immense respect pour toi pépé, mais j’aurais préféré avoir un grand-père » glisse à la fin du spectacle cet artiste accompli qui jongle, crache du feu, roule sur les ballons, fait claquer le fouet et joue du saxo… Il rêvait de jouer la comédie, c’est chose faite. DO.M. Warren Zavatta a joué Ce soir dans votre ville au Théâtre le Sémaphore à Port-de-Bouc dans le cadre des Nuits circulaires le 21 mai 19 et 20 jan. OUPS/OPUS I Cie La Vouivre 21 jan.et8avr LES VITRINES/Cie Artrnacadam 22 jan. FLEURS DE CIMETIÈRE ET AUTRES SORNETTES J Cie Hervé Gil 6 et 7 avril AKY5/Xavier Kim 9 avril IDIOTAS/Cie Man-Drake-Toméo Verges 27 et 28 oct ALBUM PHOTOS 1 Cie Orange Sanguine 16 déc. DE QUEL BOIS JE ME CHAUFFE/Téatropera 6 jan. ALICE ET AUTRES MERVEILLES/Cie Fluid Corporation 12 jan. ALBATROS 1 Théâtre de la Mer 23 ec24fev, MATHIEU TROP COURT, FRANÇOIS TROP LONG 1 Cie la Naïve 19 au 22 avr. TOUT L'UNIVERS EN PLUS PETIT/Cie Attention Fragile 5 mai FRAGILE I Ce Clan des Songes ARTS DE LA RUE 4 spt. Sau14oct 3 et 4 juin RENDEZ-VOUS CHAUD DEHORS 1789 1 CIA - IRINA POPOVSKA I Avril 65 SMALL IS BEAUTIFUL/En partenariat avec Lieux Publics RENDEZ-VOUS CHAUD DEHORS Cours f0aréchal Foch e 02211- x'. 13400 Aubagne 13 eN ; j }net ; IVG 19 88 III ç qui nous proche 04 42 18 PAC Ré'ipAua m6n4 loin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 1Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 2-3Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 4-5Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 6-7Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 8-9Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 10-11Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 12-13Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 14-15Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 16-17Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 18-19Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 20-21Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 22-23Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 24-25Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 26-27Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 28-29Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 30-31Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 32-33Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 34-35Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 36-37Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 38-39Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 40-41Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 42-43Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 44-45Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 46-47Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 48-49Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 50-51Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 52-53Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 54-55Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 56-57Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 58-59Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 60-61Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 62-63Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 64-65Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 66-67Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 68-69Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 70-71Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 72-73Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 74-75Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 76-77Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 78-79Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 80