Zibeline n°31 juillet 2010
Zibeline n°31 juillet 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de juillet 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... centralisme, socialisme et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 MUSIQUE RÉCITALS Romances gourmandes Dans l’imposante Station Alexandre, ancienne huilerie de structure Eiffel remarquablement restaurée, Lucile Pessey, soprano et Amandine Habib, piano, nous invitaient à un joli menu : romances, airs d’opéras, anecdotes croustillantes et recettes du chef Rossini. Le maître italien, après ses succès (Barbier, Tancredi, Moïse), ne supporte pas l’échec de Guillaume Tell et l’ascension de Meyerbeer : il ne composera plus d’opéras, il n’a pas 40 ans ! Il donne alors des dîners somptueux où se presse le Tout-Paris ; il officie lui-même à la cuisine imposant, à ses hôtes de « tourner le dos » pour ne pas dévoiler ses secrets culinaires ! « Après la paresse, il n’existe pas de plus belle occupation que de manger » : le ton du récital était donné. La Grande Coquette dévoile la sûreté technique de la soprano, mélodie aux terribles intervalles et un piano sautillant, complice parfait. Le Lazzarone, évocation des oisifs bienheureux de Naples, une voix égale dans tous les registres. La pianiste énonce la recette du risotto au champagne puis enchaîne une Danza diabolique de belle virtuosité. Les airs de la Cenerentola et du Barbier font apprécier la maîtrise de Lucile Pessey dans un feu d’artifice de vocalises. Dans Une caresse à ma femme, la pianiste effleure le clavier avec tendresse, hommage à l’épouse supportant ce mari extravagant. Révérence de cet art de vivre dans la jolie romance finale : Trinquons à la vie ! Le chef du Barocco, restaurant mitoyen, Verdict de l’histoire L’oubli dans lequel a sombré pendant plus de deux siècles le « mulâtre » Joseph de Bologne, adoubé par son père mais appelé Chevalier de Saint-Georges surtout pour ses qualités d’escrimeur, fait froid dans le dos. L’œuvre musicale de cet homme étonnant, fruit de l’amour d’un riche planteur et d’une esclave, vaut en effet d’être entendue. Les talents de soliste, de chef d’orchestre et de compositeur du jeune guadeloupéen émigré à Paris ne faisaient pas l’ombre d’un doute malgré les préjugés raciaux de l’époque (on se rappelle notamment de la nouvelle impulsion par Louis XV, en 1762, au Code Noir). Aussi Jean-Paul Serra, directeur de l’ensemble Baroques-Graffiti et donc habitué à un autre répertoire, a tout de même tenu à proposer, avec le contre-ténor Alain Aubin, des partitions de la BNF, inédites pour la plupart,. Et à les mettre en parallèle avec des airs de Mozart, qu’on eut plaisir à réentendre. La musicalité fut évidemment au rendez-vous, servie par des lectures enflammées de textes resituant l’époque Choral ensoleillé La fin des années scolaires suit le rythme des spectacles de fin d’année. Les parents sont prêts à se pâmer devant les performances de leurs chérubins. Chuuuut ! La représentation commence ! Un petit discours de bienvenue, et les héros du jour entrent en scène… Cette année, dans le cadre du Festival choral académique, un artiste de la région, Daniel Beaume, a composé Il pleut du soleil. Les chorales de 21 collèges, préparées par leurs professeurs, ont interprété avec beaucoup d’enthousiasme des chansons qui évoquaient les ombres et les lumières qui hantent la vie des enfants du monde : douceur des marées qui entraînent au rythme des oiseaux, écume, « parfum d’enfance », mais aussi horreur des enfants soldats, des enfants esclaves. o o décor théâtral aux saveurs italiennes, prolongeait la soirée en proposant le fameux Tournedos Rossini : tournedos, foie gras, sauce aux truffes ! Un opéra bouffe à consommer sans modération ! YVES BERGÉ mais également le mal-être de cet homme, au tempérament amoureux mais voué au célibat, au génie avéré (qu’il dut, comme tous les « noirs parisiens » de l’époque, prouver en s’attaquant avec excellence à tous les domaines), mais jamais accepté entièrement par la L’exécution est propre, pas de « queue » dans les passages syncopés, la musique n’évite pas les difficultés, les textes sont intelligents et sensibles. Aucune puérilité dans le propos, qui ne cherche pas à édulcorer la réalité. On dépasse largement le cadre scolaire ! D’ailleurs, un disque réalisé lors des quatre concerts (120 à 150 choristes différents par concert) sortira fin septembre… Histoire d’avoir plus qu’un souvenir ému ! M.C. Ce concert a eu lieu du 18 au 25 mai à Rousset, La Penne-sur- Huveaune et Miramas dans le cadre du Festival choral académique Alain Aubin maxminniti Nous les avions déjà applaudis lors du festival Durance Luberon au château de la Verrerie, (voir Zib’22). Ils reviennent avec la même verve, le même entrain, le même humour. Le costume a changé, les morceaux sont plus ramassés, mais l’approche désopilante reste intacte. Elle Yves Bergé Rossini à l’usage des gourmands a été proposé à la Station Alexandre le 5 juin Cour : sa direction du Concert des amateurs lui valut en 1775 par l’Almanach Musical la qualification de « meilleur orchestre symphonique de Paris, voire d’Europe » ; ce qui n’empêcha pas Louis XVI, quoiqu’à contrecœur, de lui refuser la direction de l’Académie Royale de Musique suite aux plaintes de trois de ses membres. Ce qui frappe, avant tout, dans ces airs inconnus, c’est leur lyrisme, appuyé par un recours à des thèmes et motifs désarmants de simplicité, la souffrance non dissimulée de la berceuse Dors mon enfant, (« ta mère a bien assez de sa douleur » !), visiblement pétrie de souffrances et de déceptions très personnelles, qui n’est pas sans évoquer les thématiques romantiques qui lui succèderont. Un compositeur à redécouvrir d’urgence ! SUSAN BEL Ce récital a eu lieu le 4 juin à la villa Magalone, Cité de la Musique de Marseille Cocktail détonant ! Opera Molotov AlietteCosset o vient du lyrique, il vient du jazz… Rencontre improbable de deux univers, et un talent fou ! Cathy Heiting, soprano, (la grandissime Katia Kalchnikova), Jonathan Soucasse, pianiste, aux coiffures si expressives (la caricature du musicien romantique est inénarrable !) s’en donnent à cœur joie, inventent d’extraordinaires biographies d’artistes qui satisferont les esprits de clocher les plus pointilleux… C’est dionysiaque à souhait, mais ne vous y trompez pas, la rigueur musicale est là ! M.C. À venir : Opéra Molotov est en tournée le 18 juin à Trets, le 31 juillet à Puyloubier, le 23 sept à Saint-Lo, et le 25 à Cornillon Confoux http://duoheitingsoucasse.com
ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE MARSEILLE.. er. ; SAISUN 2010 2011 OPE. MARSEILLE 22 OCTOBRE 20H EVELINO PIDO BERTRAND CHAMAYOU 06 NQVEMBRE 20H LOUIS LA111GRÉE CYPRIEN KATSARIS 02 DÉCEMBRE 20H GUY CONDETTE NEMANJA RADULOVIC 07 JANVIER 20H PAUL MEYER EDOUARD EXERJEAN 1 JANVIER 20H JUAN DIEGO FLOREZ VINCENZOSCALERA 12 FÉVRIER 20H FABRIZIO MARIA CARMINATI MIKHAÎL RUDY 25 MARS 20H LUCIANO ACOCELLA 29 AVRIL 20H30 LUCIANO ACOCELLA BRAHMS - REQUIEM ALLEMAND 14 MAI 20H MARK SHANAHAN EMMANUEL ROSSFELDER 20 MAI 20H30 THEODOR GUSCHLBAUER HAYDN - NELSONMESSE 04 91 55 11 10 du ` "1211 apera.marseille.fr rw,rsEz 2 010-2011 GRAND THEATRE DE PROVENCE W WW. LEG RAN DTH EATRE. N ET 04 42 91 69 69 - AIX-EN-PROVENCE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 1Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 2-3Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 4-5Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 6-7Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 8-9Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 10-11Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 12-13Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 14-15Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 16-17Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 18-19Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 20-21Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 22-23Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 24-25Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 26-27Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 28-29Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 30-31Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 32-33Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 34-35Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 36-37Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 38-39Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 40-41Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 42-43Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 44-45Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 46-47Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 48-49Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 50-51Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 52-53Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 54-55Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 56-57Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 58-59Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 60-61Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 62-63Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 64-65Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 66-67Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 68-69Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 70-71Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 72-73Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 74-75Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 76-77Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 78-79Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 80