Zibeline n°30 juin 2010
Zibeline n°30 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Les * SaLInS Scène Nationale de Martigues SAISON 10/11 Abonnez-vous Les abonnements sont ouverts à partir du 31 mai 1 Exceptionnellement, vous pouvez vous abonner par courrier uniquement à partir du 31 mai, puis au guichet â partir du 11 juin. Après une pause estivale du 2 juillet au 6 septembre, les abonnements reprendront le 7 septembre, par courrier et au guichet. Présentation de saison Vendredi 11 juin 119h00 Rendez-vous dans le hall du théâtre, Annette Breuil et son équipe auront Le plaisir de vous dévoiler la nouvelle saison ! Les Salins, scène nationale de Martigues, pôle régional de développement culturel 19 Gluai Peut Doumer I BP 60075 1 13692 Martigues cedex 04 42 49 02 01 I www.theatre-des-salins.fr l J QU4AU12 JUIN 2010 LES TRAVERSÉES ICI-MÊME [Gr.] &SAFI La ville comme lieu et objet de création et d'expérimentation. Le Merlan sallicit â nouveau les deux collectifs d'artistes ICI-MÊME [Gr.] et SAFI autour de cettdémarche. pour traverser autrement les quartiers Nord de Marseille. Une belLoccasion de sortir des sentiers battus... TH4LONET F, OUCHABL. ARR -ï : Dimanche 2010 [PRESQUE) 24 HEURES AVEC ICI-MÊME [Gr.] LA VILLE UNE NUIT ENTIÈRE VENDREDI 4 et VENDREDI 11 JUIN 2010 Rendez-vous â 19h jusqu'au Lendemain 17h marche nocturne bivouac brunch infusion sonore cinéma radioguidé... SAFI PAR ICI... LES ÉCHAPPÈES LES DESSOUS D'UN CHANTIER balade au coeur d'un projet de rénovation urbaine SAMEDI 5 & DIMANCHE 6 JUIN 2010 à 10h et MERCREDI 9 JUIN à 19h LE JARDIN D'ADAM SAMEDI 12 JUIN à partir de 18h30 apéro sauvage visite guidée soirée festive en fanfare... LE MERLAN SCÈNE NATIONALE Â MARSEILLE INFORMATIONS I RÉSERVATIONS 04 91 11 19 20 VWf1W.MERLAN.ORG 18H30 Dimanche 18H30 ara LAYAY.40,40 04 42 96 96 96 gerr www.autourdesclaviers.com Ville du Tholonet www.m arsei I le.sôrtir. eu Les concert commencent â 18h30 précises
LA DÉFENSE DE LA CULTURE POLITIQUE CULTURELLE 07 Rester debout Défendre l’Art et la culture. C’est le mot d’ordre d’une profession rassemblée le 6 mai, salariés et employeurs ensemble… Chacun a pris la mesure, au cours des dernières années, des difficultés croissantes : la réforme du régime des intermittents a paupérisé artistes et techniciens, et la baisse des subventions, en particulier de l’État, a d’ores et déjà ralenti l’activité de la plupart des lieux de spectacles, et fait disparaître les compagnies les plus fragiles -qui ne sont pas forcément les moins intéressantes, mais les plus jeunes, les plus pointues, les moins dociles, ou les moins repérables dans un monde culturel replié de désarroi. Mais aujourd’hui la menace va plus loin, et prend des allures de mise à sac : la deuxième révision générale des politiques publiques (RGPP2) et la réforme des collectivités territoriales font craindre, une à une et dans leur combinaison, un coup d’arrêt définitif de la création. « Pour ne pas ajouter le chaos à la crise », l’ensemble des syndicats* se mobilise et demande au gouvernement des réponses et des garanties. Drôles de Révisions ! La RGGP1 est en route depuis 2006 dans tous les domaines qui relèvent de la dépense publique d’État (éducation, santé et administration publiques, police et défense…). Si les coupes sombres ont généralement des effets désastreux, elles restent sans commune mesure avec celles à l’œuvre au Ministère de la Culture (et de la Communication, mais il y a un certain danger à associer ces deux termes) : la Région PACA rappelle par exemple que la dépense de l’État envers les compagnies conventionnées est passée en 4 ans de 2.5 millions à 1.6 million d’euros, soit une diminution de 36%. Aucun autre secteur n’est attaqué ainsi. D’autant que la destruction n’en est qu’à sa première étape : François Fillon a clairement demandé au Ministère de la Culture (et de la Communication) de poursuivre et amplifier la réduction des dépenses pour répondre à la RGPP2, notamment par « la reconfiguration du secteur muséal » et « la réforme des modalités d’intervention de l’État dans le secteur du spectacle vivant ». Il est ainsi question de supprimer des orchestres, de recentraliser les directions régionales du ministère, de geler, voire de diminuer de 5% les subventions des théâtres et scènes nationales, de déconventionner un certain nombre d’établissements et de festivals, de « rationaliser » le réseau des établissements d’enseignement artistique, et de geler tout label ou conventionnement nouveau… Ce retrait de l’État aboutit d’ores et déjà à un appauvrissement évident des formes proposées aux publics, qui souvent éclatent de misère. Mais il a aussi des conséquences indirectes très graves, puisqu’il donne presque tout pouvoir aux réels subventionneurs : les collectivités locales. Celles-ci, qui sont plus directement sujettes aux pressions de proximité, mettent aujourd’hui franchement le nez dans les programmations des lieux culturels. Imposant dans « leur » salle et « leurs » musées des manifestations de leur choix, et/ou obligeant les artistes à légitimer leur travail en l’accompagnant d’actions sociales (ce qui peut être très bien, mais n’est pas a priori leur boulot). Nombre de directeurs de lieux déplorent les pressions qu’ils subissent de la part des Élus, sensibles au moindre mécontentement de spectateurs/consommateurs qui n’ont pas forcément raison de récriminer (la création ne saurait obéir à la garantie commerciale du « satisfait ou remboursé » …). La situation est donc extrêmement préoccupante. Mais le pire semble à venir. Domaine réservé La réforme des collectivités territoriales, Départements et Régions, leur retire la compétence générale et les recentre sur leurs missions particulières. La culture n’en fait pas partie. Les collectivités, maintenant qu’elles ne perçoivent plus la taxe professionnelle, vont dépendre presque exclusivement de versements compensatoires de l’État : les régions et les départements, s’ils demeurent, se verront retirer toute autonomie, et seront contraints de restreindre leurs interventions à leurs missions obligatoires (les établissements scolaires, les routes, le RMA, l’Allocation aux Personnes Agées…). Ce qui leur interdit de fait de mener une politique, culturelle ou non d’ailleurs. Le 6 mai, à l’occasion de la conférence de presse du Festival de Marseille, l’intersyndicale du spectacle a demandé des éclaircissements, rappelant que Nicolas Sarkozy a promis de conserver la compétence culturelle aux collectivités territoriales, alors que le texte voté au parlement ne garantit en rien ce maintien. Patrick Mennucci précisa clairement le danger : « Sur 400 millions alloués dans la région PACA à la Culture, 250 millions sont dépensés par les collectivités territoriales. Retirer aux Départements et aux Régions la possibilité d’intervenir dans ce domaine aboutirait à la mort du secteur. » Renaud Muselier réagit lui aussi clairement, donnant rendez-vous à l’intersyndicale : « Il faut vraiment apaiser les inquiétudes inutiles, et je m’engage à relayer votre parole auprès du Parlement pour que soient levés les malentendus, et les rumeurs qui circulent au sujet de cette réforme, que j’ai votée. » Une passe d’armes rassurante ? Tant que la Culture demeurera un enjeu politique (et non de simple Communication), les professionnels pourront faire entendre leur voix sans trop la dévoyer ! AGNÈS FRESCHEL * CGT spectacle, CGT Culture, CGC, FO de l’audiovisuel, Syndeac, Synavi, Fedurok Syndicats de l’édition, du cinéma, des scènes publiques, du théâtre itinérant, des professionnels de l’Art contemporain, des Arts de la rue, des musiciens d’orchestre, des musiques actuelles…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 1Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 2-3Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 4-5Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 6-7Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 8-9Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 10-11Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 12-13Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 14-15Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 16-17Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 18-19Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 20-21Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 22-23Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 24-25Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 26-27Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 28-29Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 30-31Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 32-33Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 34-35Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 36-37Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 38-39Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 40-41Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 42-43Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 44-45Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 46-47Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 48-49Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 50-51Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 52-53Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 54-55Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 56-57Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 58-59Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 60-61Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 62-63Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 64-65Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 66-67Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 68-69Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 70-71Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 72-73Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 74-75Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 76-77Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 78-79Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 80