Zibeline n°30 juin 2010
Zibeline n°30 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
56 LIVRES Un projet qui déchire La vocation principale de Libraires à Marseille est de proposer des manifestations autour du livre, des rencontres avec les auteurs. À destination d’un public adulte mais également des plus jeunes. Elle organise ainsi chaque année le Prix du livre jeunesse Marseille. En partenariat avec l’ACELEM (Association culturelle d’espaces lecture et écriture en Méditerranée), elle est aujourd’hui à l’origine d’un tout nouveau projet, Au tour de l’album, qu’elle entend bien pérenniser. Libraires à Marseille a choisi Sara, auteure et illustratrice réputée (pas moins de 18 publications en une quinzaine d’années), organisé sa résidence à Marseille et coordonné les actions. L’ACELEM a mis à disposition les locaux et le personnel de son espace lecture. C’est pendant les vacances de printemps que s’est déroulé le premier temps de ce projet, qui vise à favoriser l’accès au livre d’enfants de quartiers défavorisés et à stimuler leur imaginaire. Une vingtaine de lecteurs de 8 à 12 ans ont participé aux ateliers de création animés par Sara et se sont initiés à sa technique de prédilection, le papier déchiré. Durant cette première étape, les jeunes stagiaires ont créé des histoires selon cette technique, avec des contraintes de couleurs (3 maximum) et de personnage (un poisson rouge). Leurs travaux, scannés, seront réunis en un recueil et présentés lors de la 2 e session, pendant les vacances scolaires d’octobre. Au programme : une sortie sur le Vieux-Port (que la plupart des enfants du quartier de la Solidarité ne connaissent pas bien) suivie d’une création graphique et une grande fête pour l’inauguration du nouvel espace lecture de l’ACELEM (Edouard Vaillant, dans le 3 e ardt), avec exposition des œuvres réalisées par les enfants. Un projet, qui, outre qu’il favorise la rencontre du jeune public avec un auteur et son œuvre, l’amène à pousser les portes de lieux dédiés à la lecture… et à y revenir ! FRED ROBERT Rencontre avec l’auteure et illustratrice Sara X-D.R Multiplication des histoires Le travail de Sara est passionnant. Dans ses nombreux albums elle déploie les histoires, presque sans mots, avec juste quelques papiers déchirés et un choix volontairement limité de couleurs. La beauté primitive des compositions parle à tous, petits et grands. De désir de liberté, d’amitié, de solidarité, de deuil et de solitude aussi. Sara met en scène les émotions qui la traversent avec une grande économie de moyens et une force de suggestion peu commune, renforcée par des cadrages très cinématographiques. Chaque lecteur, quel que soit son âge, peut plonger dans les pages pour y inventer SON histoire, se rencontrer soi-même. Parfois aussi l’album, sans texte, s’accompagne d’un DVD et d’une lettre en post-scriptum. C’est le cas pour À quai réalisé dans une gamme colorée très série noire. Ainsi, le livre propose trois entrées dans cette histoire d’amitié entre un chien jaune et un capitaine de navire. Trois points de vue. Car y a-t-il jamais une seule version de l’histoire ? F.R. À lire de Sara : Eléphants, Éd. Thierry Magnier, 17 euros ; Nu et À quai, Seuil jeunesse, 15 et 24 euros, ainsi qu’une superbe sélection de quelques Métamorphoses d’Ovide aux Éd. Circonflexe. Mémoire des origines Les trous de mémoire ne sont pas pleins de vide ! Ils peuvent être emplis de souvenirs cachés, en attente, prêts à surgir à la première occasion. C’est le cas de celui dont parle Annie Agopian dans un album très sensible qui lui a été commandé pour marquer le 95 e anniversaire du génocide arménien du 24 avril 1915. À l’occasion de la banale demande de renouvellement des papiers d’identité de sa mère à une fonctionnaire municipale, le jeune narrateur découvre le nom de son grand-père paternel et son lieu de naissance : Kharpout, Asie Mineure. Sa mère lui explique alors des mots étranges comme « naturalisé » ou « apatride », puis lui raconte le mariage de son grand-père arménien avec sa grandmère, née dans un petit village bien français. La mère retrouve des livres, écrits dans une langue inconnue avec de vieilles photos, des articles de journaux jaunis… L’auteure suggère, fait ressentir, ne rentre pas dans des explications trop précises, mais la date du génocide et le nombre de morts sont marqués sur deux pages noires. Son livre raconte entre les lignes, s’appuie sur les dessins d’Alfred, précis, cernés de noir, parcourus de grands à-plats souvent orangés, puis d’une pluie d’étoiles à la fin pour montrer que la vie est là, avec ses plaisirs simples, son goût de miel et son parfum d’épices. CHRIS BOURGUE Le trou Annie Agopian et Alfred Éd. du Rouergue, 16 euros
LIVRES 57 Noms de non ! Actes Sud junior propose aux adolescents une collection revigorante, qui a tout pour séduire à commencer par son titre : Ceux qui ont dit non. Sous cette bannière sont réunies des biographies romanesques de personnages historiques exemplaires par leur engagement combatif. Ces figures charismatiques, célèbres ou oubliées, permettent d’aborder dans leur actualité des sujets polémiques laissés de côté par les manuels d’histoire, de la violence carcérale à la torture en Algérie. Ainsi de Louise Michel, petite institutrice de province devenue activiste anarchiste, égérie de la Commune de 1871 et mythe énigmatique d’une sorte de vierge laïque ayant épousé la cause ouvrière. Ainsi de Simone Veil, rescapée d’Auschwitz, devenue ministre de la santé, identifiée à la loi de 1975 qui porte son nom, et légalise en France l’avortement contre l’hostilité des conservateurs La collection Benjamin des éditions Actes Sud ravit par la diversité et la qualité des ouvrages proposés. Format agréable, papier épais, capable de subir les assauts gourmands des lecteurs en herbe, caractères larges, mais pas trop quand même, on n’est plus des bébés !, mise en page aérée, illustrations délicieuses, cultivant la simplicité et la clarté… Les thèmes abordés ne se contentent pas de reprendre les grands topiques de la littérature enfantine. Certes, il y des contes, reprises traditionnelles, comme Le bateau qui marchait sur la terre et sur l’eau de Alain Le Goff, qui s’apparente au Baron de Munchausen (le héros pauvre, obtiendrat-il la main de la belle princesse ? une série de personnages hauts en couleur vient à la rescousse…) ; mais la vie quotidienne des enfants est aussi mise en scène : véritable guide pour les parents, Mathilde et les petits papiers apprend, sous la plume toute de nuances de Béatrice Fontanel, à accepter la réalité particulière de son enfant, à trouver une entente, à concilier une passion avec la vie commune, à transformer l’objet de litige en complicité. Et que dire du morceau de choix de ce conte à rebrousse conventions La princesse qui et des religieux. Tout oppose ces deux femmes : la première est une femme du peuple qui a passé le plus clair de sa vie devant des juges et en prison pour avoir fomenté le désordre public ; la seconde est de l’autre côté, issue de la bourgeoisie et de la haute magistrature, aujourd’hui académicienne. Mais l’une et l’autre partagent l’expérience de la déportation, et une détermination infaillible qui les fait agir, et qui donne aux questions de société qu’elles incarnent un visage à la fois touchant et impressionnant. La volonté pédagogique louable de l’entreprise conduit parfois à une simplification narrative qui échoue à donner une vraie consistance aux personnages, et à des dossiers historiques d’accompagnement sché-matiques. Des histoires pour bien grandir n’aimait pas les princes de Alice Brière-Haquet ? Rares sont les livres pour enfants qui abordent l’homosexualité… Sa prose brillante et légère mêle les échos des histoires de nos enfances à des reprises enflammées de Racine « Elle la vit, elle rougit, pâlit à sa vue » … il y a du Phèdre dans l’air, et une mise à mal des tabous avec une subtilité et une vivacité confondantes… Un régal et pas seulement pour les petits ! MARYVONNE COLOMBANI Le b a t eau gutrnirchodt sur [a L'TTO surr, tu 41,11, 40f3 La princesse n'aimait pas gut les princes A7. O... 1 Lrmn IARI ! ire7E44ve Mais cela n’enlève rien à l’originalité et à la générosité de cette entreprise salutaire, qui rappelle aux adolescents l’éternelle jeunesse, et la nécessité renouvelée, de l’esprit de révolte. AUDE FANLO Louise Michel « Non à l’exploitation » Gérard Dhôtel Simone Veil « Non aux avortements clandestins » Maria Poblete Actes Sud junior, 7,80 euros La princesse qui n’aimait pas les princes Alice Brière-Haquet, Lionel Larchevêque Mathilde et les petits papiers Béatrice Fontanel, Marc Boutavant Le bateau qui marchait sur la terre et sur l’eau Alain Le Goff, Rémi Saillard Actes Sud junior collection Benjamin, 7,50 euros Mathilde et [e, petüs papies 0.. : La photo sans cliché Dernier né de la collection À petits pas, La Photo propose aux enfants de mieux découvrir cette image qu’ils croient connaître. De la camera obscura au laboratoire numérique, Laura Berg explique les étapes qui ont conduit à la photo d’aujourd’hui. Les enfants y verront le daguerréotype, la chronophotographie, l’autochrome ; ils réfléchiront à la photo en tant qu’art, à son utilisation dans les domaines scientifiques ; ils comprendront la différence entre l’argentique et le numérique, les processus en œuvre dans la prise de photos ou le développement, les métiers qui s’y rattachent, les droits et devoirs des photographes professionnels. Quelques jeux et activités permettent de tester les connaissances ou de les mettre en pratique et d’aborder les notions de cadrage, de composition de l’image. Dommage que les seules images soient les dessins de Vincent Bergier ! Quelques photographies auraient permis de former le regard… ANNIE GAVA La photo à petits pas Laura Berg et Vincent Bergier Actes Sud junior, 12,00 euros



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 1Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 2-3Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 4-5Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 6-7Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 8-9Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 10-11Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 12-13Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 14-15Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 16-17Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 18-19Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 20-21Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 22-23Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 24-25Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 26-27Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 28-29Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 30-31Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 32-33Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 34-35Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 36-37Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 38-39Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 40-41Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 42-43Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 44-45Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 46-47Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 48-49Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 50-51Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 52-53Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 54-55Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 56-57Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 58-59Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 60-61Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 62-63Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 64-65Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 66-67Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 68-69Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 70-71Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 72-73Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 74-75Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 76-77Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 78-79Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 80