Zibeline n°30 juin 2010
Zibeline n°30 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 MUSIQUE MUSIQUE DU MONDE Une recette fruitée À l’heure où les émissions de cuisine fleurissent sur les petits écrans, Peter Hens nous donne un cours de gastronomie musicale, à consommer sans modération aucune, à l’image de ce spectacle sans temps mort, rapide, enlevé, dans lequel l’artiste s’amuse visiblement, jongle avec les mots, pratique l’esprit d’escalier, concaténation, échos farfelus et autres mignardises… Les passages musicaux s’enchaînent avec la même verve, jonglant entre les styles et les époques, effectuant des rapprochements saugrenus : Michael Jackson, Schubert, Verdi, The Queen…. Chorégraphies hilarantes, acrobaties vocales (la voix change de registre avec une aisance déconcertante), tout est réuni pour faire rire, mais avec un souci permanent de qualité. Le piano, co mené avec humour par Yves Gourmeur, complice, permet de nombreuses fantaisies… les deux musiciens se relaient sur un même morceau en tournant sur le tabouret du piano, le tempo ne varie pas ! Mimiques, appels, mésententes feintes lorsque violoncelle et clavier doivent duettiser… Le public aussi participe. Peter Hens réussit même à faire chanter Le temps des cerises… et ça finit dans une débauche de lumières, feux d’artifices, parodie des scènes à grand spectacle, Aïda en chœur… C’est bon comme un gâteau à la crème chant-chantilly ! MARYVONNE COLOMBANI La Framboise Frivole s’est jouée au Toursky les 29 et 30 avril Johan Jacobs Îles b Dans le cadre de Mai-Diterranée, un double concert était donné le 11 mai au Toursky. Sardaigne et Corse étaient à l’honneur, avec des voix de femmes : les chants donnés en concerts le sont traditionnellement par les hommes, et la polyphonie est une chasse gardée masculine… On retrouvait avec plaisir la voix de Jacky Micaelli, nuancée et vibrante, qui se dévoilait avec grâce lorsqu’un simple bourdon l’accompagnait. Dommage que l’équilibre des voix n’ait pas été assuré dans les passages polyphoniques où certaines voix oubliaient toutes les nuances et même la justesse, et où la terza recouvrait parfois tout le reste. Scénographie, enjouement, vivacité, caractérisaient en revanche le groupe des femmes sardes, Laras de Coraddu, Lèvres de Corail… Projetés en fond de scène, des images en noir et blanc de la vie quotidienne, processions, mariages, travaux des femmes. Sur scène, quatre chanteuses aux voix superbes, accordées entre elles par une joyeuse complicité. Berceuses, chansons d’amour, de travail, Teatro Actores Alidos X-D.R. de deuil, comptines réarrangées, et c’est toute le Sardaigne qui s’offre à nous, jusque dans les objets qui se transforment en instruments de musique… Les tambours, frottés ou frappés, donnent une tonalité particulière. Un homme les accompagne, Orlando Mascia, il ne chante pas, mais joue avec un bel entrain de l’orgue diatonique, de la guimbarde, mais surtout d’une étrange flûte, une clarinette polyphonique en roseau composée de trois tuyaux d’inégales longueurs, la launeddas, au son proche de celui de la cornemuse… On a même droit à une démonstration de danse au rythme endiablé. Quelle légèreté ! MARYVONNE COLOMBANI L’esprit de Cordoue Dans un monde où l’intolérance religieuse refait surface, il est bon se replonger dans la richesse de cette époque… l’Espagne médiévale métissée est apparue comme un modèle de convivencia, quand en Musulmans, Chrétiens et Juifs échangeaient leurs arts et respectaient leurs pratiques. Françoise Atlan, imprégnée de ses racines judéo-berbères, nous a plongés dans la beauté et les contours de ses Françoise Atlan X-D.R. mélodies aux riches couleurs d’Al Andalus : merveilleux voyage, conte des mille et une odeurs, mélismes, ornementations dans les modes les plus complexes et les plus raffinés. Programme articulé autour de chansons séfarades, arabo-andalouses. Une berceuse en mode persan hijaz, une de Salonique en hommage à l’errance des juifs, bijoux finement ornés ; Cette terre qui est la mienne est aussi la vôtre, chant de Grenade, où Françoise Atlan improvise ; un chant mystique en arabe dans la tradition de Fès (Allahou ya Alamou) ; une romance judéo-espagnole qui relate l’histoire de Moïse recevant la mission de délivrer les juifs du joug du Pharaon, un chant arabo-andalou El Boulboul : la chanteuse passe d’un registre à l’autre sans à coups, fins de phrases en écho, sans laisser retomber le souffle, en faisant vibrer simplement les cordes pour une ligne de chant parfaite. Un art vocal unique et rare aux odeurs de citronniers, d’orangers, des rangées d’oliviers, jardins fleuris de roses, de jasmins. Splendeurs de l’Alhambra ! YVES BERGÉ Ce concert a eu lieu le 16 avril au temple d’Aix-en-Provence
LES AULNES ST-MARTIN-DE-C RAY KS rebck, cr.411c5... Yodelice miCker Eiffel-Pig General Quand la dir Tremplin camping UESt Concerts CELIMENE DAUDET, piano EMMANUEL DESPAX, piano animations 11 1 U4 90 47 06 80 MiliLLEi 110 Iesr - ` r3ï'séLl Inesrauges.rE Cour de l'Hôtel de ville Ilk riagr-a+r+rrre : hopin garcorQl1e en fa dr6se moiety op. 60 Chopin 12 etudes ap.I0 CONSEIL GEwFRAL Jëude pr-, lu me w concertsdaix- cbm RESERVER 04 42 63117 8 saison 2009-2010 music SJü50R CONTE I PUUHAARA version musicale Musi'Tapio Tuomela Texte erblom 1 Tapio Tuomela Directi on Land Hayrabedian usicatreixe C eotla fort Olernênte, juspu cwrrioirldre bourgeon, gut nous raconte cette hrs taire... - ABD Gaston-Defferre g Ise Saint- earle a te Prop arr+rrie : 11.5chiitz, A. Buxtehude, N. Purcell, J.S. Bach 11 juin 19h entree libre sur réservation A BO11 04 91 08 61 00 18-20 rue Mirès 13003 Marseille



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 1Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 2-3Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 4-5Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 6-7Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 8-9Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 10-11Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 12-13Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 14-15Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 16-17Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 18-19Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 20-21Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 22-23Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 24-25Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 26-27Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 28-29Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 30-31Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 32-33Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 34-35Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 36-37Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 38-39Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 40-41Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 42-43Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 44-45Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 46-47Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 48-49Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 50-51Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 52-53Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 54-55Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 56-57Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 58-59Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 60-61Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 62-63Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 64-65Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 66-67Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 68-69Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 70-71Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 72-73Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 74-75Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 76-77Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 78-79Zibeline numéro 30 juin 2010 Page 80