Zibeline n°29 mai 2010
Zibeline n°29 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : événement... le Ballet National de Marseille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
58 SCIENCES PAROLE ET LANGAGE AU PROGRAMME « Il ne faut pas confondre recherche et innovation : la recherche en Sciences Humaines et Sociales (SHS) a autant d’implications sur le progrès des connaissances que les autres disciplines… Ce sont souvent des travaux de recherche qui paraissaient « farfelus » qui ont ouvert aux plus grandes évolutions du savoir humain… » CNRS Photothèque/Kaksonen Quel langage… Aix-en-Provence, avenue Pasteur. Un centre de recherche de renommée européenne questionne la complexité des ma parole ! rapports entre la parole et le langage. Zibeline a rencontré Philippe Blache, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur du Laboratoire Parole et Langage (L.P.L.) de l’Université de Provence et du CNRS Zibeline : Un laboratoire « Parole et Langage », pourquoi ? Philippe Blache : Notre objet est l’étude de la perception et de la compréhension de la parole sous tous ses aspects. Ceci implique évidemment des approches très diverses : acoustique, neurophysiologique, linguistique, cognitive, sociologique et psychologique. La pluridisciplinarité, aussi bien théorique qu’expérimentale, est la règle d’or du LPL, pluridisciplinarité nécessaire pour parvenir à expliquer ce qui fait « sens » dans les « sons » émis par la voix. La spécificité du LPL est de confronter directement au champ social du langage, les données théoriques acquises dans ces disciplines connexes. Nous sommes un laboratoire expérimental d’étude des processus humains d’élaboration cognitive à partir de la communication orale. Notre étude touche un très large domaine de compétences et de métiers, des médecins (phoniatres, neurologues, psychiatres, etc) des linguistes, des psychologues mais aussi des physiciens, des électroniciens et des informaticiens qui développent l’instrumentation spécifique et les logiciels d’interface et de modélisation. Cette pluridisciplinarité doit nécessiter un personnel considérable en nombre et compétence… Le LPL compte en effet 17 chercheurs du CNRS, 38 Enseignants-Chercheurs universitaires, 11 médecins, 14 personnels techniques et administratifs, 8 chercheurs associés (psychologues, orthophonistes, etc.). Nous accueillons 70 doctorants dans des domaines divers, majoritairement les différentes disciplines des Sciences Humaines et Sociales, mais aussi les Sciences de la Vie (SDV) ou l’informatique. Nous avons trois tutelles, les Universités de Provence [UI], de la Méditerranée [UII] et trois instituts du CNRS (Sciences Humaines, Informatique, Sciences du Vivant). Cette diversité dans le domaine de la linguistique nous a conduit à mettre en place une « plate-forme expérimentale mutualisée » qui offre aux chercheurs des outils technologiques d’investigations spécifiques uniques : articulographie (ndlr : imagerie par captation magnétique du mouvement des organes articulateurs, seulement deux appareils de ce type en France), électroencéphalographie, analyse des mouvements oculaires… La multiplicité des compétences et des techniques qui est notre spécificité nous confère une toute première place européenne dans le domaine de la linguistique expérimentale : nous couvrons tous les aspects des rapports parole-langage. Mais ces paroles légères, qui s’envolent facilement, sont-elles un objet de recherche aisé ? Le langage lié à la parole est le propre de l’homme. La communication orale est à la fois support et transmission de la connaissance humaine par mais aussi constructrice de cette connaissance par son évolution dans les pratiques sociales. La diversité, la quantité et la qualité de nos acquis théoriques et expérimentaux dans le cadre strict du laboratoire nous permettent désormais de développer CNRS Photothèque/Kaksonen
59 l’étude de la communication parlée dans « son cadre naturel ». Les progrès technologiques des capteurs et des simulateurs virtuels (télé-enregistrement, imagerie, vidéo…) nous permettent d’étudier les interactions directes entre deux « locuteurs naturels » hors de l’artefact inévitable du laboratoire. Nous étudions comment interagissent différentes composantes (prosodique, syntaxique, phonétique…) dans la genèse du sens dans un contexte particulier ; comment un discours en apparence syntaxiquement inhomogène devient compréhensible par le contexte immédiat. Alors, le langage humain est-il vraiment un jeu de mots ? Le langage est extrêmement variable. Hors de son contexte, la compréhension d’une conversation nécessite un maximum de données vocaliques. Le nombre des paramètres contrôlés est inversement proportionnel à l’apport contextuel. Le langage, par définition, est « multimodal », par exemple dans la coordination parole/geste. Etudier cette multimodalité nécessite de rassembler un maximum de données (films, enregistrements…). Leur analyse directe et/ou automatisée nous permet de modéliser les comportements langagiers liés aux interactions sociales réelles dans leur contexte. Par exemple, au Centre de Réalité Virtuelle de Marseille (CRVM) à Luminy, nous étudions les comportements de deux sujets placés en interaction virtuelle ; une espèce de jeu virtuel enregistré en temps réel pour tenter de joindre le geste à la parole. De lourds moyens pour quelques paroles en l’air ! Au-delà de l’intérêt théorique, nos travaux trouvent de nombreuses applications notamment dans le domaine du diagnostic des pathologies de la voix et de leurs remédiations. Ainsi le système EVA, Evaluation Vocale Assisté, qui peut aider au diagnostic des pathologies vocales, ou le logiciel PCA, Plateforme de Communication Alternative, d’aide à la communication qui est destiné aux personnes dont l’élocution est difficile, voire impossible, et dont la motricité est réduite. Nous travaillons aussi sur des projets en intelligence artificielle pour la communication hommemachine pour, par exemple, la commande à distance de robots. Ces travaux sont bien concrets puisqu’ils ont débouché sur la création de deux start-up et l’exploitation de nombreux systèmes instrumentaux et logiciels d’assistance aux pathologies diverses de la voix. Mais en fait toutes ces études visent plus généralement à cerner la complexité des interactions entre communications gestuelle et verbale dans des contextes particuliers. Désormais, seule une vision d’ensemble de ces processus dans leur diversité peut déboucher sur une théorie globale du langage. PROPOS RECUEILLIS PAR YVES BERCHADSKY Au programme Les vieux singes font la grimace Le Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille contribue à l’année de la biodiversité en nous proposant jusqu’au 2 mai son exposition Autour du singe. À partir des collections des muséums de Marseille, Grenoble et Aix-en-Provence cette exposition veut « poser la question de la survie d’un patrimoine vivant ». Elle tente d’interroger sur ce qui différencie véritablement l’Homo sapiens des autres espèces de primates de nos temps farouches où les grands singes sont menacés d’extinction. Elle tente aussi de proposer une vision phylogénétique des primates. Muséum d’Histoire naturelle Palais Longchamp Marseille 04 91 14 59 50 www.museum-marseille.org Les agriculteurs se font un sang d’encre Pour conclure le printemps des chercheurs 2010 à Marseille, Jean-Marc Navarro, Ingénieur d’Etude au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy donnera le 24 avril de 16h à 18h à la Bibliothèque du Merlan une conférence sur : Exposition aux pesticides et cancer des cellules du sang, une première preuve biologique chez les agriculteurs. Une pierre dans le jardin des pesticides : les agriculteurs exposés à certains pesticides présentent selon toute vraisemblance un risque plus élevé de développer un lymphome, cancer du système immunitaire. http://printempsdeschercheurs.fr/spip.php ? rubrique122 Le cerveau roule des mécaniques Dans le cadre des « horizons des savoirs » dans le cycle « les chemins de l’intelligence », Régine Jeanningros, directrice de recherche à l’Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée (INCM), responsable de l’équipe Imagerie cérébrale en psychiatrie du CNRS, donnera une conférence le 24 avril à 18h30 à l’Espace Ecureuil, à Marseille. Vers une cartographie des troubles du comportement ? Imagerie cérébrale des défaillances du contrôle de soi… « Les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale suscitent un vif espoir quant à la localisation des structures du cerveau qui sous-tendent nos capacités psychiques et intellectuelles. Parallèlement, une meilleure compréhension des troubles du comportement se précise ; les défaillances de notre contrôle inhibiteur seront prises comme exemple des récentes avancées obtenues par les chercheurs… » Nous conseillons à nos Zibelecteurs de se munir de leur meilleur esprit critique pour suivre cette approche, a priori bien mécaniste, des comportements humains… www.asts.asso.fr/contenu/fjoint/1000/920_Les_Horizons_du_Savoir.pdf CNRS Photothèque/Kaksonen



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 1Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 2-3Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 4-5Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 6-7Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 8-9Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 10-11Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 12-13Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 14-15Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 16-17Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 18-19Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 20-21Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 22-23Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 24-25Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 26-27Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 28-29Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 30-31Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 32-33Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 34-35Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 36-37Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 38-39Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 40-41Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 42-43Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 44-45Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 46-47Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 48-49Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 50-51Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 52-53Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 54-55Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 56-57Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 58-59Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 60-61Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 62-63Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 64-65Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 66-67Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 68-69Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 70-71Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 72-73Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 74-75Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 76-77Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 78-79Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 80