Zibeline n°29 mai 2010
Zibeline n°29 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : événement... le Ballet National de Marseille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
VII SPECTACLES Si seul… RENCONTRES DU 9 e ART FESTO PICHO Automne 2813. Le soleil se lève sur Talkovrad, la cité dans les nuages. Comme dans un film, le décor se met en place (images virtuelles en 3D), puis les personnages (créatures hybrides, monstres mi-hommes mi-animaux), enfin le langage (onomatopées et borborygmes sous-titrés). On dirait la bande-annonce d’une production hollywoodienne ! Au début, on se prend au jeu, saisi par le merveilleux, les métaphores poétiques, la profusion des accessoires, des masques et prothèses et cette sensation, vertigineuse, de se fondre dans de vastes espaces grâce aux nouvelles technologies. La plongée dans l’inconnu, dans cette Zone (on pense à Blade Runner pour la désolation angoissante) est une expérience unique mais bien vite répétitive, vaguement ennuyeuse. La chorégraphie de Marcia Barcellos est « écrasée » par le flot ininterrompu des images infographiques créées par KarlBiscuit, et les tentatives d’une réciprocité de la danse entre le cyclo et la scène tellement rares. C’est pourtant dans cette juxtaposition des corps dansés qu’il aurait été intéressant de poursuivre… Procédant par saynètes successives qui figurent le labyrinthe des chambres à traverser pour trouver le remède qui sauvera l’enfant, l’intensité dramatique s’étiole au fil de tableaux d’inégal intérêt et d’un scénario emberlificoté. C’est dommage, car Stand Alone Zone avait tout pour nous embarquer dans un monde à la lisière du réel et du fantastique : l’inventivité formelle et la performance des danseurs. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Mektoub et maillot de bain Stand Alone Zone a été présenté du 25 au 27 mars au Pavillon Noir à Aix dans le cadre des Rencontres du 9 e Art Stand alone a Zone, Systeme Castafiore X-D.R Sous surveillance Ce jour-là au Chêne Noir, des classes de CM2, de Bac Pro et de CAP se sont déplacées pour le spectacle Matin brun adapté par la Troupe de M. Matin brun X-D.R Stand Alone Zone nous raconte l’histoire d’un enfant, en automne 2813, atteint d’une étrange maladie dont le seul remède se trouve dans la neuvième chambre, après une longue quête. Parmi la vingtaine de tableaux, les plus réussis sont celui de l’ascenseur où nous avons l’impression de descendre avec les danseurs et celui de l’animal solitaire : alors qu’est projeté un animal qui bouge tout en observant une jeune fille, tout à coup, comme sortant de l’écran, il se retrouve sur scène. Autre tableau particulièrement apprécié, celui du Passage où la jeune fille semble s’avancer au ralenti, comme un cosmonaute marcherait sur la lune. Les quatre danseurs évoluent devant nous, mais aussi sur les images projetées. L’histoire se termine en hiver 2813 : l’enfant a récupéré une allure normale même s’il semble avoir un pouvoir magique. La compagnie Système Castafiore a réussi un très bon spectacle avec des décors qui changent à une rapidité impressionnante. Les chorégraphes ont su créer une bonne relation entre les danseurs et les décors en 3D, nouvelle expérience dans le monde de la danse, grâce à des images projetées sur un écran, proposant des univers différents, nature, extérieurs urbains et intérieur, chambres qui renvoient aussi bien à l’univers de la science-fiction qu’à celui du conte. ADAME MOUJIB, 3ÈME OPTION DP3 DU COLLÈGE THIERS Tchoum. Un mélange de genre qui prouve l’intérêt tout pédagogique de la nouvelle exemplaire du romancier Franck Pavloff (Éd. Cheyne, 1999) éducateur de rue, spécialiste reconnu de la psychologie et du droit des enfants. Il dénonce la mise en place insidieuse d’un état totalitaire et raciste, que personne ne conteste. « Sait-on où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre-nous ? ». Une leçon d’humanité et de résistance que Tiphaine Piffault et Laurent Prévot mettent en application avec habileté. Victimes collatérales de leur indifférence face à l’instauration de la violence, les deux personnages ne sont pas là pour faire rire mais pour alerter. Lampe poursuite dans la salle, musique inquiétante, propos pas si saugrenus, ils plongent les spectateurs dans une chasse à l’homme et dans un monde qui se voudrait uniforme pour leur rappeler les principes essentiels des droits de l’homme. Un théâtre de résistance. DE.M. Matin brun s’est joué au Chêne Noir du 30 mars au 2 avril dans le cadre du festival Festo Pitcho Le roi de la plage Patrice Claire Amazigh, jeune fils d’immigré, trouve un billet de 5 francs, le dépose aux objets trouvés et attend la date fatidique, 1 an et un jour plus tard, pour acheter le maillot de bain de ses rêves. « Une tenue à la mode, ça donne de l’importance ». Et ça permet d’être comme tout le monde pour devenir Le Roi de la plage aux yeux d’une Melissa inaccessible. Il se perd entre sa conscience, son secret, son espoir et chemine au gré de ses rencontres vers l’incontournable nécessité de grandir. Ce conte d’Éric Rolland Bellagamba, dans lequel « le temps n’existe pas quand les rêves ont la saveur de l’aventure », est incarné par Nader Soufi qui joue tous les rôles, du jeune garçon à son père, d’Ahmedle conteur de la cité au préposé aux objets trouvés. Il est accompagné par Eva Jacobi qui mixe en direct et offre une bande son qui résonne intelligemment. Créé en 2008 par l’Auguste Théâtre, ce spectacle empreint d’une volonté farouche d’intégration, a trouvé un bel écho dans la petite chapelle des Halles. Joué devant de jeunes élèves d’une école de Cavaillon, il leur a permis d’exploser littéralement de joie et de fierté lorsque le comédien utilise parfois la langue arabe. « Ça fait drôle d’entendre parler arabe, c’est pas tous les jours » commenteront-ils lorsque la metteuse en scène Claire Massabo viendra libérer la parole et les rires, difficilement contenus par les enseignants. DELPHINE MICHELANGELI Le Roi de la plage s’est joué les 30 et 31 mars au théâtre des Halles dans le cadre du festival Festo Pitcho
Dialogue de sourds limpide A Dans le cadre de la semaine du handicap, la ville de Venelles avait pris le parti d’offrir un spectacle authentiquement « tous publics », donné en matinée pour de jeunes élèves, puis réunissant en soirée des spectateurs entendants et malentendants. Démarche originale dans la mesure où, s’il existe un théâtre pour un public sourd, il est le plus souvent joué exclusivement pour celui-ci. Sur scène deux comédiens rares, issus de l’International Visual Théâtre, dirigé par Emmanuelle Laborit : YoannRobert, celui qui verbalise, danseur de formation, Jean-Yves Augros professeur de langue des signes et malentendant, dont les diverses expériences vécues alimentent le canevas de la pièce. Il s’agit en effet d’un spectacle visant à présenter les difficultés de communication des malentendants en utilisant, pantomimes, langage populaire et/ou langue des signes en alternance, à l’image de ce qui arrive dans une famille « bilingue ». De l’accueil de l’enfant sourd chez les grands-parents à la visite nostalgique du grenier, des chansons de Piaf en langue des signes aux malentendus et autres quiproquos au restaurant, les « petits riens » du quotidien, les positions de doigts, les gestes esquivés ou emphatiques génèrent le sourire, puis la franche hilarité générale tant la verve comique des comédiens, l’autodérision emportent l’adhésion. Les rires fusent, décalés en fonction du langage utilisé, mais le public se retrouve unanime pour applaudir à tout rompre. En agitant les mains en l’air ou en claquant des « palmas » ! JEAN-MATHIEU COLOMBANI Ma Parole ! a été joué le 18 mars à la Salle des fêtes de Venelles Zoo de papier Le programme de mai de Fotokino est placé sous le signe des animaux avec trois courts-métrages de réalisateurs chinois : L’Écureuil coiffeur de Pu Jiaxang, Le Hérisson et la pastèque de Wang Borong et Qian Jiaxin et La Boutique des pandas de Shen Zuwei et Zhou Keqin. Des réalisations venues des studios de Shangai qui inventent un bestiaire poétique à travers les histoires d’un écureuil volontiers coif-feur à ses Ma Parole Gerard Dumax Féerie chinoise Avec ses airs, sa déclamation particulière, ses costumes colorés, ses scènes de combats, l’Opéra du Sichuan est aujourd’hui la principale forme de théâtre traditionnel et populaire chinois alliant le chant, la danse, le mime, l’acrobatie guerrière… Les personnages y sont très caractérisés : on distingue facilement le bouffon de l’honnête homme, l’aventurier, le brave ou le félon à l’aide des masques et des couleurs symboliques des costumes (le rouge la loyauté et le courage ; le jaune la perspicacité ; le blanc la ruse ; le noir la force ou l’intégrité…). La troupe mise en scène par Charles et Vincent Tordjman revisite un roman fantastique de la littérature chinoise du 18 e siècle Fleurs dans le miroir de Li Ju Chen et mêle aux mythes de la Chine ancestrale des influences euro-péennes : pour tout public ! J.F Lorsqu’Olivier Py met en scène ses réécritures des Contes de Grimm, il en garde la profondeur symbolique et initiatique, souligne la transcendance, magnifie la langue et transforme le tout en théâtre. Au Gymnase et aux Salins vous pourrez voir les deux derniers volets de la trilogie, avec imbrications, scénographie mouvante faite de bouts de bois, beaux costumes ironiques, musiciens omniprésents et comédiens qui chantent et jouent sans peur de l’emphase, sur le fil de la virtuosité. Des histoires de Princes bien sûr, de pou-pée aussi, de méchante mère, d’eau et de vie, d’abandon dans la forêt, de rédemption, et d’amour vrai. Tout ce qui touche vos enfants, et vous aussi, on l’espère ! La vraie fiancée, L’eau de vie Olivier Py dès 7 ans du 27 au 29 avril Le Gymnase, Marseille 0 820 000 422 heures, les liens qui unissent un grand-père panda à son petit-fils, une maman hérisson qui découvre une pastèque. Comme à l’accoutumée, les séances de cinéma sont précédées pour ceux qui le souhaitent d’un atelier au pied de l’écran : « Papiers animés », pour fabriquer des pan-das, des lapins et autres hérissons articulés et colorés. VENELLES AU PROGRAMME SPECTACLES VIII Fleurs dans le miroir X-D.R. Théâtre de Nîmes mercredi 4 mai 20h et jeudi 5 mai 19h 04 66 36 65 00 www.theatredenimes.com Grand Théâtre de Provence, Aix vendredi 7 et samedi 8 mai 20h30 04 42 91 69 69 www.legrandtheatre.net Profond comme un conte www.lestheatres.net les 6 et 7 mai Les Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr La vraie fiancee, Les contes de Grimm X-D.R. La boutique des pandas dès 3 ans mercredi 5 mai, atelier 9h et projection 10h Cinéma Les Variétés, Marseille Fotokino 09 50 38 41 68 www.fotokino.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 1Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 2-3Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 4-5Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 6-7Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 8-9Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 10-11Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 12-13Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 14-15Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 16-17Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 18-19Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 20-21Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 22-23Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 24-25Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 26-27Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 28-29Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 30-31Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 32-33Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 34-35Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 36-37Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 38-39Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 40-41Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 42-43Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 44-45Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 46-47Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 48-49Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 50-51Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 52-53Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 54-55Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 56-57Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 58-59Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 60-61Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 62-63Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 64-65Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 66-67Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 68-69Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 70-71Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 72-73Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 74-75Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 76-77Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 78-79Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 80