Zibeline n°29 mai 2010
Zibeline n°29 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de mai 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : événement... le Ballet National de Marseille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 THÉÂTRE Deux femmes étranges Anne-Marie et Frédéric Ortiz travaillent depuis des années à amener le théâtre là où il peut encore panser les plaies de notre monde : dans les collèges difficiles, en prison, en banlieue, là où jouer le monde est une entreprise quasi thérapeutique. Pas socio-cul, fondée sur une exigence haute de théâtre, sur l’idée que l’expérience de l’art en commun peut aider à vaincre les obstacles : à les donner à voir au public, et à panser les plaies de ceux qui pratiquent. Quartiers d’isolement, que le théâtre Off « scène des écritures urgentes » décline depuis plusieurs années en divers lieux, devait atteindre au Gyptis son étape ultime. Le soir où j’y assistai un des protagonistes était absent : Zénagui Temimi, ancien détenu, el Heureusement la vie de la Criée continue ! Pour d’exceptionnels concerts rideau fermé (voir p 40) ou dans la petite salle, qui restera ouverte durant la saison prochaine. Deux pièces contemporaines très différentes y étaient présentées. Frédéric Bélier-Garcia était de retour pour 4 soirs en des murs qui l’abritèrent avant sa nomination à la direction du Centre Dramatique National d’Angers. Sa mise en scène de Yaacobi et Leidental lui ressemble : transformant la pièce inquiétante de Hanokh Levin en farce grotesque il lui imprime un rythme surprenant. Écrite après la guerre des 6 jours dans un état d’Israël complètement schizophrène, la comédie a quelque chose de brechtien dans sa forme cabaret (alternance des tableaux et des songs) mais aussi dans le fait que les personnages ont une dimension symbolique : ils sont enfermés dans un univers minuscule, une vie dénuée de sens, où dormir, faire les cent pas, se marier sans amour, faire semblant, sont les seules occupations susceptibles de tromper un ennui qui semble aussi métaphysique que concrètement quotidien. On retrouve ces thèmes dans toute l’œuvre de Levin, mais ils sont ici traités avec dérision et humour, ressorts comiques à l’appui, et crudité légère… dont le metteur en scène s’est emparé pour imprimer à la pièce une couleur outrancièrement boulevard, tapageuse, criarde, tout à fait efficace ! On est surpris et puis on rit, de la férocité et de l’abattage de Manuel Lelièvre, de la belle effronterie d’Agnès Pontier, et de l’obstination lunaire et désabusée de David Migeot. Ce qui n’empêche pas de se demander ce que peut bien représenter cette fichue bonne femme aux avantages généreux, mythomane et aguicheuse comme pas deux, affichant une volonté molle de vie bourgeoise tout en affirmant être coupée en deux, cul et tête… Faire théâtre LA CRIÉE LE GYPTISei Yaacobi et Leidenthal Stéphane Tasse Mosaïque Quelques jours plus tard une autre écriture dramatique de notre temps. Le théâtre de Michel Vinaver interroge les relations sociales et s’attache dans Portrait d’une femme à brosser celui de Pauline Aubuisson, jeune étudiante qui assassina son amant en 1951. Cette jeune femme avait déjà inspiré Clouzot : en 1960 dans La Vérité, elle y avait la sensualité affirmée et sans fard de BB, et son acte de jeune oisive érotique perdue chez les bobos de la rive gauche trouvait une explication psychologique. La démarche de Michel Vinaver est davantage celle d’un documentariste : il s’appuie avec une fidélité extrême sur les mots du procès, rapportés par Le Agnès Mellon Portrait d'une femme X-D.R comédien d’une force rare, était reparti croiser quelques-uns des anciens démons qu’il avait mis en scène dans Parloir Sauvage et Parle pas avec moi. Les risques de ce genre de théâtre, disait Frédéric Ortiz à l’entrée. Juste, mais pas seulement. Restait sur scène un autre ex-détenu beaucoup moins convaincant -brut, physique, effrayant, mais sans histoire vive-, une petite comédienne étonnante qui hurlait des insanités comme ces furies hystériques des quartiers déshérités lorsque le trop plein de colère les étouffe -ado en rupture totale puis directement à la case droguée/dealeuse/détenue/suicidée-, et le petit manège d’Anne-Marie Ortiz, qui tourne autour de ce grand massacre Monde, il retrace les interrogatoires et les plaidoiries exacts. Étrangement cet énoncé des faits rend Pauline Dubuisson -qu’il appelle Sophie Auzanneauplus mystérieuse encore, hermétique, inexpliquée. Ses aventures amoureuses ne semblent guidées ni par l’amour, ni par la recherche du plaisir ou de la stabilité. Par un irrépressible besoin d’être aimée sans doute, malmenée qu’elle fut par la guerre et une famille en deuil ? La pièce de Vinaver ne résout rien de plus que le procès lui-même, et la mise en scène d’Anne Marie Lazarini reste dans cette objectivité de l’espace mental : la Cour entoure les saynètes qui déroulent, dans le désordre, les épisodes clefs d’une vie qui n’ouvre sur rien, sinon sur un meurtre. Les acteurs se baladent, avec une fluidité lasse, entre les époques, la représentation des événements de 1946 à 51, et le compte-rendu du procès. La cour trône en haut, écrase les personnages, marionnettes qui jouent dans des cases un destin dont ils ne maîtrisent aucun fil. Pauline Dubuisson, libérée en 1959, se suicida quelques années plus tard comme le faisait BB - Dominique Marceau dans le film de Clouzot. Rapprochant de façon tragique le réel de la fiction. La justice, comme la vie, n’est qu’un théâtre où l’on joue son destin ? AGNES FRESCHEL Yaacobi et Leidental et Portrait d’une femme ont été joués à La Criée du 23 au 26 mars et du 6 au 10 avril son petit massacre à elle, sa dépression, son envie d’en finir avec ces univers glauques où elle essaie d’introduire du théâtre, en vain, jusqu’à ce qu’on lui dise encore à la DRAC que son travail relève du social et non du culturel. Le résultat ? des défauts de fabrique, fautes de rythme, de goût, de jeu. Un spectacle qui, ce soir-là au moins, ne marche pas. Si intervenir dans le réel souffrant du monde semble nécessaire, le transcrire sur scène nécessite sans doute plus de distance : celle qui évite de déraper, le nez collé au guidon. A.F. Quartiers d’isolement a été créé au Gyptis du 23 au 27 mars
4,4 stc:. (A Ir QJ Li LES FOURBERIES DE SCAPIN Ornai'Porras, Teat ro Maia n clro 0Le 20 AU 24 ove 20 ? 0 Théâtre du Gymnase L'ARAIGNEE DE LiETERNEL Claude Nougaro, Christophe Rauck r18au20f}7Qr2010 Au Théâtre du leu de Paume o 47 4 3ft ZR v Fnutek7 j [întC+iS f e# d ÜxnQr Piaffas e± de do trvu pg du MulandrD sur le Oateau du Gymrrose pour ces Fourberies de Scopirr qui marquent une nouvelle étape de iowventwre commue entamée avec ce metteur en scene. LES CONTES DE CRIMAA [Pourtour, â partir de 7 ans] Les frères Grimm, Olivier Py t-kr 27u+d291511/rii2010 Thatre du Gymnase Miracle ; ! e parsie chantée de C'kiude Nougaro oui nous PSt oprtP vn tr,ute sirr.'p1i{ ! te pour 21n mDniET7t maqi{tU ! tour PR}l'nP{Se Pt en SPniflalJti., ktl'Pur depcau..6 Peur ; fe cceu r élbaceiuni etuaF, fodieux. UNE TROMP ! N EUE AU PARADIS Cabaret en hommage â Boris Vlan, Jérôme Savary Ou 25 RU 29 moi 20ro Au Théâtre du Gymnase LES NOUVELLES BREVES DE COMPTOIR Jean-Manie Go irip, JeanMichel Ribes L ta 7 L L4 72 filin 2010 Au Thatee du Gymnase 10 Csf un grand voyage au pays des.iége+rdes glae propose 0+frier Py qui, en adaptant Les contes de Grimm, offre aux enfants des réponses aux questions qu'ils noserrt pas poser tout err redonnant 1si m'imites une part de tear état d'entsce, LES AMOUREUX Carlo Goldoni, Gloria Paris 0(J 4 Ail 45. ? Mi 2010 Théâtre du Gymnase F f On Plorrrmage err de terxfresse au trés talentueux Bols Vian, suffisammentrrostafglgr+e pour CEUX qul ont coururt[r époque, pour t'es outres, un spectacle Qur efface un tnstarrt grrsaifFe de notre frrofrde en crise. tes nouvefles breves de comptoir rossembJent et s'irriposerrt comme OIE rucliographie du monderpntP+n jxaruirr, et derrouS,méfine. Ber prpvpquer+t un rire fnfrOiY qui Rbère- 0 820 000 422 WWW. LESTHEATR ES. N fT AVEC {E SOUTIE N DE LA FL}HEx4TI9 N L7'E H7REPRFSE tC4Jkf u I L POUR L'ART.. Ln, (L1GiURF. FTdA 5O4IpARrrt TIlama AVEC Goldoni re $ur aurait pu n'Otre qu'Un mélodrame bien arr ; 7ngé deseit une comédie qui file a vive allure vers burlesque servi par ii'arcilgresse mmm unkcr e over laquelle Gloria Paras guide ses comédiens, !. l'* s" RAYS P'AIK IIr ÂIX Taus en scène avec as'sa ml KS=A ?, "J,rl{+,IvL'It asscciat.on dc mc.ncs, arrompAane : v.t tles tl) rjyrrl nase, tl -IJCU {1C pcl LlrrlC,ct du Grand Thcâ _rc de FrryePnrf. L-I:e sou rie^t'xxationt s:aja Its. Ici ar.Fx+itr.ç pour r:ah ir e- IN 7rrn.=tçiet f£.li.li}i7r ihi7i eC, ; ire de.Mar.eille =.0'..CrICC1Ult. Dcvcrmrr.a aussi, mfrk= www.ssami.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 1Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 2-3Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 4-5Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 6-7Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 8-9Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 10-11Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 12-13Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 14-15Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 16-17Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 18-19Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 20-21Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 22-23Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 24-25Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 26-27Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 28-29Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 30-31Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 32-33Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 34-35Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 36-37Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 38-39Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 40-41Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 42-43Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 44-45Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 46-47Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 48-49Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 50-51Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 52-53Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 54-55Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 56-57Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 58-59Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 60-61Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 62-63Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 64-65Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 66-67Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 68-69Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 70-71Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 72-73Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 74-75Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 76-77Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 78-79Zibeline numéro 29 mai 2010 Page 80