Zibeline n°28 avril 2010
Zibeline n°28 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : les femmes dans la culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
32 ARTS VISUELS CARRÉ D’ART GALERIE NEGPOS (NÎMES) L’art de découdre Leurs œuvres sont retravaillées au fil et à l’aiguille. Broderies sans fioritures pour Michael Raedecker et Isa Melsheimer au Carré d’art Les deux artistes réunis par Françoise Cohen ont en commun d’intégrer dans leur pratique le travail de broderie. Pour autant il serait restrictif d’assimiler leur démarche à la réhabilitation d’une technique désuète et minutieuse. Cette intrusion du nonartistique questionne autant le statut de la peinture chez Michael Raedecker que les modalités de re-présentation du monde à travers les installations d’Isa Melsheimer. Aplats de coutures La plupart des œuvres exposées de Mickael Raedecker apparaissent comme de grands camaïeux. Ses tableaux indiquent d’emblée une filiation avec l’histoire de la peinture : toile tendue sur châssis, maîtrise de la technique picturale (qui peut être séduisante), évocation thématique de la peinture académique de genre (paysage, nature morte, de fleurs- mais le portrait est absent de cette sélection), de la ruine, d’un style particulier (la grisaille) ou de la peinture de paysage orientale (grands espaces laissés vides de figuration). Dominic van den Boogerd, dans le catalogue, analyse finement ces rapports jusqu’à Rauschenberg et Noland. Dans ces grands aplats, apparaissent des rehauts Belles vues La photographie marocaine contemporaine s’expose au 4 e Printemps photographique organisé par Negpos. Une belle vue sur le PanoraMarocain Installée dans un des vaisseaux du Némausus, une des premières réalisations emblématiques de Jean Nouvel, l’association-galerie Negpos œuvre depuis de nombreuses années en faveur de la création, la diffusion et la formation de la photographie contemporaine. Son 4 e Printemps photographique est entièrement dédié aux artistes marocains actuels vivant au Maroc ou sous d’autres cieux européens. Le projet est né des multiples échanges internationaux tissés par ses responsables, en particulier avec l’Association Marocaine d’art photographique et son initiateur Jaafâr Akil qui avait invité la galerie Negpos à exposer en 2008 lors du Salon national d’art photographique à Rabat. La programmation nîmoise thématisée autour du corps et de la ville donne un bel aperçu de cette effervescence artistique développée depuis plusieurs années au Maroc, avec dix artistes invités à découvrir progressivement jusque fin juillet. Sans exclusive, Isa Melsheimer, vue partielle de l'exposition, Carré d'Art, 2010. Zibeline/C. Lorin -qui auraient été effectués au crayon, à l’encre, ou bien une nuance peinte différente selon les techniques traditionnelles- réalisés ici par des fils cousus, visibles seulement de près, se confondant de loin avec les coups de pinceaux. La méprise s’affirme encore dans les coulures cousues, des détails, des transparences. Le support/toile ressurgit à cet instant dans et de l’image peinte comme pour désigner l’illusion et à quel moment celle-ci peut être reconnaissable. La peinture serait-elle cousue de fils blancs ? pointons déjà les propositions d’Hassan Nadim, Les Passants, captations fugaces de la place Jamaâ El Fnâ à Marrakech ou le travail très radical sur le corps de Fatima Mazmouz dont certaines vidéos impressionnantes « comme Expulsion auraient encore des difficultés à être présentées au Maroc » souligne Patrice Loubon responsable du projet. À noter un des moments forts le 12 mai avec la conférence de Jaffar Akil lors de l’exposition de Thami Benkirane au Carré d’art. On aurait aimé plus de rencontres avec les artistes marocains, conférences et débats, mais cette première initiative promet d’autres projets à venir entre le Maroc, le Chili ou encore le Japon.C.L. PanoraMarocain 4 e Printemps photographique Galerie Negpos et divers lieux, Nîmes jusqu’au 15 juillet 04 66 76 23 96 http://negpos.fr Sans titre Jaafar Akil Courtesy Galerie NegPos.r. ; 1 t If'Rapiéçages Dans les trois premières salles qui lui ont été allouées et qui débutent l’exposition, Lisa Melsheimer a choisi de mettre en scène l’espace du musée en installant des pièces anciennes et d’autres réalisées pour l’exposition. En résulte un bric-à-brac étrange, fait d’objets, vêtements, tentures, maquettes fictionnelles, surgissements du sous-sol (le dallage a été déposé par endroits comme pour des fouilles) évoquant des bribes de notre monde, des stratifications éparses, des reconstitutions inachevées à la façon des images brodées par l’artiste (certaines en perles) en bordure de matelas entassés ou sur un pan de rideaux sales et rapetas-sés, la manche d’un tee-shirt, en lieu et place du slip d’une star éphémère posant dans un poster épinglé au mur. La broderie est appelée à la rescousse de l’art pour rapiécer les images d’un monde désenchanté. CLAUDE LORIN Isa Melsheimer-Michael Raedecker jusqu’au 18 avril Carré d’Art, Nîmes 04 66 76 35 70 http://carreartmusee.nimes.fr catalogues Isa Melsheimer, texte de Camille Morineau, Éd Analogues Michael Raedecker, line-up, texte de Dominic van den Boogerd Co-édition Camden Arts Centre, GEM, Carré d’art de Nîmes I f
BJCEM GALERIE DES MUSÉES (TOULON) Une sacrée macédoine Un an après le prélude à Montpellier et six mois après la Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de la Méditerranée à Skopje, en République de Macédoine, les artistes de la délégation française (Marseille, Aix, Montpellier, Toulon Provence Méditerranée) se retrouvent sur le devant de la scène régionale Ce retour de Biennale (2 avril-15 mai), produit par l’Espaceculture, est une vitrine offerte aux productions de 24 artistes-plasticiens, au groupe If If Between et aux spectacles des compagnies L’individu, Post Partum Collectif, La Parenthèse. Des propositions, la plupart inédites, nourries de leurs frottements artistiques et culturels avec les jeunes artistes (plus de 700) de 40 nationalités présents durant dix jours dans les Balkans. Skopje, une expérience oubliée ? Pas sûr… Aux Ateliers d’artistes de la Ville de Marseille et à la galerie de l’École supérieure des Beaux-arts de Marseille, les artistes de la sélection arts visuels/arts appliqués présenteront leurs œuvres dans une mise en scène confiée à l’Association Château de Servières. Les espaces distincts des Ateliers d’artistes accueilleront prioritairement des installations qui nécessitent une lecture isolée et ne tolèrent pas de « confrontation » directe : la circulation, fluide et cohérente, favorisera les échos entre les pièces tout en respectant leur autonomie. La peinture d’Anne-Charlotte Depincé et ses travaux in situ devraient y trouver toute leur place… À la galerie de l’École supérieure des Beaux-arts, l’étage et les pièces plus intimistes induisent une autre scénographie et d’autres choix : on y découvrira, entre autres, les œuvres de Ruthy Assouline, Karine Rougier et Cédric Jolivet. Mais dans les deux configurations, explique Martine Robin, responsable de l’accrochage, « il faut être à la hauteur de cet enjeu qui doit constituer une véritable rampe de lancement à leur carrière ». Et à partir du 30 avril, alors que les expositions se poursuivront, les propositions spectaculaires (Cies Post Partum Collectif, La Parenthèse, L’Individu, le groupe If If Between) s’installeront à Seconde Nature à Aix, à Montévidéo et au Gymnase à Marseille. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI La mort du cygne Rien ne nous est épargné. Dans Le Préparateur, Noëlle Pujol filme au plus près la dissection d’un cygne par un taxidermiste qui désagrège son cadavre avant de lui redonner forme. Gants de latex, éviscération sanguinolente, pose de l’œil en règle. Le dégoût est au bord des lèvres. Dans Le Ver, l’artiste suit lentement les circonvolutions internes d’un ver de terre. Bien vivant celui-là, contrairement aux animaux naturalisés du Muséum d’histoire naturelle de la Rruga Kavajës qu’elle photographie en plans serrés. L’éclat de leurs yeux de verre devenant plus effrayant encore ! Ceux-là appartiennent à une installation vidéo, Les animaux de Tirana, réalisée lors d’un séjour de trois semaines en Albanie dans le cadre d’un programme d’échange artistique. « Pour mieux accéder à l’histoire du pays, explique-t-elle, j’ai décidé de m’appuyer sur la figure animale et plus particulièrement la collection du Muséum ». Retour de Skopje Galerie de l’École supérieure des beaux-arts 04 91 33 11 99 Quelle étrange affaire ? ! Face à ce spectacle d’animaux morts, un haut-le-cœur nous étreint, doublé d’un sentiment d’incompréhension. Heureusement, Noëlle Pujol glisse des indices : ARTS VISUELS'`"4"#. I zatH&$'F.t,:-+,'r'-x CIA" 4rrlll'rrrl y.r.rt k. + -r - I.l. i J Noëlle Pujol 33 Candie Alet (sélection Pays d’Aix) X-D.R Ateliers d’artistes de la Ville de Marseille 04 91 85 42 78 www.bjcem.net Porte de Brandebourg, Julien Raynaud (sélection TPM) X-D.R l’Albanie serait un pays où la vie animale est riche et diverse, où l’on y rencontre pour peu qu’on le traverse, lièvre, sanglier, martre, loutre, belette, taupe, chamois, chevreuil et loup. Le portrait de l’Albanie se dessinerait alors à travers l’animal (« figure de transition » écrit-elle), grâce à deux outils -l’appareil photographique et la caméra vidéo- qui questionnent les relations « entre l’humain et l’inhumain, le vivant et l’inerte ». Pas sûr que le peuple albanais s’y reconnaisse… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Le préparateur, le ver et les animaux de Tirana Noëlle Pujol jusqu’au 30 avril Galerie des Musées (Remparts), Toulon 04 94 91 45 60



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 1Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 2-3Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 4-5Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 6-7Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 8-9Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 10-11Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 12-13Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 14-15Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 16-17Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 18-19Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 20-21Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 22-23Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 24-25Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 26-27Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 28-29Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 30-31Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 32-33Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 34-35Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 36-37Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 38-39Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 40-41Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 42-43Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 44-45Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 46-47Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 48-49Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 50-51Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 52-53Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 54-55Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 56-57Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 58-59Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 60-61Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 62-63Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 64-65Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 66-67Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 68-69Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 70-71Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 72-73Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 74-75Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 76-77Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 78-79Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 80