Zibeline n°28 avril 2010
Zibeline n°28 avril 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de avril 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : les femmes dans la culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
- 26 DANSE MERLAN PAVILLON NOIR Et ils mordent la poussière o Au sol, des éclaboussures de terre rouge et ocre comme une esquisse de Miquel Barcelò. Autour du plateau, les musiciens, un mur-tableau de bois en fond de scène et quelques tabourets. Un décor minimaliste à la fois ouvert et fermé, comme le sont les cours des concessions africaines : c’est là que la partie se joue, violente, implacable. C’est là que tout bascule, comme lors des festivités inaugurales de la Termitière* à Ouagadougou qui furent entachées par un affrontement aussi terrible qu’inexplicable avec les forces policières. C’était en 2006. De cette expérience tragique, les chorégraphes Salia Sanou Condition féminine La compagnie brésilienne Membros, dont le Merlan suit les créations depuis 6 ans, porte en elle toute l’énergie revendicatrice née de la rue brésilienne, et dénonce sa violence, le meurtre, la drogue, la prostitution, désespoir. Raio X est une sidérante plongée dans l’enfermement carcéral, et Febre reste un sommet lyrique, accablant, parce que les corps s’y cognent et s’y dénudent en vain, arrêtés partout par des murs blancs qu’ils semblent avoir avalés en eux… Medo, (la Peur) troisième volet de cette trilogie sur la violence, explore le versant féminin d’une société totalement démembrée. Le constat est encore plus terrible : les rapports entre les sexes ne sont que des agressions plus ou moins consenties, le sexe s’y pratique comme un combat, sans jamais un regard en partage, un sentiment. Entre filles ça 11111111i o ne va pas mieux : tout est rivalité, violence, les talons et les rouges à lèvres sont autant d’armes à tuer l’autre, à la travestir, à la rouer de coups. Mais si le propos est fort la pièce est moins bien construite, les images n’y sont jamais contrebalancées par les ouvertures lyriques qui dans Febre, par leur beauté blanche, offraient quelques salutaires respirations. À la fin les danseurs se congratulent longuement, saluent à peine le public, abandonnent les chocs du hip hop pour danser une bossa devant une boule à facettes, puis disparaître. Réconciliés par cette danse de couple apaisée, devant laquelle le public n’a pas sa place. AGNÈS FRESCHEL RaioX, Febre et Medo ont été dansés au Merlan du 7 au 12 mars Medo Agnès Mellon et Seydou Boro ont imaginé Poussières de sang, pour dire comment la violence se manifeste en nous, comment elle naît et se répand. Violence physique et verbale portée sur scène par 7 danseurs (leurs corps résonnent l’un en l’autre dans une agressivité contagieuse), 1 chanteuserécitante (Djata tient le rôle de coryphée, révélant la douleur et emprisonnant les danseurs dans ses méandres) et 4 musiciens (à l’écoute de l’évolution de la danse dans l’espace, ils improvisent et réinventent sans cesse). Poussières de sang est une joute physique et sonore tendue à l’extrême, une pièce politique et sombre qui met les danseurs en danger : corps pliés, voûtés, glissant nerveusement au sol comme un ver ou secoués de tressaillements, masses qui s’entrechoquent. Au point que la violence contamine le groupe jusqu’à l’épuisement. Jusqu’à mordre la poussière. Le danseur est ici un poids mort dont la chute résonne lourdement au sol, tandis qu’un tabouret vole en éclats et que la voix de Djata se fait plus percutante. On ne sort pas indemne d’un tel spectacle qui interroge l’aptitude de l’homme à résister. Quoiqu’il lui en coûte. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Âme peu claire Allez les filles ! Christian Ubla créé au Pavillon Noir une petite forme, Black Soul, une sorte de solo à deux, introspectif, où il cherche le double sombre qu’il dissimule. Mais si le décor, les lumières, les costumes font de cette courte pièce quelque chose d’abouti le propos reste peu clair : quel est l’intérêt de ce jeu d’ombres ? Parfois très plastique quand les corps se répondent comme des reflets amoindris, la pièce manque pourtant nettement de corps. De danse ? Les moments où les corps se lancent, outrepassant le minimalisme et la théâtralité (assourdissante de musique moche) pour entrer dans le mouvement, sont très beaux. Mais rares… A.F. Poussières de sang Antoine Tampé (*) Centre de développement chorégraphique d’Afrique La compagnie sera à nouveau au Merlan les 11 et 12 mai pour les solos Dambë et Concert d’un homme décousu La trilogie de Membros était précédée d’une petite pièce de rue conçue avec leurs compagnes de route françaises. Art de la rue qui y revient, renforcé, le hip hop de Flores jette à la tête du public des corps féminins bien loin de se préoccuper de grâce et de séduction, revendiquant leur force… Elles tournent sur leur tête et dansent au sol avec la virtuosité réservée jusqu’alors aux garçons, à même le goudron, dans les vêtements amples qui cachent leurs formes mais non leur talent. Reste que la chorégraphie n’est pas construite et que la pièce ne dit pas grand-chose, hors ce désir d’appartenir au mouvement hip hop autant que les mecs. Même leur manière de maquiller leur visage et de dessiner sur ceux du public des cœurs et des nez rouges n’avait rien de la mièvrerie féminine : elles jouaient du rouge à lèvres en camarades, non en objets… A.F. Flores Jhosie Garcia Black Soul Pierre Canitrot o Black Soul a été créé au Pavillon noir les 25 et 26 fev
111.w THÉÂTRE THETRE Comoedia Aubagne q du I0au 30 avril oo BALLET NATIONAL OE MARSEILLE Direction Fréddrie Flamand Îé TOUS LES C0OS ONT ÉTÉ DES CEUFS Compagnie L'Art de Vivre Réservations LE CONCILE D'AMOUR Les Ateliers du Spectacle Jean-Pierre Larraohe Mic lie I Muss eau Fréderie Reverend Ark Du 1 e r au 7 avril la Friche la Belle de Mai e1 aux Bancs Publics Massalka 04 95 04 95 70 CNIL'BRAN" OBERDORFF 23 & 24 avril 20-11:1 - Opéra de Marseille réservations 04 91 327 327 17 et 18 avril A la Friche la Belle de Mai Réseruatiuns au GMEM 04 95 70 û0 10 www, banet-de- m a ro ete.e arnrM EAYRf inAssALIA iC'.nS 4n4111{a LOiia fLLbliLs Friche la Belle de Mar 41 rue Jobin, 12 rue François Simon, Marseille massaFa@theatremassalla em {.i macy}Ir 7 it"IUIl ill H lf4r A F.} h44R5lE7LLE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 1Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 2-3Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 4-5Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 6-7Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 8-9Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 10-11Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 12-13Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 14-15Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 16-17Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 18-19Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 20-21Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 22-23Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 24-25Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 26-27Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 28-29Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 30-31Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 32-33Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 34-35Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 36-37Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 38-39Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 40-41Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 42-43Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 44-45Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 46-47Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 48-49Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 50-51Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 52-53Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 54-55Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 56-57Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 58-59Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 60-61Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 62-63Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 64-65Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 66-67Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 68-69Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 70-71Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 72-73Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 74-75Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 76-77Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 78-79Zibeline numéro 28 avril 2010 Page 80