Zibeline n°27 mars 2010
Zibeline n°27 mars 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de mars 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : théâtre... de la démocratisation culturelle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
08 THÉÂTRE MASSALIA MERLAN DAKILING Décadence baroque Nathalie Garraud et Olivier Saccomano ont présenté le 3 e volet de la trilogie Les Suppliantes, recherche sur les formes de la tragédie qui s’achevait avec Victoria. Si l’écriture du jeune slameur Félix Jousserand (voir p 62) n’avait pas la force dramatique des épisodes précédents, le spectacle séduit pourtant par la générosité des jeunes interprètes : le corps gracile, la lourde chevelure de Conchita Paz concourent à faire vivre cette Présidente paumée, écrasée par une responsabilité trop lourde en même temps que grisée par trop de pouvoir, Hugo Dillon est terrifiant dans son rôle de marchand sans âme, Julien Bonnet inquiétant en scientifique raté, et les merveilleuses Victoria savent dispenser leur venin. Car elles sont trois à jouer simultanément le rôle de l’ancienne putain convertie en conseillère du pouvoir, sanglées d’un tailleur noir sexy quand elles ne sont pas torse nu -quelle belle ouverture où elles se préparent en fond de scène derrière un voile ! La scénographie de Du zieu dans les bleus Jean-François Garraud est d’ailleurs très plastique, mais le plateau trop encombré d’objets métalliques, chaises, lampes, ralentissait le rythme le soir de la première. Consciente de ce problème de rythme l’équipe a coupé, retravaillé et accéléré et, pour la dernière, la durée était réduite de 25 mn ! Le spectacle y a gagné en intensité, grâce aussi aux musiques allant de Purcell à Presley, qui accompagnaient parfaitement la décadence dérisoire d’une société pourrie. CHRIS BOURGUE Victoria -cie Du zieu dans les bleusa été créé au théâtre Massalia du 19 au 30 janvier Destins croisés La nouvelle création de la compagnie La Part du pauvre, France do Brasil, ressemble à son générique : éclectique mais plus fade qu’il y paraît. Car le métissage n’est pas un gage d’excellence. À force de croiser les écritures (fiction écrite par un auteur burkinabé agrémenté des improvisations des acteurs brésiliens et africains), les genres (théâtre, danse, musique, vidéo) et les histoires personnelles des interprètes, la metteur en scène franco-ivoirienne Eva Doumbia se heurte aux limites multipliées. Le temps s’étire sans que l’on puisse s’attacher aux personnages, la pièce se dilue entre deux cigarettes et perd de sa force de conviction. Dommage, car les chagrins, les bonheurs, les déceptions, les attentes de chacun parlent à toutes les oreilles, mais la succession de mise en situations de tous les « héros de la vie ordinaire » flirte vite avec l’ennui. Car France do Brasil interroge des questions d’une troublante actualité sur l’autre, la différence, l’appartenance, l’identité, l’oubli, l’exil, la clandestinité. Du coup, trop de démonstrations poussives engluent ce mélo-mélo qui finit par nous étouffer. En porte-voix des exclus et des mal-aimés de la vie de Marseille ou Sao Paulo, Eva Doumbia pourrait nous saisir à la gorge et nous emporter vers des rivages plus cléments si sa pièce était moins bavarde, moins explicite. Cela ne tient qu’à un fil : un rythme plus resserré, une énergie plus généreuse. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI France Do Brasil a été créé le 26 janvier au Merlan, scène nationale à Marseille France do Brasil Tathy Yazigi Il était une fois… l’Homme Les Chiche Capon, trois clowns espiègles et fouineurs, se sont installés sur la scène du Dakiling sur laquelle ils avaient fait forte impression lors du festival tendance clown de 2009. Ainsi pendant quatre jours, ils ont choisi de relater l’enquête qu’ils ont menée dans un pub irlandais, Le Oliver St John Gogerty, sur cette question essentielle : quelle vision nos contemporains ont-ils sur l’évolution de l’espèce humaine ? La réponse n’est pas frontale, ni directe, ni scientifique… Sous la forme de saynètes faisant référence à quelques périodes de notre traversée des siècles, les trois clowns proposent avec délectation des interprétations variées, témoignant des réponses formulées par un public irlandais, à une heure de plus en plus avancée et un taux d’alcool en constante progression. Pour en rendre compte fidèlement, ils n’hésitent pas à utiliser une panoplie de gags qui font rire aux éclats. La scène de la rencontre avec les traditions asiatiques, les jeux d’échelles sont particulièrement croustillants. Et bien que l’incursion dans notre histoire se révèle au final un peu courte, il semblerait, d’après cette précieuse étude, que nos amis les humains aient évolué grâce à une véritable attirance pour les coups… de massue ! CLARISSE GUICHARD Les Chiche Capon Julien Capon - czc Le Oliver St John Gogerty des Chiche Capon a joué du 10 au 13 fév au Dakiling, Marseille
f MARSEI LLE GYM NVÀ\S E 1612$ mars 2010 r- i diElMj I « Imbécile Ce ne sont pas des mensonges ! Ce sont de spirituelles inventions nées derrrafertile intelligence et de mon esprit vif et brillant. » Simon Abkarian dans enteur Carlo Goldoni texte français de Agathe Mélinand mis en scène par Laurent Pelly *Avec h troupe du theiitre national de Toulouse Production Th3T-1"héâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées 0 820 000 422 WwIN.lestheatres. net CTE Téllérarrra'=— COM Mn A MI r



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 1Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 2-3Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 4-5Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 6-7Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 8-9Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 10-11Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 12-13Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 14-15Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 16-17Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 18-19Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 20-21Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 22-23Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 24-25Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 26-27Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 28-29Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 30-31Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 32-33Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 34-35Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 36-37Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 38-39Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 40-41Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 42-43Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 44-45Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 46-47Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 48-49Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 50-51Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 52-53Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 54-55Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 56-57Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 58-59Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 60-61Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 62-63Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 64-65Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 66-67Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 68-69Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 70-71Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 72-73Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 74-75Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 76-77Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 78-79Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 80-81Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 82-83Zibeline numéro 27 mars 2010 Page 84