Zibeline n°25 déc 09/jan 2010
Zibeline n°25 déc 09/jan 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de déc 09/jan 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'album « Own Virago » de Marion Rampal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
LA MIN4TERIEAL I TH tiTFIE DE LA J 0 LI fT,f E..N.111.114 44 ? Ard bagne ia fl'r1er 2010 Théâtre Comoedia q.1.r{ticid. IN 1G*mir i 12h Passlorar'crrlorl L I]r F3arFerrwund.1.126-.0.i4 ; rms 1,*54.edolm9hIsr.aqv th :.6an Art icyol4tr L6 la.I111 dOXK d'.>ILnrrr6 -.gpsrrrc-Liiiub:. iwN 11 lix1., S 19N Tthatchades n17e.7ii:iir. Y+2afli:i 1114i6rr SirrJdl i5 jinvirr 21hf.tyrthorrlane Ca Serge SL7 k r11. H h 11e r4 ttp 8c oa-ti pun ! l I s p kx I a rL tie S6,pe Mein xremits el mcn44$ pli Eryr1st3i1 kUezutrin. JANVIER ùF-> 10.C11 OTH E LLL1 Er'AGO nrir ;'= J111 irapr5 5hillroap#41re 41:II7rrYIL{a y6y :.+.,C 1.+,:11 I6.t ; +L par Ir Cie CFirxarkTerrrs,a ? IVI.a1$ ; ma r3tI1LiLee P1 Ale ssirsdri 9edirr:} D->23,0i MYTHOMANE.L111%}1.1.1 A.x I ! - II Ia1. r'XTl+ war'Nil ia Sa Nil 4ral IgtrLi poi. IF chi Pi I. Pp,l yveChristian hiaxxuchini 201 y 7,L Th41.1l ef Ali el ?i.11r1. 14 21 Jlxlil c : ce que ru 1 abrique& ? 7084,A Llie.*Arr.oirl tluKr.la 57rr srx*Ix-K4i tS 1rrertr ? 1h ConICOrt 21 quatre mains Awe g.rr1a Mr 1 Ghrard:llil Jell PlO gr.av rills lo-i:eLla 4rb LrCrilr7ltrrr'r.TlwriIc.LI prnf)rrY'11. SCrutCrt RA2ai9- armMimi 410, r !.I datirn -hediro-dibkhir- F i 1N, AMtlerride Nuit 2 at.slu dos Harrvrt,6,.§ srapu dn6YirFuM1:4 1hiYr-.Ix tafFrnmy.r JhrFtjres6rl. Mcrr,lna.a W. Lrsrrllle<,ii Mr4. Claw ih.itr1.r.rrd. 3 [*nix] ih La F-Krtnp. des Con1:13rrIfSrAl IX trawl'Fwr:11.x roaei 1r Si hr en : xY,1 hl k* r I F. ti's 9-11 RUE G'HQaEA - 13aQQ MARSEILLE -T:1Œ1]P 94 f ; llf [E. J *1r.mFIn01ü11e.iii 1L.1.1MYr V1m81rh16.01.t -titir0 11.14116 IL tira) 4 I r 1rikid7rs Con lIRO i -.Cv4r5 Frith - 131100 AURA ENElleuaeigra*>enip H ri4e*+rdikrn1 ; 0442 1d 1U i@ KEN ESL-, a,alar,s,ars C ! rque Vielrliim (k5 Du 2 7'er vrie r LIII L4p tMoil Fassm riil Raga CfifkL RQi1M'FIGIII S" ° -AL'olir Arehacs XV FtaSpoea r que ilirsuCe CiCidok IBeNitufil Irirl:U/Wpm ; Fnlerldek.CCN HI]it8iriDar01yn Carlmil TP (law Aracaraeac za [_iimf:B1 X-Prus Ea phaseM ipuel Nosit1a r Cie du SIlage... 04 42 56 4$ 4$ lfl i1+dmirr14f5k.wv4w.. g C enes e# Ci r1eg. iif ue5t. AEover1c2,., , 1 L ! `T-1 Ea ;
RENCONTRES MÉDITERRANÉENNES DU VAR POLITIQUE CULTURELLE 05 Déferlante varoise La Fête du livre, les Rencontres artistiques méditerranéenne du Var, Constellations : du 20 novembre au 12 décembre, le Conseil général du Var a mené un train d’enfer aux associations varoises et à ses partenaires. De quoi faire mentir ceux qui pensaient qu’il ne se passait jamais rien dans le 83 ! Et le public, dans tout ça ? On le sait, la palme d’or revient à la Fête du livre avec 52 000 visiteurs le temps d’un week-end quand le public des Rencontres, du fait de leur thématique (Les nouvelles écritures du spectacle vivant, de l’identité à la modernité) et de leur durée (7 jours), est moins quantifiable, de nombreux spectacles se déroulant dans l’espace public. Pour la petite dernière, Constellations, la communication ayant du retard à l’allumage, Kubilai Khan Investigations a dû compter sur ses seules forces d’attraction. De cette grande déferlante, on retiendra des images fortes, des sensations de plaisir et des échanges nourriciers. D’abord et par deux fois, l’incomparable Transports exceptionnels offert par le chorégraphe Dominique Boivin aux passants du quai du Port, saisis de vertige par la performance d’un danseur (P. Priasso) et d’un conducteur d’engin (E. Lamy) en prise avec les forces animales d’une pelleteuse. Dans un registre plus intime, l’Ensemble des Équilibres (Agnès Pyka, Maire Laurence Rocca) a fait entendre à une foule intergénérationnelle des œuvres de Luciano Berio : un pari audacieux -et réussi- sous le regard des photographies de Jeanloup Sieff accrochées à la Maison de la photographie. Musical toujours, le programme proposé au foyer Campra à l’Opéra de TPM a permis non seulement de (re)découvrir l’une des plus belles salles d’opéra de la région, mais de se frotter Transports exceptionnels Jean-Louis Fernandez La chambre des Aïta Madame Plaza est une salle de cabaret, le plus vieux de Marrakech. Une chambre sans âge à laquelle la chorégraphe Bouchra Ouizguen ne donne formes ni couleurs. Une réalité nue, sans fard ni voiles, sans parures ni parfum. Seulement trois sofas sur lesquels se reposent quatre femmes échouées là, presque par hasard. On ne connaîtra rien de plus de leur histoire, on sait seulement que la compagnie Anania rend ici hommage aux Aïta, « ces chanteuses de cabaret, dépositaires à la fois d’un art venu du fond des temps et de l’histoire récente du Maroc ». Dans un silence pesant, les corps se meuvent à la vitesse d’une infusion de menthe, poses alanguies, têtes renversées, pieds en l’air, ondulations imperceptibles… Quand soudain l’une d’entre elles danse à la vitesse d’un éclair : les corps cabossés lâchent leur énergie contenue, dos-à-dos, en équilibre, au sol. Les chants s’élèvent, rauques, les rires se déploient. Une vague profonde les soulève dans un cri collectif, une secousse tellurique ; d’un corps à l’autre la danse, le chant se répandent. Le quartet parfois se disjoint tantôt fait bloc, chacune cherchant à s’échapper de ce cabaret clos que seule l’intrusion d’un homme (subterfuge du déguisement) pourrait entrouvrir : désirs, domination masculine, sensualité à fleur de peau… Il suffit qu’un complet veston blanc pointe le bout de sa braguette pour semer le chaos, la discorde, bousculer l’ordre établi. Jusqu’à ce que les tensions s’apaisent à nouveau et que les corps, adoucis, se rencontrent une fois encore. Depuis sa création au festival Montpellier Danse 2009 et son passage au théâtre d’Arles, Madame Plaza divise le public entre inconditionnels heureux et détracteurs interloqués qui se demandent après-coup ce qu’ils sont venus faire dans ce cabaret… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Madame Plaza a été présenté par le CNCDC Châteauvallon aux Rencontres artistiques méditerranéennes du Var le 1er décembre à deux univers mélodiques diamétralement opposés. D’une part la musique de tables de Thierry de Mey (que les amateurs d’Anne Teresa de Keersmaeker connaissent bien) et la trichromie de Yoshihisa Taïra servis admirablement par l’Ensemble Polychronies ; d’autre part le langage universel de Léonard Bernstein chanté avec bonheur par le Chœur de l’Opéra. Il y eut aussi la journée « jeune public » du mercredi et les spectacles de rue en familles le dimanche… Entre ces rendez-vous festifs, les Rencontres ont été émaillées de débats entre les nombreux acteurs culturels associés, du Var et des Bouches-du- Rhône, qui ont mis en partage leurs expériences, croisé leurs projets et pointé leurs interrogations. Pour la seule journée consacrée aux « Aspects du théâtre contemporain », les participants ont pu expérimenter la méthode dite de « l’exercice des vagues » de la metteur en scène Catherine Marnas en l’intégrant dans leurs pratiques personnelles ; se nourrir à la source de l’histoire du théâtre contemporain en écoutant Michel Corvin « tutoyer » Beckett, Handke, Régy, Adamov dont il connaît la moindre tirade. Et encore Joseph Danan, dramaturge et auteur, qui s’interrogeait à voix haute : « Peutêtre que le théâtre peut nous redonner foi en ce monde », paraphrasant Gilles Deleuze à propos du cinéma… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Les Rencontres artistiques méditerranéennes du Var se sont déroulées du 26 novembre au 2 décembre dans 6 lieux de Toulon Correction Lors notre enquête du mois dernier, les chiffres communiqués par la Criée quant à leur subvention de la Ville dépassaient de 200 000 euros ceux que nous avions relevés dans les délibérations (1 million d’euros au lieu des 800 000). En fait, la Criée, fort honnête, y ajoutait la mise à disposition des lieux par la Ville (c’est-àdire une somme estimée qu’elle ne touche pas), ce que les autres théâtres ne faisaient pas (honnêtement aussi d’ailleurs). Elle ne reçoit donc pas 4 millions de subventions, mais 3,8 millions. A.F.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 1Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 2-3Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 4-5Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 6-7Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 8-9Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 10-11Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 12-13Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 14-15Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 16-17Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 18-19Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 20-21Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 22-23Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 24-25Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 26-27Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 28-29Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 30-31Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 32-33Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 34-35Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 36-37Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 38-39Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 40-41Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 42-43Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 44-45Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 46-47Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 48-49Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 50-51Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 52-53Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 54-55Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 56-57Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 58-59Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 60-61Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 62-63Zibeline numéro 25 déc 09/jan 2010 Page 64