Zibeline n°24 novembre 2009
Zibeline n°24 novembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de novembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : naissance du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
X SPECTACLES Effroi boréal En apprenant que le Buchinger’s Boot Marionettes fomentait un spectacle pour le jeune public, on aurait dû se méfier. Un peu comme quand on vous dit que Tim Burton fait un film sur Noël… Leur travail pour les enfants ressemble trait pour trait à ce qu’ils proposent aux adultes : un univers onirique, plutôt côté cauchemars, dans un décor d’où surgissent sans cesse, des endroits les plus inattendus, dessus, dessous, des murs et des trappes, toutes sortes de MASSALIA D Arty Show 0 Mafalda da Camara créatures jamais totalement bénéfiques ; de très belles marionnettes fantastiques, articulées ou non, de bois, de chiffon et de fer, de toutes tailles, manipulées à vue par des êtres dissimulés de blanc… Il faut dire que La Puce de neige est un conte du pôle, tout y est neigeux, même l’effroi. Peu importe qu’on comprenne mal l’histoire ; que le montage sonore habile soit parfois relayé par un pauvre synthé ; ou que la manipulation, extrêmement complexe, ne soit pas parfaitement au point : le spectacle, vu à la création, a de quoi se bonifier comme un grand cru. Car lorsque le décor se transforme en costume, la paroi neigeuse en corps vivant qui s’en-fonce dans la glace, les gorges se serrent, l’effroi est là. Comme face à cet homme morse qui se fabrique des glaces aux insectes, des cornets à pattes. Les enfants n’en reviennent pas, et nourrissent leur imaginaire. Jusqu’au bal final des moustiques, joyeux… AGNES FRESCHEL Avant l’ingénieux Wouaf ! art, personne n’aurait pu imaginer que la gent canine pouvait conduire à la peinture ! Exceptée Jeannette (irrésistible Guandaline Sagliocco), grande amatrice d’art et amie des bêtes, scotchée à sa petite Fiona comme un fil à la patte. D’ailleurs, ça tombe bien, cette douce folle dingue érudite s’est lancée dans une conférence sur l’histoire de l’art à travers… la place du chien ! Une idée délirante venue du grand nord (le Sagliocco Ensemble est installé en Norvège) qui permet d’initier le jeune public à quelques chefs-d’œuvre avec légèreté. Et drôlerie. On pouvait craindre le pire : monologue rasant, diaporamas poussiéreux, jargon universitaire… Bien au contraire, Wouaf ! art est rythmé, inventif et poétique, servi par une comédienne généreuse, un langage imagé, un fil sonore et musical qui tombe à pic. De Vélasquez à Picasso, en passant par Renoir, Seurat, Warhol ou Jeff Koons, la conférence va très vite déborder du cadre et dériver La Puce de neige a été créé au Massalia du 3 au 6 novembre Machine à tambour Pour Camille et Lucie, la figlia et la madre, c’est dans la salle de bains que ça palpite, le matin entre 7 et 8 ou le soir à la même heure. En sortir ou s’en sortir, c’est le même problème à 15 ans ou à 40 en Italie ou ailleurs ! La baignoire est si accueillante, protectrice pour l’une ; inaccessible pour l’autre et justement objet du désir légitime de s’y plonger un peu, pour oublier peut-être que la vie est dure pour une femme à mi-parcours. Lieu clos où l’on se met à nu, où le miroir est un interlocuteur implacable, où le linge sale peut se laver en famille. Bien trouvé, bravo Laura (Forti/auteur), bravo Antonella (Amirante/metteur en scène) ; transparent comme cette baignoireutérus et malin comme ce tuyau de douche avec lequel on communique avec les disparus « pronto mamma » ; pas innocente non plus la béance de la m machine à laver, entrée du labyrinthe où dort le monstre, bocca de la verità. Parfaits, le décor aux couleurs apaisées des années passées, les murs seconde peau tatoués de visages aux grands yeux Mère fille X-D.R vers d’étranges rivages parsemés de gags, d’inventions visuelles et de bruitages, d’effets illusoires. Le tempo est enlevé, millimétré même, pour que les images, les objets et les mouvements composent un « beau » tableau. Surréaliste quand les figures des Ménines disparaissent l’une après l’autre de l’écran, fauviste quand les félins sortent leurs crocs. Pas sûr que les musées se l’arrachent car Wouaf ! art est difficile à classer dans les réserves, sans projecteur et loin de sa niche (euh, de la scène), au risque de japper indéfiniment. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Wouaf ! art a été joué du 10 au 13 novembre au Massalia Wouaf ! Art Jorn Steen sortis tout droit des dessins animés japonais... ou s’effeuillent comme un carnet de croquis. Plus convenus, les dialogues, comme si l’universel ne pouvait être atteint que par ce que chacun dit, fait et sait déjà… Rôde le spectre de la « mauvaise mère » qui percute le démon familier de la préadolescente ! Trop fade, trop « en creux » le jeu des actrices au tempo hésitant qui s’attire néanmoins toute la sympathie du spectateur, juste un peu déçu de s’être vu si pâle en ce miroir. MARIE-JO DHO La compagnie Anteprima a présenté Mère fille au Massalia du 20 au 24 octobre
Er, ail amiPF l'. MASSALIA LE MERLAN THÉÂTRE DU TÉTARD SPECTACLES XI Les riches heures de Massalia.1)rpp. AriareppL - F- : Le Cercle éclaté Compagnie Tardito Rendina à partir de 12 ans mardi 1er et mercredi 2 décembre 20h OHM 1.2 Compagnie 2b2b à partir de 10 ans mardi 8 décembre et mercredi 9 décembre 20h Mon Pinocchio Compagnie Les Phosphènes à partir de 5 ans samedi 12 décembre 15h et 20h, dimanche 13 et mercredi 16 décembre 15h En connivence avec l’Officina-atelier de production qui organise le festival Dansem, le Théâtre Massalia invite le jeune public à la découverte de deux univers chorégraphiques. Celui des italiens Federico Tardito et Aldo Rendina qui ont en commun d’avoir travaillé avec Anna Sagna et Raffaella Giordano -artistes régulièrement invités à Dansem- avant de fonder leur propre compagnie Tardito Rendina, et de créer le spectacle Cercle éclaté en 2004. Empruntant au cinéma muet son voca-bulaire humoristique, Cercle Hip-hop, la rage au corps Avec sa compagnie Grupo de Rua, Bruno Beltrão séduit par sa curiosité chorégraphique pour des zones non répertoriées, entre hip-hop et danse contemporaine, et par la rage des corps à l’énergie électrique. Dans H3, il multiplie les zones de contact, de frottement et de crissement entre duos et trios, et compose un spectacle sans cesse recomposé, en mouvement perpétuel. Si Le Merlan a succombé à cette force venue du Brésil, amplifiée éclaté est une chorégraphie « où s’entrechoquent cirque, théâtre et danse pour dire sim-plement avec beaucoup de poésie toutes nos difficultés à être et à vivre ensemble. » Et celui du duo dansé OHM 1.2 de la compagnie 2b2b, invitation ludique, exploration étrange et sonore signée Laurence Giner, metteur en scène et en espace de corps, de textes et de musiques. Le tout dans un mobilier scénographique qui déclenche les samples… Puis le Théâtre Massalia tire le rideau sur la danse pour accueillir l’un des maîtres du théâtre par ses neuf interprètes, parions que le public aussi, tout âge confondu. M.G.-G. H3 Bruno Beltrão à partir de 12 ans vendredi 4 décembre 20h30 Le Merlan 04 91 11 19 20 www.merlan.org H3 Bruno Beltrao Lucie Vangerven Mon Pinocchio Pascal Deboffle d’ombres, Jean-Pierre Lescot (également à l’affiche du PôleJeunePulic au Revest, voir page VII) dans une interprétation toute personnelle de l’œuvre de Carlo Collodi, Pinocchio. Grand classique de la littérature, personnage incontournable pour un marionnettiste, monter Pinocchio a été pour Jean-Pierre Lescot l’occasion de raconter l’histoire d’un enfant pas comme les autres, un enfant « sauvage » qui doit découvrir le monde. Et de passer de l’ombre à la lumière… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Spectacles présentés à la Friche Belle de Mai www.theatremassalia.com Dans la roulotte de Liouba… De sa roulotte sort un p’tit bout de femme venue d’ailleurs, Liouba, pétillante et colorée, grande voyageuse et rêveuse. De ses découvertes, elle garde quelques traces : poussière d’étoile, bout d’arc-en-ciel ou grains de sable... Quand la roulotte tourne et retourne en tout sens, des univers poétiques jaillissent où se bousculent danse, objets, tissus, musique. Des p’tites cartes postales en mouvement créées par la comédienne-danseuse Charlotte Smither, des p’tites aventures partagées, des p’tites comptines racontées. Et les bouts d’hommes en raffolent. M.G.-G. P'tites formes pour p'tits bouts X-D.R P’tites formes pour P’tits bouts Compagnie Bout d’Ôm de 18 mois à 5 ans mercredi 2, samedi 5 et dimanche 6 décembre 15h Théâtre du Tétard 04 91 47 39 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 1Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 96