Zibeline n°24 novembre 2009
Zibeline n°24 novembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de novembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : naissance du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 ARTS VISUELS GALERIE D’ART DU CG13 FONTAINE OBSCURE De la mère à l’enfant Un musée n’y suffirait pas pour évoquer la maternité, depuis les déesses préhistoriques de la fécondité jusqu’aux représentations contemporaines. Ce sujet est à la croisée de nombreuses disciplines : art, ethnologie, médecine, littérature, sociologie, biologie… Grâce à Jean-Roch Bouiller, commissaire de l’exposition Quelques figures de maternités, on entrevoit la récurrence de la question de la maternité comme cristallisation de « tous les enjeux liés à la reproduction humaine à l’échelle individuelle, familiale, de la société, de la civilisation voire de l’espèce ». Certes de manière parcellaire, mais néan-moins efficace : l’œil est invité à dépasser l’illustration pour comprendre le sujet, en effleurer sa dimension anthropologique, et inversement, à admirer tel bas-relief du XVI e siècle ou telle encre sur papier de Frédérique Lucien du XXI e siècle... Pour circonscrire le sujet, l’exposition favorise quatre approches : la première consacrée à l’amont de la gestation avec ses témoignages matériels de vœux formulés aux divinités de la fécondité et de la fertilité, et le thème chrétien de l’Annonciation Les Regards Croisés nous avaient habitués à travers de nombreux échanges avec des pays étrangers à la découverte d’artistes contemporains. Cette édition 2009 propose de se tourner vers une vision nettement plus patrimoniale pour célébrer le 30 e anniversaire du jumelage entre Aix et Grenade. L’intention est de rendre « hommage à des artistes qui ont photographié leur ville respective en des temps où cette pratique était affaires d’initiés ». On ressent dans ces deux expositions une certaine nostalgie comme lorsqu’on feuillette un album d’Eugène Atget enregistrant les dernières apparences de Paris. Au début du XX e siècle, Arturo Cerdá y Rico semble faire de même avec Grenade et ses environs, posant son imposant appareillage dans les rues, les boutiques ou la campagne andalouse pour fixer les gestes de ses contemporains. Ancrée à deux pas du cours Mirabeau, la famille Ely a pu constituer en quatre générations un important fonds documentant les évènements du pays aixois initié dès les années 1900 par Henry Ely. Un peu par hasard au milieu du siècle, Tommy Olof Elder, un Suédois en villégiature près de Grenade, capte les scènes de la vie quotidienne des habitants, principalement des gitans, dans le petit village d’Almuñecar. Mais autant les clichés modernes sur pellicule d’Elder et les autochromes de Cerdá, avec un traitement proche du pictorialisme, fixent ce qui va disparaître, autant Henry Ely enregistre et accompagne sur plaques de à la Vierge Marie. Le second à la gestation, quand la mère et l’enfant font corps, particulièrement présente dans l’iconographie contemporaine : douce et secrète Boîte close d’Agathe Larpent, terre cuite engobée aux formes généreuses de Loul Combes, Vanitas foetales disgracieuses de Saverio Lucariello qui représente le ventre de la femme comme un coquillage béant… La naissance, bien sûr, qui suscite la recrudescence de nombreux ex-voto « pour s’assurer des bons auspices du destin ». Et enfin le thème de la mère à l’enfant avec ses scènes d’allaitement (sereine Maternité blanche de Maurice Denis), et les relations mère-fille vues sous un angle plus psychologique aujourd’hui. En cela la vidéo de Maria Marshall, Pinocchio, fait l’effet d’une bombe à retardement. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Quelques figures de maternités jusqu’au 3 janvier Galerie d’art du Conseil général, Aix 04 42 93 03 67 www.cg13.fr o verre les avancées de la modernité en son siècle. Moins concernés par une approche artistique que par une démarche de reportage et de témoignage, ces photographes ont produit des images à valeur Katharina Bosse, Berge et Katharina 2 Children, serie A portrait of the Artist as a Young Mother, Paris, Galerie Anne Barrault Aux temps anciens Pour la célébration du jumelage Grenade/Aix-en-Provence, Regards Croisés remonte le passé au Musée des Tapisseries et à la galerie de la Fontaine Obscure documentaire historique, ethnographique et sociale qui possèdent cependant un charme plastique certain, plus d’un siècle après leur réalisation pour les plus anciennes. Pour les besoins de l’exposition, elles ont fait l’objet d’un c Henri Ely retirage digital. En une période où la dématérialisation numérique enfle et fait polémique, la dimension mémorielle de l’information -sa valeur d’archive visuelle notamment comme pour cette exposition avec certains de ses aspects artistiques- interroge les choix qui fondent la transmission patrimoniale. Quels seront alors les partis pris de la Fontaine Obscure pour le projet dans le cadre du jumelage avec Tübingen en 2010 ? CLAUDE LORIN Regards croisés Grenade/Aix-en-Provence jusqu’au 30 décembre Musée des Tapisseries Espagne années 60 Tommy Olof Elder jusqu’au 16 décembre Galerie Fontaine Obscure 04 42 27 82 41 www.fontaine-obscure.com o
ESPACE ÉCUREUIL VILLA NOAILLES ARTS VISUELS 49 Entre ciel et mer Dans les photographies de Cyrille Weiner, le littoral Hyèrois n’est pas « la Côte ». Pas de racolage bling-bling, ses photographies révèlent avec simplicité une autre manière d’habiter la presqu’île de Giens, les Îles d’Or. De s’approprier la mer. Pas de gros plans sur des hordes estivales ni de débordements criards : juste quelques rochers émergeant du ressac, deux ou trois parasols ouverts, quelques cabanons de bric et de broc, un joli chemin sans fin. Et toujours un cadrage plein ciel, une ligne d’horizon profonde qui structure la composition : une ligne de fuite idéale pour le regard à perte de mer… Guetteur contemplatif et solitaire, Cyrille Weiner a arpenté durant deux ans la presqu’île et ses terres voisines pour répondre à une commande photographique de la Villa Noailles à Hyères. Il s’est familiarisé avec le paysage jusqu’à s’y fondre, jusqu’à offrir « une déambulation poétique et une réinterprétation de l’île et du rivage ». Le fruit de son abandon à la nature fait l’objet d’une exposition et d’une publication produites par la Villa Noailles, qui a déjà offert quatre cartes blanches à Joël Tettamanti, Olivier Amsellem, Erwan Frotin et Charles Fréger, heureux bénéficiaires de conditions de travail professionnelles (50000 euros de budget moyen par résidence). « C’est le résultat d’une envie partagée, souligne Jean-Pierre Blanc, son directeur, d’une volonté de faire prendre conscience aux gens de leur environnement et de leur patrimoine ». Selon leurs projets, et en résonance avec les champs d’investigations de la Villa Noailles, les résidences comptent parfois de longues périodes de gestation. « A priori, remarque Jean-Pierre Blanc, les artistes viennent avant tout pour l’architecture mais ils découvrent l’environnement, se l’approprient plus largement et réagissent au lieu et à ses projets dans les domaines de la mode, de l’architecture et du design ». Souvent le travail évolue en cours de route, comme pour Erwan Frotin qui réalisa ici ses premiers portraits botaniques. Le rongeur qui promeut La saison 2009 se terminera à l’Espace Ecureuil en deux expositions triturant le portrait en peinture, puis de la photographie. Et toujours des conférences Malgré un horizon qui se voit tourmenté par la crise financière, la Fondation de la Caisse d’Epargne poursuit son œuvre de mécénat en faveur de la culture et de la création artistique en particulier, sans oublier, en parallèle à la présentation de créateurs de renom, la promotion des jeunes talents émergents. Ainsi l’Espace Ecureuil vient d’offrir Linjiao Li - Sans titre (serie Au bord) - 2007 - tirage argentique - 58 x 40 cm sa première exposition à Jean- Philippe Gibergues, formé à l’école supérieure des Beaux-arts de Marseille. Ses peintures de bon format, qui s’intéressent particulièrement à la figuration humaine, évoquent James Ensor ou Egon Schiele pour la dramatique irrévérence, Botero pour les rondeurs et Lucian Freud pour la facture. Dans une esthétique proche, questionnant aussi le portrait, suivra l’exposition d’Alix Paj qui utilise de manière peu conventionnelle l’encre de chine sur support d’acétate et p.v.c. Pour conclure l’année, Linjiao Li suspendra ses photographies aux cimaises de la rue Montgrand. Ne pas se priver aussi des conférences en histoire de l’art concoctées toute l’année par Jean-Noël Bret, qui invite cette fois-ci Bernard Lafargue, rédacteur en chef de la revue Figures de l’art pour l’édition des actes du colloque consacré en 2008 à Daniel Arasse, le 30 novembre à 18 heures. CLAUDE LORIN Hyeres, L'Almanarre, de la serie Presque ile, 2009. C-print 60 x 70 cm La commande photographique est liée à l’histoire de la Villa Noailles : si le plus célèbre des artistes en villégiature fut Man Ray, les années 1995/96 accueillirent Bernard Plossu, Jacqueline Salmon, KarlLagerfeld et Stéphane Couturier. Pour autant, la Villa n’a pas vocation à constituer une collection, faute de moyens financiers et de conditions de conservation requises. En qualité de centre d’art, elle possède de nombreuses archives sur son histoire contemporaine, notamment sur le Festival international de design et le Festival international de mode et de photographie. Mais elle reste résolument tournée vers les talents prometteurs et vient de confier à Grégoire Alexandre, fraîchement lauréat du Prix de la Fondation HSBC pour la photographie, un nouveau projet in situ qui verra le jour en 2011. Les impatients pourront toujours se consoler en découvrant son travail en novembre au Musée d’art contemporain de Marseille. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Presque île Cyrille Weiner Exposition prolongée jusqu’au 3 janvier 04 98 08 01 98 www.villanoailles-hyeres.com De Chair et d’encre Alix Paj, peintures jusqu’au 4 décembre Le poids de la lumière Linjiao Li, photographies jusqu’au 29 décembre Espace Ecureuil 04 91 57 26 49 www.fondation-ecureuil.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 1Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 96