Zibeline n°24 novembre 2009
Zibeline n°24 novembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de novembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : naissance du théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 THÉÂTRE La table aux récits Catherine Marnas reprend à Briançon et à la Friche son Banquet fabulateur. Une pièce festive et conviviale où les histoires circulent à foison, de bouche en bouche, comme les seuls véritables mets de choix… Tout cela porté par sa bande de comédiens, comme toujours exceptionnels. Zibeline : Comment est née cette idée d’un banquet où l’on se nourrit de textes ? Catherine Marnas : D’une carte blanche offerte par Annette Breuil (Directrice des Salinsndlr). C’est une forme qui laisse place aux coups de cœur, à l’idée de création collective : j’ai demandé aux acteurs d’amener ce qu’ils avaient dans leurs « malles d’imaginaire ». Autour du texte de Nancy Huston, L’espèce fabulatrice, nous avons bâti un hommage à la fable, avec ce que chacun a apporté : Feydeau, Hamlet, une comédie belge, Nougaro… et Platonov. Pourquoi, puisque l’on n’y mange pas même si l’on y boit, se retrouve-t-on à table ? La convivialité aujourd’hui passe presque exclusivement par la gastronomie ! On voulait provoquer le partage autour d’autre chose, d’intelligence, de fables, tout en gardant ce dispositif amical, qui rapproche des comédiens. Ils sont assis à table, on les voit prendre leur rôle après vous avoir servi à boire. D’ailleurs, quand Franck Manzoni endosse Platonov, cela a quelque chose à voir avec la possession, avec le repas de Festen… ENTRETIEN AVECC. MARNAS THÉÂTRE NONO Le Banquet fabulateur Pierre Grosbois Mais pourquoi vouliez-vous rendre cet hommage à la fable ? Parce que cela permet d’aborder différemment le problème de la culture. De savoir que ce qui nous constitue n’est pas notre fric, notre Rollex, mais notre imaginaire. Notre faculté d’inventer. C’est quelque chose que nous perdons très vite en ce moment, l’admiration envers ceux qui inventent des histoires. Aujourd’hui Koltès, qui a presque toujours vécu comme un marginal, serait considéré comme un looser. Mais cette faculté d’inventer des histoires est aussi utilisée comme moyen d’oppression. Oui. Nancy Huston aborde longuement le problème du Story Telling, de ces fictions utilisées quotidiennement pour conditionner les soldats ou convaincre les électeurs, influencer les consommateurs. Nous avons choisi de laisser de côté cette partie-là de son essai : cela aurait été trop long, trop complexe, et nous voulions une forme festive… ENTRETIEN RÉALISÉ PAR AGNES FRESCHEL Le Banquet Fabulateur Du 19 au 21 nov La Cadran, Briançon (05) 04 92 25 52 52 Du 8 au 18 déc Salle Seïta, La Friche 04 91 64 41 90 www.parnas.fr Fraternels Fratellini On est heureux de retrouver enfin les NoNo à Marseille, pour une création en collaboration avec l’Académie Fratellini, mise en scène par Serge Noyelle du 12 au 14 nov à Marseille, puis du 19 nov au 12 déc à Paris. Un baiser, GoGo est composé de numéros successifs de cirque parfaitement exécutés par de jeunes artistes virtuoses, aux caractères bien trempés : un duo de portés lents particulièrement o beau, exécuté par un couple amoureux et violent, qui s’offre et se refuse, se cherche et se fuit ; un numéro de jonglage général dans tous les sens avec assiettes et verres, impressionnant de précision ; du mât chinois, du cerceau, un mur, du tissu aérien (monté sur élastique, le numéro le moins réussi sans doute) ; du hip hop, des claquettes, des acrobaties… Mais le plus étonnant dans ce Petit cabaret cirque est Un baiser, Gogo Cordula Treml le liant constant de l’ensemble, qui permet d’installer une ambiance générale. Autour d’une mélodie à l’accordéon, qui s’élève jusqu’au tango et redescend en ritournelle. Autour de la thématique simple de la table qu’on installe, chaises, verres, assiettes. Autour du motif, plus inquiétant, de l’envahissement. Autour, surtout, d’une communauté visible entre des artistes qui forment troupe et chœur, et font ensemble un spectacle fraternel. AGNES FRESCHEL Les Nono nous offrent un autre spectacle dans la foulée : Serge Noyelle met en scène cinq de ses comédiens pour des Contes érotiques de Noël, écrits par sept écrivains autour de thématiques communes : la ville, le temps présent, l’érotisme et Noël. Il y en aura en revanche pour toutes les humeurs, caressantes, sauvages, amusées, cruelles ou tragiques. Mais rien pour les enfants ! Les Contes érotiques de Noël interdits aux enfants Théâtre NoNo, campagne Pastré Du 10 au 18 déc 04 91 75 64 59 www.theatre-nono.com
CRIÉE MASSALIA BERNARDINES GYPTIS GYMNASE TOURSKY THÉÂTRE 15 Sine die ? En l’état actuel de l’avancement des expertises amiante, la Criée espère pouvoir continuer à jouer en ses murs. Mais la programmation du Grand Théâtre reste pour l’heure aléatoire, et la Nuit des Rois est de toute façon repoussé… Seules quelques dates seront maintenues dans la petite salle. On se réjouit vraiment que Phèdre (Petit Théâtre, voir p 12 et 13) vienne voir le soleil pour la dernière fois tous les soirs du 9 au 19 déc. Et que le Macbeth d’Heiner Muller mis en scène par Angela Konrad, prévu lui aussi dans le Petit Théâtre de la Criée, y voit surgir ses sorcières et ses spectres du 2 au 6 déc : une des missions majeures des Centres Dramatiques Nationaux est de (co)produire des compagnies de la région, conventionnées ou non. C’est pour cela, entre autres, qu’ils bénéficient de subventions importantes de l’État, pour aider à la naissance de spectacles artistiquement ambitieux, comme sont ces trois productions. Espérons que ces trois metteurs en scène résidant dans la région (Jean-Louis Benoit, Angela Konrad, Renaud Marie Leblanc) pourront donner à voir leur travail cette année à Marseille… Et après eux Xavier Marchand, Frédéric Flamand, Hubert Colas… Quant au Hamlet Cabaret de Mathias Laghoff les spectateurs en sont d’ores et déjà privés, et le Palais des glaces prévu également en novembre est reporté sine die… D’autres spectacles auront lieu, espérons-le, ces prochains jours. Ils viennent d’ailleurs pour s’installer dans la Grande Salle, si elle est praticable : Nathan le Sage, du 3 au 5 déc (voir page 18), et Médée mis en scène par Laurent Fréchuret du 8 au 11 déc… Jean-Louis Martinelli devrait venir ensuite, puis Pippo Delbono. Les pouvoirs publics mesurent-ils bien l’impact qu’aurait sur la vie culturelle de la région une deuxième saison annulée peu ou prou à la Criée ? Les 65 000 spectateurs Macbeth Christiane Robin annuels de ce théâtre valent-ils moins que les 50 000 du stade vélodrome frustrés de leur PSG-OM, ou a-t-on moins peur de leurs exactions ? Sans parler des deux techniciens malades, qui ont déposé plainte contre X pour mise en danger de la santé d’autrui… AGNES FRESCHEL Étrange Massalia accueille le Théâtre de la Mezzanine pour une performance particulière : enfermés dans une installation dans le hall de la Cartonnerie les acteurs nous donnent une vision du désastre à travers des meurtrières. On pourra y apercevoir leur univers, une station service déglinguée et maculée d’huile de vidange, de machines, d’une radio, d’un tank. Univers crépusculaire où les humains se comportent étrangement… Côte d’Azur Du 19 au 28 nov La Friche 04 95 04 95 70 www.theatremassalia.com Cagien Le collectif IRMAR (Institut des Recherches Menant À Rien) présente une création intitulée Du caractère relatif de la présence des choses. Tout un programme ! Ils se placent dans la lignée de la musique expérimentale, de l’installation, du happening et de la performance. C’est aussi sous-titré : un événement qui doit beaucoup à John Cage. Qui peut être un fort bon parrain. Ou pas ! Du caractère relatif de la présence des choses Les 19 et 20 nov Montévidéo 04 91 37 97 35 www.montevideo-marseille.com Romantique Françoise Chatôt recommence ses Caprices ! Après le succès de la création de son Musset, dans les murs du Gyptis et en tournée, il revient pour quelques jours dans les murs du théâtre marseillais. Écouter Musset est toujours un plaisir extrême, le découvrir un privilège, surtout pour les adolescents à la découverte des premiers émois amoureux. Ne les en privez pas, d’autant qu’Octave (Guillaume Clausse) brûle ici la scène… Les Caprices de Marianne Du 1er au 5 déc Le Gyptis 04 91 11 00 91 www.theatregyptis.com Quintuplé Alain Béhar revient lui aussi aux Bernardines, avec une pièce pour cinq hommes, écrite après une recherche dans un laboratoire marseillais de neurosciences. Une pièce sur la conscience, masculine peut être, intime sûrement. Dans la langue travaillée et poétique qui fait la spécificité de son écriture scénique, il représente ici un cerveau déployé et traversé d’influx divers, désirs, pensées, fantasmes, sollicitations. Mô Du 16 au 19 déc Les Bernardines 04 91 24 30 40 www.theatre-bernardines.org Mô Mathieu Lorry-Dupuy Comique Un solo de Paul Dewandre qui fait du bruit et polémique, après la sortie d’un hyper best seller de John Gray (40 millions d’exemplaires vendus), que d’aucuns ont qualifié de sexiste. Il épingle en fait les comportements caricaturalement opposés des hommes et des femmes dans le jeu social de la séduction et la vie de couple. En tant que constat d’un état de fait, le spectacle peut être drôle, si on ne le prend pas pour la description d’un état naturel, mais pour la caricature de comportement trop souvent répandus… Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus du 24 au 28 nov Le Gymnase www.sudconcerts.net Obsédé Les Trois Sœurs de Youri Pogrebnitchko sont en tournée en France et en Suisse, et passent bien sûr par les Bernardines. La collaboration entre Alain Fourneau et le metteur en scène russe n’est pas nouvelle. Tchékhov, cette pièce surtout, est une obsession pour Pogrebnitchko qui n’arrête pas de l’explorer, sondant le sentiment amoureux, rendant la relation toujours plus actuelle et percutante, loin de la langueur. En russe surtitré, par une troupe de jeunes comédiens, avec deux musiciens, et de la chair. Les Trois Sœurs Du 10 au 13 déc Les Bernardines 04 91 24 30 40 www.theatre-bernardines.org Classiques Michel Bouquet est l’hypocondriaque Argan dans la mise en scène de Georges Werler du Malade imaginaire. Entouré d’une troupe de comédiens qui tous excellent dans le registre de la comédie, dont la formidable Juliette Carré qui joue une Toinette insoumise à souhait, Michel Bouquet donne à voir et à entendre une interprétation impressionnante. Antoine Bourseiller met en scène Lorenzaccio dans une forme épurée, une adaptation rigoureuse et énergique du chef-d’œuvre de Musset, avec Alexandre Ruby dans le rôle-titre. Le Malade imaginaire Du 19 au 21 nov Lorenzaccio Les 11 et 12 déc Théâtre Toursky 04 91 02 58 35 www.toursky.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 1Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 24 novembre 2009 Page 96