Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
74 SCIENCES LE CARBONEC, nous comptons sur toi Le Carbone, symbole chimique « C », masse atomique 12,0117 g. Cet atome et les molécules auxquelles il participe sont si petits que, bien évidemment, nous ne pouvons les manipuler que collectivement, en masse. Les chimistes ont inventé pour cela « l’atome-gramme » qui représente la masse d’un nombre conventionnel, suffisamment grand, défini arbitrairement, de l’entité considérée. Le Sieur Amadeo Avogadro(1776-1856), physicien et chimiste turinois, découvre vers 1809, confortant ainsi les hypothèses de la théorie atomiste, que deux volumes identiques de deux gaz distincts (par exemple O2, gaz dioxygène ou H2, hydrogène gazeux), sous des conditions identiques de température et de pression, contiennent le même nombre de particules. Il est le premier ainsi à distinguer les entités « moléculaires élémentaires » -ce que nous appelons aujourd’hui les atomes- des entités moléculaires complexes -nos « molécules actuelles ». Cette découverte débouche rapidement sur la mise en évidence du concept de masse atomique des différents éléments et leur calcul. JohannJosef Loschmidt (1821-1895), physicien autrichien, est le premier en 1865 à déterminer approximativement le nombre d’Avogadroc’est-à-dire le nombre d’entités contenues dans un atome-gramme d’un élément pur simple. Mais il faut attendre 1971 pour que les scientifiques conviennent d’une unité de base du système international commune : « la mole » qui est la quantité de matière d’un système contenant autant d’entités élémentaires qu’il y a d’atomes dans 12 grammes de l’isotope 12 du carbone. Et il faut bien dire qu’il y en a très-trèsbeaucoup (6,02 10 23 soit six cent deux mille milliards de milliards). Le diamant C est éternel Faut-il taxer le carbone ? Au nom du profit éco-compassionnel le libéralisme vert jette le carbone avec l’eau du bain primitif. L’atome qui fonde l’existence même du vivant va être taxé de tous les maux. Les pauvres seront-ils… carbonisés ? C la vie…C rare…C cher Il existe actuellement, dans l’univers, à la connaissance humaine, 117 éléments. Chacun constitue une entité atomique distincte qui se classe selon son numéro atomique (le nombre de proton de son noyau) dans une classification périodique encore appelée tableau de Mendeleïev. Dans la vieille croûte de notre bonne Terre, on ne trouve que 94 d’entre eux avec des abondances naturelles tout à fait variables. Ainsi l’oxygène [O] arrive très largement en tête avec 46% de la masse, suit le silicium [Si] avec 28% et notre pauvre carbone n’est taxé que de la 17 e position avec seulement 0,02%. Cependant dans l’univers il se place mieux puisqu’il arrive en 4 e position avec 0,4% derrière l’oxygène, son grand vainqueur à 1%. Tonkin Prod. S’il est bien timide sur Terre, notre C ne nous en est pas moins cher. Bien que constituée de 60 à 90% d’eau, nous résultons impérieusement de l’organisation complexe des molécules organiques, selon « la logique du vivant » de François Jacob [1970]. Si l’azote [N], l’oxygène [O], l’hydrogène [H] constituent les instruments principaux de l’orchestre de la symphonie organique, le carbone en est le chef incontesté car c’est lui qui forme par ses enchaînements le squelette fonctionnel des propriétés spécifiques de la molécule. Et si le gaz carbonique [CO2], le méthane [CH4] ou le sulfure d’hydrogène [SH2] sont voués aux gémonies par l’éco-logie intégriste, il ne faut pas oublier que nous en résultons, et ce dès l’époque où nous nous la coulions douce dans le bain primitif. Cet odieux CO2 Et voilà qu’on impute à l’immonde CO2 l’étouffement progressif de notre planète par « effet de serre ». Si on admet que la contribution des émissions carbonées participe au réchauffement climatique, on ne peut ignorer la possible prépondérance des phénomènes thermiques cycliques cosmiques qui rythment notre planète. Et elle en a connu bien d’autres ! Les gigantesques émanations et projections que l’atmosphère a subies durant la « crise volcanique » du crétacé à la fin de l’ère secondaire est sans commune mesure avec ce qui se joue actuellement. Il est d’ailleurs probable que c’est la densification des substances carbonées dans l’atmosphère qui inaugure l’explosion de la diversité biologique du tertiaire. Mais aujourd’hui, dans la société sécuritaire libérale, il faut en permanence trouver un coupable là où autrefois la science ne cherchait qu’une explication. Et comme en matière de connaissance désormais il n’y a qu’un impératif c’est… vendre, on va nous vendre notre propre culpabilité. Mieux encore, on nous vend la culpabilité de manger, de respirer, de péter, de vivre. Car bien sûr les choses
75 essentielles telles que les guerres en Irak, en Afghanistan… les essais nucléaires dans certains archipels… les trafics de déchets dans le sud italien… tout cela est éminemment biocompatible, bio-éthique, bio-moral. Il faut sans doute les encourager car cela crée de l’emploi. Non, ce qu’il faut rééduquer c’est le péquin ! Ce fumeur, ce chauffeur d’où nous vient tout le mal. Et connaissez-vous une meilleure méthode pédagogique dans la société des marchands que de faire payer la formation citoyenne ? Taxer… voilà qui est éducatif ! Si tu peux plus payer… tu crèves, et donc tu ne pollues plus… Logique ! En 2008, les rentrées fiscales provenant des produits pétroliers occupaient le 4 e rang, derrière la TVA (129,9 milliards d’euros), l’impôt sur le revenu (51,8 milliards d’euros) et l’impôt sur les sociétés (49,2 milliards d’euros). Augmenter les taxes indirectes pour alléger l’impôt sur les revenus, voilà une idée qu’elle est bonne, éducative et surtout d’une immense justice sociale. Allez mon ami le carbone, si tes actions remontent en bourse, je te reverse tous les bonus écologiques possibles sur l’argent des contribuables ! YVES BERCHADSKY Sciences émancipatrices La culture scientifique et technique de masse : une arme pour combattre la misère en afrique. Un séminaire international sur « la culture scientifique au sud » s’est tenu les 29 et 30 septembre à la Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Ce séminaire, organisé par l’Institut de Recherche pour le Développement [IRD] en partenariat avec le Ministère des affaires Etrangères et la Région PACA, avait pour objet de cerner les enjeux et perspectives, pour l’Afrique, de la diffusion dans les populations de la culture scientifique. Cette manifestation, qui a rassemblé 180 personnes sur deux jours dont le tiers représentait dix pays du continent africain, clôturait un ambitieux projet mené par l’IRD sur 4 ans. L’Institut de Recherche pour le Développement, dont le siège est désormais basé à Marseille, avec ses 2200 agents dans le monde, a pour mission de développer des projets scientifiques centrés sur la relation Conférence-débat lors du séminaire sur la culture scientifique au Sud organisé par l’IRD à Marseille IRD - Daina Rechner entre l’homme et son environnement dans la zone intertropicale. Ces deux journées ont permis de dresser un bilan plus que positif du programme bâti en 2004 autour de la promotion de la culture scientifique et technique dans les pays du sud. Ce projet, premier de cette ampleur à mettre en œuvre un véritable programme de passage du savoir scientifique dans la société civile africaine, a été couronné de succès. Il postulait que l’acquisition d’une culture scientifique et technique permet aux sociétés du Sud de mieux s’inscrire dans le processus de développement durable et aux citoyens de cette partie du monde de devenir des acteurs à part o entière de ce développement. Il n’est de meilleure arme contre la misère et la soumission que d’acquérir la maîtrise de son univers ; non pas pour le soumettre mais pour se défendre d’y être dominé. Une belle et originale perspective que des scientifiques mettent à la disposition des peuples pour s’émanciper et prendre enfin en mains leurs destinées. Y.B. Institut de Recherche pour le développement www.latitudesscineces.ird.fr Au programme... Puis vint l’automne et la foudre et la pluie et les autans… qui changèrent nos âmes en poudre. Heureusement que la Fête de la science, du 16 au 22 nov, annonce un été indien des connaissances et la pollinisation du savoir. Les Zibulles de savants de Marseille et d’ailleurs peuvent encore proposer des animations scientifiques et techniques sur le site : www.drrt-aca.com/images/stories/FETEDELASCIENCE2009/apl_participation.pdf. Cette année la fête gravitera autour de deux astéroïdes temporels : « l’Année mondiale de l’Astronomie » et le « Bicentenaire de la naissance de Darwin ». Dans cet univers astro-physico-darwino festif, et dans le cadre du Mois du Film Documentaire, l’association Polly Maggoo programme diverses séances de films en région PACA, en présence des cinéastes et de chercheurs. Les deux premières séances Cinésciences auront lieu : - À Gap : « DARWIN », le 17/11 à 20h00 à l’Espace culturel Cinéma Le Royal, en partenariat avec Gap Sciences Animation - À Nice : « RECHERCHES » le 18/11 à 15h30 au Grand Amphi au « Village des Sciences » du Campus de Valrose, dans le cadre de « l’université des lycéens » en partenariat avec l’institut Robert Hooke de culture scientifique. Nous profitons de cette annonce pour informer nos aimables Zinéphiles que l’édition 2009 des Rencontres Internationales Science et Cinéma [RISC], organisées habituellement en novembre par Polly Magoo, sont reportées à 2010… sine die. Espérons pour la diffusion de la culture scientifique et technique que cette intéressante et originale manifestation ne soit pas remise… ad patres. Rappelons d’autre part au Zibelnébuleux que l’Année Mondiale de l’Astronomie 2009 (AMA 09), à laquelle participent 120 pays, s’est ouverte à l’UNESCO, à la mi-janvier. En PACA, nombre d’amateurs et de professionnels de l’astronomie souhaitent offrir au public l’occasion de découvrir et de partager leur « passion du ciel » au travers d’un riche programme de manifestations proposé tout au long de l’année. Votre Zibelserviteur vous conseille d’aller sur le site de la Coordination PACA de l’AMA09 qui, avec le soutien du Conseil Régional PACA et de la DRRT, est notamment chargée de recenser l’ensemble de ces activités dans la région (http://astropaca.net/). Deux expositions sont proposées : - Galilée, explorateur de l’Univers du 8/10 au 31/12 au musée La Maison de Nostradamus à Salon-de-Provence. Deuxième volet d’une thématique plus large qui s’intitulait « Galilée, 1609-2009, un an, une vie », cette deuxième partie mettra plus précisément en valeur les travaux de l’astronome qui a enseigné à Padoue et mis au point, à Venise, non loin de là, sa lunette astronomique, en 1609. - Telescopium, exposition réalisée par l’Observatoire Astronomique de Marseille Provence, en collaboration avec notre bien aimé Museum d’Histoire Naturelle du Palais Longchamp de Marseille. Nous en avons déjà parlé mais elle est prolongée jusqu’au 10 janvier 2010, et nous insistons sur son intérêt. Y.B.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96