Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
46 MUSIQUE CONCERTS Le Coq et l’Arlequin D’après un certain Jean Cocteau couchant sur papier ses aspirations patriotiques à propos d’une musique française devant abjurer sa dépendance à son encombrant voisin germanique, voici ce qui vous attend : le Coq (musique bien de chez nous) et l’Arlequin (mosaïque kaléidoscopique venue d’ailleurs). Chauvinisme oblige commençons par notre jardin avec la création de Dégun de la Canebière, opérette rock marseillaise des Quartiers Nord (5 au 7/11 à 21h au Toursky). Du côté du théâtre des Doms en Avignon c’est Novembre en chanson qui vous tend les bras dans une association franco-belge : Saule et les pleureurs/Eddy la Gooyatsh mais attention spectacle délocalisé au Grenier à Sons de Cavaillon (14/11 à 21h). Côté swing, la cave à jazz de Charlie Free à Vitrolles accueille le Time out trio (7/11 à 21h) alors qu’au Théâtre de Nîmes il faudra compter sur Richard Bona avec Pierrick Pedron en 1 ère partie dans le cadre du festival l’Agglo au rythme du jazz (17/10 à 20h30). N’oubliez pas la presque française Jane Birkin au théâtre du Gymnase (13 et 14/11 à 20h30) dans son spectacle Enfants d’hiver où elle chantera ses propres textes bien mijotés sans oublier les plus belles chansons de Serge ! On peut maintenant étaler notre arlequin tout en couleur : la nouvelle génération flamenca du Français Juan Carmona au Comœdia à Aubagne vous attend pour les Nuits Flamencas (7/11 à 21h). On dérive un peu et nous voilà en plein jazz manouche et pas des moindres avec Tchavolo Schmitt qui nous honore de sa présence au Cadran de Briançon (20/10 à 20h30). Même lieu d’accueil pour Ferenc Vizi et son programme XIX e au piano, après tout la musique dépasse les bornes et les frontières (13/11 à 20h30). Le Théâtre Durance de Château-Arnoux programme Piazzola, histoire du tango à vivre avec The Renegades Steel Orchestra (14/11 à 21h). Et pourquoi ne pas tenter le revival Nina Simone au Carré de Sainte Maxime ? The black rock coalition orchestra sera bien là (18/10 à 20h30) après son passage électrifié aux Salins à Martigues (le 16/10). Richard Bona Betote Akwa Renegades Steel Orchestra Marc Roger Que reste-il ? À Arles le Cargo de nuit bien sûr et les fameux Hocus Pocus pourtant bien français au show fracassant (7/11), mais surtout les New Model Army pour les connaisseurs et notre plus grande joie (8/11). Et vu qu’une bonne nouvelle arrive rarement seule, le groupe britannique des années 90 And also the trees vient présenter son nouvel album sur la scène du Poste à Galène (3/11). Question bonne surprise pensez à virer vers Istres pour découvrir la prometteuse Alice Russell à l’Usine (31/10) en revenant vers l’Espace Julien pour Pascale Picard (18/11). Et dire que Placebo repointe son nez au Dôme (6/11) ! Ça promet… FRÉDÉRIC ISOLETTA Guitares acoustiques aux accents brésiliens… Jo Vurchio, guitariste, vit à Marseille et a connu Toninho Ramos, compositeur guitariste brésilien, lors de Musicoramos, des rencontres entre guitaristes et chanteurs en région parisienne. C’est au Cri du Port, dans le cadre de l’événement Jazz sur la Ville, qu’ils se sont produits en duo le 8 oct. La violão de sete cordas (guitare à 7 cordes) qu’utilise Toninho Ramos apporte, par sa corde additionnelle, une étendue de possibilités dans les graves. Le duo des musiciens, qui menaient tour à tour le dialogue, a conquis un public vraiment attentif, distinguant bossa nova, samba, choro, baião, autant de formes musicales des régions du Brésil, qui ont pour racines communes la culture des esclaves noirs venus d’Afrique atlantique. La maîtrise technique de l’instrument, la virtuosité des deux guitaristes laissaient deviner les percussions si typiques de cette musique telles le surdo, les claves, le tambourim ou encore le reco-recoreproduisant le coassement de la grenouille. Un moment exceptionnel. … jazz et bien d’autres encore... Cave à Jazz de la Cité de la Musique le 5 oct : cordes, cuivre, rythme et voix : un quartet étonnant formé autour d’Alain Richou à la guitare nylon et de Didier del Aguila à la guitare basse. Alain Richou a d’abord étudié le piano avec Michel Petrucciani pour se découvrir une passion pour la guitare. Il développe aujourd’hui des compositions très personnelles empreintes de religiosité intemporelle. Didier Del Aguila, compositeur également, a fait preuve de son talent pour l’improvisation. Tous e Alice Russell Digby Oldridge Armel Bour deux ont démontré qu’ils sont de grands techniciens dans leur art. Notamment dans Nouvelle terre qui remémore les vieux vinyls perdus de la série des Return to Forever ou encore le « souvenir de l’immédiat », selon la formule d’Alain Richou, évoqué par le morceau Rappelle toi qui prend des couleurs arabo-andalouses. L’adjonction du trombone de Francesco Castellani apporte un côté langoureux et glissé au son, une rondeur, ou encore une nuance sud-américaine. Quant à Jean-Luc Difraya, voix et percussions, il fut un brin démonstratif et parfois excessif. Dommage ! DAN WARZY Jazz sur la ville se clôture le 19 oct à la Cité de la musique avec le lancement du disque de Raphaël Imbert New York Project (voir p 60) et Ahmad Compaoré Quintet (Musique Rebelle)
Vivement la fin de semaine… La programmation des salles de la région reste un brin frileuse en cet automne, annulant Nadiya et Sherifa Luna (et reportant Lara Fabian, rien de bien grave !). À part l’ancien Stones Mick Taylor (le 22 à l’Espace Julien) et un plateau reggae prometteur le 19 au Cabaret aléatoire (la première tournée de Rootz underground épaulé par le français Danakil), tout se déroulera les week-ends : le 23, Mulatu Astatke mêle son vibraphone éthiopien aux techniques des Heliocentrics, le lendemain est prévu un grand bal populaire à Aubagne avec les Barbarins fourchus, mais aussi du sérieux avec Joseph Arthur au Poste à Galène (le 24). Notez aussi L’aventurier du son es Joseph Arthur X-D.R. la venue surprise de No Jazz au Paradox avec un nouvel album Zooland (pensez à réserver !). Une semaine se passera avant de partager la folie de Puppa Chubby à Istres (le 30) ou le zouk des Aiglons historiques de Gwada (le 31), à moins d’être tenté par les revenants Leda Atomica qui accompagneront le film Nosferatu… pour la soirée Halloween (au Kféquoi de Venelles le 31). Cela s’active ensuite, avec les américains de Groundation au Dock (le 6), Maymun et son hip hop reggae funk rigolo à l’Intermédiaire le 7 et l’enturbanné Sizzla le lendemain, pour un ragga à 18h tapante… Deux jours seulement à attendre avant de retrouver un jour ferié ! le 10, ambiance des îles pour le 30 e anniversaire du groupe Kassav au Dock ou le rythme latino du fondateur de Los Fidèle à une singularité exigeante qui le caractérise depuis le début de sa carrière, le pionnier Erik Truffaz, trompettiste suisse, n’en finit pas de sonder, en défricheur infatigable, les secrets et richesses de l’alchimie des styles musicaux et des sons. Fruit de ses récentes explorations, le Paris project, émanation de l’album Paris enregistré par le label Blue Note se faisait entendre le 10 oct à Châteauvallon. Aux côtés de Truffaz, Sly Johnson, transfuge du groupe Saïan Supa Crew, chanteur et talentueux beat boxer officiait au micro ainsi qu’un complice de longue date, Philippe Garcia à la batterie et au sampler. Pour créer une atmosphère sonore homogène, le groupe s’était adjoint la présence de Salvatore Dardano en tant qu’ingénieur du son, qui a superbement œuvré dans l’ombre. Les puristes du jazz seraient déconcertés par cette prestation tant la musique semble figée par la présence des machines. Mais ce qui est perdu en spontanéité est retrouvé en atmosphère : bien que contraint par des boucles hypnotiques, le groove était présent, et magnifiquement mis en valeur par la voix qui alternait de basses profondes et chaleureuses en rythmes hip hop finement articulés, offrant un contraste saisissant avec le jeu aérien au son de réverb si caractéristique du trompettiste. En duo comme en trio avec batterie, les musiciens ont finalement servi un set très proche de l’enregistrement, avec des compositions originales et des reprises, certes sans surprise, mais avec une énergie et un enthousiasme communicatifs. EMILIEN MOREAU Eric Truffaz et Sly Johnson X-D.R. La plus belle pour aller danser… Ne boudons pas notre plaisir, la Fiesta reste incontournable, même concentrée sur cinq dates seulement cette année Les coups de cœur de Bernard Aubert, le directeur de la Fiesta, restent Avishai Cohen (jeudi 22) et Charlie Winston (vendredi 16), « écoutés tout l’été », même si la surprise pourrait être l’icône du Rock 80’s, Nina Hagen (samedi 17) ou l’énigme Christophe (samedi 24). N’hésitant pas à donner carte blanche à des acteurs qu’il soutient, Bernard Aubert veut réunir les publics, pour la soirée hip hop/électro (vendredi 23) par exemple, afin de partager la fête ensemble. La parenthèse Marsatac s’est refermée définitivement, « un mariage gâché, qui ne pouvait se réparer et devait donc se séparer », puisque Marsatac, hôte relogé in extremis, n’y a pas trouvé l’acoustique à son goût et s’est jugé trop à l’étroit, n’écoutant pas le public visiblement satisfait (voir p 45)… La Fiesta réinvestit le tapis rouge des Docks avec « plus d’ambitions », et un peu plus d’un million d’euros de budget. Fidèle à des amis comme Khaled (le 24), elle accueille cette année Juan Carmona (1er concert à la Fiesta en 96 pour son premier album), avec tout le « gratin » du Flamenco et un orchestre symphonique (le 22). Seule déception avant le coup d’envoi, l’annulation de dernière minute du Jamaïcain Chaka Demus. Tout devrait plaire au public, avec en nouveauté grands écrans et autres fioritures (comme une démonstration de Cocktails), des expos un peu partout dans les containers, et des navettes gratuites pour rentrer. L’équipe, citoyenne, s’est mise au tri sélectif et gobelet unique, et invite une centaine de SDF, par l’action de la Fondation Abbé Pierre. Même l’acousticien invité à la conférence de presse semble satisfait des améliorations opérées… Il n’y a donc que des bonnes raisons pour partir danser à la Fiesta comme on part en vacances. Un voyage qui s’ouvrira l’an prochain au Mexique, et a déjà lancé l’invitation à 13 pays… pour 2013 ! X-RAY La Fiesta des Suds Du 16 au 24 oct Docks des Suds 04 91 99 00 00 www.dock.des.suds.org 47 Van Van à l’Espace Julien, puis le 13 une soirée flamenco avec Louis Winsberg à l’Espace Julien présenté par la Meson, ou Latino au Dock pour une grande nuit qui promet d’être chaude avec El Canario. Le lendemain, le 14, 24 kw de Dub à l’ancienne avec King Shiloh (à l’Affranchi) pour les plus robustes, ou soirée jazz Africaine à Châteauvallon avec Dobet Gnahoré, avant Neneh Cherry. Enfin, (voir p 58) le Portail Coucou vérifiera l’ADN de Jo Corbeau le 17 oct et les empreintes de Toko Blaze le 14 nov. X-RAY De deux choses l’une Une pierre deux coups comme on dit ! Marion Rampal et Kabbalah seront au Forum de Berre pour le premier café concert de la saison (le 17/10 à 19h et 21h). Tout d’abord le Own Virago de la géniale Marion vous invite à fêter la sortie de son disque. Jazz, rock et improvisation, tout y passe pour une rencontre à savourer. Ensuite ? Tradition klezmer et influences actuelles, les Kabbalah vous feront valser entre orient et occident pour se poser en Europe centrale. Révélation de l’édition 2009 du Printemps de Bourges, ils boucleront une soirée éclectique à double entrée à ne pas rater ! F.I. Marion Rampal Solene Person 04 42 10 23 60 www.forumdeberre.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96