Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
DES SPECTACLES JEUNE PUBLIC GYMNASE JEU DE PAUME A CTEwr DES ATELIERS DÉCOUVERTE AUTOUR DE BEETHOVEN CARTE JEUNE PUBLIC UN TARIF TOUT PETIT ! DES PARCOURS PÉDAGOGIQUES PEAU D'ANE A partir de 6 ans D'après Charles Perrault Caroline Ruiz ! es 6 et 7 novembre 09 Théâtre du Jeu de Paume TOUT PUBLIC le 6 nov. à 19h et le7 nov. à17h SCOLAIRES le 6 nov. à 14h3o A mi-chemin entre théâtre et comédie musicale, ce spectacle est une gourmandise I âi5ph trJEPêc enfants L'AMOU REUSE DE MR MUSCLE A partir de4 ans Chorégraphie de Michel Kelemenis Théâtre du Gymnase TOUT PUBLIC le mercredi 18 nov a 14h30 SCOLAIRES le 17 à ioh et 14h et le 19 nova. 14h Entre images poétiques et pédagogie joyeuse, voici le spectacle d'une « éducation physique" inspirée. v.. THEATREDE PROVENCE C'EST DU BONHEUR POUR LES PETITS ET LES GRANDS RENSEIGNEZ-VOUS : 04 42 91 69 69 M JOJO LE RÉCIDIVISTE A partir de7ans Joel Jouanneau Théâtre du Jeu de Paume TOUT PUBLIC le mardi S déc. 519h SCOLAIRES les 7 et 8 déc. à 14h30 Au royaume des sottises, Jojo serait le Roi. Une véritable tête à claques, ce Jojo 0 820 000 422 www.lestheatres.net A CTE 380, AVENUE MAX JUVÉNAL - AIX-EN-PROVENCE ÉRÂL HH ? Régiun ri.. Igl/{I(I,. ! Illm PACA or"s nAia 11% L `
Au pays du père Noël La Finlande s’associe dans notre imaginaire aux grands espaces glacés, aux rennes du père Noël, aux lacs cernés de forêts, au silence, au sauna et à la valse triste de Sibelius. Un pays sauvage et froid, aux confins de l’Europe, longtemps sous la coupe du « grand frère » soviétique et que les films d’Aki Kaurismaki, urbains mais décalés, n’ont pas rendu moins énigmatique. Amour libre (Käpy selän alla) de Mikko Niskanen Du 22 au 29 septembre, en une trentaine de films, fictions, documentaires et vidéos, l’association Cinépage nous a fait « rencontrer » le cinéma finlandais « avec ses fi(n)nitudes et ses (in)finitudes », et entendre une langue qui s’est imposée difficilement avec l’unité nationale. La sélection nous a permis de découvrir des chefs-d’œuvre du patrimoine FFM CINÉPAGE CINÉMA 41 cinématographique, méconnus du public français et des jeunes finlandais : Teuve Tulio dans Le chant de la fleur écarlate en 1938, Valentin Vaala dans Des êtres humains dans une nuit d’été en 1948, Matti Kassila dans La semaine bleue en 1954 et Mikko Niskanen dans Amour libre en 1966, utilisent l’histoire et la géographie de leur pays pour raconter amour et désir dans les nuits blanches de l’été nordique. De ces projections restera sur notre rétine le sourire des deux jeunes actrices d’Amour libre qu’on croirait sorties d’un film de Godard, ou la ligne d’horizon hérissée de touffes d’herbes rebelles entre les déserts du ciel et de la terre arctiques des Sept chants de la toundra d’Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallo, ces sept histoires d’exil, d’arrachements, de perte d’identité pour le peuple nomade des Nenets russifié au cours des années trente. S’imposeront aussi, peut-être, quelques images du film d’ouverture, Obéir d’Aku Louhimies comme le gros plan de la nuque du juge « blanc », esthète qui écoute Satie entre deux exécutions de « rouges » pendant la guerre civile de 1918 ou les jeux de miroirs et les glissements, de la fiction filmée au réel archivé. Mais surtout nous reviendront encore en mémoire les plans et les cadrages d’Aki Kaurismäki ; les rouges, les bleus, les bruns, l’ovale du visage clair de Katie Outinen, fille aux allumettes présente-absente ; le noir et blanc du polar tragicomique d’Hamlet goes business au pays où l’alternative demeure entre avoir et ne pas être, et toujours ce parti pris de la lumière pour l’ombre, noirceur des faubourgs où, dans le dernier volet de la trilogie prolétarienne, Koistinen, vigile dans un magasin, sans cesse entre deux portes, perd définitivement le code et les clés de sa vie. ELISE PADOVANI Racontez-nous des histoires... Grâce à l’énergie et à la passion communicatives de ses organisatrices, arborant sur elles, cette année, non sans panache, le noir et le jaune de l’affiche de la manifestation, Films Femmes Méditerranée connaît un succès grandissant et mérité. Jeanne Baumberger et ses complices nous régalent d’avant-premières, d’inédits, d’œuvres peu et mal distribuées, mettant en avant le travail des femmes dans le cinéma, de la mer Noire à la Grande Bleue. Ainsi, ce mercredi 30 septembre, la salle où on projetait Des enfants dans les arbres de Bania Medjbar était comble, et il a fallu doubler la séance pour permettre à ceux qui n’avaient pas pu entrer de voir ce film tout juste sorti du labo, en présence de la réalisatrice, de son producteur et de ses acteurs. Un conte sans fée sur fond réaliste et social, où on suit du nord au sud, dans un Marseille que ne renieraient ni Carpita ni Allio ni Guediguian, le périple de deux enfants déterminés à parler à leur père emprisonné aux Baumettes autrement que par l’intermédiaire de Radio Galère. La sélection 2009 a misé sur des histoires fortes. Retenons Les contes de l’âge d’or, film roumain à sketches, projet de Cristian Mungiu, dans la lignée de la comédie italienne des années 70, grinçants et drôles car « on riait beaucoup sous le communisme » confie la réalisatrice d’un des cinq contes, Ioana Uricaru, distançant ainsi l’absurdité du régime ubuesque de Ceauscescu, et oubliant un temps la Nisreen Faour A.G menace de la Volga noire qui s’arrêtait parfois devant vous. Retenons encore le beau sujet du mélodrame Les mariées de Pandélis Voulgaris produit par Scorsese. Et l’odyssée sans Ulysse des trois Pénélopes de Chaque jour est une fête, qui parcourent un Liban hanté par la guerre et ses cauchemars, recréé par Dima El-Horr dans des plans dépouillés, hypnotiques. Nouveauté de l’édition 2009, programmée par notre collaboratrice Annie Gava : la compétition ludique entre treize courts métrages. Ils nous ont raconté des histoires de famille et de filiation (Kali Kronia Mama d’Irina Boïko, Volver de Rachel Baloste), de désir et d’entraves (Bon vent de M.S Ahmadi, Corps et voiles de Valérie Malek, L’Abaya d’Ingrid Franchi), de guerre et de mort (Six minutes et demie à Tel-Aviv de Mirey Brantz, Milan de la serbe Michaela Kezele, qui a obtenu le prix du public). Et fait découvrir le film d‘Emilie Carpentier Les ombres qui me traversent où chaque image suggère plus qu’elle ne dit, dans la confusion d’une fête estivale, en Roumanie, toute la violence des pulsions et de l’initiation au monde des adultes. FFM s’affirme année après année comme un rendezvous à ne pas manquer. Preuve que le Film méditerranéen rime bien, aussi, avec Femmes… ELISE PADOVANI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96