Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
X MUSIQUE CITÉ DE LA MUSIQUE Une Cité presque céleste... Au pied de la Porte d’Aix, la Cité de la Musique, inaugurée en 1995, propose des cours collectifs ouverts à tous Le but est clairement établi : il s’agit de commencer par la pratique et de jouer très vite en groupes. Principe qui stimule et permet d’heureux moments de partage et de découvertes d’esthétiques différentes, notamment à l’occasion des scènes ouvertes organisées par les enseignants. Ainsi trouvet-on non seulement les apprentissages classiques de cordes, vents, claviers, jazz, formation musicale, mais encore de chansons de variétés et du Moyen-Orient, électroacoustique, musique arabo-andalouse, accordéon diatonique, kora, cornemuse et musiques traditionnelles du monde. Reste l’embarras du choix... La Médiathèque propose aussi son fond multimédia, en accès libre. À l’unisson et aux pupitres ! Depuis 2007 la Cité a mis en place le dispositif Orchestre à l’école avec le soutien du Conseil Général, de la Ville, de l’Inspection Académique et de partenaires privés. Créé il y a une dizaine d’années à Paris le concept s’est mis en place à Marseille dans deux établissements du secteur en zone sensible : il s’agit de motiver des élèves en les réunissant dans une classe-orchestre sur trois ans, avec trois heures de musique par semaine au lieu d’une seule. En même temps que la musique ils apprennent l’écoute, le respect, le plaisir grâce à une « pédagogie au service du groupe et non de l’individu » comme le souligne Yolaine Callier, responsable du secteur enseignement à la Cité. C’est au collège Versailles qu’a démarré le projet. En fin de 6e, 18 élèves sur l’ensemble des 7 classes étaient sélectionnés. Dès leur rentrée en 5 e ils recevaient leurs instruments, bois et cuivres, prêtés par la Cité de la Musique. Cette année ils sont en 3 e et 5 parmi eux ont choisi de compléter leur formation en prenant des cours de pratique collective à la Cité. Denise Dalest, professeure de musique, communique son enthousiasme : « Quand la Cité m’a contactée j’ai accepté immédiatement. L’occasion de permettre un réel éveil musical ! Les enfants sont devenus très vite brillants en musique et on s’est rendu compte de son impact sur les caractères, et même sur les résultats scolaires. L’orchestre s’est produit plusieurs fois, suscitant toujours une grande émotion. Nous avons même été sollicités par le festival d’Aix. » Jean-Marc Pongy, professeur de saxo, intervient 2 heures par semaine et dirige l’orchestre : « Je suis resté un mois en observation dans la classe, ils manquaient d’attention et de tenue. Puis je leur ai fait jouer une seule note ensemble, ils ont donné leur 1er concert au bout de 3 mois. Le fait d’être en orchestre crée une vraie motivation chez ces enfants de milieux défavorisés. C’est une ouverture extraordinaire pour eux et leurs parents qui les soutiennent. » De son côté, l’école Corsec en est à la 2 e année du projet. Agnès Capel, la directrice, nous confie : « Le milieu est très défavorisé, les enfants tous d’origine étrangère. Il a fallu choisir ceux dont les familles étaient stables sur le quartier. Mon rôle est de leur donner accès à ce qu’ils ne connaissent pas. Par exemple ils n’ont pas besoin de moi pour jouer des percussions africaines, pour les instruments à cordes c’est une autre histoire... Depuis, avec Nadine Amrani, professeur de contrebasse qui dirige l’ensemble de cordes, on remarque moins d’absentéisme, plus d’attention et de concentration, les résultats scolaires s’améliorent. Les parents aussi s’investissent et nous accompagnent pour les sorties... » On se surprend à rêver à la généralisation de ces démarches, les vertus pédagogiques de la musique faisant décidément l’unanimité… CHRIS BOURGUE 04 91 39 28 28 www.citemusique-marseille.com FX Rosanvallon Un directeur à l’écoute Éric Michel, Le directeur de la Cité en poste depuis 1996, explique la vie de sa Cité, véritable ruche… Zibeline : comment fonctionne la Cité de la Musique ? Eric Michel : Ici on est dans une ruche qui bourdonne en permanence. La Cité développe ses enseignements sur 8 sites. En tout, 6500 m² de locaux, 67 enseignants, 2200 élèves, 10 associations (dont Télémaque et Nine Spirit) et 3 lieux de diffusion. Nous organisons 120 concerts par an dans les meilleures conditions professionnelles possibles. Quels sont vos critères de choix pour votre programmation ? La qualité ! Selon une thématique nouvelle chaque année, autour de partenariats avec d’autres structures. Nous veillons à mettre en valeur la richesse locale et toutes les esthétiques avec une volonté d’originalité. On accorde une grande place aux musiques traditionnelles du monde et les musiques de l’exil. Quels sont les enseignements proposés et la ligne pédagogique ? Notre projet consiste à éduquer l’écoute, créer une dynamique et favoriser les pratiques collectives de tous les publics. Notre mission n’est pas de former des solistes, seulement 10% de nos élèves passent le concours d’entrée au Conservatoire et 2% deviendront professionnels. Justement, quelles sont vos relations avec les autres structures d’enseignement musical ? Excellentes. En fait nous sommes complémentaires : le Conservatoire National forme des interprètes et des enseignants alors que nous proposons des formations non-diplomantes. Mais très épanouissantes ! PROPOS RECUEILLIS PAR CHRIS BOURGUE
MAÎTRISE DES BOUCHES-DU-RHÔNE LIVRES XI Chœurs romantiques pour enfants La Maîtrise des Bouches-du-Rhône présentait le 3 oct. à l’Opéra de Marseille un programme romantique de chants à deux et trois voix, couronnement d’un CD sorti en septembre Un beau décor champêtre, vingt et un enfants en deux rangs, soprani et alti, tuniques noires et cols marins. Cela commence par six chants de Rachmaninov qui évoquent la gloire du peuple, la nature. La précision des attaques, les nuances et finales si raffinées, les regards vers le chef, dont les gestes sont d’une grande fluidité, attestent d’un travail rigoureux et régulier. Puis treize chants moraves de Dvořák parlent d’amour et de nature : le chœur est très homogène, alternance de sons liés, piqués, nuances toujours parfaites, manquant pourtant d’ironie populaire… Les enfants dirigés remarquablement par Samuel Coquard se jouent avec aisance des canons et des polyrythmies. C’est une performance de chanter en russe, en tchèque, puis en allemand même si cela manque un peu de dynamique corporelle, et que les aigus des sopranos sont souvent bas… La pianiste, Magali Frandon se fond dans cet ensemble avec l’élégance discrète des accompagnateurs, mais sait aussi avoir fougue et musicalité dans les passages solistes. La deuxième partie, avec un ensemble plus réduit de douze enfants, touche de rose pour les filles, costume sombre pour les garçons, propose le Jour de Mai de Rheinberger, compositeur et pédagogue apprécié au XIX e siècle : joies du renouveau, de la nature. Magnifique canon à trois voix dans la Ballade et très beaux accents tragiques dans Repos de midi. Des filles se moquent d’un vieux tilleul mais il leur répond : « vous serez toutes fanées depuis longtemps que je serai encore ici, couvert de fleurs ! » Les graves des jeunes alti résonnent, et le chef nuance cela comme la palette d’un peintre. S’ensuivent trois bis réclamés par un public enthousiaste… On ne peut que saluer le travail de ces collégiens, leur implication, leur attention remarquable, leurs qualités musicales. Une maîtrise qui ne Serge Ben-Lisa cesse de progresser, entre musicalité acquise et énergie à parfaire. Car la musique est toujours en mouvement, surtout les chœurs d’enfants par essence passagers ! YVES BERGÉ Poum, poum, tchak ! Après la clarinette et la guitare, c’est au tour de la batterie d’être découverte par les pitchouns dans la jolie collection de Gallimard Jeunesse. Le principe pédago est éprouvé : les jeunes enfants sont sensibilisés aux sonorités de l’instrument par une histoire mise en musique. Là c’est Igor, enfant boudeur et malheureux, pas très aimé, plutôt abandonné, ni très ouvert sur les autres, n’aimant ni l’école, ni sa tante Marcelle qui le garde… Jusqu’au jour où il monte au grenier et tombe sur une… baguette magique ! Le récit (Leigh Sauerwein) est coloré par des sons de caisses, grosse ou claire, de cymbales et toms imaginés par le percussionniste et batteur Christian Lété. Le livre est illustré de planches bariolées, naïves et doucement étranges (Aurélia Fronty et Christine Destours). Vient ensuite la partie documentaire exposant les différents composants et accessoires de la batterie, ses modes de jeux, exemples sonores à l’appui… et quelques éclaircissements historiques sur sa fonction de gardienne du tempo… Le tout est raconté, et présenté sur le ton de la confidence, par Judith Birnbaum. JACQUES FRESCHEL Igor et la baguette magique – La batterie Editions Gallimard Jeunesse, 15 euros Dès 6 ans. Igor at is baguette magi que La batterie Récré en chansons Cet album plonge les bambins dans l’ambiance ludique de la cour de récréation, « des rondes, des mimes et des tape-mains. » Quelques comptines courantes (Trois p’tits chats, Dans ma maison sous terre, Derrière chez ma tante, Un pou, une puce…), arrangées par Bernard Davois et Jean-Philippe Crespin, sont mêlées à des compositions originales, si bien qu’on ne sait plus vraiment lesquelles sont de pures inventions. Mais les titres stimulent l’imaginaire : 007, Technotoc… Repris par une équipe de jeunes chanteurs (de 6 à 11 ans), les courts textes, conçus sur le principe de la répétition, sont accompagnés par des instruments acoustiques traditionnels (piano, violon, guitare, hautbois, flûte, contrebasse, batterie saxo et… ukulélé), colorés parfois d’effets électro et synthétiques. Le livre grand format comporte autant de planches colorées (Thomas Baas) que de titres (21 chansons) à suivre en bougeant, en mimant une gestuelle précise, aux sons d’onomatopées, de mots biscornus… ou à reprendre en play-back. Le tout est chapeauté par Anne Bustaret, psychopédagogue de la musique, spécialiste du folklore enfantin et de l’éveil sonore. JACQUES FRESCHEL Vive la récré ! Livre + CD dès 4 ans éd Gallimard Jeunesse Musique, 19,90 euros v[v 4ar, - eG[2 I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96