Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 ARTS VISUELS ART-O-RAMA ATELIERS D’ARTISTES Positive attitude Si Marseille Provence 2013 est clairement un horizon, il reste encore à Art-O-Rama beaucoup de travail, avant comme après : décider les institutionnels à soutenir le fonctionnement de l’association et convaincre de nouveaux mécènes. En attendant, l’heure est à l’évaluation. Gaïd Beaulieu et Jérôme Pantalacci, cofondateurs du salon d’art contemporain, dressent un bilan positif de la 3 e édition, conscients de bâtir petit à petit leur projet : « Chaque nouvelle édition est un challenge. C’est aussi l’occasion de nouvelles rencontres, et le bouche-à-oreille finit par dépasser les frontières locales, puis nationales et internationales. » Pour preuve la fréquentation moyenne journalière de 80 visiteurs qui, pendant les Journées du patrimoine, a atteint la barre des 200, sans compter les lycéens venus de Salon, les professionnels, la presse locale et nationale spécialisée. Une augmentation due à une meilleure visibilité de la manifestation, qui s’est associée avec le Bauhaus Lab, Sextant et Plus et Triangle : « Les collaborations sont toujours plus riches et intéressantes si elles se font dans un esprit de partage et dans une bonne coordination. À nous de travailler dans ce L’art en coulisse Le jeu de piste imaginé par l’association Château de Servières a rassemblé 102 personnages dans 31 ateliers. La partie s’est jouée en 3 jours avec des amateurs d’art et de potentiels acquéreurs. Pour la première fois, l’association a développé un programme d’échanges avec le Portugal en accueillant cinq artistes sélectionnés par Carlos Alves. Une ouverture à l’Europe d’un excellent niveau artistique. Petite visite guidée « transfrontalière ». Dans l’atelier de Lili Heller et de l’irlandais Ben Readman, les sculptures en tissu de la portugaise Susana Pires cohabitent harmonieusement alors même qu’ils se connaissent à peine. « Parce qu’on a la même manière de penser une œuvre d’art ou d’aborder les questions de l’art » commente Lili Heller en habituée de la manifestation, « c’est une petite géographie dans notre agenda. Une manière de montrer mon travail là où je crée et l’occasion de créer des liens avec le quartier, de rencontrer l’ébéniste ou le cafetier. Et ça marche ! ». Aller vers l’autre : une posture commune aux 102 artistes, caractéristique de l’opération et gage de son succès. Tous ont besoin de ces échanges-là. Même leitmotiv chez Frank Aslan qui a ouvert ses sens-là. » Regroupement efficace qui a fait venir les professionnels : pour la première fois, des représentants de la Délégation aux arts plastiques, du Fonds national d’art contemporain à Paris et du Frac Languedoc-Roussillon ont fait le déplacement. Et les collectionneurs ? Si, comme sur toutes les foires, les ventes ne sont jamais garanties, 4 galeries sur 7 ont trouvé acquéreurs parmi les 44 collectionneurs venus de France, de Belgique, de Norvège et de Suède, auxquels il faut ajouter ceux de Marseille et de la région. Ceux qui n’ont pas acheté ont constaté néanmoins « la qualité de la programmation et des échanges. » D’ailleurs, souligne Art-O-Rama, « la présence d’un collectionneur international membre du comité de sélection de la foire LOPP a permis à la N.O. Gallery de Milan et à la galerie parisienne Objet de production d’être identifiées. Peut-être participeront-elles à la prochaine LOPP à Barcelone ? ». L’avenir le dira. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI www.art-o-rama.fr Les Ouvertures d’ateliers d’artistes sont à l’amateur d’art ce que le marathon est au sportif ! Une manifestation qui permet de découvrir des lieux insolites et des laboratoires intimes, au plus près de la création portes à Pascal Martinez, Geoffroy Mathieu, Nin Bek et Inés Beija Botelho, chacun boosté par l’événement dans la production d’œuvres spécifiques : autoportraits pour Nin Bek, photographies pour Pascal Martinez, tirages numériques pigmentaires pour Geoffroy Mathieu. Inés Beija Botelho optant pour des croquis inédits, une vidéo et un diaporama afin de rendre compte de ses sculptures et installations monumentales. Rue Thubaneau, Clémentine Carlsberg a transformé son nouvel espace en galerie et réussi le dialogue Vue de l'atelier de Pierre-Gilles Chaussonnet X-D.R. Hannes Vanseveren, Bankje, 2004. Bois, fer, beton, 400x100 cm. Vue d'installation DamN'Art 2004, courtesy Hoet Bekaert Gallery, Gand Emilie Perotto, My Heart Belongs to Daddy, 2008. Bois medium, micro-onde, neon, prise electrique, 159x35x60 cm. Exposition Retour de Visite Ma Tente, Marseille-Berlin, 200708, SMP, Marseille entre les sculptures aléatoires de Jérémy Laffon et les vidéos de Susana Anagua. Au Panier, Mélanie Terrier profitait de ses derniers jours dans son atelier pour faire une mini-rétrospective et recevoir Catarina Patricio. Pas tout à fait une inconnue puisque le duo s’est rencontré à la Biennale de Tunis en 2008. Du coup, leurs œuvres respiraient à l’unisson. Dernier petit tour chez Hervé Nahon et Alain Brunet qui ont hébergé Moirika Reker Gilberto Reis, et la partie est finie. Les Ouvertures d’ateliers d’artistes n’ont jamais si bien porté leur nom ! MARIE GODFRIN-GUIDICELLI 11 e édition des Ouvertures d’ateliers d’artistes du 9 au 11 oct à Marseille. Opération À Vendre du 14 au 18 oct à la Galerie Montgrand (ESBAM).
CCI MUSÉE CANTINI ARTS VISUELS Art en chambre Les trois lauréats du 2 e Concours Artistique organisé par la CCI de Marseille Provence sont désormais connus. Comme pour l’année précédente, le Palais de la Bourse expose les œuvres primées dans ses locaux de la Canebière Visiblement ému ce vendredi 25 septembre, le président du jury, Gérard Traquandi, a pointé le nombre et la qualité croissants des candidatures et l’ambition pour ce concours encore récent de devenir un évènement majeur en région, en dépassant même ses frontières. Les critères « d’originalité, d’esthétique, et d’innovation et de la représentation plus ou moins abstraite, d’une vision de l’économie territoriale » ont servi à départager les candidats dont la variété des propositions est exposée actuellement à la Bourse. Sur les 14 artistes retenus après une première présélection de 66 dossiers, les lauréats pour cette édition 2009 sont Sylvie Reno, Laurent Perbos et Lionel Scoccimaro. Certaines des ces œuvres pourront être acquises, pour un montant de 30 000 euros, afin de rejoindre la collection de la CCI. La culture est désormais appréhendée comme un des vecteurs du développement économique. Reste alors aux artistes à se demander comment l’approche symbolique de l’art peut rendre compte d’un territoire structuré par des impératifs que sont l’économie, le sociétal, ou encore l’environnement… ? Que peuvent donc produire les artistes de spécifique ? Les cartonnages de Sylvie Réno et les tuyauteries de Laurent Perbos (qui a conçu les séduisants Dragibus en verre soufflé) n’ont pas semblé surprendre grand monde parmi les curieux présents le soir de l’inauguration, et les photographies de châteaux d’eau en morceaux de sucre de Lionel Scoccimaro rappelaient trop vite les séries minières du couple Becher. Mais peut être l’art contemporain local trouve-t-il en ce lieu une ouverture vers un public plus large ? Toutefois la CCI exposait aussi du moins attendu : en deux minutes et cinquante-deux secondes tapantes, une vidéo syncopée au rythme de 15 photos/seconde sur le principe du stop and go, nous entraîne dans une précipitation urbaine (plutôt marseillaise) à la place d’un visiteur/touriste/zappeur qui voudrait voir tout mais trop vite. Son titre : 2’52. Les auteurs, Anne Barroil et Marie-Anne Hauth, auraient pu arrêter le compteur à 2’13 ? Symboliquement… pour Marseille 2013 ! CLAUDE LORIN À partir de tuyaux d'arrosage, une des propositions de Laurent PerbosC. Lorin 2 e concours artistique de la CCIMP Palis de la Bourse, Marseille www.ccimp.com 33 Voir le théâtre en peinture Au musée Cantini, De la scène au tableau explore les relations du théâtre et de la peinture de Jacques- Louis David à Gordon Craig L’exposition explore les transformations esthétiques qui s’opèrent du milieu du XVIII e siècle à la fin du XIX e en peinture dans son rapport avec l’art dramatique, le théâtre principalement et l’opéra. Sa réalisation a été rendue possible dans la cité phocéenne grâce à la rencontre de Guy Cogeval, actuel président du musée d’Orsay et commissaire de l’exposition, avec Marie-Paule Vial, conservateur en chef des musées de Marseille. Passionnant par son sujet d’étude - à l’origine les cours donnés par Guy Cogeval à l’École du Louvre-, le projet manque d’un zeste de théâtralité. Le propos est illustré chronologiquement par une importante sélection de peintures, dessins et quelques (trop rares) maquettes : deux cent pièces au total pour une exposition d’envergure. On commence avec le néoclassicisme (David, Girodet, Pierre-Narcisse Guérin) en passant par le style Troubadour (Ingres, Delaroche), le romantisme (Delacroix, Hayez), le réalisme (Daumier, Degas), le symbolisme (Moreau), les Nabis (Vuillard, Bonnard) jusqu’à la rupture prononcée par Appia et Craig. Un parcours linéaire malgré le soin apporté à la scénographie (l’envers de certaines cimaises se laisse montrer comme au théâtre, des effets de découpe en perspective), mais de surprenantes représentations où l’emphase le dispute au mélodrame (Les Enfants d’Edouard de P.Delaroche), le surdimensionnement des formats à la dramaturgie exacerbée (Saint Jean Chrysostome et l’Impératrice Eudoxie de J.-P. Laurens), les gestuelles outrées des sentiments humains (Le Roi Lear pleurant sur le cadavre de Cordélia par J. Barry) : depuis Poussin, le théâtre des passions se pare de peinture pour opérer la catharsis chère à Aristote. L’exposition est aussi l’occasion de Lady Macbeth somnambule, 1772, JohannHeinrich Füssli, Londres, The British Museum The Trustees of the British Museum, Plume, encre grise, aquarelle grise et graphite 30,7 x 43,2 cm voir rassemblées des œuvres disséminées dans le monde ou peu visibles comme les dessins ou les aquarelles de Füssli, William Blake, Appia, par ailleurs emblématiques comme la Sortie du bal masqué de Gérôme. En 1904, le théoricien et initiateur de la scénographie moderne, Adolphe Appia, déclarait péremptoire : « Notre mise en scène est toute entière esclave de la peinture qui a la prétention de nous donner l’illusion de la réalité. » Avec Edward Gordon Craig, il actait la fin d’une conception classique de la mise en scène qui prévalait depuis plus d’un siècle. C’est avec leurs ébauches radicales en faveur d’une scénographie révolutionnaire que se clôt l’exposition. Comme on aurait aimé connaître la suite ! CLAUDE LORIN De la scène au tableau jusqu’au 3 janvier Musée Cantini Catalogue : voir p 70 Rencontre Peinture et théâtre Le 12 déc à 16 h La Criée 0 810 813 813 www.marseille.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96