Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 THÉÂTRE OUEST PCE MARTIGUES NÎMES ARLES SÉMAPHORE Pouvoirs des mots Comment la propagande fabrique-t-elle l’Histoire ? C’est le sujet abordé par le collectif Superamas dans son dernier spectacle, Empire (Art & Politics). Sous forme de fable, et utilisant danse, théâtre et vidéo, les artistes français et autrichiens remettent en cause les mécanismes de représentation des faits historiques, prenant comme point de départ une bataille napoléonienne datant de 1809. Considérée comme une victoire des deux côtés du Danube -par les Français (bataille d’Essling) mais aussi par les Autrichiens (bataille d’Aspern)-, elle est surtout l’une des premières tueries à grande échelle (40 000 morts) et la première bataille des communiqués de presse. De l’hégémonie de l’empire napoléonien le collectif dérive sur un autre empire, « au sens de l’emprise, une relation toujours plus cohérente et inextricable entre le business capitaliste, le spectacle et les médias. » Retrouver la distance critique permet de distinguer caricature et réalité, « tout le travail du plateau tient dans cette réalité et ces tensions entre vrai et faux, vérité et artifice. » La Comédie Française met ensuite Claudel à l’honneur avec la mise en scène de Yves Beaunesne du Partage de midi. La plus abordable des pièces du dramaturge fleuve et incandescent, illuminé par Dieu, Profondeur de l’âme Voyage en pays de Calaferte en compagnie d’Alain Timar qui signe ici la mise en scène de Je veux qu’on me parle. À partir d’une série de courtes pièces et de textes de l’écrivain, le metteur en scène dresse un portrait saisissant de nos propres habitudes de vie, entre turpitudes et lâchetés. Une plongée dans l’humour noir, la dérision, voire le tragique, un puzzle de saynètes dans lequel excellent les comédiens (Yaël Elhadad, Nicolas Gény et Roland Pichaud) qui incarnent tour à tour les humains que nous sommes. Suivent trois petites pièces de Tchekhov dans une mise en scène de Patrick Pineau : La Demande en mariage, Le Tragédien malgré lui et L’Ours. Trois comédies, trois petits bijoux que l’auteur qualifiait mais encore par le désir. L’exaltation des sentiments qui exige une mise en scène inspirée et le jeu impeccable des quatre comédiens : Marina Hands campe une Ysé flamboyante… Enfin, Fellag et Marianne Épin philosophent avec tendresse et poésie sur une Algérie toujours en prise entre traditions et modernité, au gré d’une galerie de personnages haut en couleurs. DOMINIQUE MARÇON Empire (Art & Politics) Collectif Superamas Les 21 et 22 oct Partage de midi mes Yves Beaunesne Les 5 et 6 nov Tous les Algériens sont des mécaniciens mes Fellag et Marianne Épin Les 13 et 14 nov Théâtre de Nîmes (30) 04 66 36 65 10 www.theatredenimes.com Empire Giannina Urmeneta Ottiker lui-même de « vaudeville à la française » et qui décrivent, avec des histoires simples en apparence mais Je veux qu'on me parle Manuel Pascual Chromos et mutilations Loin de se contenter de ses créations danse et musique (voir p 26 et 57), les Salins proposent une programmation théâtrale de choix. Avec La Cantatrice Chauve les 22 et 23 oct, pièce inaugurale et loufoque de Ionesco, dans la mise en scène mythique de Jean- Luc Lagarce recréée par François Berreur. En 1991 Lagarce avait proposé une cantatrice aux couleurs sursaturées, version bonbonnière anglaise féroce. Depuis elle tourne, et sera aussi à Cavaillon quelques jours avant (voir p 24). Après cela les Salins accueillent le 6 et 7 nov une entreprise étrange de Zabou Breitman, qui a théâtralisé le cinéma documentaire de Depardon. Comment les Gens anonymes peuventils être incarnés sur une scène par des comédiens célèbres ? Enfin les 13 et 14 nov la Scène Nationale accueille Une Fête pour Boris, la pièce de Thomas Bernhard mise en scène par Denis Marleau. Passée cet été par le Festival d’Avignon, elle a fasciné par ses effets de grossissement et d’illusions (voir Zib 22). Horripilant, fascinant et drôle… A.F. Scène Nationale des Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr Une fête pour Boris Stéphanie Jasmin aux enchaînements délirants, le ridicule et l’extravagance de la nature humaine. DO.M. Je veux qu’on me parle mes Alain Timar Le 20 oct Trois pièces de Tchekhov Mes Patrick Pineau Le 12 nov Théâtre La Colonne 04 90 58 37 86 www.scenesetcines.fr
Finesse du verbe Rarement jouée, la pièce de Tristan Bernard Les deux canards est ici mise en scène par Alain Sachs, avec Yvan le Bolloc’h dans le rôle-titre. Ce dernier incarne Lucien Gelidon, écrivain parisien qui se voit contraint d’accepter le poste de rédacteur en chef de deux journaux concurrents et politiquement opposés… piégé qu’il est par ses amours volages. Comique de situations, verbe haut, la mécanique fonctionne, rehaussée par le jeu étourdissant des douze comédiens. Maxime Leroux se met en scène, avec la complicité de Bernard Murat, dans une pièce hommage au poète Patrick Espagnet, Les Noirs, « à partir de poèmes écrits sur le monde du toro et des ferias du sud dont il était un aficionado fidèle. » Los negros, ces taureaux de combat qui donnent son nom au recueil (éd Loubatières), le sud, les gitans, autant d’évocations, de mots dont s’empare le comédien avec force et truculence, faisant monter « une mayonnaise de sons, d’images et de mots. » DO.M. Les deux canards mes Alain Sachs Le 27 oct Les Noirs Maxime Leroux Le 7 nov Théâtre de Fos 04 42 11 01 99 www.scenesetcines.fr Les noirs Daniel Bounias Jean qui chante Texte inachevé, Jean la Chance est une pièce de jeunesse de Brecht, inspirée d’un conte des frères Grimm. Jean, paysan simplet, se trouve dépouillé de tout ce qu’il possède au fil de trocs absurdes : un cheval contre une vache, la vache contre une oie… et même sa femme, il commence d’ailleurs comme ça. D’échanges en échanges, Jean s’enrichit ou se libère, jusqu’à finir par échanger une oie contre la liberté. Sans jamais se départir de son innocence, ni de sa confiance en la vie qui le fait paraître si atypique. La mise en scène de François Orsoni emprunte au concert rock, portée par la musique de Tomas Heuer, ancien des Béruriers Noirs, sur laquelle les comédiens-chanteurs donnent de la voix. DO.M. 21 Huma Rosentalski Jean la Chance Le 17 nov Théâtre d’Arles 04 90 52 51 51 www.theatre-arles.com L’appel des classiques Ancré sur les quais du Rhône, le Théâtre de la Calade résiste fièrement aux intempéries quelles qu’elles soient, et propose cette année encore une programmation riche qui allie des créations théâtrales, de la musique avec les incontournables concerts « jazz au grenier » (1 re date le 23 oct avec le Pacific jazz quartet) et quelques pépites hors normes, en collaboration notamment avec le Musée Départemental de l’Arles Antique dans le cadre de l’exposition César le Rhône pour mémoire. La jeune cie montpelliéraine Moebius ouvre la saison avec le projet ambitieux de raconter d’un seul tenant le mythe des Atrides, d’après Eschyle, Euripide, Sénèque, Pétrone, Hugo von Hofmannsthal, Heiner Müller et Lanoye ! Les Atrides, chaos d’un héritage - celui que ces auteurs ont laissé et dont la cie Moebius veut témoigner- est une création collective, dont Thomas Bédécarrats assure la mise en scène ; « notre histoire commence avec Atrée et Thyeste pour s’achever (ou plutôt s’inachever) avec la folie d’Oreste. Une histoire sans résolution ni morale, une histoire en suspens qu’il appartient au spectateur de penser » Leur 2 e création, non moins ambitieuse, s’attaque à Shakespeare. Un Macbeth recentré sur le couple-phare confronté à sa propre identité, « un huis clos dans lequel toutes les frontières deviennent floues : le temps, le réel, les êtres perdent leur cohésion. Macbeth et Lady Macbeth deviennent des monstres dramatiques ; à travers eux s’exprime une infinité de variations d’eux-mêmes. » DOMINIQUE MARÇON Les Atrides cie Moebius Les Atrides Du 16 au 18 oct Macbeth Du 13 au 15 nov Théâtre La Calade 04 90 93 05 23 www.theatredelacalade.org Qui parle ? Lorsque Mazzuchini monte des textes de Valletti, on ne sait plus très bien qui parle. C’est que la symbiose est telle entre la parole de l’auteur et la présence de l’acteur, qui choisit aussi, et adapte ! Et disparaît dans la folie mythomane, se fondant avec les personnages à double fond, qui eux-mêmes jouent à s’inventer des vies, et à les livrer comme si c’était de vrai… Parfois, entre la folie de Mazzuchini et celle des personnages de Valletti ça marche à merveille. Comme dans Psychiatrie/déconniatrie, pièce folle, justement. D’autre fois le côté foutraque et décontracté ne parvient pas faire exister des personnages, et l’on ne voit que Mazzuchini le bateleur. Mythomane, dernière création de sa compagnie Pile Poil (du nom de sa chienne), est un montage de textes chers, et préserve des surprises participatives… La sauce prendra-t-elle cette fois ? Allez-y voir : de toute façon, par moments au moins, ça décolle… A.F. Mythomane Valletti/Mazzuchini Les 13 et 14 nov Le Sémaphore, Port-de-Bouc 04 42 06 39 09 www.theatre-semaphore-portdebouc.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96