Zibeline n°23 octobre 2009
Zibeline n°23 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : la paix en Méditerranée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 PORTRAIT ENTRETIEN AVEC OLIVIER PAULS Il se joue volontiers des sexes et des genres et vient, à 44 ans, de signer la mise en scène de Desesperate Singers, créé aux Bouffes du Nord par l’Ensemble Télémaque Zibeline : Quel est votre parcours ? Olivier Pauls : Je suis Marseillais d’adoption depuis 4 ans, date de mon arrivée de Paris pour vivre une aventure de troupe avec Catherine Marnas. Je travaille aussi sur d’autres projets, notamment avec Télémaque depuis l’année dernière, pour le sketch musical La dernière contrebasse à Las Vegas (1974) d’Eugène Kurtz, montré une fois au mois de mai 2008 à Montévidéo à Marseille. Le chanteur Alain Aubin m’a demandé un regard extérieur, cela s’est transformé en petite mise en scène. Et votre participation à Desesperate Singers date de quand ? De cette première collaboration. On a filmé ce sketch pour le mettre sur Internet. Le directeur du Festival d’Île de France l’a vu et a demandé à Raoul Lay, directeur et chef d’orchestre de Télémaque, d’inventer dans le prolongement un programme un peu décalé sur le thème « Masculin/féminin ». Comment avez-vous travaillé avec lui ? Il m’a donné un programme de morceaux, et j’ai travaillé autour du contenu musical, du travestissement et du masculin-féminin. À partir de là, j’ai élaboré une histoire et demandé à Raoul Lay s’il était d’accord pour rajouter en ouverture un extrait de The Cold Song, reprise emblématique de Klaus Nomi connu de tous. Le chanteur était aussi tristement célèbre pour être la première vedette morte officiellement du Sida, maladie méconnue à l’époque. Il était intéressant de travailler sur la révolution sexuelle de ces années 70-80, et l’hécatombe terrible qui s’en suit. Pourquoi avoir voulu l’incarner sur scène ? C’est quelque chose qui s’est imposé immédiatement, Raoul devait incarner Klaus Nomi ! En fouillant, il est devenu une figure de rêveur, un regard distancié sur lequel les spectateurs se focalisent. Comme si le fantôme de Klaus Nomi regardait un spectacle en lien avec sa vie : ses chansons reprises voire détournées, mais aussi ce qui se passe dans l’inconscient, les pulsions de vie et de mort. Est-ce pour autant un spectacle consacré à Klaus Nomi ? C’est plus large que ça. Avec Télémaque, on aborde à travers cette « figure » et ses reprises de Purcell la problématique de la représentation et de l’être : « Quel rôle veut-on nous faire jouer ? ». Des questions un peu existentielles. Comment dirige-t-on des musiciens quand on vient du théâtre ? Au départ, je pensais les diriger comme des acteurs, mais le temps de répétition était limité. Surtout, je me suis aperçu qu’ils avaient besoin d’un timing et d’un placement précis du fait de leur formation musicale. Ma mise en scène a alors collé à la partition, mesure après mesure. Une belle découverte pour moi. Olivier Pauls : « Un hommage déguisé à Klaus Nomi » Olivier Pauls Agnès Mellon Au bout du compte, il s’agit d’un spectacle musical ou d’un concert théâtralisé ? Entre les deux… même si la forme concert demeure. Il s’agit en fait d’une direction d’acteurs plus que d’une mise en scène : les costumes, les gestuelles, les attitudes, les chorégraphies partent des personnalités de chacun, des musiciens et chanteurs de Télémaque. Il y a aussi des influences comme le film Cabaret de Bob Fosse et un monde fantasmagorique personnel. J’avais envie d’une ambiance proche de l’entre deux guerres… pas si éloignée d’aujourd’hui. Sur ce thème masculin/féminin, quel est votre parti pris ? L’axe principal consistait à se demander comment on peut se laisser enfermer derrière un masque social, comme Klaus Nomi. D’où le jeu particulier avec les voix : le travail avec Brigitte Peyré et Alain Aubin se joue autour du trouble engendré par une voix féminine dans les graves et une voix masculine dans les aigus. Au bout du compte, que reste-t-il comme différences quand les deux se rejoignent et chantent ensemble ? Est-ce qu’être un homme ou une femme nous définit fondamentalement ? ENTRETIEN REALISE PAR HERVÉ GODARD Le fantôme des Bouffes du Nord Le théâtre, savamment restauré dans sa décrépitude, bruisse des personnages réanimés par Peter Brook. Et au moment où l’on s’attend à voir surgir Hamlet, c’est Klaus Nomi qui entre en scène… Raoul Lay, le directeur de l’Ensemble Télémaque n’était jamais allé aussi loin dans le travestissement, poussant la ressemblance jusque dans la gestuelle suspendue, erratique, ponctuée d’une direction contemporaine nécessaire à l’exécution du programme. The Cold Song aux accents électro en ouverture, Berio, Kurtz et Murray Schafer habillent des pièces d’Olga Neuwirth regroupées sous le titre Hommage à Klaus Nomi (1998). Cet ensemble d’œuvres, avec de purs moments d’émotion (Requiem for the party girl), est d’un intérêt musical inégal mais forme sens dans sa Desperate singers Agnès Mellon globalité. Finalement, on oublie ce Klaus Nomi fantomatique pour se concentrer sur le duo de chanteurs composé de la soprano Brigitte Peyré et du contreténor Alain Aubin. Très habiles vocalement dans l’ambiguïté des graves et des aigus, ils font preuve de belles qualités d’acteurs, entraînant avec eux les solistes de Télémaque. Une boite à contrebasse en forme de cercueil, un homme en bas-résille, des musiciens en longues jupes noires qui se mettent à danser, une guitare électrique, une ambiance de cabaret déglingué : la mise en scène, épousant les contours d’un dispositif de concert, joue sur les codes de l’androgyne excentrique, sans éviter quelques facéties clownesques trop appuyées. Reste le plus important : une nouvelle fois Télémaque démontre que la musique contemporaine peut devenir accessible à tous sans se dévoyer, en flirtant avec le théâtre et le show-business gothico-rock des années Sida. HERVÉ GODARD e Desesperate Singers (Requiem pour Klaus Nomi) a été créé le 28 septembre 2009 aux Bouffes du Nord pour le Festival d’Île de France. Reprise le 21 nov à La Minoterie à Marseille puis le 20 mars aux Salins de Martigues.
LA MINOTERIE*—I Tli ËATRE D E LA JOLIETTE scL.camr.Llaa,atlLRVL.LLaIMadMMLLOFIaIF_LJNRü VENDREDI 27 MEMBRE A 20H30'k/1adame P1azç CHORLRAPHIE BOUCHRA ORII2GUEN CIE AHAI9IA (MAROC) ; ln SOgC1dCle prograrrrn$ én COrédliSBtiori AVEC I...cFFICINA dans le cadre duiestiwal Danseln 21)a9 Jette ab départ de Marseille proposée par le festival Danscn ? renseignements 915565 06] OCTO9R E 19-324,1U 2009 PANORAMA COMM ENTE LES DÉPLACEMENTS DU PROBLÈME Cie Grand Magasir PO. » 125 L{r,}if{5 eS le Lew.eia PSPl{ar1m t'eLe ep4racle, raasr.iffr auares dr. la 7.7iranrria zhfi.re 30->31.10 MASS ! LIA FORCE JriF-17 oF HOYEIABRE 2 009 12 >19.11 JUMEL Le 7hrrrr, 'nçr $-13 EUE 4'H42IER - 130.02 NlIpR5EkLLE -T'0491 90 07 94 I ?, ; I. : 7'I. C:INlay'jXINaILRILüMG-W:WWW.MINaILMIL.L]IILMEIMU -IXNMWAY Ja LLLI Y ! Mensuel gratuit paraissant le deuxième jeudi du mois Edité à 25 000 exemplaires Edité par Zibeline SARL 76 avenue de la Panouse n°11 13009 Marseille Dépôt légal : janvier 2008 Directrice de publication Agnès Freschel Imprimé par Rotimpress 17181 Aiguaviva (Esp.) photo couverture Jean-Louis Benoît Agnès Mellon Conception maquette Max Minniti Rédactrice en chef Agnès Freschel agnes.freschel@wanadoo.fr 06 09 08 30 34 Secrétaire de rédaction Dominique Marçon journal.zibeline@gmail.com 06 23 00 65 42 Secrétaire de rédaction Jeunesse Marie Godfrin-Guidicelli m-g-g@wanadoo.fr 06 64 97 51 56 Société Chris Bourgue chris.bourgue@wanadoo.fr 06 03 58 65 96 Arts Visuels Claude Lorin claudelorin@wanadoo.fr 06 25 54 42 22 Livres Fred Robert fred.robert.zibeline@free.fr 06 82 84 88 94 Musique et disques Jacques Freschel jacques.freschel@wanadoo.fr 06 20 42 40 57 Frédéric Isoletta f_izo@yahoo.fr 06 03 99 40 07 X-Ray x-ray@neuf.fr 06 29 07 76 39 Cinéma Annie Gava annie.gava@laposte.net 06 86 94 70 44 Philosophie Régis Vlachos regis.vlachos@free.fr Sciences et techniques Yves Berchadsky berch@free.fr Histoire et patrimoine René Diaz renediaz@free.fr Polyvolantes Delphine Michelangeli d.michelangeli@free.fr 06 65 79 81 10 Maryvonne Colombani mycolombani@yahoo.fr 06 62 10 15 75 Marie-Jo Dhô dho.ramon@wanadoo.fr Maquettiste Philippe Perotti philippe.zibeline@gmail.com 06 19 62 03 61 Ont également participé à ce numéro : Emilien Moreau, Christophe Floquet, Dan Warzy, Élise Padovani, Yves Bergé, Susan Bel, Edouard Bartholémy, Christine Rey, Hervé Godard Photographes : Agnès Mellon 095 095 61 70 photographeagnesmellon.blogspot.com Juliette Lück Directrice commerciale Véronique Linais vlinais@yahoo.fr 06 63 70 64 18 théâtre d Arles Scène canrrectiannéee pour les écritures d'aujourd'hui IMFoR 1ATIoN5/RÉSERVATIONS 04 90 52 if 51/www.theatre-arles.com L'rh [CRÉATION 3 La Chute GYPTIS CHATOT - VOVYOkrCAS ALBERT CAMUS RAYMOND VINCIGUERRA 17 > Z1 NOVEMBRE 2009 ABONNE > www.thtatre.. -... -i. > RÉS ATIONS 04 91 11 0 tl$.CO111 >136 RUE LURON 13903 MARSEI 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 1Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 80-81Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 82-83Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 84-85Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 86-87Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 88-89Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 90-91Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 92-93Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 94-95Zibeline numéro 23 octobre 2009 Page 96