Zibeline n°22 septembre 2009
Zibeline n°22 septembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de septembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : retour sur le Festival d'Aix.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 FESTIVALS CHAILLOL DURANCE LUBERON Un festival différent Durant trois semaines le Festival de Chaillol a proposé un voyage artistique à travers le temps et le territoire gapençais. Retour sur la soirée du 2 août, et sur les principes singuliers d’un festival pas comme les autres L’église du hameau de Saint-Michel de Chaillol est bondée bien avant le début du concert. Ce soir c’est Beethoven qui est à l’honneur avec le dernier volet de l’intégrale des sonates pour violoncelle et piano, interprétées par le pianiste italien Andrea Corazziari et le violoncelliste Frédéric Lubiatto. Ambiance conviviale et intimiste, il faut installer des spectateurs sur la scène, les nombreux enfants demeurent sagement accroupis… Une écoute religieuse… et l’auditoire reste époustouflé par le show digital du virtuose italien, qui danse littéralement sur son siège lors des délires rythmiques es Cocktail savoureux au château La Verrerie Spirituels, drôles, Cathy Heiting, soprano, et Jonathan Soucasse, pianiste, ont tenu en haleine les spectateurs bercés par le murmure des eaux du bassin qui se transforme en petit puits d’inspiration pour le premier opéra de Puccini… Puccinistory dans laquelle une certaine mouche à beurre (Butterfly oblige !) connaît de nombreuses aventures au Japon des Pokémons ! Au cours de ce spectacle au rythme endiablé, les deux artistes se donnent la réplique avec une verve, un brio, un talent époustouflants. Il n’est pas de genre qui échappe à leur virtuosité, Rossini et Verdi, les « deux collègues » laissent la scène à un Saint Saëns incompris et plagié, d’où sa dépression chronique… L’Ave Maria joue avec l’Alléluia de Léonard Cohen, Chopin enchâsse ses pièces en un même et brillant morceau qui s’achève en pirouette jazz. La vaisselle elle-même devient percussion pour un Boléro. L’air de Dalila et la Wally se mêlent à des standards de jazz. Une soirée d’été vivifiante ! propres au compositeur romantique ! Le jeu plein d’émotion du violoncelliste est davantage à nu dans Durations de Morton Feldman, dont l’œuvre atypique offrait une mise en regard pertinente avec Beethoven, qui développe et nourrit l’écoute des novices et des mélomanes. Car le Festival de Chaillol procède d’une véritable démarche culturelle investie. Loin des pôles décisionnels régionaux (mais avec l’aide de la région PACA), le Champsaur, La vie de château Le festival Durance Luberon se glisse d’un château à l’autre… Laure Campini-Festival Durance 2009 Le château Mirabeau s’ouvre à la tragédie… Frédéric Lubiatto et Andréa Corazziari Alexandre Chevillard Laure Campini-Festival Durance 2009 La cour du château de Mirabeau, exceptionnellement ouverte pour le festival, offrait un cadre magique, une remarquable acoustique, dans un écrin de belles pierres aux bossages réguliers, avec des toits bordés de quatre rangs de génoises… Cadre à la hauteur de la pièce interprétée, ici par fragments, Athalie de Racine. L’ensemble vocal Ad Fontes Canticorum, sous la houlette de Jan Heiting, a soutenu vaillamment la partition difficile de Mendelssohn et les solistes ont apporté un souffle musical à la fois sensible et brillant tandis que les acteurs de la Cie Interlude donnaient les extraits les plus connus de la pièce. La qualité sincère de l’interprétation a reçu une ovation méritée. Une soirée magique ! le Valgaudemar et tout le pays gapençais sont irrigués par une programmation de grande qualité et un éclectisme recherché. Jazz, classique, musique improvisée et musique du monde dans des formations singulières tentent de combler avec succès le fossé qui existe entre ville et vallée. De Tallard aux portes du Dévoluy en passant sous les premières cimes des Ecrins, des communes parfois de moins de 500 habitants accueillent des évènements culturels majeurs. Il faut dire que la Scène Nationale de Gap et ses Excentrés travaillent ce terrain depuis 20 ans ! L’été, autour de Chaillol, les genres se mixent, conjuguent les répertoires… Sous l’impulsion de Michaël Dian, la 13 e édition joue entre l’occident et les horizons lointains. Loin de l’étiquette exotique qui masque parfois une certaine vacuité, un véritable échange se crée avec l’Argentine, ou avec le Japon (commande d’un conte musical japonais au jeune compositeur Thomas Keck). 19 nationalités sur 33 musiciens présents cet été, un véritable partage avec les enfants et les stagiaires… Les passerelles artistiques fonctionnent dans les deux sens alors que l’écoute grandit en qualité et en quantité. Trois semaines de concerts, balades musicales, découverte du patrimoine, ateliers d’écriture… De quoi mettre à profit l’été, en conjuguant culture et vacances, développement d’un territoire et éducation musicale. FREDERIC ISOLETTA interprété avec dynamisme. Chanteurs, certes, et excellents -basse profonde de Dimitri Ovchinnikov, légèreté des aigus cristallins des soprani Anastasia Belukova ou Maria Lobasheva, barytons enlevés, Denis Azarov et Igor Tarasov, mais aussi acteurs ! On rit beaucoup, le jeu est d’une grande justesse, les jeux de scène hilarants. Thème éternel du barbon qui veut épouser une jeunesse… Un spectacle d’un bel humour. C’est d’ailleurs ce que l’on peut retenir de ce festival, Durance Luberon, une exigence de qualité dans le choix des œuvres et des artistes, une équipe dynamique, dévouée et accueillante. Qui donne un peu de vie à la fin du mois d’août peu nourrie des bonheurs de juillet ! MARYVONNE COLOMBANI Le festival Durance Luberon a eu lieu du 14 au 23 août Laure Campini-Festival Durance 2009 Opéra Bouffe au Paradis Le château Paradis recevait pour sa part Don Pasquale, opéra Bouffe de Donizetti, que la troupe d’art choral de Moscou en résidence d’été en Provence a
CHÂTEAURENARD LE THORONET FESTIVALS 19 Un grand cru à Chateaurenard ! Le festival Aux Tours Du Piano s’est achevé sur les notes romantiques du Trio Georges Sand. Cette seconde édition a rempli avec succès les objectifs du Festival : mettre en avant le monde du piano, en faisant une large place à toutes les alliances musicales et théâtrales qu’il peut susciter. Ainsi, cette année, le festival a rassemblé plus de 600 spectateurs autour de huit spectacles donnés dans l’enceinte du château. Le site historique des Tours, une découverte pour une grande partie du public, a été mis en valeur par des éclairages spectaculaires, et a plu par son originalité et son excellente acoustique. Souffle millénaire Les 19 e Rencontres de Musique Médiévale du Thoronet ont accueilli le 26 juillet l’Ensemble Gilles Binchois autour du chant grégorien du X e au XIV e siècle Ensemble Gilles Binchois X-D.R. Abbaye Zen Le 25 juillet étaient réunis en l’Abbaye du Thoronet le grand percussionniste japonais Stomu Yamash’ta, le flûtiste Shakuhashi Genzan Miyoshi et quatre membres du monastère Daitoku-Ji de Kyôto pour un spectacle à mi-chemin entre musique et spiritualité bouddhiste zen. En effet, alors que les moines déclamaient des sûtras avec une gestuelle très cérémonielle et une concentration sans faille, le flûtiste, sur la gamme pentatonique japonaise, ponctuait le discours d’un souffle très inspiré. Pendant ce temps, le percussionniste accompagnait ces litanies d’interventions sur un ensemble composé de 17 pierres sanukites, roches volcaniques datant de 13 millions d’années. Passé maître dans l’utilisation de ces instruments à la Cette session 2009, présidée comme la précédente par Philippe Hebert, a offert des soirées intenses et variées, ou intimes et poétiques comme celle consacrée au spectacle de Macha Meril et Marc Laforêt, Feu sacré, contant l’histoire de Chopin et Georges Sand. Et le Festival a innové en proposant des « avant-soirées » à 19h qui ont permis à un public plus jeune et plus divers de découvrir le piano sous des facettes variées et abordables. Aux Tours du Piano a clos ses portes le 28 juillet : beaucoup dans le public ont pris rendez-vous pour l’été 2010 ! CHRISTINE REY Lorsque nous pénétrons dans l’abbaye cistercienne du Thoronet, le commentaire stupéfait de Le Corbusier déclarant lors de sa visite « la pierre y est amie d’homme » nous revient comme un écho soulignant l’harmonie et la pureté du lieu. De plus, les pierres de l’imposante abbatiale redistribuent les sons avec une qualité acoustique remarquable. Sous la voûte en berceau brisé, l’Ensemble Gilles Binchois, du nom du compositeur franco-flamand du XV e siècle, propose un florilège de chants des monastères d’occident, allant d’Engelberg (Suisse), à Las Huelgas à Burgos (Espagne) en passant Saint-Martial résonance inouïe, Stomu Yamash’ta a livré une musique où seule compte la beauté du son, parfois très proche de Limoges et Milan dont le chant se nomme ambrosien. Ce tour d’Europe instructif et varié alternant monodies et polyphonies fut distillé avec très grand soin par l’ensemble déjà trentenaire, sous la direction du ténor Dominique Vellard. Couleurs retenues, atmosphère contemplative ou vocalise à la logorrhée mélismatique à couper le souffle : un immense talent au service d’un travail d’orfèvre. Qu’on aurait tort de juger élitiste ou couvert de poussières muséales. Les rencontres refusent du monde en pleine saison estivale, dans un lieu certes d’exception mais reculé, qui promeut une musique vieille de près de nos musiques électroniques savantes occidentales dans l’atmosphère propice à la méditation (on Stomu Yamash'ta X-D.R. Trio George Sand Bernard Richebé de mille ans… à l’heure où le mot festival accompagne le promeneur où qu’il aille ! Pour notre plus grand bonheur, les vieilles pierres restent, et les vieilles notes aussi. Vivent longtemps ceux qui les ont fait renaître. FREDERIC ISOLETTA pense notamment aux œuvres de I. Xenakis). À la différence que l’ensemble semblait relever davantage de l’improvisation tant les musiciens jouaient avec l’acoustique incroyable de l’abbaye. Dans ce voyage sonore au cœur de la spiritualité bouddhiste, l’auditeur était invité à savourer un mélange poétique de stupéfaction et de contemplation. Nul ne saurait dire s’il était ou non nécessaire d’applaudir à la fin de la prestation mais il est certain que les murs épais de Thoronet étaient ce soir-là en parfaite sympathie avec cette expérience vibratoire… EMILIEN MOREAU



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 1Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 2-3Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 4-5Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 6-7Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 8-9Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 10-11Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 12-13Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 14-15Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 16-17Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 18-19Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 20-21Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 22-23Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 24-25Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 26-27Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 28-29Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 30-31Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 32-33Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 34-35Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 36-37Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 38-39Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 40-41Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 42-43Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 44-45Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 46-47Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 48-49Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 50-51Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 52-53Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 54-55Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 56-57Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 58-59Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 60-61Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 62-63Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 64-65Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 66-67Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 68-69Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 70-71Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 72-73Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 74-75Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 76-77Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 78-79Zibeline numéro 22 septembre 2009 Page 80