Zibeline n°21 août 2009
Zibeline n°21 août 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de août 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture est-elle rentable ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 PATRIMOINE BEAUCAIRE Détour par « Belle Pierre » Au confluent de zones hautement touristiques, Nîmes, Arles, Avignon, Aix-en-Provence, Beaucaire se trouve trop souvent ignorée, délaissée au profit de ses prestigieuses grandes sœurs. Et pourtant… Une plongée dans l’antiquité « Tollite ! percutite ! pugnate ! » Les ordres fusent, les boucliers se lèvent, les muscles se tendent. L’école de gladiateurs bat son plein. Les armes glissent, les pieds s’arc-boutent, sueur, main tendue sur le côté, le gladiateur perdant demande la mort, mains ouvertes ou poings refermés sur le pouce, le public réclame la vie ou la mort… Cris, rires, auditoire captivé… Non, zibelinesque lecteur, tu ne rêves pas, nous sommes en 2009 ap. JC ! Et l’on se passionne encore pour ces « spectacula » dans lesquels se jouent la vie et la mort, jeux à portée universelle qui fédérèrent les peuples de l’empire romain ! Sous la férule magnanime et savante de Brice Lopez, le directeur du Forum Ugernum, (ancien nom de Beaucaire), les élèves gladiateurs obéissent : les arguments nourris d’histoire et de reconstitutions archéologiques (mouvements, matériels…) sont la pierre de touche de tout ce qui est avancé. N’attendez pas de sang ! On n’a pas le droit de donner la mort au cours du combat, seul le propriétaire décide ! « Intermitte ! Salvete ! ». Ayant déposé leurs glaives, les courageux belligérants sont invités à prendre part à un repas antique. Autre domaine d’archéologie expérimentale, sous le contrôle d’archéologues du CNRS, comme André Tchernia et J.-P. Brun, la fabrication de vin romain au Mas des Tourelles. Il s’agit là encore d’une vraie démarche, avec les outils, les reconstitutions de techniques, retrouvées dans les fouilles et dans les textes de Caton, Pline, Columelle, Apicius… Recettes que l’on est invité à déguster… Mulsum aux épices, tellement réputé pour conserver la jeunesse qu’on l’interdisait aux femmes ! Turriculae à l’eau de mer, au fenugrec, au defrutum… surprenant mais l’on est conquis ! Carenum enfin, liquoreux, excellent sur du foie gras ou des desserts. L’archéologie vous rend vraiment gourmet et gourmand ! Une visite des lieux, film, panneaux explicatifs à la fois simples et remarquables de précision vous permettent de vous cultiver, une salle de jeux teste vos connaissances et invite les enfants à grandir en jouant. Qu’y a-t-il de mieux que le jeu pour se développer ? Vestiges archéologiques De l’antique atelier de potiers, point de départ de cette intéressante démarche, et de ses amphores gauloises, légères et fragiles, le site de Beaucaire nous mène vers des lieux simplement archéologiques. La ville était le point d’arrivée et de départ de la Via Domitia, qui conduisait à l’Espagne. Port sur le Rhône, elle permettait le transit des marchandises, d’où sa prospérité. Les sources abondent et l’on peut visiter les restes de l’Aqueduc qui transportait l’eau jusqu’au quartier résidentiel de Trinquetaille (Arles). Passage en pleine campagne, bassin de captage, vestiges enfouis… Allez au syndicat d’initiative, prenez rendez-vous avec Pascal Crapé, ayez le plaisir de suivre une visite des différents sites visibles de cet aqueduc, écoutez les histoires savoureuses des étapes de sa découverte, des passions qu’il suscite encore. Et soyez émus par la marque des doigts de l’ouvrier romain qui, il y a 2000 ans posa une dernière pierre pour achever son travail ; souriez devant le « banc » qui servit à tant de Abbaye deSaint- Roman Kitiara5555 pêcheurs… alors qu’ils ignoraient qu’il s’agissait d’un élément de l’aqueduc ! Apprenez à reconnaître les différentes époques de son exploitation par les techniques employées… Passionnant ! Rareté Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Pourquoi foncer en Cappadoce pour visiter les monastères troglodytiques ? L’abbaye de Saint-Roman, lieu de promenade des Beaucairois, vous laisse pantois. Salles taillées dans la roche d’une blancheur lumineuse, dédale de salles, tombes creusées dans la pierre, jardin romantique, vue à 360 sur la campagne environnante, courbe alanguie de Rhône. Un moment magique, histoire et beauté ont ici rendez-vous. Avec ou sans commentaire, un moment de pur bonheur ! Et la foire ? ? ? Bien sûr, impossible d’évoquer Beaucaire sans la grande foire ! Mais on n’imagine pas à quel point l’architecture intime de la ville en est marquée, façonnée. La disposition des maisons, les hôtels particuliers qui fleurissent (de pures merveilles, du gothique au classicisme en passant par le baroque), la disposition des rues, des différents quartiers… Rien ne vaut une visite guidée pour une première approche, l’office de tourisme en propose, les guides sont passionnantes. Ensuite, laissez-vous aller au plaisir de l’errance, de la découverte de tel ou tel mascaron à l’expression particulière, de telle ou telle façade, fronton de porte… Le tout bâti dans la « belle pierre » de Beaucaire, qui donne à la ville l’allure tendre des villes de Saintonge. D’ailleurs cette ville a le charme de toutes celles qui sont traversées par l’eau. Ici, le canal avec ses bateaux, ses péniches, accorde une douceur de vivre qui transparaît dans les propos des habitants, la passion vraie des artisans, véritables artistes qui ne font pas un « job », mais un métier, comme l’explique Bruno Hugounenq, brocanteur, facteur de meubles peints, de patines murales, et que l’on retrouve chez Françoise Rebord, céramiste, Rose-May Prevost, vitrailliste… D’autres méritent à eux seuls un article complet ! Zibeline reviendra à Beaucaire pour vous faire découvrir le peintre Mark Alsterlind qui cultive ses toiles, et sait aussi les rendre gourmandes ! Une autre raison de se rendre à Beaucaire ? Le musée du cheval vient d’ouvrir ses portes, le 9 juillet... Il recèle des merveilles ! MARYVONNE COLOMBANI Office de Tourisme de Beaucaire Terre d’Argence 04 66 59 26 57 www.ot-beaucaire.fr
,_-" i :. ion f :'-41r. r". y`L'l r : 7 9 t i1C J I at 4 u itlet dC9+11BjU9 2 DO. ? avignon 31 ociafsre Be i E laen r c Bflssut Li.ari auJr ea ! DC".voye Sarah. D arp Nificila$ [}urrticl Vrncen. Ganivet A.n ne-Va l° rie Da sc [ada5'rll Kawar71al.o tve MarLot Pierre Ma:Lrhelkes Fr'6d6r=qrae Nalbandian ae:phine Reist SyrLvie.R`no Pa h ert-Ti5sDk 101 r ri° A chÂteau en chv1+1tier patrimoine et creat9on contemporaine E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :