Zibeline n°21 août 2009
Zibeline n°21 août 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de août 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture est-elle rentable ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 LIVRES LITTÉRATURE Mauvais frissons Ces deux thrillers-là ont tout de la bonne production américaine de masse. Mais ne vous y trompez pas : leurs auteurs sont français, et appliquent à merveille les recettes outre-atlantique du genre, sensations fortes assurées. La Promesse des ténèbres de Maxime Chattam (Albin Michel, 2009) et Les enfants du néant d’Olivier Descosse (Michel Lafon, 2009) se situent dans la grande tradition des page-turner (entendez par là que vous ne fermerez pas si facilement le livre en cours de lecture), des livres aux intrigues aussi bétonnées et effrayantes qu’efficaces, dans lesquels le Mal est un personnage à part entière… Âmes sensibles ou trop jeunes s’abstenir. Le journaliste indépendant Brady O’Donnel y sera confronté dans le livre de Maxime Chattam, plongeant, à New York, à la fois dans les arcanes de l’industrie du porno et dans les bas-fonds de cette ville à la rencontre du peuple-taupe. Violente, insoutenable parfois, l’histoire secoue. L’auteur ne nous épargne aucun détail, dans un style hélas convenu, lourd, qui Crimes quotidiens Borja (qui en fait s’appelle Josep mais que son frère appelle Pep) et Eduard sont des jumeaux monozygotes qui ne se ressemblent pas. Ça leur a permis de monter une agence de détectives un peu spéciale, au sein de laquelle ils font mine d’être de simples associés. Dès les premières pages de ce savoureux premier roman, Teresa Solana nous immerge, avec ces deux pieds nickelés, dans une Barcelone hivernale et enneigée, sur les traces d’un tableau, le portrait de l’épouse d’un député candidat à la Generalitat découvert dans un catalogue d’exposition… Si le peintre est l’amant de sa femme il s’agirait d’étouffer rapidement l’affaire. Mettant les doigts dans l’engrenage, les enquêteurs laisse parfois à distance l’intrigue qu’on s’échine à suivre. Dans le roman d’Olivier Descosse, qui lui se passe en France, un flic –ancien psy devenu « profileur » suite au meurtre de sa femme par un des ses patients-, enquête sur une série d’homicides violents commis à l’encontre d’adolescents. Tous les ingrédients sont réunis pour que la sauce prenne. Mais là encore, les poncifs, des personnages peu épais et un style plus efficace que recherché finissent par lasser. On aurait aimé un peu plus de consistance pour que le voyage soit total, le plaisir de la lecture, même de plage, ne passant pas uniquement par des histoires bien ficelées… DO.M. sont avalés tout entier dans une histoire extravagante qui leur fera pénétrer l’univers pas forcément doucereux de l’élite culturelle et politique barcelonaise. Avec, au passage, des rencontres insolites, des personnages hauts en couleurs, une visite originale de la ville… Sous le prétexte d’une enquête « policière » dont elle maîtrise parfaitement les codes, Teresa Solana offre aux lecteurs une satire délicieuse et dépaysante d’une certaine société espagnole. DO.M. Les Enfants du néant Olivier Descosse Michel Lafon, 20 euros 610 f ILL7.4 La Promesse des ténébres Maxime Chattam Albin Michel, 22 euros Des jumeaux presque parfaits Teresa Solana Actes Sud, 22 euros Poésie dans le sac ! Dans un Sac à dos pratique, plein de poches et avec l’indispensable couteau suisse ! Cela a de quoi intriguer... En vérité il s’agit d’une anthologie de poésie contemporaine à l’usage des lecteurs en herbe, et pas seulement ! Véritable morceau de bravoure, la préface savoureuse de Jean-Michel Espitallier met en appétit, jouant sur les mots, jonglant avec les définitions « (mais pas toujours) », selon l’expression qu’il utilise à tout va et qui ne manque pas de déstabiliser le lecteur pour peu que ce dernier soit ancré dans ses habitudes ou imbibé de réminiscences scolaires ! Ainsi la naïve question « Qu’est-ce que la poésie ? » déchaîne-t-elle une avalanche de nouvelles questions : texte en vers, en prose, littéral, écrit, oral, visuel, banal, lyrique, expérimental, comique... autant de qualificatifs qui nous interpellent. Cette brillante présentation s’accompagne d’un choix d’auteurs, nés entre 1913 et 1975 -dont 10 femmes (ce qui réjouit !). On peut être perplexe sur certaines propositions, mais d’autres sont jubilatoires tant sont judicieux les jeux sur les mots, l’inventivité des situations s’inspirant de notre réalité du XXI e siècle, comme le délire de Jacques Rebotier sur l’arobase @ que l’« on regarde bien en face », celui de Nathalie Quintane sur la chaussure ou celui de Jacques Roubaud sur le métro de Tokyo... Car on voyage avec la poésie ! On met tout à Sac ! CHRIS BOURGUE.MI 6.11C uoshk 11,9.1111M Sac à dos éd. Le mot et le reste, 12 euros
51 Je est un autre, mais l’autre est… ? Osvaldo est psychanalyste. Absorbé par son travail, ses patients, il ne sent pas que son couple se délite. La fameuse nuit du passage à l’an 2000 marque pour lui le début d’un changement radical. Il doit écrire un article sur « combien pèse une âme ». Il se met en retard, pour s’occuper encore d’un patient. Sa femme le quitte. Il doit s’installer et vivre dans son cabinet. C’est le « divorce ». En usant des paraboles du rêve, sa « patiente magnifique » tente de le mettre sur la piste d’un inavouable secret. Il rencontre une femme étrange, « fille habillée en bibendum ». Les énigmes s’enchaînent, interprétation, confrontation avec le réel, longues courses… discussions avec ses collègues, ses élèves, aide discrète et efficace de sa secrétaire. Dans ce roman polyphonique les voix tissent un faisceau de points de vue qui nous livrent une réalité fragmentaire, en train de se construire. La vérité n’est d’ailleurs pas toujours dans ce que l’on voit : ainsi un patient se refuse à monter dans certains bus pas toujours visibles… Ironie de la fragilité des frontières : réalité des faits, réalité du rêve, du récit que l’on fait de soi. « Chacun est maître de son histoire, mais celui qui l’écoute aussi. C’est un travail sans fin… » Pour les lecteurs aussi. Un très beau roman, qui nous invite à réfléchir sur notre manière d’appréhender le réel, et nous tourne face à nos ombres. MARYVONNE COLOMBANI Nous combattrons l’ombre Llidia Jorge Traduit du Portugais par Geneviève Leibrich Editions Métailié, 22 euros Autopsie de l’horreur Comment est-ce arrivé ? Au sortir du cauchemar d’un fait divers atroce, on se pose toujours la même question, comment est-ce arrivé ? Comment des êtres humains ont-ils pu franchir la barrière, ont pu accomplir la transgression extrême, s’en prendre à leurs semblables en les massacrant ? S’inspirant d’un fait divers du XIX e siècle, Jean Teulé s’attache à reconstituer les faits, avec simplicité, efficacité. Une scène de foire avec des marchands, des badauds, des paysans, des notables, une scène comme nous pourrions la rencontrer sous la plume d’un Flaubert ou d’un Maupassant, un sourire mal interprété, un jeu de mots anodin… et le mécanisme insupportable de l’horreur est enclenché. Ça fonctionne comme dans une tragédie grecque, la machine mise en route est irréversible. Les pulsions les plus inouïes, dues à la bêtise, au chauvinisme, à la haine qu’engendre la guerre, se déchaînent. Ce sont les Bacchantes d’Euripide qui massacrent, torturent, accomplissent l’inconcevable, orgie initiatique dans laquelle une foule se soude dans la folie. Meurtrière et sauvage. Un roman choc dont on sort hébété. M.C. Mangez-le si vous voulez Jean Teulé Editions Julliard, 17 euros Est-ce ainsi que les hommes survivent ? Tous les amateurs de bonne littérature jeunesse connaissent Anne-Laure Bondoux, son héros Linus Hoppe, la saga de La tribu, les Larmes de l’assassin, bouleversantes de justesse. Son dernier roman, Le temps des miracles, nous entraîne dans un monde bien contemporain. Par le biais d’un long retour en arrière, le narrateur évoque son passé, enfant du Caucase trouvé dans un camion. Celle qui l’a élevé dans le mythe de la France, pays des droits de l’homme, a disparu. Est-elle dépositaire de la vérité de ses origines ? Qu’est-ce qui l’a poussée à parcourir l’Europe dans des conditions rocambolesques avec cet enfant ? Pourquoi s’en estelle occupé avec tant de dévouement et d’amour ? Pourquoi s’est-elle volatilisée précisément à la frontière française ? Quête de soi, à travers une patiente reconstitution des souvenirs… Jemapèlblèzfortunéjesuiscitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité retrouvera-t-il ses véritables parents ? Récit fort qui nous entraîne dans les méandres de l’exploitation éhontée des enfants, des personnes détruites par les guerres qui ravagent toujours notre époque, Le temps des Miracles est à mettre entre toutes les mains. Avec pertinence et sensibilité, et sans de mièvre sensiblerie, cette histoire d’exil et de quête donne une leçon de bonheur. M.C. Le temps des Miracles Anne-Laure Bondoux Editions Bayard jeunesse, 11,90 euros



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :