Zibeline n°20 juillet 2009
Zibeline n°20 juillet 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de juillet 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : les festivals débutent... les saisons s'annoncent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
52 ARTS VISUELS PICASSO-CÉZANNE Picasso contre Cézanne Tout contre… Pomme de discorde entre visiteurs ravis et spectateurs déçus ? Picasso Cézanne au musée Granet mérite le détour ! L’exposition est certes sans comparaison possible avec sa grande sœur parisienne Picasso et ses maîtres. Mais au moins, ici, on peut approcher des tableaux sans attendre quatre heures, et sans que les visiteurs suivants vous poussent à partir tandis que ceux de devant s’attardent encore devant les œuvres ! Pablo Picasso et Paul Cézanne ne se sont jamais rencontrés. Ils eurent pourtant le même marchand de tableaux, Ambroise Vollard, de 1906 à 1910. Mais le destin en a décidé autrement, qui fit se croiser leurs œuvres plutôt que les hommes. Leurs toiles dialoguent aujourd’hui encore au musée Granet, à Aix-en-Provence, qui souligne avec justesse les liens formels qui les unirent. D’aucuns font la moue devant la modestie de cette exposition présentée comme un événement-phare par une campagne de communication démesurée, qui a d’ores et déjà réussi à éclipser les autres événements estivaux de la Communauté du Pays d’Aix. Qui d’ailleurs, après l’annulation de l’élection de Maryse Joissains, va sans doute vivre un été difficile… Mais la plupart des visiteurs apprécieront le format intimiste de Picasso Cézanne, sa scénographie classique et son parti pris pédagogique qui se situent, volontairement, en arrière-plan de leurs œuvres respectives qui forcent l’admiration. Et l’émotion. Seule note vraiment discordante, l’introduction de l’exposition avec une toile de Cézanne, Fruits, serviette et boîte à lait, là où on attendait un choc frontal avec Picasso ! Cézanne a déjà eu son heure de gloire il y a tout juste trois ans… Mais ne boudons pas notre plaisir : l’invitation du musée Granet est une source de joie, piquée de retrouvailles, de découvertes, d’interrogations, d’étonnement. Des œuvres en dialogue Des allers-retours stylistiques qui nous avaient échappé, des influences flagrantes et d’autres plus subtiles, des évocations thématiques communes, Village de Vauvenargues (1959) Succession Picasso 2009, collection particulière, photo Claude Germain - imageArt des pieds de nez de l’élève au maître : c’est que l’histoire qui lie Picasso à Cézanne est complexe, noueuse comme un pied de vigne. Dès sa fougueuse jeunesse, l’élève parfois dépasse le maître, plus besogneux dans l’effort. Picasso se libère sans cesse là où Cézanne cherche, se reprend ; mais tous deux sont des forcenés de travail. Une première salle remémore leurs années d’apprentissage du dessin et de la forme académique, soulignant la toute puissance de leurs traits, la sûreté de leur geste. Puis, au-delà du temps qui les éloigne, les sujets de prédilection de Cézanne s’imposent aux toiles et aux dessins de Picasso : l’homme à la pipe, les baigneuses, les vanités, le compotier… Notre regard s’étonne de ce jeu de miroir où l’on cherche différences et ressemblances, copies et hommages, l’ombre de l’un sur la lumière de l’autre. Et le paysage de Provence, sujet cézannien par excellence ? Picasso s’en amuse et fait une pirouette ! Il achète le château de Vauvenargues -dans le même temps, un petit bout de la montagne Sainte-Victoire- et la peint. Pas « à la manière de Cézanne » mais en lui tournant le dos : il regarde droit dans les yeux le village de Vauvenargues depuis la fenêtre de son atelier et construit le paysage avec les couleurs de la Catalogne. Un geste de résistance à l’Espagne franquiste jusque sur sa toile… De cette intimité physique avec Cézanne naîtront des œuvres magistrales, habitées par la plénitude du lieu, la sérénité de l’âge et l’amour de sa dernière compagne, Jacqueline. Le musée Granet nous en offre une palette exceptionnelle dans laquelle résonnent encore les rires des enfants. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Picasso Cézanne Jusqu’au 27 septembre www.picasso-aix2009.fr/Vauvenargues, la Sainte-Victoire de Picasso Là où l’exposition Picasso Cézanne peut paraître comme un « non événement », l’ouverture du château de Vauvenargues est sans conteste exceptionnelle. Parce que c’est la première fois que les ayant droits de Pablo Picasso percent une brèche dans ce lieu familial, parce qu’il s’agit de la dernière demeure de Picasso et de sa compagne Jacqueline qui y reposent ensemble. Enfin parce que les œuvres sont dans leur jus, pour l’éternité. L’atelier ouvert sur la Sainte-Victoire avec ses chevalets et son sol maculé de peinture, la chambre à coucher à l‘aménagement spartiate, la salle à manger et son fameux buffet Henri II maintes fois peint… Le tout dans une atmosphère de recueillement et d’extrême simplicité. Le clou, jamais dévoilé là encore, est sans nul doute le film réalisé par Jacqueline Picasso qui redonne vie à un artiste entouré d’enfants, de chiens et de tableaux. Des centaines d’œuvres, les siennes et celles de sa collection immense qui fit de Picasso un artiste à l’œil expert. Le public ne s’y est pas trompé qui a déjà réservé toutes les visites programmées ! On pourra déplorer un service d’ordre d’une grande sévérité (de la même veine que celui qui Fruits, serviettes et boite à lait (vers 1880). Musée National de l'Orangeraie, Paris RMN - Hervé Lewandowski encadre la visite de la maison de Dali et Gala à Cadaqués), mais c’est le prix à payer pour pénétrer l’intimité de ces lieux privés. M.G.-G. Château de Vaunargues, intérieur, atelier de Picasso Claude Germain
Liste complémentaire En contrepoint à l’exposition phare la programmation Picasso-Cézanne provoque un appel d’air pour de nombreuses expositions et rencontres, disséminées sur tout le Pays d’Aix, et la Région. Pour tous les goûts ! Auberge espagnole Dans cette super saison aixoise, nombre de manifestations complémentaires ont lieu dans la ville sur le territoire du Pays d’Aix alentour. Au point qu’il est bien difficile de cerner ce qui appartient à la programmation officielle et labellisée de ce qui relève de certaines formes d’opportunité. La visibilité internationale de l’évènement offre un surcroît d’intérêt stratégique mais on s’interroge sur la pertinence de certaines propositions. Un des raccourcis les plus en vue est formel : Picasso égale cubisme, aussi retrouve-t-on ces manières cubisantes dont le maître s’amusait en son époque déjà. Ou thématique : le maître encense son maître à penser affublé de ses Saintes Victoires, donc faisons des paysages, des montagnes, des perspectives atmosphériques. Parfois, un sentiment étrange nous envahit comme si la marque d’appel en tête de gondole incitait malgré elle à faire gober des sous productions. Diversité Cependant, face à la dérive de la dilution du propos -l’intimité cézannopicassienne-, l’avantage de cette offre diversifiée pourrait être d’exciter notre curiosité et notre jugement. Ainsi en est-il des témoignages photographiques de Lucien Clergue à l’Atelier Cézanne et la Cité du Livre, des clichés intimes pris par Jacqueline Picasso exposés au Pavillon Vendôme comme celle Douglas Duncan au musée Granet. François Bouillon succèdera à Jean Le Gac qui poursuit ses fictions narratives joue singulièrement avec Robert Bogdan, La grande baigneuse, acrylique sur toile, diptyque les collections du musée des Tapisseries, alors que les sculptures de Pagès se dispersent dans la ville un peu anonymement. Le Gudgi, regroupement de vingt-trois galeristes indépendants, propose Art Matters, un parcours par lequel on trouve de tout d’un lieu à l’autre. La galerie Bercker présente Picasso en photos, un choix de tirages historiques par Brassaï, Villers, Doisneau et des photographes moins connus. Dans la Non-Maison, Plossujoue un french cubism néo-constructiviste en référence à Paul Strand. Chez Alain Paire, les montagnes au pastel de Vincent Bioulés (aussi au Musée Estrine à Saint Remy de Provence) laisseront place aux Happys days with Picasso d’Alain Fleischer. Hors les murs (voir Zib’17), à Châteauneuf le Rouge, Arteum réunit une quarantaine d’artistes sur « cette filiation évidente, déguisée, inventive ou pas ». Le musée Edgar Mélik à Cabriès, à travers une exposition qui aurait mérité de plus amples développements, pointe les connivences entre Picasso, Apollinaire et le trop oublié Max Jacob pour son influence déterminante sur la formation du jeune espagnol. Et hors du Pays d’Aix, le Comité Régional du Tourisme propose un itinéraire qui part d’Arles, passe à Avignon, et Antibes, Vallauris… (voir Zib 17). Pour ne pas rater La Guerre et La Paix. Qui resteront là, rassurezvous, après l’opération Picasso Cézanne… Plus encore Picasso et/ou Cézanne ne sauraient être compris sans quelques précisions et développements. Plusieurs conférences et rencontres tenteront d’élucider ce lien de parenté si souvent convoqué (voir p 68). Entre autres : Comme un déjeuner sur l’herbe et les soirées Cultivons nos mardis à l’Atelier Cézanne ; à la Cité du Livre Lucien Clergue dévoilera son attachement de la première heure pour Pablo, Picasso mon ami ; à La Baume, Alain Paire présentera Picasso à Vauvenargues pour la sortie de son livre éponyme ; l’Université Paul Cézanne (Aix- Marseille III) approfondira le rapport 53 Jean Le Gac, Le peintre aventurier avec paysage de Morandi (vue partielle)C. Lorin Picasso Einstein, tandis qu’à la Fondation Vasarely un colloque développera les questions et filiations esthétiques De Cézanne et Picasso à Mondrian et Vasarely. Gageons après tout cela, qu’il sera désormais impossible de regarder l’art et de mourir idiot. Ou à tout le moins nous saurons ce qu’il sied d’en retenir ! CLAUDE LORIN www.picasso-aix2009.fr www.atelier-cezanne.com www.gudgi.org À propos de pédagogie : l’exposition du bas du Musée Granet, Picasso métamorphoses (voir Zib’14), ludique et créative, reste ouverte jusqu’en décembre. Trouvez vite un enfant pour vous y emmener ! Jardin d'été Péniche Le Boatel Espace Van-Gogh 25 juin 25 septembre 2009 Jardin d'été Péniche Le Boatel Espace Van-Gogh 25 juin 25 septembre 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 1Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 2-3Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 4-5Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 6-7Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 8-9Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 10-11Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 12-13Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 14-15Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 16-17Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 18-19Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 20-21Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 22-23Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 24-25Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 26-27Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 28-29Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 30-31Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 32-33Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 34-35Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 36-37Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 38-39Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 40-41Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 42-43Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 44-45Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 46-47Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 48-49Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 50-51Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 52-53Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 54-55Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 56-57Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 58-59Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 60-61Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 62-63Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 64-65Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 66-67Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 68-69Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 70-71Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 72-73Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 74-75Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 76-77Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 78-79Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 80