Zibeline n°20 juillet 2009
Zibeline n°20 juillet 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de juillet 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : les festivals débutent... les saisons s'annoncent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 PATRIMOINE QUINSON Préhistoire et modernité Le Verdon, ses randonnées, ses activités aquatiques… Rendez-vous des amateurs de sensations fortes et de paysages vertigineux, ce site attirait déjà les hommes il y a fort longtemps ! Pendant plus d’un million d’années, les rives de la rivière furent habitées par les hommes du paléolithique et du néolithique. L’un des sites privilégiés fut la Grotte de la Baume Bonne sur la falaise de Quinson. Il y a des traces de l’Homo Erectus dans le Verdon depuis 400 000 ans. D’où la présence naturelle aujourd’hui du musée de la préhistoire. L’architecture reprend la physionomie des paysages environnants, et se love en une large courbe qui entraîne le visiteur jusqu’à l’étage de l’exposition permanente, remontée physique du temps. Frederic Exubis Les premiers pas… Si le musée peut se visiter en solitaire, panneaux explicatifs clairs, audio guidage intéressant, vitrines judicieusement agencées, préférez la visite guidée. Le commentaire est passionnant, précis, débroussaille les méandres complexes des débuts de l’humanité, et apporte des informations sur les découvertes de ces dernières années… Qui peut se targuer d’être notre ancêtre ? Lucie n’est plus qu’une grand-tante australopithèque, Orrorin Tugenensis (trouvé au Kenya en 2000) oppose ses 6 Ma aux 7 Ma de Toumaï (découvert en 2002 au Tchad)… Évolution buissonnante et non plus linéaire, éclats de pierre que seul un regard exercé peut déterminer comme lié à une volonté et non au hasard, la naissance de la conscience humaine se décrypte le long de ce parcours. Modeste, le guide insiste sur le fait que le musée est destiné à évoluer : il s’agit d’un état des lieux de la recherche actuelle, « il y a plein de trous, mais aussi des certitudes sur lesquelles on s’ancre. » La taille de la pierre constitue une révolution, non seulement dans le fait que l’homme soit capable de fabriquer un outil, mais parce que pour accomplir une série de gestes avant de frapper et de débiter un silex, il a fallu les concevoir, les imaginer, développer ainsi une capacité nouvelle : l’abstraction, et sans doute le langage. En fait, c’est grâce à l’invention du biface, le couteau suisse de l’Homo Erectus que nous pouvons réfléchir le monde !!! « L’homme fait l’outil et réciproquement ». Mais combien de temps pour fabriquer une aiguille au chas si menu ? Le travail en est long et précis, mais les hommes alors avaient le temps… Il y a des ruptures quand même, celle du néolithique est essentielle : en se sédentarisant, l’homme qui était seulement un prédateur, devient un producteur. Il maîtrise ainsi ce qu’il consomme : il cultive, il domestique… Et savez-vous quel est le premier animal domestiqué ? Celui qui alimente tous nos contes, nos anciennes peurs… le loup ! Le grand méchant loup, allaité par les femmes dès sa naissance, seul moyen de l’apprivoiser. Remus et Romulus inversés ! Les villages néolithiques étaient ouverts, ce qui signifie qu’ils n’éprouvaient pas la nécessité de se protéger par des murailles de leurs agresseurs, comme ce sera le cas à l’âge de bronze. Société probablement égalitaire aussi : peu de différence est à noter entre les tombes. Le changement des mentalités s’observe à la fin du néolithique. Évolution de l’art aussi, à la représentation figurative, (taureaux et autres animaux), se substitue une peinture stylisée, symbolique, comme dans la grotte des soleils ou l’abri Donner (Néolithique final). Naissent des silhouettes humaines et des soleils géométriques, des ocelles. L’homme sait représenter, mais pour la première fois, il fait des choix esthétiques ! Et notre art ? Parallèlement à l’exposition Early man on modern road (jusqu’au 15 dec.), Dore Bowem et Isabelle Massu livrent une vision contemporaine de l’évolution, fresque géante sur le mur extérieur du musée, et les différents niveaux d’un champ de fouilles dans lequel les objets du XX e deviennent aussi des restes archéologiques… Nous l’oublions, mais nous faisons partie de l’évolution, nous n’en sommes qu’une étape ! Les deux artistes par une relecture ironique de l’exposition, « branchez-vous sur le canal 5 ! », apportent un regard décalé et pertinent à l’exposition. Picasso se mesure aux grands maîtres de la peinture, les Cro-Magnon ! L’élevage des escargots du Mésolithique devient une nourriture de très bon rapport, préemballé ! L’invention du fuseau, porteur de rêves, mène tout naturellement à Freud, et son analyse de la civilisation. Leçon d’anthropologie moderne, les nomades estivaux de Quinson deviennent objet d’étude, mais les escargots sont en boîte, la nature s’observe sur l’écran de l’ordinateur… Après l’homo sapiens sapiens, voici l’avènement de l’homo plasticus ! Graine d’archéologues La rencontre sur le terrain s’avère essentielle, dans cette passionnante approche de la préhistoire ! En route pour la Baume Bonne (la bonne grotte). Paysages sublimes, végétation riche et complexe, térébinthe, chênes, cade (l’huile était utilisée pour soigner les chevaux et le bétail)… 3 heures de balade pour visiter, imaginer, parmi les fragrances capiteuses du thym. L’archéologue travaille avec les règles de la bataille navale, le carroyage, 4 m de stratigraphie pour 400 000 ans d’occupation, calculez bien ! Un cm par tranche de 1000 ans ! Vous êtes initiés aux différentes étapes de la recherche, aux techniques pratiquées, tailles diverses de la pierre, premières poteries, premiers foyers, voyez les traces ! Trois ans de pratique quotidienne pour réussir à tailler correctement un biface ! Pas si rustre le Néandertal ! Puis on invente les manches, colles de bétuline, gomme de bouleau mélangée à la cire d’abeille, résine de pin… Le feu La percussion de pierres dures contre du sulfure de fer est une technique employée jusque dans les années 1920 ! Elle produit des étincelles chaudes qui forment des braises sur l’amadou. Déposez le fragment rougeoyant dans un coquillage, ajoutez de la paille finement écrasée, soufflez ! le feu est prêt ! Mais la manière la plus courante, c’est par friction, baguette de bois menée par un archet rapide sur une planchette de bois tendre, la sciure produite donne ensuite des braises… C’est en fait l’ethnologie qui a permis de valider les hypothèses des archéologues, par comparaison avec les Massaïs, les aborigènes, les indiens d’Amérique, les Berbères… Il est impossible de résumer tout ce que l’on peut apprendre, vivre, comprendre dans ce site exceptionnel, jusqu’à la reproduction de l’habitat, dans le « village préhistorique » qui présente les différents types de hutte… Il y a toujours un « et » ! On ne peut que vous encourager à cette plongée dans notre histoire, et en nous-mêmes, là où sont nos origines… MARYVONNE COLOMBANI Musée de la Préhistoire et des Gorges du Verdon Quinson (04) 04 92 74 09 59 www.museeprehistoire.com
FESTIVAL DE MARTIGUES ST-MICHEL L’OBSERVATOIRE Provençal et moderne Le Festival de Martigues s’annonce plus que jamais comme un rendez-vous des civilisations et des continents, qui croise les genres, mêle danse et musique, affirmant sa spécificité dans le domaine des arts traditionnels. Vingt ans ont passés depuis sa création, un retour aux fondamentaux s’imposait : un des paris de cette édition, expliquent les organisateurs, « sera de lever le voile de mépris qui enferme d’autorité la culture provençale dans un conservatisme immuable. » Et pour se faire, la scène du Canal Saint-Sébastien accueillera une grande fresque dédiée à la Provence (]En Provence[, le 25 juillet) avec les ensembles La Poulido (Gémenos), La Jouvenço (Montfavet), Lou Grilhet (Plan-de-Cuques) et La Capouliero (Martigues), 150 danseurs et musiciens de Provence qu’entoureront l’ensemble des musiciens invités. African Footprint X-D.R L’autre fondamental s’appelle… Paul Lombard, qui n’est plus, depuis peu, le maire de Martigues. Parrain de cette édition, il est cet « humaniste qui nous a soutenus et suivis depuis le premier instant, sans qui le Festival n’aurait pu voir le jour » disent de lui les organisateurs. Mais cette programmation qui assume son provençalisme n’a oublié personne, et depuis la soirée unique du spectacle d’ouverture (qui accueille au Canal le Bénin, la Colombie, la Guadeloupe, le Laos, la Malaisie, le Niger, l’Ossétie du Nord, la Slovaquie et la Provence !), jusqu’aux Nuits afro-andines (23 juillet) et African Footprint (26 juillet), en passant par les concerts à l’église de la Madeleine (Harmonies du Caucase, le 23 juillet, Oumar Kouyaté, le 27 et le Ballet Royal du Laos le 28) et ceux du Village du Festival, vous aurez l’embarras du choix ! DO.M. Festival de Martigues Du 20 au 28 juillet 04 42 49 48 48 www.festival-martigues.fr La Capouliero X-D.R PATRIMOINE Observer le ciel 51 Au Centre d’Astronomie, sur le site de Saint-Michel l’observatoire, l’été se passe près des étoiles. L’ennuagement y exceptionnellement rare et permet le traditionnel rendez-vous de l’Eté Astro, du 1er juillet au 30 septembre. Dans un programme qui célèbre l’année mondiale de l’astronomie, vous pourrez notamment observer le soleil, participer à des soirées découvertes des constellations, à l’œil nu puis avec des télescopes et vous initier au maniement des lunettes... Un cycle de conférences est proposé tout au long de l’été : - Le monde merveilleux de Saturne par l’astrophysicien au CEA André Brahic, suivie de Un vibrant univers par Isabelle Grenier, professeur à l’Université de Paris VII Denis Diderot et au service d’astrophysique du CEA. Le 15 juillet à 21h au Centre d’astronomie. - Les sursauts gammas : explosion au fond du cosmos par l’astrophysicien, directeur de l’Observatoire de Haute-Provence, Michel Boer. Le 22 juillet à 18h à l’Observatoire de Haute- Provence - Imagerie directe des exo-planètes par l’astronome adjoint au Laboratoire d’interférométrie stellaire et exoplanétaire (LISE) à l’Observatoire de Haute-Provence. Le 29 juillet à 18h à la salle polyvalente de Saint-Michel. - Planètes, exoplanètes et l’origine des mondes par Tristan Guillot, planétologue à l’Observatoire de la Côte d’Azur à Nice. Le 5 août à 18h à l’Observatoire de Haute-Provence. - Puisque la terre est ronde : enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas, astronome marseillais par l’écrivain François Herbaux. Le 12 août à 18h à la salle polyvalente de Saint- Michel. - L’Astronomie extrême : à l’assaut d’un univers hors-norme par Ludwik Celnikier, astrophysicien à l’Observatoire de Meudon. Le 19 août à 18h à la salle polyvalente de Saint-Michel. - Les fantômes de l’univers par José Busto, astrophysicien au Centre de Physique des particules de Marseille-Luminy et professeur l’Université de la Méditerranée. Le 26 août à 18h à la salle polyvalente de Saint-Michel. L’observatoire de Haute-Provence propose aussi des visites commentées, les mardis, mercredis et jeudis du 1er juillet au 27 août, et célèbre l’œuvre de l’artiste peintre Anna-Eva Bergman (1909-1987) avec une exposition de tableaux et documents photographiques jusqu’en septembre. DO.M. Centre d’Astronomie Saint Michel l’Observatoire (04) 04 92 76 69 69 www.centre-astro.fr II D'AZUR 4 4 PRÉPAREZSÉJOUR EN PRO F WWW. DE TOURISME D E AVEC LE COMITÉ fcir iiaqup jour,rm,rm,u ruti,ariti ruiti,ariti l'trrinsu1 Prciv e JËpes Crie d'Azur Com>tfi Rk gior.s'1 dc TcuTisn.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 1Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 2-3Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 4-5Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 6-7Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 8-9Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 10-11Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 12-13Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 14-15Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 16-17Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 18-19Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 20-21Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 22-23Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 24-25Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 26-27Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 28-29Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 30-31Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 32-33Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 34-35Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 36-37Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 38-39Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 40-41Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 42-43Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 44-45Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 46-47Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 48-49Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 50-51Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 52-53Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 54-55Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 56-57Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 58-59Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 60-61Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 62-63Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 64-65Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 66-67Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 68-69Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 70-71Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 72-73Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 74-75Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 76-77Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 78-79Zibeline numéro 20 juillet 2009 Page 80