Zibeline n°19 juin 2009
Zibeline n°19 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : derniers spectacles... premiers festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 FESTIVALS DANSE Toute la danse est là Depuis 29 années chacun le sait : Montpellierdanse est LE festival ; celui qui, en deux semaines, présente toute la danse de création d’aujourd’hui : celle qui aime se donner en spectacles ou la plus expérimentale, celle qui se créée ici ou aux autres bouts du monde (sans traditionalisme !), celle qui raconte ou la plus abstraite, musicale, plastique, thématique… Imaginez un peu : 25 spectacles différents dont 17 créations la plupart coproduites… soit 62 représentations, en deux semaines, où toutes les salles Tragic - Love de Stephen Petronio Laurent Philippe sont pleines, depuis l’immense Corum jusqu’au modeste Studio Bagouet. Bref, Montpellierdanse fait vivre la danse française et internationale, en la produisant, en la soutenant, en lui offrant des écrins de rêve et un public d’une fidélité admirable… Les réjouissances de cette année : au Corum les grands spectacles de Blanca Li, Israel Galvan, Stephen Petronio qui fait danser le CCN de Lorraine sur des amours tragiques, Emanuel Gat qui créera ses Variations d’hiver, et Mark Morris, le chorégraphe américain aux trois Bessie Award, dont la cie viendra danser, accompagnée par deux pianistes, un programme tout mozartien… Dans l’écrin italien de l’Opéra comédie des spectacles un peu plus intimes : Preljocaj viendra créer (mais oui !) le premier solo de sa carrière, Funambule, sur le texte de Genêt ; mais la Compania Flamenca de Mercedes Ruiz, le CCN de Lorraine dans un programme Bagouet, Andres Marin prendront leurs aises… C’est dans les autres théâtres qu’une danse plus expérimentale prend ses élans : au Studio Bagouet des Ursulines la danse subtile de Fattoumi et Lamoureux, ou absconse de David Wampach ; au Théâtre de Grammont trois chorégraphes remarquables : Emmanuelle Huynh qui travaille sur la musique de Xenakis, Bruno Beltrao et sa sidérante danse qui nous fait voir un Brésil contemporain, âpre et urbain et François Verret, chorégraphe, circassien, musicien aux mille mots. Et puis d’autres fidèles s’installent dans les salles de l’agglomération : HermannDiephus, Rita Cioffi, Vera Mantero, l’émouvant Raimund Hoghe, et bien sûr Mathilde Monnier… Quand on vous disait qu’il y en a pour tous les (bons) goûts ! AGNES FRESCHEL MontpellierDanse.09 Du 19 juin au 4 juillet Réservations ouvertes depuis le 19 avril 0 800 600 740 www.montpellierdanse.com Grands spectacles ! Comme chaque année Vaison Danses met les grands plats dans son grand amphithéâtre et propose aux bienheureux des villégiatures provençales un programme de rêve à la portée de tous. Blanche Neige d’abord, en ouverture (les 10 et 11 juillet) : la dernière création de Preljocaj, magnifique livre d’images mouvantes contenant quelques moments d’anthologie, saura faire vibrer la nuit d’émerveillements enfantins, d’émotions mahlériennes et de fugitifs questionnements sur le désir. On se demande d’ailleurs comment ils recréeront l’époustouflante chorégraphie verticale sur le mur du lointain, dont le (sublime) théâtre antique est dépourvu ? Puis ce sera au tour de Carolyn Carlson qui revisite son solo, Blue lady, en l’offrant à… Jacky Berger. Comment un homme interprètera-t-il cette incarnation mythique de la femme créatrice (le 15 juillet) ? On sait en tous les cas comment Georges Momboye s’est emparé des rythmes telluriques du Sacre du printemps, transformant le rituel sauvage de Stravinsky en un hymne désespéré à la terre africaine. Il dansera également, en solo, un Faune tout neuf, et sa Cie présentera sa dernière création sur le quatuor n°4 de Bartók : une musique occidentale, pour une danse africaine contemporaine affranchie du binaire (le 18 juillet). De la musique « live » pour les deux Blanche Neige Agnes Mellon autres spectacles, plus traditionnels : Antonio Najarro, chorégraphe et danseur au Ballet National d’Espagne, expérimente avec sa Cie des croisements entre la tradition flamenca la plus pure et la danse classique, mais aussi le tango ou, dans le jazz. (Jazzing Flamenco le 21 juillet). Quant à Stomp, c’est un spectacle explosif, où son et danse naissent ensemble des corps qui bougent et frappent, des tuyaux, des poubelles, en un déchaînement rare d’énergie libératoire (du 24 au 26 juillet). AGNÈS FRESCHEL Vaison Danses Du 10 au 26 juillet Réservations ouvertes depuis le 4 mai 04 90 28 74 74 www.vaison-danses.com
Chimie explosive La conférence de presse du Festival de Marseille fut troublée et troublante. Explosive comme ce festival chic qui choque depuis 14 ans par l’impertinence de choix, qui ont réussi à imposer la danse contemporaine internationale jusque dans les milieux huppés de Marseille Cette fois-ci ce ne sont pas les dockers ni les intermittents qui menacent de faire annuler le Festival : ce sont les ouvriers des réparations navales, désespérés par la perte annoncée de leurs emplois, qui ont pris la parole, réclamant du maire qu’il vienne s’asseoir à la table des négociations. Est-il décent qu’une fête se déroule dans un cimetière, demandent-ils ? Apolline Quintrand leur répond remarquablement, en expliquant que son festival n’est pas une fête mais un moment intense de réflexion, de création. Un moment militant aussi, d’une autre façon, qui donne à toucher la réalité du monde, qui s’intéresse à l’homme, aux habitants des quartiers nord associés cette année à la programmation. Qui fait voir aussi la beauté du Port, ce morceau de Marseille que les Marseillais ne connaissent pas. Elle répond aussi qu’il ne doit pas y avoir de combat entre les ouvriers et les professionnels du spectacle. Que tous vivent la même difficulté sociale, économique. Que les considérer comme des adversaires n’est pas juste ; que mettre en péril le fruit de leur travail, est se tromper non de lutte, mais de moyen. Convaincante, la Directrice du Festival l’est sans nul doute. Reste que si les négociations n’avancent pas le festival risque d’avoir l’air triste, s’il a bien lieu sur le Port. Au programme Le nouveau festival, sous le signe de l’alchimie des arts et des pratiques, se baptise dorénavant FDAmM -Festival de Danse et des Arts multiples de Marseille- et s’amuse à des analogies graphiques avec le tableau de Mendeleïev. La chimie se révèlera-t-elle créative ? Dès le 17 juin elle jettera des premiers feux musicaux et corses, face à la mer, avec A Filetta, la « Fougère », 7 voix polyphoniques a capella, qui chantent la liturgie mais aussi Primo Levi. Puis L’Événement ; Vandekeybus vient présenter à Marseille sa création, pour deux soirs ; c’est la cinquième fois que le festival l’invite, et chaque fois une œuvre forte est advenue (les 18 et 19 juin). Ce sera ensuite au tour de Ginette Laurin, chorégraphe créatrice d’O Vertigo, cie historique québécoise qui tourne assez peu en France mais dont on a vu quelques pièces à la biennale de Lyon : une danse sensuelle ponctuée de soupirs, toute en équilibres et en subtilité, virtuose aussi, à découvrir (La chambre blanche les 21 et 22 juin). Nous reviendrons sur la suite du programme, jusqu’au 11 juillet, dans notre prochain numéro. Mais sachez dès à présent qu’il y aura beaucoup de danse, de nombreuses créations de compagnies régionales, des collaborations avec les Bernardines, Marseille Objectif Danse, Marsatac… Et que dès le début du festival vous aurez accès aux formes gratuites : l’exposition Danses noires/blanche amérique proposée à l’Alcazar du 11 au 27 juin puis au Hangar 15 jusqu’au 11 juillet, l’installation de Christian Rizzo qui fait danser deux robes vides au Hangar La chambre blanche Ginette Laurin durant tout le Festival, le travail à vue de Christophe Haleb avant les spectacles, le bal manoamano du 21 juin pour fêter la musique en apprenant le tango, les projections du moyen métrage d’Emmanuel Vigne et Julien Chesnel, film d’archives portuaires sur 80 ans de la vie du port (19h du 17 juin au 11 juillet)… Avec obligation de montrer patte blanche pour pénétrer sur les docks, mais possibilité cette année de réservations de dernière minute à la porte 3, où l’on pourra se garer et accéder par navette aux Docks. Mais on vous conseille de réserver, et d’y aller en bateau, pour un voyage magique où l’on découvre une rade interdite aux regards, embarqués du Vieux Port vers le Port neuf, dont on espère plus que tout qu’il restera vivant. AGNÈS FRESCHEL Festival de Marseille Du 17 juin au 11 juillet www.festivaldemarseille.com 11 Le bel équilibre Uzès danse en est à sa 14 e édition aussi, et comme chaque année lance la saison des festivals avec une programmation concentrée. Durant une semaine, dans un cadre enchanteur, la danse transforme la ville médiévale en une véritable ruche. Ça parle, ça observe, ça déambule du matin au soir, ça projette et ça bouge, et les queues aux spectacles sont vibrantes de conversations… Il faut dire que la programmation concoctée par Liliane Schaus est une fois de plus remarquable : un équilibre de petites et grandes formes, conceptuelles ou très dansées, plastiques souvent, ou théâtrales : il y aura les Métamorphoses de Frédéric Flamand, mais aussi Christophe Haleb, Alain Buffard, Kelemenis, Karine Pontiès, Nelisiwe Xaba, Tania Carvalho, une installation de Pascale Houbin… Le SEUL festival de l’été où l’on croisera autant d’artistes femmes que d’hommes. Comme il est triste de devoir souligner cette égalité, et s’en réjouir ! A.F. Uzès danse Du 13 au 18 juin 04 66 03 15 39 www.uzesdanse.fr They look at me... de Nelisiwe Xaba Photolosa



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 1Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 2-3Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 4-5Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 6-7Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 8-9Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 10-11Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 12-13Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 14-15Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 16-17Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 18-19Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 20-21Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 22-23Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 24-25Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 26-27Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 28-29Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 30-31Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 32-33Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 34-35Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 36-37Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 38-39Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 40-41Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 42-43Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 44-45Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 46-47Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 48-49Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 50-51Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 52-53Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 54-55Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 56-57Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 58-59Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 60-61Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 62-63Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 64-65Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 66-67Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 68-69Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 70-71Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 72-73Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 74-75Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 76-77Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 78-79Zibeline numéro 19 juin 2009 Page 80