Zibeline n°17 avril 2009
Zibeline n°17 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Marseille, sous tous les angles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 THÉÂTRE AIX : JEU DE PAUME LE 3BISF LES ATELIERS Tisser les textes Tisser ensemble des textes de Rémi de Vos, Fabrice Melquiot, François Monnié, les lier par une vraie écriture, celle de Valérie Grail qui fait aussi la mise en scène, filer une intrigue -celle d’une audition où le texte de chacun est un fragment de ce qu’il est- pouvait L’expérience qui consiste à montrer au public un chantier de création est toujours périlleuse. Eva Doumbia (La Part du pauvre) et Claudia Schapira (Nucleo Bartolomeu) l’ont vécue l’autre jour au 3bisf à Aix où elles présentaient les prémices de Je t’écris... le métissage ne s’arrête t-il pas où commence l’oubli (du voyage) ? Un état de création plein de promesses, bourré de bonnes intentions et de belles idées, même si sa forme actuelle devra se débarrasser des scories dues à sa jeunesse : un rythme qui s’essouffle, quelques longueurs et certains caractères stéréotypés (la droguée, la paumée…). « Il y a encore trois semaines, il n’y avait rien, explique Eva Doumbia en introduction à la présentation, sauf des gens, un auteur, des musiciens, un propos et des questionnements. C’est un processus de « digestion » que l’on restitue ici. » Car le projet est plus vaste encore, véritable aventure artistique et humaine au long cours déployée sur plusieurs années et territoires, entre la France et le Brésil. Sur le plateau, acteurs-chanteurs et musiciens racontent des tranches de vie coupées et décalées (pour reprendre l’une des danses de l’Afrique de l’Ouest) mises bout à bout, traversées des mêmes sentiments de solitude que l’on soit à Alger ou à Sao Paulo, au Rwanda ou à Marseille. L’exil, l’identité, la fratrie, l’abandon, l’oubli, l’amour : des thèmes universels habitent France, la chance de ma vie Michele Laurent sembler une bonne idée. Parce que ces écritures sont fortes, parce que les comédiens choisis sont excellents, parce que la mise en abyme du métier d’acteur, complété par un regard sur ses conditions de travail, et la marchandisation de la condition d’artiste (audition Nouveau chantier métissé Gladys, Christine ou Ibrahim… Si l’ensemble est encore un peu décousu, ces destins croisés entaillés d’une même cicatrice devraient vite trouver le bon tempo pour parler d’une seule voix. Tout en conservant leurs multiples accents. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Je t’écris... a été présenté le 27 fév au 3bisf à Aix Pas si décevant ! Aux Ateliers on fait du théâtre avec le cœur, et ça se sent. Le public se serre sur les bancs inconfortables, heureux d’être là, et ça cause avant, après, dans Tout le monde est une deception totale, Alain Simon et Emma Gustafsson X-D.R. ou casting ?) est un projet intéressant. Las le tout ne fait pas texte. Pour tisser il faut avoir du métier, et sans doute un matériau moins disparate. Des moments surnagent, magnifiques, séquences de textes drôles, cruels, véritables, critiques du monde du spectacle, de ses snobismes et des désirs de midinette qu’il suscite, apologie de ses enthousiasmes aussi, face à la beauté… Mais le tout est décousu, pour filer la métaphore de lingère. Vraiment dommage. Parce que ça peut donner au public peu familier de ces écritures l’idée qu’elles ont peu de sens ; mais surtout parce qu’on sent qu’avec une vraie tension dramatique ces acteurs-là et cette mise en scène auraient pu faire des merveilles. On frôle le montage de textes façon atelier de théâtre, ou spectacle de sortie d’école… AGNÈS FRESCHEL le hall étroit. La relation qui s’instaure entre les comédiens et ceux qui les regardent est précieuse, immédiatement chaleureuse, pas un brin dans la consommation. Ce soir-là, le spectacle qui se jouait n’était pourtant pas des plus faciles : les aphorismes antisociaux de Giorno, new yorkais road writer, étaient assénés, dédoublés, repétés sur un mode systématique, déstructurés encore eux qui déjà ne manquaient pas de dynamite. Alice Chenu, petite comédienne butée, concentré d’énergie, les deux danseurs qui occupaient l’espace des mots de la grâce de leur corps (décidément Emma Gustaffson est d’une rare splendeur) étaient mis en scène La Chance de ma vie a été joué du 10 au 14 mars au Jeu de Paume À venir au Jeu de Paume Rouge Carmen, de Juliette Deschamps, la fille. Si l’opéra demeure la plus connue des œuvres lyriques françaises, la nouvelle de Mérimée qui l’inspira l’est un peu moins. Juliette Deschamps a concentré l’action sur la fin de l’histoire, l’ultime rencontre de Don José et de Carmen, et a imaginé une pièce musicale en 11 tableaux, sur fond de flamenco. Sur scène un groupe de 5 musiciens, dont Antonio Moya, redonne au drame une couleur moins opératique : le flamenco prit son essor à peu près à cette époque là, quand Mérimée inventait sa cigarière… du 24 au 28 mars. Luaa Gabanini par Alain Simon maître des lieux, qui faisait lui même quelques apparitions décalées, comiques, parmi ces jeunes gens. Tout le monde est une déception totale, disait le titre : le constat est radical, mais le spectacle, désordonné comme le monde, violent comme lui, était porté par un esprit de résistance aux conventions théâtrales et sociales. L’avenir n’est pas si noir ! A.F. Tout le monde est une déception totale, d’après John Giorno, mis en scène par Alain Simon, a été crée aux Ateliers (Aix) du 16 au 20 fév
KOMM’N’ACT AUBAGNE THÉÂTRE ET CHANSON CHÂTEAUVALLON THÉÂTRE 15 Jeune création européenne Le deuxième volet de Komm’n’act aura lieu du 14 au 21 avril : l’occasion de voir le travail de création de jeunes européens dans 5 lieux de Marseille (La Minoterie, les Bernardines, Histoire de l’œil, la Compagnie et Montévidéo). C’est donc par la mise en synergie que cet événement peut avoir lieu, qui permettra de voir 9 propositions : 1 régionale (Charles-Éric Petit) 2 autres françaises (The kisses cause trouble et Benjamin Bodi) et 5 européennes (Slovenie, Espagne, Allemagne, Portugal, Autriche), plus la création des lauréats de Komm’n’act 01, qui avait eu lieu en 2006 au Théâtre Vitez (Aix). Création de Paulo Guerreiro, Marion Abeille, Geoffrey Coppini qui ont répété en résidence au Théâtre Durance (04), à la Tannerie de Barjols (83) et à la Minoterie. Beaucoup de performances, de la vidéo, du numérique, un peu de musique binaire et de danse minimale, et pas de texte au programme. L’avenir du théâtre n’est pas forcément là, mais ce n’est qu’en y allant que vous en aurez le cœur net ! A.F. www.komm-n-act.com L’humain en question Issu d’un travail de recherche de deux ans sur les ouvrières des manufactures de tabac de la Belle de Mai, Carmenseitas, le spectacle d’Edmonde Franchi évoque l’histoire de la Seita, convoque la mémoire de ces femmes « oubliées » de l’Histoire, et plus généralement la disparition d’un monde ouvrier (voir Zib 15). Sans oublier le chœur de l’Académie du chant populaire, dirigé par Alain Aubin (voir page 30), qui ponctue musicalement toutes ces scènes de vie. Le 28 mars. À noter que le spectacle est aussi joué le 5 mai au Sémaphore à Portde-Bouc (04 42 06 39 09). En partenariat avec la cie tunisienne Radhedh, La cie Alzhar s’empare de l’œuvre de. Koltès, Dans la solitude des champs de coton, dans une mise en scène de Jeanne Poitevin. Heykel Mani et Maxime Carasso campent les deux protagonistes inséparables d’un deal, métaphore sensible et troublante des échanges humains en général. Le 17 avril. DO.M. Le Comœdia, Aubagne 04 42 18 19 88 www.aubagne.com Carmenseitas Agnes Mellon Deux Isabelles pour Rimbaud Spectacle Rimbaud… L’occasion de retrouver des textes que l’on aime, la ferveur d’Isabelle Bloch-Delahaie qui interprète les poèmes mis en musique par Léo Ferré… Et c’est la respiration du chanteur poète disparu qui nous reprend, avec ses pauses, ses sons étouffés, son approche du monde lyrique, passionnée, sensuelle … Mais il y a aussi les créations de la chanteuse, sept, toutes intéressantes dans leur lecture juste et enthousiaste des textes. Isabelle, sœur d’Arthur, croise ses lettres avec celles de son frère, chacun s’approchant du génie, même si l’une l’ignore tandis que l’autre le vit... Le spectacle mélange les genres, les atmosphères, passant de la sensible interprétation en duo de Sur les hauteurs Sur les hauteurs de Toulon se trouve encore le CNCDC de Châteauvallon… avec son histoire mouvementée, ses paradoxes… actuellement en difficultés à cause de son statut ambigu hérité des oppositions avec l’ex-mairie FN… Pays Lointain Les Possedes Et toi tu marcheras dans le soleil Christiane Robin Sensation aux emportements sublimes du Bateau Ivre. Incandescence affirmée, voulue, Isabelle Bloch- Delahaie brûle ici d’une émotion qui entraîne son équipe, (Mathieu Ravera, magnifique au piano, à la guitare et dans les duos) dans une théâtralisation sobre et efficace. Un beau spectacle, qui ne triche jamais. Aux rappels, les bouquets embaument, ça sent le mimosa, et on emporte ce parfum avec soi comme des échos de poèmes… MARYVONNE COLOMBANI Et toi tu marcheras dans le soleil jusqu’au 22 mars Théâtre et chanson, Aix 04 42 27 37 39 mais aussi à cause d’une communication opaque, et d’une illisibilité quasi constante de sa programmation. Pourtant elle est irréprochable et ses salles sont souvent pleines, et plus encore ses spectacles d’été, dans la magie de son amphithéâtre face au soleil couchant ! Il ne manque donc pas de raisons pour aller à Châteauvallon : parce que Buffard y passe comme ailleurs ((Not) a love song le 23 mars, voir page 21) ; parce que Lagarce surtout, et un de ses plus beaux textes : Le Pays lointain, ultime, posthume même. Le constat tragique d’une jeunesse épuisée, qui vient régler ses dernières affaires familiales, mais est habité encore d’une bouleversante envie de vivre. Un texte que la Cie Les Possédés porte avec force… sur les hauteurs ! A.F. Châteauvallon (83) 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :