Zibeline n°17 avril 2009
Zibeline n°17 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de avril 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Marseille, sous tous les angles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 THÉÂTRE LE MASSALIA LA CRIÉE Suite et fin de l’Entreprise o À venir au Massalia En plus de la programmation d’El Gosto théâtre et des ciné concerts du Cartoun Sardines (voir ci-dessous) le Massalia, fidèle à ses proches, programme le Théâtre de Cuisine et la Cie belge Bronks. Deux valeurs sûres du Théâtre Jeune public ! Katy Deville met donc en scène un texte de Christian Carrignon, avec deux comédiennes danseuses à aux origines métissées : Louisa Amouche et Patricia Guannel se demanderont donc si C’est encore loin ?, interrogeant les enfants à partir de 10 ans sur ce qu’est une identité culturelle… du 20 au 28 mars. Quant aux Bronks ils sont magiques ! Pascale Platel sait inventer comme personne des mondes décalés, tout près des mythes mais à portée de main… Là il sera question de Pignoufs… Jan, mélancolique, attend sa Reine de Saba. Et c’est une Blonde qui débarque, pas vraiment conforme… du 14 au 17 avril. A.F. Silence Christophe Raynaud de Lage Opus 3 et 4 du quatuor hivernal proposé par François Cervantes et son équipe : reprise de l’excellente Table du fond, créée en 2006, et création de la suite, Silence. Deux courtes pièces consacrées au rapport entre l’école et la famille, entre ce qu’on apprend au collège et ce qu’on découvre par soi-même dans les livres et ailleurs, entre les mots d’une mère désemparée et le silence de son adolescent de fils. Rires et larmes, amour et haine, absence et retrouvailles, les deux spectacles mettent en scène un duo de choc. Nicole Choukroun est d’une grande justesse dans l’incarnation de cette maman aimante et perdue, qui se sent « immobile comme un bac de plantes à l’entrée des immeubles » ; dans le rôle pas toujours gratifiant d’une mère échevelée et claudicante, elle touche par son émouvante humanité, et sa force malgré tout. Quant à Stephan Pastor, encore une fois, bravo ! Dans La table du fond, il incarne, avec trois fois rien -un masque, une blouse grise, un nez postiche…-, tous les personnages que la mère rencontre au collège, du concierge au directeur en passant par les profs, dont celle de maths. Succès garanti auprès du jeune public et remarquable travail d’acteur, que l’on salue aussi dans Silence où il campe parfaitement l’ado gêné aux entournures. Mise en scène et scénographie séduisent également par leur simplicité inventive. Comme toujours dans les spectacles de L’Entreprise, on est plongé dans un univers de décors allusifs et très concrets en même temps : une salle de classe d’abord, un bar ensuite, l’une devenant l’autre, avec presque rien, mais on y est. Le texte est à l’avenant, proche de tous les publics, parfois trivial, souvent d’une poésie très contemporaine, qui fait voyager loin… C’est sans doute ça la magie Cervantes. FRED ROBERT La table du fond et Silence ont été joués en mars au Théâtre Massalia à La Friche Belle de Mai Théâtre Massalia 04 95 04 95 70 http://massalia.lafriche.org Savoureux mélanges Le Cartoun Sardines fait son festival, et crée le 1er Festival CinéThéâtre au Théâtre Massalia. Comme son nom l’indique, c’est un savant mélange de cinéma -chefs-d’œuvre du muet en noir et blanc- et de théâtre, les comédiens jouant en direct avec le film. Ainsi Faust de Murnau (du 6 au 8 avril), Lulu de Pabst (du 10 au 12 avril) et Le Bonheur de Medvedkine (du 14 au 19 avril) s’en trouvent révélés, autant par les voix que par la musique improvisée, qui ajoutent une dimension supplémentaire aux images, les tirant souvent vers un comique qu’elles ne possèdent pas toujours, ou dont elles raniment la désuétude. Devant, derrière ou sur l’écran, les comédiens cabotinent et jouent une partition commune ; Lulu est plus vivante que jamais, le bonheur de Khmyr et Anna plus grinçant, parodique. Quant à Faust, il est bien sûr plus diabolique encore… DO. M. 1er Festival CinéThéâtre du 6 au 19 avril Théâtre Massalia 04 95 04 95 70 http://massalia.lafriche.org Faust Monsieur Elian Bacchini Théâtre d’Algérie Depuis deux ans la coopération interrégionale entre la Wilaya d’Alger et la Région PACA permet à la Cie de Ziani Chérif Ayad, El Gosto Théâtre, d’être régulièrement présente à La Friche (également au Sémaphore et aux Salins, voir p.19). Son théâtre ancré dans le réel et dans l’histoire algérienne, et sa suite de tragédies, de résistances et de révoltes, nous renvoie un autre écho de notre histoire à travers ce qui se passe dans ce pays frère, de l’autre côté de l’immigration, de la colonisation, de l’indépendance. L’Étoile et la comète, écrit en écho à Nedjma de Kateb Yacine, replonge dans les années 90, au cœur de la terreur islamiste, quand des femmes incroyablement courageuses défilaient à visage découvert… Tandis que le Café du bonheur remonte plus loin, des années 30 à l’indépendance, à travers un spectacle musical qui sera accueilli dans le cadre chaleureux des cabarets de la criée (pourvu qu’ils ne disparaissent pas avec la réouverture du Théâtre !). Un théâtre algérien contemporain qui porte des interrogations dramaturgiques particulières, liées à une tradition orale ; mais surtout une parole essentielle pour tous ceux qui ont là-bas une partie de leurs racines, et n’ont pas vraiment l’occasion d’écouter un théâtre qui en parle. A.F. Le café du Bonheur, chansons d’Algérie Du 7 au 9 avril La Criée (cabaret) 04 91 54 70 54 www.theatre-lacriee.com L’Etoile et la comète Les 10 et 11 avril Théâtre Massalia 04 95 04 95 70 http://massalia.lafriche.org L'Étoile et la comete Yves Jeanmougin, Casbah, Alger 2003
Deux hommes et un vagin Bien gaillards, les trois petits jeunes du collectif Ildi ! Eldi comme ils disent, vont au turbin avec entrain et sans rechigner, nous offrent 45 minutes de pur délire concoctées à partir de l’adaptation habile d’une nouvelle de Will Self, sérieux coquin des Lettres anglaises, connu pour ses frasques de haut vol (prise d’héroïne dans l’avion privé de John Major) et son humour à la Jonathan Swift. Vice-Versa c’est quoi ? Une farce de derrière la jambe, une belle satire qui tourne en boucle et qui à chaque passage, telle une pelote d’épingles, ramasse de nouveaux piquants qui vont grossir un sens dérapant : Mister Bull consulte/Le médecin diagnostique/La secrétaire commente/Le jeune et frais -comme son caleçon- rugbyman consulte pour une plaie derrière le genou/Le libidineux et tortueux Margoulis diagnostique la présence d’un joli petit vagin/La pétulante secrétaire meneuse de jeu commente et fait tourner la machine avec son micro virevoltant. Rythme impeccable, acteurs malicieux qui jouent à jouer, étonnés eux-mêmes d’être si bons à ça (Sophie Cattani, François Sabourin et Antoine Oppenheim semblent jouir de la situation) et dispositif léger comme une table de dissection qui favorise la circulation des incongruités. « Que c’est bon d’être demoiselle... » distille et détaille la voix de la mutine Colette Renard pendant que le drame se noue... C’est grinçant et bien huilé, choquant et délicieux ; on aimerait dire tout ça en anglais of course ! MARIE-JO DHÔ Vice-Versa de Will Self, adapté et mis en scène par le collectif Ildi/Eldi, a été présenté à Montévidéo du 17 au 25 février (créé à Actoral/Paris en 2008) MONTÉVIDÉO LES BERNARDINES THÉÂTRE Vice-versa Agnes Mellon Matière à discours Nicole Yanni a créé le Théâtre du Petit Matin dans une ancienne menuiserie. C’est peut-être pour cela qu’aujourd’hui elle s’interroge sur le geste de l’artisan, de l’artiste, sur leur relation à l’objet, au produit. Du corps à l’ouvrage, présenté aux Bernardines, est le résultat d’une longue approche, d’un cheminement d’écriture. Nicole Yanni a d’abord filmé des artisans sur leurs lieux de travail ; parallèlement se tenaient des tables rondes d’artistes. Ensuite, une commande a été passée au jeune auteur Ronan Chéneau, dont les textes poétiques, fondés sur les répétitions et les échos rythmiques, disent la complexité d’une société capitaliste mondialisée et proposent des façons d’être dans ce monde, pour l’« aimer malgré tout maintenant, avec nous dans le chaos, avec tous ces objets ». Sur le plateau, c’est la chronique du projet qui est donnée à voir. Vidéos noir et blanc des artisans, discussions ou monologues des artistes (4 comédiens, dont un incarne l’auteur en train d’écrire le texte du spectacle), échanges de courriels Yanni/Chéneau en voix off, régie à vue, le spectacle vise à montrer l’expérience : le travail des artisans rencontrés, qu’on voit tous en train de Du corps a l'ouvrage Claudine Bertomeu 11 façonner la matière (viande, fleurs, bois de guitare, tissus et même boules de pétanque) ; celui des artistes en train de préparer le spectacle, qui s’interrogent sur ce qui reste de leur travail lorsque la représentation est finie. Tout cela donne un drôle de résultat, un peu atelier mal rangé. « Comment lier toutes ces choses ensemble ? » se demande d’ailleurs le comédien qui tient le rôle de l’auteur. Pourtant le spectacle fonctionne parce qu’il sonne sincère et que, sur fond de crise, il est tout entier une déclaration d’amour au monde d’aujourd’hui que les deux actrices, Céline Greleauet Maude Buinoud, remarquables, profèrent avec drôlerie au début et à la fin. Dans ce corps à l’ouvrage, ils ont mis tout leur cœur. FRED ROBERT Du corps à l’ouvrage est créé aux Bernardines par la Cie Cela ne finira jamais jusqu’au 21 mars À venir aux Bernardines Eva Doumbia poursuit son travail entre l’Afrique et la France, avec la mise en scène de deux textes africains On ne payera pas l’oxygène d’Aristide Tarnagda etLe Grand Ecart de Dieudonné Niangouna. Des acteurs de tous les horizons et origines se côtoient dans ce projet créé à Brazzaville puis Bamako, et les deux courtes pièces, où il est question de temps et de mort, sont jouées dans le même décor. Du 31 mars au 11 avril. Théâtre des Bernardines 04 91 24 30 40 www.theatre-bernardines.org iI.aCasa 8`e bernard a AIL dAtarci3 Loren N#p:Aa Gompagn i de a irtia t th. tre DURANCE v907/03-21 h Chaitqau-Arr « ux von 03}04 - 21 h T1 Cri 92 64 27 www.Lheatredurance.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :