Zibeline n°15 février 2009
Zibeline n°15 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'art visuel en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
68 SCIENCES ET TECHNIQUES LA LUMIÈRE AGENDA Peser le pour et le contre, séparer le vrai du faux, opposer thèse et antithèse, distinguer mythe et réalité… Nos représentations duales se munissent d’opérations (de prédicats) qui les rapprochent, les comparent ou les séparent. Ces dialectiques éclairent-elles les pratiques scientifiques ? Un exemple lumineux Ô Zibelecteur, en ce début de solstice d’hiver, à la lueur scialytique de ton ampoule à tube « basse consommation », du halo bleuté de ta lampe de bureau « multi-LED », ou de la chaude lumière de ta vieille ampoule « à incandescence », tu tentes d’éclairer ta lanterne afin de lire ce texte nébuleux de ton Zerviteur technoscient. Autant d’éclairages imaginaires de cet écrit qu’il y a de principes physiques qui y gouvernent. L’ampoule à tube éclaire ta lecture de sa lumière intense et économique sur le principe de l’ionisation électrique d’un gaz qui restitue l’énergie sous forme lumineuse par fluorescence ; transformation physico-chimique de l’énergie électrique en énergie lumineuse. L’explication « savante » du phénomène se situe dans la représentation quantique de la lumière et son petit grain de folie : le photon. Il en est de même de l’éclairage par LED (Diode Electro-Luminescente dans son acronyme miroir anglophone) auquel on fournit un courant électrique continu pour créer une transition électronique dans le semiconducteur (de silicium dopé) qui la Dialectique naturelle ou séparation des savoirs ? visible (c’est celui qui éclaire), d’infrarouge (c’est celui qui chauffe), ultraviolet (il y en a peu heureusement car il est un puissant activateur chimique et brûle les yeux et la peau). Alors, cette lumière, qu’est-elle ? Un grain quantique photon, ou une radiation électromagnétique ondulatoire ? Au fond, la lumière est ce qu’elle est. Mais pour la voir, pour l’aimer, j’ai besoin de ces deux mots qui forment sa pratique sociale.compose. Deux modes d’éclairage économiques car de rendement quantique optimum, à faible émission de chaleur : une transition électronique émet un photon. Imagine, Zibelpoète, que tu jettes des électrons de neige sur un lutin de Noël semi-conducteur. Chaque fois qu’il en reçoit un, il saute à 10 mètres de hauteur et chaque fois Tonkin Prod. qu’il redescend il se met à briller de mille feux. La lampe à incandescence, pour sa part, explique sa chaude lumière par le brûlant passage des électrons dans un filament résistant. Cet échauffement irradie de son énergie un spectre complexe d’ondes électromagnétiques, rayonnement de lumière À moi, conte deux mots Particule ou radiation ? Les deux, Madame la très générale mécanique quantique ! Entre vos deux natures s’écrit soudainement l’équation réconciliation d’une forme unique de la pratique scientifique expérimentale : E =h. Ici l’énergie E du photon s’identifie à un « hasch nu ». Qu’en est-il donc de ce h ? La constante dite de Planck qui est justement la caractéristique du domaine des pratiques de la mécanique quantique, constante universelle de la théorie des quanta [h ≈ 6,626 068 96×10 34 Joule x Seconde]. La nu(e) lettre grecque [] évoque ici la fréquence du rayonnement. La fréquence d’une onde, c’est tout simplement le nombre de fois qu’elle s’inverse en une seconde de temps. Elle s’exprime en Hertz. Ainsi le photon, grain de folie des années folles, renaît en 1900 de ses cendres antiques dans l’imaginaire de Max Planck, qui porte l’énergie particulaire à la lumière de la connaissance. Il établit la théorie des quantas et engendre la constante qui définit le champ de ses pratiques
69 expérimentales. Le photon doit avoir une masse nulle puisque par définition il va à la vitesse absolue celle de sa Lumière mère, vitesse de la masse infinie. Einstein démontrera que la masse d’un corps tend vers l’infini quand sa vitesse tend vers celle de la lumière [C ≈ 300.000 Kilomètres/Seconde]. Planck met au monde l’enfant idéal de la pensée savante, le fils gracile, infiniment intelligent et insaisissable de la Lumière et du Savoir humain. Car ce photon est, par essence, la limite de nos représentations de l’univers. Il arrive des galaxies alors qu’elles sont mortes depuis des mil-lions d’années tel un Hermès de l’éternité. Il est la découverte perpé-tuellement vivante, critique, subversive et trompeuse. Entre Un et Autre, l’égalité parfaite Un coin de l’œil sur l’un, un coin de rêve sur l’autre. L’un et l’autre sont opérateurs humains de toutes nos représentations. L’expérience scientifique se situe entre le pour et le contre justement pesés. À la lumière de nos pratiques expérimentales s’écrit l’identité même des équations. À la lumière de l’expérience immédiate, l’énergie de l’un s’identifie à la fréquence de l’autre, en rendant acte à Max Planck d’avoir inauguré ce champ en établissant sa constante. Dans notre activité scientifique se réécrit une nouvelle application de son équation E =h. L’un et l’autre, le mythe et la réalité, la forme et la définition, la thèse et l’antithèse sont intimement liés aux constantes des pratiques scientifiques collectives. Tout humain s’identifie inconsciemment à l’historicité de la pratique qu’il met en œuvre. Par exemple, quel enfant maintenant ne sait « ouvrir la lumière » avec n’importe quel type d’interrupteur ? Variateur, détecteur infrarouge, sensitif ou simple poussoir, l’enfant, sans aucune connaissance théorique d’électricité, en manipulant la technologie est dans une identification de lui-même, de ses actes à cette technologie et à son historicité. Il est savant électricien par le geste social. L’opérateur égalité est notre pratique immédiate de la totalité historique des pratiques collectives. Dans cette égalité, le praticien identifie son activité immédiate dans la prolongation de la chaîne des pratiques de ses pairs. En cela, être humain c’est se battre pour l’égalité absolue des savoirs, se battre pour l’éducation vers une suite et la suite de l’Éducation. YVES BERCHADSKY Les mardis scientifiques d’Aubagne continuent leur belle activité avec la conférence de Jacques BLONDEL le 3 février « 2009 - année DARWIN » dans un moment où le darwinisme redevient un enjeu idéologique fort contre la triste réaction créationniste qui émerge dans l’Amérique bushienne et par voie de conséquence en France. Le 10 mars, Olivier GROUSSIN nous invite À la rencontre des comètes, conférence qui ne risque pas d’être sans queue ni tête. Théâtre Comœdia à Aubagne à 18h30 les mardis, entrée libre. http://culture.scientifique.free.fr/rubrique.php3 ? id_rubrique=179 N’hésitez pas non plus après l’avoir testé dans tous ses états pendant les fêtes de fin d’année et vous en être Enfin, si vous voulez avoir une source d’information en continu sur les animations de culture scientifique et technique en PACA, vous pouvez aller régulièrement vous balader sur le site Internet de la DRRT PACA (Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie Provence Alpes Côte d’Azur). Vous verrez c’est sobre mais vous y trouverez tous les liens nécessaires. C’est un site officiel du ministère, donc ne vous attendez pas à y trouver de la culture… sous terre (pour ne pas dire de underground) ! http://www.drrt-paca.com Au programmeQuoi de neuf, en ce neuf neuf, au culturel du réel ? rempli la panse à nourrir une pensée pour le cacao. Au musée de Sciences Naturelles d’Aix allez donc vous emplir la caboche avec l’exposition Chocolat : cabosse, fève et gourmandise jusqu’au 8 mars 2009. C’est incroyable qu’un truc aussi bon puisse être aussi… bon ! Muséum d’Histoire Naturelle d’Aix en Provence – Hôtel Boyer d’Eguilles 6, rue Espariat, 13100 Aix-en-Provence 04.42.27.91.27 Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 13h à 17h.les samedis, dimanches et jours fériés. http://www.museum-aix-enprovence.org/une.htm PRÉPAREZ VOTRE SÉJOUR DE TOURISME REGIONAL AVEC lE COMITE EN PROVENCE-ALPE.COTE D'AZUR - GA,FR WWW.DEC0TE PA Ici, chaque jour, nous cultivons l'Exceptionnel Alpes Cate d'Azur Cori r : nriI de Euurism c



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 15 février 2009 Page 1Zibeline numéro 15 février 2009 Page 2-3Zibeline numéro 15 février 2009 Page 4-5Zibeline numéro 15 février 2009 Page 6-7Zibeline numéro 15 février 2009 Page 8-9Zibeline numéro 15 février 2009 Page 10-11Zibeline numéro 15 février 2009 Page 12-13Zibeline numéro 15 février 2009 Page 14-15Zibeline numéro 15 février 2009 Page 16-17Zibeline numéro 15 février 2009 Page 18-19Zibeline numéro 15 février 2009 Page 20-21Zibeline numéro 15 février 2009 Page 22-23Zibeline numéro 15 février 2009 Page 24-25Zibeline numéro 15 février 2009 Page 26-27Zibeline numéro 15 février 2009 Page 28-29Zibeline numéro 15 février 2009 Page 30-31Zibeline numéro 15 février 2009 Page 32-33Zibeline numéro 15 février 2009 Page 34-35Zibeline numéro 15 février 2009 Page 36-37Zibeline numéro 15 février 2009 Page 38-39Zibeline numéro 15 février 2009 Page 40-41Zibeline numéro 15 février 2009 Page 42-43Zibeline numéro 15 février 2009 Page 44-45Zibeline numéro 15 février 2009 Page 46-47Zibeline numéro 15 février 2009 Page 48-49Zibeline numéro 15 février 2009 Page 50-51Zibeline numéro 15 février 2009 Page 52-53Zibeline numéro 15 février 2009 Page 54-55Zibeline numéro 15 février 2009 Page 56-57Zibeline numéro 15 février 2009 Page 58-59Zibeline numéro 15 février 2009 Page 60-61Zibeline numéro 15 février 2009 Page 62-63Zibeline numéro 15 février 2009 Page 64-65Zibeline numéro 15 février 2009 Page 66-67Zibeline numéro 15 février 2009 Page 68-69Zibeline numéro 15 février 2009 Page 70-71Zibeline numéro 15 février 2009 Page 72-73Zibeline numéro 15 février 2009 Page 74-75Zibeline numéro 15 février 2009 Page 76-77Zibeline numéro 15 février 2009 Page 78-79Zibeline numéro 15 février 2009 Page 80