Zibeline n°15 février 2009
Zibeline n°15 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'art visuel en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 MUSIQUE DISQUES Fauré magnifié Depuis sa création, le chœur de chambre Accentus s’attache au répertoire vocal des XIX e et XX e siècles. Sa chef Laurence Equilbey apporte un soin particulier au choix des voix, au mixage des timbres qu’elle modifie de façon subtile selon le répertoire abordé. Accentus est composé d’un savant échéancier de timbres, plus ou moins légers, lyriques, vibrés ou « droits »... Pour donner à la musique française sa transparence, sa profondeur, Equilbey s’appuie sur des techniques germanique et scandinave : le chœur s’y est abondamment abreuvé. Grâce à ce « background » exigeant pour la ligne de chant, le souffle, le passage des registres, elle parvient à donner du cuivre, de la cavité à ce répertoire comme dans son dernier enregistrement du Requiem de Fauré (et du Cantique de Jean Racine) avec l’Orchestre National. Cette version « de chambre » originelle marie sobriété et lyrisme, des lumières diaphanes à un indispensable pathos dans l’expression. J.F. CD Naïve V 5137 B.O. pour Bébel Philippe Rombi, qui a fait ses premières armes au Conservatoire de Marseille, fait partie de la nouvelle génération des compositeurs spécialisés dans la musique de film. Jadis des compositeurs « savants » s’y sont employés : Honegger, Auric, Prokofiev… Puis le métier s’est établi avec Morricone, Rota, Jarre, Legrand… Rombi, fidèle du cinéaste François Ozon, a aussi signé la jolie B.O. de Joyeux Noël… et récemment celle des Ch’tis ! Parallèlement à la sortie d’Un homme et son chien de Francis Huster (remettant en selle Jean-Paul Belmondo après son accident vasculaire cérébral en 2001) paraît également la B.O. du film. On sait l’importance de la musique au cinéma : elle peut relever l’œuvre comme l’affadir ! Ici la palette classique, mélancolique et flottante qui se dégage des compositions pour piano, flûte, orchestre séduira ceux qui voudront prolonger l’émotion de la salle. J.F CD Zig-Zag Territores ZZT 090105 Berezovky défend Medtner Si Boris Berezovsky brille dans les pages romantiques du répertoire des forçats du clavier, il excelle également dans le cadre intime de la musique de chambre. Ici, il se fait le défenseur de Nikolaï Medtner (1879-1951), compositeur assez peu joué, voire controversé car sa musique est souvent jugée difficile d’accès. Ce Russe d’origine allemande fut un éblouissant pianiste à l’instar de ses illustres contemporains Rachmaninov ou Prokofiev. Berezovsky grave ses Contes pour piano et des mélodies, qui sont vraiment très abordables. On découvre des pièces pour piano solo éclatantes et poétiques, qui alternent avec de puissants chants en russe et en allemand (par Yana Ivanilova et Vassily Savenko). J.F a CD MIRARE 059 Artiste associée au Grand Théâtre de Provence, Laurence Equilbey a dirigé Mozart shorts cuts les 15 et 16 janvier (voir p 33) et revient en mars avec Accentus pour le Requiem de Brahms. Reine du clavier En plus de la bête à concours qu’elle fut à ses débuts (Lauréate des « Marguerite Long » à Paris, « Tchaïkovski » à Moscou et « Reine Elisabeth » de Belgique !) Brigitte Engerer s’est forgé une réputation de concertiste sans faille dans les grands concertos romantiques. C’est aujourd’hui l’une des plus grandes pianistes du monde. Dans les Concertos n°2 & n°5 « L’Egyptien » de Saint-Saëns, qu’elle grave pour le label de René Martin avec l’Ensemble Orchestral de Paris (dir. Andrea Quinn), elle a des doigts à revendre (et il en faut pour les opus du virtuose qu’était Saint- Saëns) ! Mais la Française n’est pas qu’une machine à sons. Si elle déploie un brio époustouflant dans les allegros, les mouvements lents chantent divinement, la sonorité est pleine, les couleurs variées, lumineuses, sensibles... Un témoignage d’une artiste au sommet ! JACQUES FRESCHEL C CD MIRARE 079 Le film Un homme et son chien est sorti en salle le 14 janv. Indispensable Satie Les enregistrements d’Alexandre Tharaud sont de petits bijoux : des Suites de Rameau et pièces de Couperin initialement prévues pour clavecin, au piano de Ravel et aux Préludes de Chopin, ses galettes ont été saluées par la presse spécialisée et connu un succès public. Le double CD consacré à la personnalité attachante et excentrique d’Eric Satie ne déroge pas à la règle. En solo, Tharaud passe avec intelligence, sensibilité, humour et bon goût, des Gnossiennes aux Avant dernières pensées, des Valses distinguées du précieux ridicule ou des Embryons desséchés aux Gymnopédies… En duo, à quatre mains avec Eric Le Sage (Morceaux en forme de poire) ou accompagnant la soprano Isabelle Faust (Je te veux), le ténor Jean Delescluse et le trompettiste David Guerrier, Alexandre Tharaud transforme l’essai et se situe, du coup, dans la sphère du modèle Ciccolini. Indispensable ! J.F) 2 (2CD Harmonia Mundi HMC 9 (902017.18 Après Anrâc son con récital rbrital an enAgri Avignon, Boris Berezovsky se produit à Aix le 22 janv. et Toulon le 27 janv. (voir p 39). Pas du pipeau ! Dorothée Oberlinger est de celle qui convainc les plus réfractaires à un instrument qui perça (et perce encore !) les oreilles de jeunes têtes blondes et brunes (et de leurs professeurs !) en cours d’éducation musicale au collège. Cette interprète est aujourd’hui l’une des plus grandes virtuoses de la flûte à bec, ce « bois » qui fut très prisé à l’époque baroque. Oberlinger et son Ensemble 1700 de Cologne, interprètent avec panache et élégance des Sonates avec basse continue, Sonates en trio et une Fantaisie pour flûte seule de Telemann. Le plus souvent à l’alto, dans un style ornemental clairement articulé, ses phrasés s’avèrent jubilatoires et son chant savoureux. Une véritable Paganini de la flûte… et c’est pas du pipeau ! J.F a CD Deutsche Harmonia Mundi/Sc Sony 88697 397692 On Or retrouve Brigitte Engerer au Méiaan Méjean à Adae Arles la le 21 23 janv. dans un récital musical et poétique en compagnie de Daniel Mesguish (voir p 38). A Après les Journées Satie Mà à la Cité de la Musique à Paris, on retrouve Alexandre 1 Tharaud pour un hommage au compositeur à Gap le 9 janv. et à Aix au G.T.P le 10 janv. (voir p 39) On Ox a entendu dernièrement Dorothée Di Oberlinger lors to du récital du contre-ténor Max-Emmanuel Cencic au Festival de Saint-Victor (voir Zib 14).
Déjà grands ! Le Quatuor Ebène a acquis en peu de temps une dimension fabuleuse. « Tout est parti du 1er Prix remporté au Concours International de l’ARD à Munich en 2004. Seuls deux quatuors, les Tokyo et les Artemis, l’avaient remporté avant nous… » déclarait l’altiste Mathieu Herzog en 2006. Depuis, leur calendrier de concerts s’est encore garni ! S’ils excellent dans Haydn, Bartok, Beethoven ou Brahms, leur première signature chez Virgin est un somptueux programme de musique française. Trois fleurons ! Le Quatuor en sol mineur de Debussy abonde en couleurs expressives, le celui en mi mineur de Fauré semble éthéré, quand le chef-d’œuvre de Ravel en fa majeur éclate de sensualité. Un disque formidable ! J.F. quatuor ebenet CL CD Virgin 50999 519045 2 4 Le Quatuor Ebène se produit le 1er fév. à Martigues et le 3 fév. à Briançon (voir (y p.38) Bienvenue chez lui Aussi inattendu qu’un Paris-Dakar traversant la steppe argentine, le dernier album de Ba Cissoko surprend… par son arrivée en territoire africain ! Après de nombreuses étapes, on le retrouve là où on ne l’attendait pas, sous sa vraie identité. L’enfant de Conakry a refusé de pratiquer la kora « ringarde » de sa famille de griots jusqu’à ses 14 ans. Il a ensuite pris conscience de sa force et innové en branchant son coté rebelle sur l’instrument, via des pédales de guitare wah wah. Après l’éclectique Electric Griot Land, il revient sur l’enseignement tardif de son oncle. Ce sont ses leçons, et le parcours de ces souvenirs qui se dégagent de Seno, de la nonchalance du Cap-vert sur le morceau d’ouverture à son passage en Guinée Bissau (Gambia) ou en Casamance (Music et les titres plus reggae de cet album). Mais son fidèle groupe ne peut pas se perdre dans cet itinéraire : soudés comme une famille, ils se sentent chez eux à Marseille, depuis leur découverte il y a 13 ans par les Nuits Métis. Sur la feuille de route du cd, on croise le nom de maîtres conducteurs d’autrefois, comme Kandja Kora clôturant l’album. L’ombre hendrixienne semble dépassée, tout comme les jalons électros tendus par Yvi Slan (une grande réussite) ou le penchant Dub resté sur la ligne de départ. L’invitation n’en est que plus émouvante, aux antipodes de leur dernier concert à la Fiesta des suds, où le thermomètre s’était emballé et poussait à la danse et la fête. Une façon de changer de vitesse, mais pas de braquet… n-rv,1 X-RAY L2.777-I S. E, 9 Séno i Ba Cissoko Dist Cantos Ça plane pour moi Dans la famille Laplane je voudrais…. Yves, le jazzman, le pianiste. Troisième album pour le Yves Laplane Quartet avec la sortie de Sentimental Ties et ses huit compositions originales. D’entrée nous ne pouvons être qu’agréablement surpris par la fluidité et la richesse harmonique du quatuor. Le langage n’est pas stéréotypé mais s’adapte, se roule et se transforme au gré des influences variées et complémentaires. Sur une touche romantique classique chère à de nombreux pianistes se tissent des couleurs proches de Chick Coréa ou de Michel Petrucciani. Elégants et subtils, les titres ne se focalisent pas autour du seul piano, au demeurant excellent, pour laisser tour à tour « choruser » les saxophones ou la flûte de Jean-Marc Baccarini, la contrebasse ou basse électrique de Guiseppe Crimi et les percussions (batterie et bodhran allias tambour irlandais…) de Willie Walsh. Ces multiples rencontres de timbres rendent la texture et la couleur des pièces lumineuses et inventives. Un bel alliage entre balade feutrée et swing moderne pour le plaisir de nos oreilles. FRÉDÉRIC ISOLETTA Sentimental Ties Yves Laplane Quartet L’hystérie continue Mass Hystéria est devenu au fil de son parcours incontournable dans l’univers du métal français, rivalisant même aujourd’hui avec Lofofora, grosse pointure du genre. Cela fait en effet dix ans que les headbanger de Mass Hysteria remuent la scène métal française. Après quatre albums survoltés, arrive leur dernier opus sorti en 2007. La bande à Mouss (chanteur déjanté du groupe) continue de faire chauffer nos tympans et on aime ça ! Leur 5 e album, Une somme de détail du label indépendant at(h)ome, plus hardocore et industriel que les deux précédents (tendance pop rock), est furieusement excellent. Tout au long des 13 morceaux, les MH nous transportent dans leur monde hystérique aux riffs affutés. Même à l’écoute les sonorités énergiques de Babylone, Killing the hipe (ruff style) ou une joie kamikaze nous projettent dans la boucherie du live !!! Avec cet album extrêmement entraînant et qui dévoile son lot de nouveauté, le groupe retourne à ses sources pour le plus grand plaisir des furieux de la première heure. SONIA ISOLETTA PIP 1 kiir Ur Une somme de détails Mass Hysteria a at(h)ome- Wagram V 210,ixr. Sweet home 41 Premiers pas dans les studios d’enregistrement, première signature avec le tout nouveau label 3 e bureau et surtout premier succès pour les lavallois de La Casa. Le duo détonnant de Pierre Le Feuvre et Jeff Péculier ne devrait pas rester longtemps inconnu du public. La première galette Les trucs abîmés sortira du four pour être servie dans les bacs le 12 janvier 2009. Peu aidé par les infrastructures locales, La Casa s’est construit tout seul, au gré d’influences multiples et variées allant de Noir Désir à Gainsbourg. À vrai dire, il est difficile de classer ces chansons à texte qui s’écoutent naturellement : folk, rock, pop, cuivres, guitare ? L’univers du duo est loin d’être étroit et l’alchimie prend très vite, sans que l’on n’ait l’impression de sauter du coq à l’âne. Fluide, varié et rythmé, un balancement à découvrir ! FRÉDÉRIC ISOLETTA Les trucs abîmés La Li Casa 3 e Bureau – Wagram Pleine lune Premier opus pour les bien nommés Sire et déjà une patte rock originale qui nous annonce un bel avenir. Théâtral, le quintet parisien ? En exagérant un peu on parlerait de glam rock baroque tant les onze titres qui composent Chair memories se révèlent atypiques. Sombre : oui ; couleur cabaret : encore oui ; codes affranchis : toujours oui… Et pourtant, l’heureux mélange et alliage des styles fait alterner des ambiances contrastées où le violon de Gaëlle Deblonde dialogue avec la voix noirâtre et mélancolique de Jiben Sire. Nick Cave n’est pas loin, mais sitôt ressenti, il est déjà parti. C’est aussi ce qui fait la force de ce renouveau musical qui ne peut faire que du bien au paysage sonore français. « No limit », ce n’est pas le titre d’une chanson, juste l’empreinte esthétique qui fait corps avec le dessein de ces fans de cinéma. On pourrait d’ailleurs se croire dans une salle obscure devant un David Lynch ! F.I. Sire Chair memories Sire Chancy/Anticraft CF



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 15 février 2009 Page 1Zibeline numéro 15 février 2009 Page 2-3Zibeline numéro 15 février 2009 Page 4-5Zibeline numéro 15 février 2009 Page 6-7Zibeline numéro 15 février 2009 Page 8-9Zibeline numéro 15 février 2009 Page 10-11Zibeline numéro 15 février 2009 Page 12-13Zibeline numéro 15 février 2009 Page 14-15Zibeline numéro 15 février 2009 Page 16-17Zibeline numéro 15 février 2009 Page 18-19Zibeline numéro 15 février 2009 Page 20-21Zibeline numéro 15 février 2009 Page 22-23Zibeline numéro 15 février 2009 Page 24-25Zibeline numéro 15 février 2009 Page 26-27Zibeline numéro 15 février 2009 Page 28-29Zibeline numéro 15 février 2009 Page 30-31Zibeline numéro 15 février 2009 Page 32-33Zibeline numéro 15 février 2009 Page 34-35Zibeline numéro 15 février 2009 Page 36-37Zibeline numéro 15 février 2009 Page 38-39Zibeline numéro 15 février 2009 Page 40-41Zibeline numéro 15 février 2009 Page 42-43Zibeline numéro 15 février 2009 Page 44-45Zibeline numéro 15 février 2009 Page 46-47Zibeline numéro 15 février 2009 Page 48-49Zibeline numéro 15 février 2009 Page 50-51Zibeline numéro 15 février 2009 Page 52-53Zibeline numéro 15 février 2009 Page 54-55Zibeline numéro 15 février 2009 Page 56-57Zibeline numéro 15 février 2009 Page 58-59Zibeline numéro 15 février 2009 Page 60-61Zibeline numéro 15 février 2009 Page 62-63Zibeline numéro 15 février 2009 Page 64-65Zibeline numéro 15 février 2009 Page 66-67Zibeline numéro 15 février 2009 Page 68-69Zibeline numéro 15 février 2009 Page 70-71Zibeline numéro 15 février 2009 Page 72-73Zibeline numéro 15 février 2009 Page 74-75Zibeline numéro 15 février 2009 Page 76-77Zibeline numéro 15 février 2009 Page 78-79Zibeline numéro 15 février 2009 Page 80