Zibeline n°15 février 2009
Zibeline n°15 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'art visuel en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 DANSE PAVILLON NOIR 3BIS F GAP DRAGUIGNAN DURANCE Jusqu’au bout o 70 minutes de danse maximale. Entity commence fort, poursuit, et s’achève sur un crescendo encore Rarement (jamais ?) on a vu des corps danser aussi bien, aussi violemment, du moins dans ce style - contemporain, abstrait, athlétique, rapide et placé, maximaliste. Car ce qui épate, c’est cette violence des mouvements qui mettent à mal les corps, les tirant à chaque mouvement jusqu’au bout de leur possibilité physiologique, musculaire, articulaire. Ces dix jeunes danseurs, capables de subir et de s’infliger de tels chocs sans broncher, sont époustouflants. Ce qui épate encore dans la danse de Wayne Mac Gregor est l’inventivité des mouvements. De ses combinaisons de corps, solitaires, en duos, trios, quintets, en portés rigoureux ou groupes spatialisés, à l’unisson, en quinconce, en fugues ; en électrons libres. Car l’imaginaire du chorégraphe est fondé sur des métaphores scientifiques (représentations d’ellipses, de cellules, de molécules, d’équations, de défilés numériques, de modélisations), ce qui donne aux corps une froideur permanente, une abstraction presque complète : les dix danseurs ont des physiques similaires, fins et musclés, grands, à la peau claire, aux cheveux assez courts, les hommes comme les femmes… Leur individualité ne disparaît pas complètement mais ce n’est pas elle qui fait sens : ce qu’ils font ensemble, n’est jamais relatif à des histoires, des attirances, une quelconque expressivité narrative, sentimentale ou sensuelle. Sans être désincarnés ces corps-là demeurent presque virtuels, tant ils sont virtuoses, et tant ils n’expriment rien. La musique des deux compositeurs souligne cette dualité entre le corps et son abstraction : Joby Talbot fait entendre des instruments acoustiques qui semblent transpirer, et dont les répétitions scandent les mouvements, tandis que Jon Hopkins les noie de ses rythmes appuyés, synthétiques et binaires, interdisant toute imagination charnelle. La pièce, à un moment, y perd un peu d’intensité, avant que l’espace ne s’ouvre, et que la lumière revienne sur les corps libérés des scansions et des projections sur les écrans. Car au fond, ces Entités qui s’agitent sont des hommes. Ils endossent un instant d’autres représentations, se transformant en matière inerte ou vivante, cellulaire, robotisée. Mais ce qui fascine est justement qu’ils y parviennent, dans la douleur cachée et la virtuosité toute apparente de leur chair. AGNES FRESCHEL Entity de Wayne Mac Gregor a été dansé au Pavillon Noir du 15 au 18 janv À venir au Pavillon Noir Michel Kelemenis s’installe pour un temps dans le bâtiment des corsaires. Avec une répétition publique le 27 janv, des vidéos danse du 27 au 31 janv (à ne pas rater, le chorégraphe est également un analyste très pertinent, au discours clair et… éclairant !), et surtout avec la création de son triptyque… « électroacoucycle » ! À partir de la musique de Christian Zanesi il a conçu trois pièces : Alea, interprétable par 7 danseurs d’horizons et de techniques différentes, car comportant des cellules aléatoires ; Viiiiite, un duo en création qui devrait, selon toute logique, être assez rapide… ; et Tattoo, une belle pièce sur le carcan gris des pointes vertes, interprété par 5 danseurs du Ballet National de Marseille. Du 29 au 31 janv. Eric Oberdorff lui succèdera avec Un autre rêve américain, quatuor au titre prémonitoire créé en 2008. Bukowski, Kerouac, Whitman, Brautigan ou Tennessee Williams sont ses références, l’homme et les trois femmes dansent sur Tom Waits, Patti Smith et John Cage. Cette Amérique là existe aussi, la contre culture y est demeurée vivante. On avait failli l’oublier ! Les 12 et 13 fev. Eric Oberdoff, LIbre Malou/Maya Morelli, Gildas Diquero Wayne Mc Gregor, Entity Ravi Deepres/Odette Hughes, Auh Ngoc Nguyen Pavillon Noir, Aix 0811 020 111 www.preljocaj.org Men battle Après Alexandra Tobelaim et Thierry Baë c’est Denis Plassard et sa Cie propos qui sont en résidence de création au Théâtre Durance. Ils y préparent Débatailles, un spectacle inspiré des battles hip hop, et interprété par huit hommes : cinq danseurs et trois musiciens. Une chorégraphie de combat ! A.F. Débatailles Cie Propos Theâtre Durance, Château-Arnoux (04) Le 20 fev 04 92 64 27 34 www.theatredurance.com
DANSE 27 De l’autre côté du tulle noir Ni représentation, ni workshop, la présentation publique de Manifestement au 3bisf était selon le chorégraphe YannLheureux « un temps de mise en jeu, aux prémices de la création », offert à un public plus ou moins averti du protocole. Car, tenu secret, le dispositif scénique est volontairement complexe et brouille les rôles : le spectateur n’est pas forcément celui qu’on croit et les danseurs non plus… Heureusement que le temps d’échange qui accompagne le spectacle lève le voile sur toutes les ambiguïtés. Chut, on ne percera rien du mystère pour que le public vive pleinement cette expérience lors des prochaines résidences de la compagnie au Citron jaune et au Vélo Théâtre, dans le cadre d’un dispositif d’accompagnement tripartite baptisé Tridanse… Circonscrit dans un espace obscur, clôt de bâches en tulle opaque, les spectateurs assistent à un « exercice » chorégraphique et musical interactif favorable à la déambulation, la rencontre et toutes sortes de postures possibles. Jusqu’à ce que YannLheureux et Marina Cedroentreprennent de les inviter à entrer dans la danse, orchestrant à eux seuls « une partition où forces, tensions, impulsions, corps et mots entrent en collision… » L’instant de danse le plus convaincant étant le solo du chorégraphe à la lumière de sa lampe de poche, luciole dans l’obscurité, qui change notre rapport au mouvement dansé, tel une ellipse ou un léger souffle. La gageure, En Chine, on ne sépare pas les genres comme dans nos rubriques, et le spectacle de l’Opéra de Pékin (les 17 et 18 fev, et les 13 et 14 fév au Théâtre des Salins à Martigues) relève du cirque acrobatique tout autant que de la danse, et de la musique. Spectacle total, traditionnel, virtuose, épatant, un brin agaçant par son cérémonial que l’on devine plus commercial que séculaire. Mais enfin c’est épatant. Plus authentique certainement, plus ':r,r" ; r`:`` :. 1, r'.. rr,r.. 1... r r r r r'.r..r..r,'.. r r r'rr. 1..r... 1 "..r. r f 1 rrr.,r..rr...er.r.ir..r...r.rr.t...rr... r +,.r..r.i..r..r.rrrr.+...r..rrr.rr..rr. r " r +r.rr. irr. r Y Ir..r,r.tr..r..r " " près de notre chair et de nos révoltes à tout coup, est la danse de la Cie Membros (le 27 janv). Febre est virtuose dans le genre hip hop, et audelà. Spectacle sur la violence qui est faite aux corps et aux âmes dans les favellas, il touche les banlieues européennes par la radicalité de ses dénudements. C’est beau, touchant et violemment pertinent. Quant à Métamorphoses, créée en 2008, c’est sans doute la pièce de Frédéric Flamand la plus réussie à ce jour. Littéraire, mythique, elle s’inspire assez littéralement des personnages des Métamorphoses d’Ovide, pour produire une réflexion en mouvements sur les transformations de nos corps. Celles qu’ils opèrent dans nos rêves, dans nos fantasmes, mais celles aussi que la société nous impose, en nous mécanisant, en nous animalisant. Un très beau spectacle, servi par des danseurs qui se donnent, les inventions plastiques des frères Campana (encore le Brésil !), et la musique qui tisse de belles nappes pour YannLheureux, prisonnier des contraintes spatiales et de la proximité du public, est alors de trouver son espace de danse propre… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI acoustiques. Preuve qu’une autre Olympe, sans foot, est envisageable à Marseille ! AGNES FRESCHEL La Passerelle Scène Nationale de Gap (05) 04 91 52 52 52 www.ville-gap.fr Manifestement a été créé au 3bisf à Aix-en-Provence le 15 janvier. Présentations publiques le 30 janvier au Citron Jaune/ilotopie à Port-Saint-Louis-du-Rhône 04 42 48 40 04 www.ilotopie.com le 13 février au Vélo Théâtre à Apt 04 90 04 85 25 www.velotheatre.com À venir au 3BisF Un atelier corps et texte mené par la Cie Perspective Nevski du 21 au 30 janv sera suivi par la création, le 6 fev, de leur Essai sur l’inquiétude. Une partition collective dirigée par Sandrine Roche, et dont l’écriture a été soutenue par le CNES de la Chartreuse. 3bis F, Hôpital Montperrin, Aix 04 42 16 17 75 www.3bisf.org Le Brésil, la Chine, Ovide et la virtuosité La scène nationale de Gap propose ce mois-ci trois danses d’esthétiques fondamentalement différentes ! Opera de Pekin Elmar STOLPE YannLheureux Metamorphoses Agnes Mellon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 15 février 2009 Page 1Zibeline numéro 15 février 2009 Page 2-3Zibeline numéro 15 février 2009 Page 4-5Zibeline numéro 15 février 2009 Page 6-7Zibeline numéro 15 février 2009 Page 8-9Zibeline numéro 15 février 2009 Page 10-11Zibeline numéro 15 février 2009 Page 12-13Zibeline numéro 15 février 2009 Page 14-15Zibeline numéro 15 février 2009 Page 16-17Zibeline numéro 15 février 2009 Page 18-19Zibeline numéro 15 février 2009 Page 20-21Zibeline numéro 15 février 2009 Page 22-23Zibeline numéro 15 février 2009 Page 24-25Zibeline numéro 15 février 2009 Page 26-27Zibeline numéro 15 février 2009 Page 28-29Zibeline numéro 15 février 2009 Page 30-31Zibeline numéro 15 février 2009 Page 32-33Zibeline numéro 15 février 2009 Page 34-35Zibeline numéro 15 février 2009 Page 36-37Zibeline numéro 15 février 2009 Page 38-39Zibeline numéro 15 février 2009 Page 40-41Zibeline numéro 15 février 2009 Page 42-43Zibeline numéro 15 février 2009 Page 44-45Zibeline numéro 15 février 2009 Page 46-47Zibeline numéro 15 février 2009 Page 48-49Zibeline numéro 15 février 2009 Page 50-51Zibeline numéro 15 février 2009 Page 52-53Zibeline numéro 15 février 2009 Page 54-55Zibeline numéro 15 février 2009 Page 56-57Zibeline numéro 15 février 2009 Page 58-59Zibeline numéro 15 février 2009 Page 60-61Zibeline numéro 15 février 2009 Page 62-63Zibeline numéro 15 février 2009 Page 64-65Zibeline numéro 15 février 2009 Page 66-67Zibeline numéro 15 février 2009 Page 68-69Zibeline numéro 15 février 2009 Page 70-71Zibeline numéro 15 février 2009 Page 72-73Zibeline numéro 15 février 2009 Page 74-75Zibeline numéro 15 février 2009 Page 76-77Zibeline numéro 15 février 2009 Page 78-79Zibeline numéro 15 février 2009 Page 80