Zibeline n°15 février 2009
Zibeline n°15 février 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de février 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'art visuel en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 THÉÂTRE CHÂTEAUVALLON DRAGUIGNAN LE REVEST-LES-EAUX Une douloureuse attente « Humblement », comme il l’écrit lui-même, Patrice Chéreau réussit à transmettre l’indicible douleur de Marguerite Duras relatée dans son journal autobiographique. Avril 1945, Marguerite Duras attend le retour de RobertL. des camps de la mort, et son journal n’est plus que le miroir de l’insoutenable, de la révolte, du quotidien misérable, de la folie de l’Europe, du « nouveau visage de la mort organisée, rationalisée. » Un « texte terrible » auquel Patrice Chéreau a eu envie de se confronter et qu’il transmet aux spectateurs avec la complicité de Thierry Thieu Niang. Il leur suffit d’une table et de quelques chaises posées dans un immense plateau noir dénudé pour donner toute l’ampleur de ce texte magnifiquement ressuscité par Dominique Blanc. Entre deux silences, trois soupirs et quelques menus gestes économes, l’actrice fétiche de Patrice Chéreau fait entendre la voix de la souffrance et du combat mêlés. Dans La Douleur, Marguerite Duras ne nous épargne rien : le froid, la faim, le mépris, la haine, les putréfactions du corps de l’homme qu’elle aime… Mais au-delà de cette douleur immense qui la persécute, l’attente traverse son propre corps comme une lame tranchante, plus pernicieuse encore. Avec une économie de moyens, la mise en scène se resserre au plus près des mots de l’auteur et du corps rapetissé de Dominique Blanc qui, sans fard aucun, prête tout son talent à la douleur d’une femme… Le public est en apnée, suspendu à ses lèvres, aspiré par le souffle de Duras. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI La Douleur a été joué les 16 et 17 janvier au CNCDC Châteauvallon. Elle sera le 30 janv à Grasse (04 93 40 53 00), les 1er et 2 fev au théâtre d’Arles (04 90 52 51 51), le 20 mars à Cavaillon (04 90 78 64 64). À venir à Châteauvallon L’Oral et Hardi. Jacques Bonnafé met en scène et joue cette allocution poétique de Jean-Pierre Verheggen. Jeux de mots, lapsus créateurs d’un langage poétique, la langue est une matière vivante que Jacques Bonnafé travaille et manipule en artisan virtuose, traversant quelques-uns des grands textes de Pierre Verheggen, offrant à l’oral un vibrant hommage, le 31 janv. Au théâtre d’Arles le 13 fév (04 90 52 51 51)et au théâtre des Doms, Avignon, les 6, 7 et 8 mars. Vous en rêviez. L’apesanteur vous tente ? 1961 : Youri Gagarine effectue un vol spatial à bord d’un satellite artificiel placé en orbite autour de la terre. 2009, Judith Depaule met en scène l’événement le 6 fev avec sept interprètes et un espace en trois dimensions. L’exploit est ici revisité avec humour, et se regarde comme on lirait une BD. DO.M. Châteauvallon, Ollioules (83) 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com Dominique Blanc Carole Bellaiche Petits et grands Le Festival Amarelles, tout entier dédié au jeune public, se poursuit à Draguignan jusqu’à la fin du mois de janvier. Yaël Tautavel ou l’enfance de l’art raconte le voyage de Yaël et de son grand frère Gaëtan, partis de la petite île où ils vivent, désertée par les animaux pour cause de pollution, vers la Grande Terre où il y en a encore. L’un parce qu’il n’en a jamais vu, l’autre parce qu’il veut les manger à nouveau… Le 25 jan. Entre performance, émotion et musicalité, les danseurs de la cie de hip hop Accrorap (voir p19) conteront leurs histoires d’enfance (le 23 jan). Olivier Py, enfin, adapte la Vraie fiancée, des frères Grimm, à la façon d’un théâtre forain, à grands renforts de costumes, de cirque et de chansons (le 30 jan). Le troisième volet de ses contes de Grimm, qu’il vient de créer à L’Odéon. Amarelles Jusqu’au 30 jan Théâtres en Dracénie, Draguignan (83) 04 94 50 59 59 www.theatresendracenie.com Passages franchis Quelques pierres dans la riviere X-D.R. C’est une histoire de passages, des moments particuliers en fait, décisifs, brutaux, attendus. Pour aider le franchissement de ces passages : la musique, qui les ritualise, les humanise. La cie Mediane a inventé quatre de ces passages et, grâce à un étrange instrument, les met en musique. D’un âge à l’autre veut faire rire les jeunes filles et séduire les garçons ; Vers d’autres horizons permet de voyager jusqu’au Pôle Nord ; De l’éveil au sommeil va endormir les petits ; et Une vie se finit pour qu’ils reposent en paix. Entre théâtre et musique, quelques pierres sont posées ça et là dans la rivière pour permettre de passer de l’autre côté, sans se mouiller les pieds, et sans couler… La cie bruxelloise Bronks revient avec un conte musical filmique, Alias de Wanprater. S’inspirant des films muets de Buster Keaton et Charlie Chaplin, les comédiens belges vont raconter secrets, angoisses, magie, illusion, chagrin et amour, avec fantaisie et un brin de surréalisme. Enfin, la cie Hippolyte a mal au cœur s’empare de l’œuvre de Perrault, Peau d’Âne, en en reprenant les grandes lignes. Vous savez bien ? Fuyant son père amoureux, la fille du roi s’enfuit cachée sous une peau d’âne… Une peau qui serait une mue d’où sortiraient les jeunes filles qui deviennent femmes. Les deux comédiens permettent à la carapace d’exploser, en douceur. DO.M. Quelques pierres dans la rivière Les 27 et 28 jan Alias de Wanprater Les 10 et 11 fév Seule dans ma peau d’âne Les 17 et 18 fév Maison des Comoni, Pôle jeune public Le Revest-les-eaux (83) 04 94 98 12 10 www.polejeunepublic.com
GAP GRASSE PORT-DE-BOUC THÉÂTRE DURANCE Irrécupérable ? d philosophique de Sartre réussit grâce à cette impudeur qui traverse les deux personnages principaux -remarquablement interprétés- à s’incarner et à faire naître, au-delà du plaisir intellectuel, une véritable émotion. Preuve que le théâtre de Sartre est, quant à lui, récupérable ! AGNES FRESCHEL Les Mains Sales, mise en scène de Guy-Pierre Couleau, a été créé sur la Scène Nationale de Gap du 13 au 16 janvier. À venir à La Passerelle, Gap (05) Le Voyage de Pinocchio mis en scène par Sandrine Anglade renoue avec l’Italie de Collodi, la Sicile, la Toscane et l’enfance. Grâce à la musique : des chants populaires siciliens, interprétés par un jeune chœur gapençais. Les 30 et 31 janv. Didier Galas met en scène La Flèche et le moineau, d’après deux textes de Gombrowicz. La rencontre de deux sens de l’absurde très différents : l’auteur polonais, philosophe à croc aux concepts mais aussi au décalage, et Didier Galas, qui aime sur signaler la langue, et la scène... le 3 fev. THÉÂTRE 19 Visites Prendrez vous le bus ou resterez-vous au théâtre pour accueillir un étrange visiteur ? La cie Kartoffeln, célèbre pour ses déplacements singuliers, vous attend dans son bus le 31 janv. Tandis que Gildas Bourdet viendra le 13 février mettre en scène un texte d’Eric Emmanuel Schmidt : son Visiteur raconte, en Autriche, la nuit, en 39, l’étrange arrivée au domicile de Freud d’un « homme » qui dit être Dieu… A.F. Théâtre Durance Château-Arnoux (04) 04 92 64 27 34 www.theatredurance.com Danssapeau Les Mains sales SynchroX Ce qu’il y a d’étrange dans le théâtre de Sartre, c’est qu’il pose des questions terriblement actuelles dans une forme incroyablement datée. Les Mains sales est un grand texte, d’une clairvoyance politique exceptionnelle, mais qui par certains aspects semble avoir été écrit au XIX e siècle : dans son naturalisme bourgeois, et aussi dans son psychologisme qui fait parfois frémir -les deux personnages féminins, la passionaria qui ferme les yeux en jetant la bombe parce qu’elle a peur du bruit, et la bécasse incapable d’idée politique, sont à hurler de colère, surtout quand on considère qu’elles sont les fruits de l’imagination de celui qui a partagé la vie de l’auteur du Deuxième Sexe. Toute l’intelligence de Guy-Pierre Couleau est de monter Sartre comme on monterait Racine : sans se préoccuper de son inactualité formelle. Il accepte le côté daté, les conventions bourgeoises, et fait merveilleusement entendre, grâce à une équipe d’acteurs frémissants, la grande intelligence politique des propos ; et là les conflits de la gauche actuelle apparaissent, dialectisés. Car, dans les Mains Sales, Sartre fait preuve d’une extrême clairvoyance sur les conflits qui agitent aujourd’hui encore la gauche : faut-il s’allier avec le centre, être pragmatique, mentir au peuple pour accéder au pouvoir, accepter la manipulation ou rester révolutionnaire, ne pas transiger sur ses idées, voire pratiquer l’attentat politique en cas de trahison ? Plus subtilement encore, il se demande, à travers son jeune héros qui sera jugé « irrécupérable », comment on peut être communiste en venant de la bourgeoisie, et en étant intellectuel. Ce sont ces questions personnelles, son rapport brutal au prolétariat, son appétence pour le luxe bourgeois, qui donnent aux Mains Sales une épaisseur autobiographique touchante : le théâtre Et toi, tu repousses ? Il y a un âge où le corps grandit, un autre où non. Des choses qui repoussent quand on les coupe, d’autres non. La cie marseillaise Skappa sera à Grasse le 28 janv, pour que vos enfants vous demandent pourquoi. Également à Grasse : La Douleur les 30 et 31 janv, avec Dominique Blanc (voir ci-contre), Kadder Attou et son Accrorap dans un petiteshistoires.com plein de malice et de virtuosité les 25 et 27 janv… et surtout, sous chapiteau, Johan le Guillerm, un phénomène de cirque (voir page 29) ! A.F. Théâtre de Grasse (06) 04 93 40 53 00 www.theatredegrasse.com Cie Accrorap X-D.R. Jean-Jacques Vanier Laure Bertin Troisième collaboration avec François Rollin, et troisième spectacle pour Jean-Jacques Vanier, humoriste de son état. Avec une sincérité déroutante, son personnage se met en tête de comprendre les femmes en général, et sa femme en particulier, de l’intérieur. Comment naissent l’amour et le désir ? Comment mieux comprendre l’autre et le monde ? La vérité, rien que la vérité, hilarante bien sûr.(voir également page 12, programmation de L’Egregore au Sémaphore). DO. M. Elles mes François Rollin les 30 et 31 jan Théâtre le Sémaphore (Port-de-Bouc) 04 42 06 39 09 www.theatre-semaphoreportdebouc.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 15 février 2009 Page 1Zibeline numéro 15 février 2009 Page 2-3Zibeline numéro 15 février 2009 Page 4-5Zibeline numéro 15 février 2009 Page 6-7Zibeline numéro 15 février 2009 Page 8-9Zibeline numéro 15 février 2009 Page 10-11Zibeline numéro 15 février 2009 Page 12-13Zibeline numéro 15 février 2009 Page 14-15Zibeline numéro 15 février 2009 Page 16-17Zibeline numéro 15 février 2009 Page 18-19Zibeline numéro 15 février 2009 Page 20-21Zibeline numéro 15 février 2009 Page 22-23Zibeline numéro 15 février 2009 Page 24-25Zibeline numéro 15 février 2009 Page 26-27Zibeline numéro 15 février 2009 Page 28-29Zibeline numéro 15 février 2009 Page 30-31Zibeline numéro 15 février 2009 Page 32-33Zibeline numéro 15 février 2009 Page 34-35Zibeline numéro 15 février 2009 Page 36-37Zibeline numéro 15 février 2009 Page 38-39Zibeline numéro 15 février 2009 Page 40-41Zibeline numéro 15 février 2009 Page 42-43Zibeline numéro 15 février 2009 Page 44-45Zibeline numéro 15 février 2009 Page 46-47Zibeline numéro 15 février 2009 Page 48-49Zibeline numéro 15 février 2009 Page 50-51Zibeline numéro 15 février 2009 Page 52-53Zibeline numéro 15 février 2009 Page 54-55Zibeline numéro 15 février 2009 Page 56-57Zibeline numéro 15 février 2009 Page 58-59Zibeline numéro 15 février 2009 Page 60-61Zibeline numéro 15 février 2009 Page 62-63Zibeline numéro 15 février 2009 Page 64-65Zibeline numéro 15 février 2009 Page 66-67Zibeline numéro 15 février 2009 Page 68-69Zibeline numéro 15 février 2009 Page 70-71Zibeline numéro 15 février 2009 Page 72-73Zibeline numéro 15 février 2009 Page 74-75Zibeline numéro 15 février 2009 Page 76-77Zibeline numéro 15 février 2009 Page 78-79Zibeline numéro 15 février 2009 Page 80