Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 08/jan 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en cadeau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
70 SCIENCES ET TECHNIQUES SCIENCES ET CITOYENNETÉ Les para-orthodoxes du progrès 20 novembre 2008. Le citoyen Zibernéthique est sollicité. La question de la responsabilité civile interroge l’humain et son histoire sur ses pratiques collectives ; le matin dans le questionnement philosophique, éthique et politique, l’après-midi dans l’engagement et la pratique militante immédiate Le matin à l’Hôtel de Région, ouverture à 9h30 du 6 e Forum Sciences et citoyenneté sous la présidence du philosophe Pierre Le Coz, vice-président du Comité National d’Ethique. À 14h00, manifestation tout aussi citoyenne pour la défense de l’Éducation Nationale et de la Recherche Scientifique Publique… Six ans déjà que la région PACA organise une journée annuelle de réflexion sur le rapport des citoyens avec la connaissance technologique et ses implications sociétales, aussi bien en tant qu’opérateurs, qu’usagers. L’année dernière le forum intitulé Les horizons du Savoir s’interrogeait sur les rapports complexes entre Sciences, raison, et déraisons. La crise a obscurci les horizons lointains et questionne désormais l’odyssée du savoir en ce qu’il annoncerait la régression de l’humanité, ses Charybde et Scylla, plutôt que l’idéal de son Ithaque. Les paradoxes du progrès, ainsi se prénomme le forum 2008. Un paradoxe allant « à l’encontre de l’opinion généralement admise » que le progrès serait Tonkin prod. « la progression de l’humanité vers un terme idéal… vers le mieux ». Le discours introductif de Michel Vauzelle, aux accents lyriques, usait de mots si peu usités dans la novlangue libérale qu’il réveillait parfois agréablement chez l’antique lutteur des réminiscences de saintes victoires contre cyclopes et autre Circé ! « Injustice », « capitalisme effréné », « concurrence inhumaine », « misère morale », « exploitation » … Et aux détours des dunes du verbe, le voyageur pouvait parfois même se ressourcer à la fraîcheur des mots de « liberté », « conscience », « raison », « démocratie » … Peut-être encore manquait-il au tournant des mots l’oasis d’une « révolution » ? Progrès mal-gré Le progressisme dans toutes les acceptions du concept a profondément marqué le XX e siècle, pour devenir une quasi-religion en sa fin. De l’Union Soviétique censée se développer sur la base du « matérialisme scientifique historique » jusqu’à « l’Union Rationaliste » qui tente toujours de lutter contre la pensée magique et l’illusionésotérique, le progrès de l’humanité est le phare d’Alexandrie. Mais comment orienter le navire progressiste de la science sur un repère en perpétuel mouvement ? Comme l’indiquait Hélène Langevin-Joliot, Directrice de Recherche Honoraire au CNRS, présidente de l’Union Rationaliste, lors de sa remarquable intervention intitulée « Où est passée la raison ? », qui dit progrès dit mouvement historique de la connaissance. Et qui dit mouvement dit imprévisibilité absolue de sa direction ! Poser une raison préalable progressiste aux progrès revient donc à établir un dogmatisme du développement de la connaissance. Ce dogmatisme s’oppose au libre mouvement qu’il se targue de canaliser et d’orienter. Car le mouvement de la connaissance est, comme le dirait Camus, condamné à l’absolue liberté. Le scientifique est Ulysse, fils naturel de Sisyphe progressant sur la pente de son propre savoir et portant un rocher de connaissance qui tend éternellement à lui échapper. Le capitalisme a huilé la pente, le mythe du progrès scientifique glisse, la pierre philosophale écrase la tête de Sisyphe et Ulysse, désespéré, renonce à son odyssée universelle. Faut-il pour autant envisager le progrès comme un mythe ?
71 Quoi qu’il arrive, il y a foisonnement des pratiques humaines et c’est l’analyse a posteriori de certains développements pratiques qui constitue ce qu’on a coutume d’appeler progrès. Par exemple la mécanique quantique marque un « progrès » dans les pratiques instrumentales de la physique dans un certain domaine d’application, celui des ordres de grandeur de la constante de Planck. Le « progrès » ne se vérifie que dans le développement du champ des pratiques expérimentales (appareillages, manipulations...), sa multiplication, sa complexification. Il n’y a de « valeur » à ce progrès que celui que l’on veut bien y lire philosophiquement, idéologiquement ou moralement l’instant d’après, lorsqu’on le transcrit, lorsqu’on le commente ou qu’on le nomme. Subversion des pratiques Des débats du forum, le mot de pratique est étrangement absent. On parle de prospectives, de données empiriques, de représentations, de nanoobjets. Car, comme l’indiquait Christopher Lasch dans son remarquable ouvrage Le Moi assiégé (Climats éditions), la société technologique libérale réifie le progrès scientifique : la connaissance devient un objet presque étranger à l’humain, qui n’est concerné ni en tant que sujet désirant, ni en tant qu’individu citoyen. Ainsi la maîtrise pratique du monde se transforme, et se réduit à une utilisation subjective d’objets irrationnels produits par le monde. L’univers n’est plus le réel engendré par les pratiques humaines mais une connaissance extérieure, consommée intrinsèquement. La société médiatique transforme les acteurs du monde, y compris les scientifiques, en spectateurs des objets consommables de ce monde. Cette objectivation des pratiques ne serait-elle pas corrélative à la mise en doute de la réalité du progrès ? Et si le progrès n’était justement rien d’autre que le développement de la complexité des pratiques sociales ? Et si la science c’était seulement la liberté d’Ulysse de guider sa voile où sa pratique du vent marin le mène ? Et si la création c’était seulement la liberté de Sisyphe de choisir comment il pousse son rocher ? Sans doute faut-il sortir du spectacle des choses pour se réapproprier concrètement la pratique de nos connaissances. Peut-être à nouveau pourraiton se remettre à rêver que le progrès progresse ; que pierre qui roule n’amasse pas mousse mais va plus vite, plus loin, plus longtemps ; que demain sera plus riche en diversité des pratiques. Que demain je pourrai être un Sisyphe heureux et qu’Ulysse, mon fils naturel, continuera l’Odyssée de la connaissance humaine. Alors seulement nous pourrons mourir vivants et heureux. YVES BERCHADSKY Au programme La réalité dépasse l’affliction Gageure d’appeler au BOYCOTT d’une pseudo « manifestation scientifique » sans jamais la citer. Car le paradoxe du journalisme est que de parler de cette foireuse exposition de Marseille serait encore faire publicité à son abjection sociale, humaine et politique. Notre triste ville est une des seules de France à avoir accepté d’héberger cette déjection spectaculaire entre nécrophilie et voyeurisme, réprouvée par le Comité National d’Ethique. Ce soir, après la roue de la fortune… un paf obscène est à la une, chantait Ferrat. Ce matin, Marseille, future capitale européenne de la culture, propose à 15 euros le peepshow de cadavres chinois : c’est moins cher, moins procédurier et disponible dans la force de l’âge grâce à une espérance de vie qui épargne de n’enterrer que des vieillards ! Les cadavres polymérisés prennent la pose et s’exposent aux regards, sous couvert de découverte de l’anatomie ! D’ailleurs Zibelecteur, mon ami, pour tes enfants de moins de… trois ans, la série X est gratuite ! Image lamentable, amère de Marseille. Pour tout renseignement complémentaire, consultez l’article de Pierre Le Coz vice-président du Comité Consultatif National d’Ethique. Et voyez les réactions de nos Zibulons traînés à cette expo (page 77) ! http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0,50-1126341,0.html Un bol d’air et d’eau fraîche Heureusement notre beau Museum d’Histoire Naturelle de Marseille lave à l’eau claire les souillures de notre cité en nous proposant, depuis le 18 oct jusqu’au 4 janv, l’exposition Durance : la rivière en partage. Réalisée par le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée [MuCEM], dans le cadre du Plan Durance Multi-Usages, cette exposition itinérante sur l’eau et ses usages dans la Vallée de la Durance commence son parcours en PACA par le Muséum de Marseille et le Palais Longchamp, site emblématique lié à l’eau. Remodelée au gré des besoins, la Durance, tantôt visible, tantôt invisible, est une rivière aux visages multiples : axe de circulation et de communication, réservoir d’eau pour l’alimentation des villes et des terres agricoles, source d’énergie hydraulique et industrielle, espace de loisir. Dénaturée, diminuée à des fins d’usages à l’équilibre fragile, elle n’en reste pas moins une rivière, capable de générer des crues dévastatrices et porteuse de milieux naturels dont la réhabilitation et la protection constituent aujourd’hui un enjeu majeur. Outil de sensibilisation et de questionnement, ce projet est le fruit d’une collaboration de nombreux acteurs de la rivière, parmi lesquels EDF, l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse, la Ville de Marseille et son Muséum d’histoire naturelle. http://www.museummarseille.org/marseille _exposition_temporaire.htm Fêtes et défaites ? Dans le cadre d’une animation de culture scientifique, les Sentiers de la Connaissance, la ville d’Allauch nous propose à l’issue d’une période éprouvante pour les systèmes digestif, cardiovasculaire et parfois nerveux, une conférence animée par Pierre- Henri Rolland (Faculté de Médecine de Marseille, Université d’Aix-Marseille 2) : la bouffe et nos artères, le 20 janv à 20h, Espace Robert Ollive à Allauch en entrée libre. Nous devrions tout apprendre sur les pathologies des vaisseaux sanguins qui constituent la seconde source des dépenses de santé dans les pays occidentaux, comme le montre un rapport récent de l’OMS. Notre alimentation a été souvent mise en cause dans ces pathologies et les conseils abondent dans ce secteur. Ce spécialiste de la physiologie du système sanguin peut certainement nous aider à voir clair dans l’impact que peut avoir notre alimentation sur notre santé. Maison du Tourisme Louis Ardissone 04 91 10 49 20 ot.allauch@visitprovence.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 1Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 2-3Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 4-5Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 6-7Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 8-9Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 10-11Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 12-13Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 14-15Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 16-17Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 18-19Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 20-21Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 22-23Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 24-25Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 26-27Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 28-29Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 30-31Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 32-33Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 34-35Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 36-37Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 38-39Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 40-41Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 42-43Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 44-45Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 46-47Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 48-49Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 50-51Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 52-53Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 54-55Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 56-57Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 58-59Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 60-61Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 62-63Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 64-65Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 66-67Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 68-69Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 70-71Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 72-73Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 74-75Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 76-77Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 78-79Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 80