Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 08/jan 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en cadeau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 MUSIQUE DISQUES Lignée Après la venue deux années de suite à Marseille de Séun, la comparaison ne pouvait être évitée, ce 22 nov, lorsque Femi Kuti s’est produit sur la scène de l’Espace Julien : chacun des deux rejetons de Fela Kuti assume l’hérédité de l’Afro-Beat à sa façon ! Autant dire que la malédiction du « fils de », dans la grande famille des artistes, n’est pas respectée en Afrique, le legs parental étant même le fondement culturel de l’émancipation des générations suivantes… Son dernier cd, Day by day, suit la lignée avec la présence de son fils de 13 ans qui participe librement à l’effort créatif du père, sans pouvoir encore le suivre en tournée. L’Afro- Beat a été largement digéré, sur They will Run par exemple, pour des saveurs plus jazzy-soul, et la bonne teneur en cuivres se confirme dans son show, certes moins hypnotique et radical qu’avec le frangin... Des ralentissements, voire des lenteurs, sont suggérés, qui ne s’inscrivait pas jusque là dans l’héritage familial. Femi construit ses titres en concert avant de les accoucher sur disque, comme le faisait son père, mais au final ne semble pas être autosatisfait… Une recherche perpétuelle, bouleversante, qui laisse jaillir des notes de nervosité et de mal-être dans la direction de son orchestre. X-RAY Éclairage de nuit L’élégance esthétique marinée de glam rock fait de Jad Wio un groupe à part, au gré des métamorphoses et performances scéniques de son leader emblématique Denis Bortek. L’œuvre personnelle excentrique, telle qu’il la définit lui-même, se joue du conformisme épidermique pour creuser une démarche immaculée aux confins du rock. Sombre et duveteux, l’album Nu cle air pop, édité en coffret collector, sort de l’ombre pour se mettre à nu. Jouvence contagieuse pour les onze titres majoritairement écrits en français et noir fantasque, pour une atmosphère voisine du glam gothique caverneux ! Composée de ballades pesantes ou de rock bien trempé de facture minimaliste, la livraison se veut intimiste et reluisante à la fois. Inclassable en somme, à l’image de ce groupe hors du commun qui compulse tel un ovni sonore l’univers mystique et romanesque du rock français. FRÉDÉRIC ISOLETTA Musique à déguster Le CD-Livre Cooksound orchestré par Laurent KOUBY (musicien, gastronome et créateur d’évènements) nous propose une dégustation sonore autour d’une balade groove électro suave et délectable. Le concept novateur et assurément original de l’association musico culinaire (qui organise des cooksound party) met tous nos sens en émois devant un cocktail de musique ensoleillée servi juste à point. Le chef à double casquette nous mijote ses deux passions et gagne son pari ! L’ouvrage trilingue (français-anglais-japonais) propose 13 recettes typiques provençales telles que l’Anchoïade, l’Aïoli, les Tomates à la provençale ou les Calissons, accompagnées de 13 bouchées sonores concoctées par la crème des artistes marseillais, musiciens-gourmands de surcroît, histoire de cuisiner en rythme et d’éveiller ses papilles auditives (Stéphane le Borgne, Dimitri Shapko, David Walters et Loop entre autres). Gourmets, enfilez vos tabliers et savourez la musique ! SONIA ISOLETTA À la grâce de Grace Après une longue traversée du désert, Hurricane renoue avec la Grace : cette grande dame proche de l’âge de la retraite cultive le charme et l’énergie, sur des chemins inattendus. Des Bahamas à Paris, beaucoup d’hommes se sont approchés d’elle (Helmut Newton, Jean-Paul Goude, Andy Warhol) pour redessiner ses contours ambigus, jusqu’à une certaine débauche de sens. Sur disque, l’égérie de l’icônerie Gay des années 80 a imposé sa voix lourde et profonde… aujourd’hui intacte. La fidèle paire rythmique reggae, les « Jamagical » Sly and Roobie, flanqués de Barry Reynolds et Wally Badarou, restituent le son d’époque, dans Well well well et Love you to life. Mais cette jamaïcaine d’origine manœuvre ici avec eux un tournant plus acid jazz et triphop : produit cette fois par Ivor Guest (Misty Oldland), avec Tony Allen, Brian Eno ou la voix de Tricky, la lourdeur et la précision jamaïcaine se plaquent sur des envolées de cordes pleines d’amertume, un peu dans la lignée de Massive Attack. C’est d’ailleurs à leur concert à Londres le 19 juin dernier, que Grace Jones bravait un nouveau départ, confirmé par cet album à l’esthétique superbe, décelant un foisonnement d’idées musicales autour de cette femme de caractère. X-RAY 1111FFI.VITT.n, Day by Day Femi Kuti Labelmaison – PIAS Nu cle air pop Jad Wio Exclaim/Warner CD-Livre Cooksound Laurent Kouby ed. Actes Sud - Naïve « Marseille-Provence » Hurricane Grace Jones Wall of sound – PIAS
L’Abbé Bill Bill Deraime revient prêcher la bonne parole avec un nouvel album, adaptant la tournure Gospel et Funk de sa musique aux douze cordes d’une guitare retrouvée pour l’occasion… Certains le prennent pour un illuminé, mais la carrière de cet ancien éducateur (dans une des premières freecliniques) l’a amené à faire jouer des bluesmen américains bien avant de sortir ses albums. Il a ensuite connu la vie facile, jalonnée de tubes éloquents comme C’est dur, S’coue-toi, Le chanteur maudit ou Babylone tu déconnes, puis une descente aux enfers bénéfique : « Sinon, je serai devenu un con, dans un milieu style Obispo, où tu dois être comme eux… ». Revenant d’un pèlerinage marital qui l’a sauvé d’une probable dépression, le mystique Billa trouvé la foi en un vrai groupe, présent au Garden’Blues festival à Marseille le 10 oct pour présenter sa dernière liturgie, Bouge encore. Une idée lumineuse d’avoir remis au goût du jour ses anciens titres : « Je n’avais jamais trouvé le courage avant, mais avec cette guitare, on obtient un son bien plus large ». Tous ses vieux tubes sont ressuscités, et cinq nouvelles prières invoquées, en respect à tous ces exclus auxquels il a voué sa vie. X-RAY Aux portes d’Addis Faire du neuf avec du vieux aboutit souvent au bricolage. Dans les mains du label Real World de Peter Gabriel, cela devient un travail d’orfèvre rigoureux, lorsqu’il touche sans les heurter deux sensibilités éloignées La route vers Addis et ses rythmes millénaristes avait été dégagée par les Éthiopiques, qui ne s’étaient guère arrêtés au carrefour du Dub, cette expression musicale s’inspirant du Reggae jamaïcain et d’une vision spirituelle de l’Éthiopie de Hailé Sélassié : Jah Shaka à Londres en est le maître du genre, et tient à garder près de sa table de mix’la photo de cet Empereur-Dieu. Si lui ou Jah Wobble avaient pu défricher de telles frontières, c’est Dubulah, producteur attitré du label et remixeur derrière le Temple of Sound, qui concilie ces mondes aux antipodes, et jette ici un regard vierge sur la croisée inexplorée des deux Cultures. Des riffs reggae et des échos puissants font face à une corde ancestrale de messenqo, et des voix atypiques se posent sur du roots, comme dans Sima edy. Mais l’invitation à approfondir notre connaissance de ce peuple se révèle plus passionnante encore à l’écoute du très jazzy Neh Yelginete ou du bluesy Shegye shegitu. X-RAY 43 Vainqueur du K.O En réponse au chaos de la crise mondiale, l’Afrique a deux mots à nous dire, et lesuppercuts musicaux lancés par cet ancien boxeur sénégalais servent d’élixir contre la fatalité Après 47 ans d’indépendance, d’indifférence, ils sont de plus en plus nombreux et déterminés, ces artistes africains qui s’approprient le rythme reggae dans ce pays. Le vétéran Marcel Salem les encourage et en appelle à la vigilance. La Kora de Djeli Moussa Diawara (Kora Jazz trio) côtoie le one drop jamaïcain, retenu avec aisance et agrémenté de chœurs féminins à la Tiken Jah. La comparaison s’arrête là, cette production plus modeste rapprochant l’artiste de son environnement traditionnel. Même si sa voix reste un trop peu en retrait, ses textes touchent nos consciences endormies, épinglent les problèmes, soutenus par des breaks puissants sur Hypocrite et Wonna caakke, et jusqu’à un dénouement final acoustique sublime. Après la mémoire des tirailleurs traitée dans son premier cd, un second round sans concession. X-RAY Bouge encore Bill Deraime autoproduitdistribution Mozaïc A town called Addis Dub Colossus Real World – Harmonia Mundi - - - Africa Vigilance Marcel Salem I-Welcom – Socadisc L’invitation au voyage Le pop psychédélique serait-il de retour ? Saturnin sort du four sa première galette éponyme et nous laisse présager un bel avenir. Tranquille, perché et lunaire, Christophe Talon, alias Saturnin, nous fait voyager dans un monde parallèle créé de toutes pièces, fantastique et féerique, par ses chansons aux accents cosmiques, somnambuliques, presque progressifs. Sur un instrumentarium synthétique, chimérique et riche en couleurs se couche le mélancolique, faisant sonner ses mots comme une lecture de poèmes éthérés et subjectifs. Dans les bacs depuis novembre 2008, Saturnin est une véritable invitation au voyage au cœur d’un monde sonore peu défriché, du moins ces temps-ci. Il joue sur du velours et s’aventure à pas feutrés dans un espace infini, laissant le champ libre à son imagination sonore incommensurable. Il reste des places à bord…. FRÉDÉRIC ISOLETTA Saturnin Saturnin Busy Line Discograph Lofofora : toujours l’hallu Lofofora, groupe phare de la scène rock française depuis près de 19 ans, sort un nouvel opus intitulé Mémoire de singes. Les rockers de la bande emmenée par le chanteur Reuno nous plongent dans un univers aux sonorités fusionnelles d’éléments punk, hardcore et métal. Se retrouvent sur ce nouvel album, et comme à leur habitude, des paroles engagées et militantes ainsi que toute l’énergie et la rage qu’on leur connaît. Puisant son inspiration dans le climat social et politique actuel, Lofo excelle dans la description cynique du monde et ce tout au long des 13 titres qui composent ce recueil. Le groupe profite de cette sortie pour éditer un luxueux coffret, leur premier, avec les cinq albums mythiques retraçant leur discographie (5 titres, Lofofora, Double, Le fond et la forme et Les choses qui nous dérangent). Néophytes, il n’est pas trop tard donc pour vous intéresser de près à ce groupe déjanté ! SONIA ISOLETTA Mémoires de singes Lofofora At(h)ome Wagram



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 1Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 2-3Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 4-5Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 6-7Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 8-9Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 10-11Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 12-13Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 14-15Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 16-17Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 18-19Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 20-21Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 22-23Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 24-25Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 26-27Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 28-29Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 30-31Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 32-33Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 34-35Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 36-37Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 38-39Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 40-41Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 42-43Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 44-45Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 46-47Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 48-49Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 50-51Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 52-53Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 54-55Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 56-57Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 58-59Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 60-61Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 62-63Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 64-65Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 66-67Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 68-69Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 70-71Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 72-73Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 74-75Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 76-77Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 78-79Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 80