Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 08/jan 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en cadeau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
04 POLITIQUE CULTURELLE COMMUNAUTÉ DU PAYS D’AIX Partager le plaisir Une communauté d’agglomérations qui investit dans un orchestre symphonique, voilà une démarche qui surprend ! Surtout quand elle s’attache à diffuser la musique dans de petites communes, de concerts… gratuits ! Jean Bonfillon, maire de Fuveau et Vice-Président de la communauté du Pays d’Aix (CPA), délégué à la Culture, explique sa démarche avec une grande clarté… Zibeline : Comment est né cet orchestre ? Jean Bonfillon : D’une volonté d’irriguer le territoire aixois en termes de musique classique. Et cela autour de deux périodes : celle des festivités de fin d’année avec un répertoire viennois, dans la tradition du concert de Noël, et une autre tournée en juin, avec une musique plus élaborée. Dans un premier temps l’orchestre a tourné dans 5 communes du Pays, puis dans 10, et l’an dernier déjà dans 23… transformant les vœux des maires en grands rassemblements festifs ! Ainsi, à Fuveau, nous avons accueillis 1000 personnes, certains venant de loin d’ailleurs, certains peu habitués à entendre de la musique symphonique en direct… Quels sont les changements cette année ? Il s’agit d’un développement dans la continuité : l’orchestre symphonique s’épaissit, devient « philharmonique », sera géré directement par la CPA et se dote d’un nouveau chef. Le répertoire aussi évolue : autour de Strauss, Jacques Chalmeau a prévu des incursions chez Mendelsson et Beethoven. Cela sera plus notable encore cet été, avec Dvorak par exemple. Mais l’orchestre sera toujours destiné à constituer la première marche d’un accès à la musique classique, avec un répertoire plutôt facile d’accès. La volonté de démocratisation de la culture passe rarement par la mise en place d’un orchestre philharmonique. Pourquoi ce choix particulier ? La CPA a une politique culturelle très active, en matière de soutien aux compagnies théâtrales et de danse, d’arts de la rue ; pour les musiques actuelles aussi, et une politique d’expositions bien sûr. Mais je sais trop ce que la musique a pu m’apporter, et m’apporte encore, pour en priver mes concitoyens, en particulier ceux qui ne feraient pas la démarche d’aller vers elle. Il faut faire partager ce plaisir, ce bonheur. Nous faisons par ailleurs un travail de fond pendant le festival d’Art Lyrique, et réfléchissons à l’enseignement musical, à sa nouvelle organisation. Mais cette mission de démocratisation et d’irrigation du territoire nous semble essentielle. L’orchestre est-il entièrement financé par la CPA ? Pour les deux opérations dont il est question, oui. C’est un orchestre formé de professionnels, que nous mandatons pour ces deux séries d’événements, mais qui a bien sûr toute liberté de se produire ailleurs, avec d’autres… PROPOS RECUEILLIS PAR AGNÈS FRESCHEL FI 1\X-D.R Relever le niveau artistique Le nouveau chef de l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix dévoile son ambition à la tête de la formation locale Zibeline : Jacques Chalmeau, on vous connaît peu dans la région… D’où venez-vous ? Jacques Chalmeau : Je viens à Marseille depuis longtemps pour des raisons personnelles et j’ai dirigé Carmen au Festival de Lacoste l’an dernier... On va dire que je suis parisien, même si je suis né en Normandie. C’est là que j’ai fait mes études musicales. J’ai ensuite voyagé au gré de mes obligations professionnelles dans de nombreux pays, surtout en Italie et en Russie, comme pianiste et chef d’orchestre. Par exemple, du fait que j’ai suivi l’enseignement d’un professeur de piano russe, j’ai été amené à diriger au Conservatoire Tchaïkovski, puis à fonder l’Orchestre Philharmonique de Moscou avec lequel j’ai beaucoup joué. Mais c’est difficile aujourd’hui là-bas ! J’ai ensuite fait partie de l’équipe de direction de l’Opéra de Lyon pendant cinq ans et décidé dernièrement de retrouver mon indépendance… Et comme la région marseillaise possède un formidable potentiel culturel… … on vous a nommé à la tête de l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix ! Oui ! On m’a sollicité pour faire évoluer cet orchestre qui pendant cinq ans a joué essentiellement des programmes « légers ». Mon ambition première est de fédérer les musiciens autour d’œuvres symphoniques majeures pour atteindre un meilleur niveau artistique, plus professionnel. Et constituer à l’avenir un répertoire stable. Comment avez-vous choisi votre programme ? Il faut toujours envisager trois paramètres ! Un bon programme doit satisfaire d’abord les musiciens, avec lesquels il est nécessaire de créer de vrais rapports humains, ensuite le public qui vient passer un bon moment, enfin il faut que ça entre dans « l’histoire » du chef. La 7 e symphonie de Beethoven, je l’ai souvent dirigée ! Et il y a aussi, pour cette tournée, des pièces festives de Mendelssohn et Brahms, des bis enlevés… C’est un programme qui fait plaisir et qui semble trouver, depuis les premières répétitions, l’adhésion des musiciens. On vous retrouvera plus tard dans l’année ? Oui, avec une tournée estivale autour de la Symphonie du « Nouveau monde » de Dvorak ou au festival de Musique Sacrée à Saint–Michel pour le Stabat mater de Pergolèse et l’un des derniers grands oratorios de Haendel : Solomon. ENTRETIEN RÉALISÉ PAR JACQUES FRESCHEL Philharmonique à domicile ! Si vous avez la chance de crécher à Venelles, Fuveau, Saint-Cannat, Cabriès, Rognes, Peynier, Le Puy Sainte-Réparade, Pertuis, Simiane-Collongue, Peyrolles, Meyreuil ou Châteauneuf-le-Rouge… pas besoin de mettre les pneus-neige pour entendre l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix. Jacques Chalmeau vous joue Beethoven à domicile, et c’est gratuit ! Et quand le programme annonce sa 7 e symphonie (ah, ce fameux mouvement lent au rythme dactylique !) à côté de pages de Mendelssohn extraites du Songe d’une Nuit d’été, de la Symphonie italienne ou de joviales Danses hongroises de Brahms… on n’hésite plus ! Un « tour » qui s’achève en point d’orgue, à Aix, au Grand Théâtre de Provence ! PAYS D’AIX. Tournée du 9 janv. au 1er fév. 04 42 21 69 69 Programme consultable sur www.aixenmusique.fr
RENCONTRES ARTISTIQUES DU VAR L’art marionnettique en débat Les nouvelles écritures du théâtre de marionnettes et d’objets faisaient débat aux Rencontres artistiques du Var qui, avec pertinence, joignaient la parole aux gestes POLITIQUE CULTURELLE 05 À l’occasion des Rencontres artistiques du Var à Toulon (voir Zib 13), le Théâtre Massalia de Marseille et le Pôle Jeune Public du Revest-les-Eaux invitaient publics et professionnels à réfléchir sur les nouvelles écritures du théâtre de marionnettes et d’objets. Un questionnement que le Théâtre de Cuisine aborda concrètement à travers une petite forme spectaculaire, Christian Carrignon posant avec justesse et humour toute la complexité du savoir faire de l’artiste-metteur en scène et comédien -et toutes les potentialités de ce langage inventif. De fait, cette introduction donna corps et âme aux débats mieux qu’un flux de paroles… Même démonstration efficace de Jacques Templeraud, fondateur du Théâtre Manarf, qui préféra parler de cours pratique plutôt que de conférencespectacle à propos de son intervention Le mouvement communicatif. Seul face au tableau noir, les poches bourrées d’élastiques et de bouts de papier, il donna une formidable leçon de théâtre avec un minimum d’effets. Quant aux interventions plus théoriques, celle de Stéphanie Lefort, auteur de Marionnettes : le corps à l’ouvrage, permit de retracer à grandes enjambées la riche histoire de la marionnette, depuis son enfance (qui a à voir avec le sacré) jusqu’à la plénitude de l’âge adulte (où les techniques n’ont rien d’étanche), en passant par son adolescence rebelle (qui fait table rase de la suprématie du texte). Sans oublier d’esquisser une définition et d’éclairer ses origines en faisant référence aux notions d’outil, de technique, de transformation de la matière d’une part, et aux figures de Dédale et de Narcisse d’autre part. Avec un allant communicatif, Stéphanie Lefort réussit la gageure d’évoquer 4000 ans d’une histoire foisonnante, « un véritable chaos » dit-elle, avant de conclure : « la marionnette est un objet imaginaire nécessaire à notre survie ». En revanche, en l’absence de Chantal Guinebault-Szlamowicz, docteur en arts du spectacle, le silence qui suivit la lecture de sa communication sur le Signe théâtral, procédés rhétoriques, notion d’interprète-plasticien au théâtre d’objets montra toute la difficulté des intervenants à rebondir sur la symbolique des signes et l’amphibologie du Marionnettes de la cie Pseudonymo X-D.R théâtre d’objets plus particulièrement… La rencontre se focalisa alors sur les nouvelles technologies et les nouvelles écritures en présence de Roland Shön, Christian Carrignon, Catherine Sombsthay, Cyril Bourgois, David Girondin Moab et Philippe Foulquié. On évoqua Claude Lévi-Strauss et son ouvrage La Pensée sauvage dans lequel il fait référence au bricolage (le bris et le collage chers également à Roland Shön) et les surréalistes « pour dire que le théâtre d’objets est enfant de la société de consommation ». On s’interrogea sur l’apport des outils numériques dans la représentation du monde (quid de la réalité et de la virtualité ?), sur l’écriture et le texte, « une autre matière, élastique, qui se forme, se déforme comme un objet à part entière » … Mais c’est en retrouvant la réalité de la représentation en compagnie du Théâtre de Cuisine, des 4 Vents et de Pseudonymo que les objets inanimés reprirent véritablement sens ! MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Rencontres organisées par le Conseil général du Var du 24 novembre au 3 décembre LA MORT MARRAINE conte musical par l'ensemble Télémaque texte, musique et direction Raoul Lay/d'après le conte de Grimm tout public â partir de 8 ans vendredi 30 janvier 09 à 19h Cité de la musique de Marseille tarifs : 6 € [enfants] 12 € [adultes] renseignements & réservations 04 91 39 29 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 1Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 2-3Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 4-5Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 6-7Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 8-9Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 10-11Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 12-13Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 14-15Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 16-17Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 18-19Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 20-21Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 22-23Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 24-25Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 26-27Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 28-29Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 30-31Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 32-33Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 34-35Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 36-37Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 38-39Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 40-41Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 42-43Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 44-45Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 46-47Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 48-49Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 50-51Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 52-53Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 54-55Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 56-57Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 58-59Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 60-61Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 62-63Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 64-65Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 66-67Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 68-69Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 70-71Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 72-73Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 74-75Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 76-77Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 78-79Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 80