Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
Zibeline n°14 déc 08/jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 08/jan 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... la culture en cadeau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 DANSE GROUPE DUNES DANSEM D’ici à Marseille 2013 Retrouvailles avec le Groupe Dunes qui, même s’il parcourt le globe en tout sens, réside bien à Marseille ! Madeleine Chiche et Bernard Misrachi, directeurs artistiques du Groupe Dunes, ont les pieds sur terre, à Marseille, et la tête dans les étoiles. Car depuis quatre ans, le duo conjugue son quotidien « hors situ » à Strasbourg, Vilnius, Osnabrück ou Buenos Aires au gré de ses interventions ou de ses projets. Ce qui ne l’empêche pas d’œuvrer à une nouvelle intervention sur le toit-terrasse de la Friche la Belle de Mai, D’ici là, qui scellera ses retrouvailles avec l’espace de 8000 mètres carrés si habilement transcendé en 1999 avec Vous êtes ici ! L’installation paysagère devrait voir le jour en 2011 car, disent-ils d’une seule voix, « Marseille ne doit pas s’arrêter en attendant 2013. » Pour l’heure, Madeleine Chiche et Bernard Misrachi ont convié amis et professionnels à un petit tour dans leur studio, preuve tangible de leur enracinement à Marseille, pour évoquer leurs réalisations en France et à l’étranger. Écrans vidéos en circuit permanent, projections d’images murales, profusion de câbles et de moniteurs, compositions sonores en flux tendu : dans l’obscurité du studio, nous voici au cœur de leurs créations multimédias « dans lesquelles ils interrogent la présence du spectateur, ses modes de lecture et de perception. » On pourrait craindre que l’usage des nouvelles technologies ne les ait déconnectés du réel ! Bien au contraire, leurs réalisations proposent une nouvelle approche du réel en ancrant les images dans cette même réalité. À la différence près que leur perception de l’espace urbain est alimentée par leurs recherches sur les principes d’interactivité, les sons, l’environnement, la lumière, l’architecture, sans oublier l’humain, invisible mais omniprésent. À la différence près, aussi, que leur travail puise sa source dans le mouvement dansé lié à leur expérience de chorégraphes : « Nous n’avons peut-être fait que déplacer la scène, en substituant aux corps des danseurs ceux des spectateurs, qui dansent aussi parfois. » Chaque installation étant non reproductible, sa sauvegarde est mémorisée par une énième vidéo, pâle ersatz de la création in situ mais trace indispensable. Norwich, Handle with care - Groupe Dunes On retiendra donc, parmi les dernières commandes, l’intervention en intérieur En périphérie du silence à Lablabanque à Béthune : en dépit d’un cahier des charges contraignant, des spécificités du lieu, de la couleur et des espaces vitrés notamment, ils ont choisi d’investir le centre de production et de diffusion en arts visuels en sculptant l’espace avec l’image et le son spatialisé. Autre expérimentation singulière, en extérieur cette fois, l’installation More and Less sur le quai Island Brygge de Copenhague, no man’s land incongru aux abords des artères commerciales flambant neuves, lambeaux d’un bâtiment aujourd’hui totalement démoli. Dans ce monceau de gravats, leur création soulignait les vestiges d’une industrie à jamais balayée… Comme à chaque fois, le Groupe Dunes relève un défi technique, réinvente l’espace, et propose au public de lire - autrement - son environnement. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Groupe Dunes Friche la Belle de Mai, Marseille 04 91 50 00 19 Dansemfinit en beauté Cette édition fut riche de surprises auxquelles Dansemne nous avait pas toujours habituései Après Rachid Ouramdane à Arles, Abou Laagra à Istres et Gat à Avignon (voir Zib 13), le festival s’est recentré à Marseille et conclu au Merlan, par deux soirées pour le moins contrastées… Que dire du travail de Karry Kamal Karry ? La Matrice des Anges, créée le 10 déc, est une pièce prétentieuse, très discutable dans son propos parfois mystico-sectaire (« l’espritcritiques’arrête où la foi commence… ») et parfois ridiculo-grotesque dans ses phrases répétées à l’envi (« l’intérieur n’est pas à l’intérieur », « tu es à l’extérieur de l’intérieur de toi » …) ou la longue anecdote du calamar coréen, fable incompréhensible assénée par une (magnifique) danseuse hilare affublée d’un accent plus que prononcé. Reste que certains moments sont d’une beauté plastique sensualité qui ose presque la pornographie… entre deux mouvements infantiles, répétitifs ou insignifiants ! Rien de tout cela dans le travail de Paco Decina. Le chorégraphe napolitain travaille avec une subtilité rare sur les zones où la lumière devient obscure. Indigo, dansé le 13 déc au Merlan, est une pièce lente où rien n’est démonstratif, mais qui vous embarque avec elle en se jouant des frontières. Entre le mutisme et le son : la pièce commence Paco Decina Laurent Philippe par un long moment où les danseurs bougent sans bruit, dans un silence qui ressemble à une effraction dans la surdité, puis les sons débarquent, répétitifs, électroniques, en boucles, et s’élaborent jusqu’au mouvement final. Mais rien de linéaire dans cette progression, qui revient en arrière et reprend lentement ; la danse, de même, est fondée sur de lentes mises en mouvements, au sol pour la plupart, des unissons parfaits, avec quelques accélérations soudaines, des arrachages circulaires, des portés qui amènent la pièce vers une verticalité retrouvée. La lumière dispense des taches blanches aux frontières desquelles les corps dansent toujours, dans l’entre-deux, l’Indigo. Sans démonstration virtuose, mais sans jamais non plus manquer leurs pas. Magnifique ! AGNÈS FRESCHEL
BALLET D’EUROPE TOURSKY 3BIS F Le plaisir du mouvement THÉÂTRE 21 C’est peu dire que ces danseurs-là ont du talent et du charme. Leur jeunesse pétille, mais aussi leur maîtrise du corps et de l’espace. Ils osent des mouvements d’ensemble très « dansés », et de véritables compositions chorégraphiques, guidées non par le concept mais par le mouvement. Ainsi, au fil des sept pièces présentées à La Friche par les sept chorégraphes du Ballet d’Europe, on a pu apprécier des moments surprenants : Fabrice Gallarague, en moins de 4 minutes, propose un moment de jubilation intense où neuf danseurs se lâchent à toute vitesse, tout à un plaisir communicatif. Jean-Philippe Bayle met au point un duo arachnéen où les corps couverts de bandages jouent avec les fils de l’autre. Aline Richard tente une danse narrative sur le désir féminin, partagé entre l’amour romantique et un fantasme de chair, et Natacha Franck, superbe, éclate de vitalité dans le numéro central conçu par Christophe Roméro, qui transcende la fitness façon Fame… Enfin la pièce de 20 minutes qui clôt le programme, créée par Florencia Gonzales pour neuf de ses camarades, fait preuve d’une véritable maturité de chorégraphe : parce qu’elle construit son rythme en contrastes et progression, maîtrise les mouvements d’ensemble et les duos, dans lesquels elle ose quelques portés… AGNÈS FRESCHEL Les Worshops du Ballet d’Europe ont été dansés à la Friche les 28 et 29 nov Agnès Mellon Sade, le retour Comme chaque année M.C. Pietragalla revient faire un tour à Marseille, et s’apprête à faire salle comble au Toursky. Après la saga de mineurs et celle de Ferré, il s’agit à présent d’évoquer Sade. La perversion ? La Liberté ? L’apologie du sexe violent et de la douleur ? Non, Pietragalla et Julien Derouault veulent faire voir « le théâtre des fous » et « l’incarcération ». Avec huit danseurs qui, malgré Sade, tenteront, par les corps, d’atteindre la grâce. Or, si Sade l’atteint, c’est par la distance transcendante de l’écriture : retrouver cet esprit-là avec une musique de Laurent Garnier et la voix d’Alain Delon, dans un spectacle coproduit par Pierre Cardin, semble a priori un peu illusoire… A.F. Sade ou le théâtre des fous Pietragalla Cie du 22 au 24 janv www.toursky.org Pascal Elliott M..6:.:LsR'r.hatal'Gw..we._':a'L.t i W ey ÿ+...u._... I<-Or.Ÿ1t f N".(... Bis, Citron, Vélo Le dispositif Tridanse met en réseau trois lieux de création, le 3bisF à Aix, le Citron jaune à Port-Saint- Louis et le Vélo Théâtre à Apt pour permettre à un chorégraphe de présenter diverses étapes de son travail en cours. YannLheureux répète actuellement Manifestement, un solo accompagné d’une création vidéo (Lionel Palun), plastique (Christophe Cardoën) et musicale (François Richomme),dont il montrera une étape de travail le 15 janv à Aix, le 29 janv à Port-Saint-Louis puis le 10 fév à Apt. Une mise en réseau qui permet l’éclosion d’œuvres nouvelles, associées à des ateliers de pratique dans chacun des lieux. A.F. 3 bis F 04 42 16 17 75 www.3bisf.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 1Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 2-3Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 4-5Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 6-7Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 8-9Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 10-11Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 12-13Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 14-15Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 16-17Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 18-19Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 20-21Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 22-23Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 24-25Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 26-27Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 28-29Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 30-31Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 32-33Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 34-35Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 36-37Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 38-39Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 40-41Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 42-43Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 44-45Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 46-47Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 48-49Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 50-51Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 52-53Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 54-55Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 56-57Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 58-59Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 60-61Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 62-63Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 64-65Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 66-67Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 68-69Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 70-71Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 72-73Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 74-75Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 76-77Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 78-79Zibeline numéro 14 déc 08/jan 2009 Page 80