Zibeline n°13 novembre 2008
Zibeline n°13 novembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : assises régionales... résister et construire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 THÉÂTRE AUBAGNE LA CIOTAT DRAGUIGNAN CHÂTEAUVALLON Astre virtuel À l’Escale, durant une heure, un homme encore jeune, poète de son état, exprime tout le dégoût de lui-même et du monde qui l’entoure, dans un langage cru et précis, hanté par la seule nécessité de dire enfin la vérité. Le contexte ? Une Corse autonome vers laquelle revient ce jeune homme après dix ans d’une absence obligée. Et tout passe au crible de son regard cynique et désespéré : les amis, l’idéologie politique, le terrorisme, les touristes, l’écriture, le sexe, l’ennui et le vide qui caractérisent l’île en pleine déliquescence. Car cette pièce tente de répondre à cette question : qu’est-ce qu’être corse en ce début de XXI e siècle ? Le jeu scénique est particulièrement intelligent : une batterie de boîtes vides qui permettent de figurer sommairement les lieux et les objets des scènes évoquées (comptoir de bar, fauteuil, rue…) et qui symbolisent l’instabilité du monde et de l’esprit du personnage. Le jeu de Christian Ruspini, d’une force et d’une précision redoutables, fait de son personnage un être attachant et écœurant ; la voix-off qui scande les scènes est magnifique. a Le sommet de la pièce ? La scène de voyage dans le monde virtuel de 51 Pégase : moment unique, extrêmement émouvant, qui met à nu la psyché collective corse. À ne pas rater. FRANÇOIS RENUCCI 51 Pegasi prend sa source dans le roman du même titre de Marcu Biancarelli aux éditions Albiana (www.albiana.fr). Univers parallèles Quand Valère Novarina s’empare d’une œuvre de Shakespeare, Henri IV, et que Claude Buchvald la met en scène, ça donne Falstafe, une farce savoureuse sur les mécanismes du pouvoir, ses dérives et ses trahisons. Passant du rôle de héros secondaire au premier rôle, Falstafe, sous la plume de Novarina, devient un être gargantuesque, jouisseur invétéré, le seul vrai héros de cette tragi-comédie fournie, accompagné de son compagnon de débauche, le jeune prince Henri, fils du roi d’Angleterre Henri IV, qui l’abandonnera dès son accession au pouvoir. La comédie vire alors à la tragédie… La langue de Novarina n’en sera que plus savoureuse… Auparavant, Jambenoix Mollet et Falstafe LoicVenon À venir à l’Escale C’est à partir d’un atelier d’écriture et de jeu à la prison des Baumettes que Frédéric Ortiz, metteur en scène du théâtre Off a suscité auprès des détenus des textes sur la prison, et des vocations d’acteur. Histoire sensible que celle de Zenagui Témini, matière première de Quartier(s) d’isolement (le 5 déc). L’auteur et comédien revient sur son parcours chaotique, de la misère des cités à l’échec scolaire, et jusqu’à l’irrépressible et progressive découverte du pouvoir de la violence qui le mènera jusqu’à la prison. Zenagui Témini livre un témoignage sans concession sur sa vie où se mêlent la révolte, l’insoumission, l’oppression, mais aussi le courage et la rage de vivre. D.M. Quartier(s) d’isolement L’Escale, MJC du Pays d’Aubagne 04 42 18 17 17 http://mjcaubagne.free.fr 51 Pegasi X-D.R Philippe Eustachon auront laissé leur Grand Nain interroger la normalité et l’altérité. Un monstre burlesque, digne, est empêtré dans sa solitude, jusqu’à ce qu’il découvre un corps, le corps d’un étranger. L’Autre vient fissurer son univers, brise l’isolement. Cirque et théâtre s’entremêlent dans cette évocation cocasse et attendrissante du mythe de Robinson. Puis les enfants se laisseront porter par les histoires de la cie Agora Theater et son Cheval de bleu, où le grand-père et sa petite fille les guideront dans un univers poétique. D.M. Falstafe Le 25 nov Le Grand nain Le 21 nov Le cheval de bleu Le 6 déc Théâtres en Dracénie (83) 04 94 50 59 59 www.theatresendracenie.com Histoire d’écrits La scène varoise accueille deux merveilles de Joël Pommerat en décembre : Cet enfant et Le Petit Chaperon rouge. La première met en scène des confrontations familiales, mots issus d’une rencontre entre les comédiens de la troupe et des femmes vivant dans une cité en normandie. Évocation des tensions ordinaires du lien parent-enfant, complexité de la filiation, des instants de confrontation qui prennent forme lors de brefs plans séquences, soutenus par une mise en scène sobre et un travail soutenu sur la lumière. Dans Le Petit Chaperon rouge, Joël Pommerat revisite le conte populaire et tisse une histoire contemporaine pour enfants, explorant les liens familiaux, mais aussi les peurs et la solitude en jouant superbement avec les mots, la lumière et la musique. Fin novembre résonnera l’épopée de Fastafe, sous la plume de Valère Novarina, dans une mise en scène de Claude Buchvald (voir ci-dessous). D.M. Falstafe les 20, 21 et 22 nov Cet enfant les 5 et 6 déc Le Petit chaperon rouge du 16 au 20 déc Châteauvallon, Ollioules (83) 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com Amours mythiques Quand la cie Agence de Voyages Imaginaires de Philippe Car s’empare du Roméo et Juliette de Shakespeare, l’aventure est forcément au rendez-vous. Sur scène l’histoire des amants de Vérone est racontée par le clown blanc Séraphin, est jouée uniquement par Valérie Bournet, accompagnée de deux musiciens-manipulateurs. Elle est tout à la fois Roméo, Juliette, les Montaigu et les Capulet, Escalus et la nourrice, elle est la voix de tous dans tous ses éclats, amoureuse et tragique, poétique et dramatique. L’intrigue est la même, ou peut-être pas, toujours est-il que ça parle d’amour, ça c’est sûr. D.M. L’histoire d’amour de Roméo et Juliette le 11 déc Théâtre du Golfe (La Ciotat) 04 42 08 92 87 www.laciotat.com
Romantisme politique Gérard Gélas au Chêne Noir met en scène un Musset engagé Un mariage forcé par la raison d’État : le bonheur de la fille du roi de Bavière est sacrifié. Dans un univers où seules les malettes de billet semblent circuler librement, sous la haute surveillance d’hommes armés très noirs, la rêverie romantique n’a pas de place. Seul l’esprit du bouffon, mort et usurpé par Fantasio, fait rire la princesse. Le destin semble cruellement se moquer de la liberté, depuis la cage dorée de la princesse jusqu’au cachot du bouffon. Par la voix lucide et cynique du fou du roi, improvisant brillamment sans rien laisser perdre de son personnage, le spectacle critique au vitriol les mœurs politiques de notre temps et Christophe Alévêque révèle un véritable talent pour l’exercice périlleux du comédien improvisateur. La sublime langue de Musset contraste avec la parole libre et moderne de notre époque. La mise en scène est cocasse et belle à la fois : dérision de la musique (Téléphone, Tokio Hotel), costumes de bouffonnerie... Le miroir grossissant du spectacle agit comme un sérum de vérité. Les rois ont leur bouffon attitré, d’ailleurs la pièce s’ouvre sur l’injonction du roi à divertir le peuple : qu’on lui procure du plaisir et il se laissera prendre à la servitude douce de la tyrannie ! Si seulement on pouvait lui ôter le souci de penser, le bonheur serait à son comble ! Fantasio finira en prison car la fantaisie ne doit pas entraver la bonne marche des affaires. Châtiant son bouffon le roi, il nous rappelle au passage que la force AVIGNON MASSALIA LE REVEST v fait loi, sans faire cas de la justice. Le peuple se résigne finalement à la guerre comme à une fatalité : Fantasio prend le peuple à la racine de sa lâcheté, montrant ainsi d’où les maîtres tiennent leur pouvoir politique. CAROLE ROSSI Fantasio jusqu’au 7 déc À venir au Chêne Noir Au programme en décembre deux mises en scène de Mesguich, La Belle et la bête, d’après le conte de Mme Leprince de Beaumont (le 17 déc), et Ruy Blas de Victor Hugo (les 18 et 19 déc). Une pauvre mais « Belle Enfant », un père faible et aimant, deux sœurs cupides et envieuses, une Bête laide mais riche dans un château au fond d’un bois sombre, une vieille fée puissante et vindicative sont les ingrédients d’un conte où les faux-semblants mèneront jusqu’à la magique conclusion qui fera s’assembler l’une et l’autre. L’essentiel n’est pas visible avec les yeux… Changement de décor avec un Ruy Blas modernisé mais dont les vers ont été préservés. Exilé par la reine d’Espagne, et déterminé à se venger, Don Salluste charge son valet Ruy Blas de la séduire afin de la compromettre et de se venger… Quelques anachronismes essaimés par Wiliam Mesguich rendent la pièce plus légère, ce qui permet sûrement aux THÉÂTRE 17 comédiens, comme il le souhaite, « de défendre des morceaux d’éloquence et de bravoure et [de] faire pénétrer le spectateur du XXI e siècle dans des mondes lointains que sont ceux de l’Espagne et de l’Italie d’il y a quelques siècles ». Des mondes pas forcément si éloignés… D.M. Théâtre du Chêne Noir 04 90 82 40 57 www.chenenoir.fr Ruy Blas X-D.R Après la préfiguration Les Comoni et le Massalia se sont alliés pour proposer une « préfiguration » de la biennale jeune public qu’ils veulent mettre en place : le public était aux rendez-vous ! Un succès impressionnant pour le cirque Romanes et le ciné-concert de Toulon (voir pages 28 et 38), qui ont refusé du monde malgré les représentations supplémentaires. Les formes théâtrales présentées ont également atteint leurs objectifs : Georges dans le garage a émerveillé les petits, le spectacle de la cie Skappa (Moitié-Moitié) les a séduit par ses jeux de couleur, sa simplicité et sa naïveté, sa convivialité, et les Planteurs de Perles, spectacle musical joué par des enfants, nettement plus lisible qu’à sa création grâce à une voix off narrative, a permis de réentendre la belle musique de Marianne Suner. Un court film aussi, La Nuit de François Cervantes (Cie L’entreprise), a témoigné d’un travail d’écriture particulier avec des collégiens : l’auteur leur a demandé d’écrire leurs rêves, les a recueillis, réécrits, montés, puis prêtés à l’image… Le tout formant un fort intéressant panorama des désirs et angoisses que vivent les enfants qui dorment… D Humeur, cie la S.O.U.P.E. X-D.R À venir dans les pôles Le Massalia en décembre recevra Appaix (voir page 23) et Pierre et le Loup (voir page 38). Au Revest, un programme chargé : La femme poisson, un spectacle musical de marionnettes par la Cie alsacienne la S.O.U.P.E. les 25 et 26 nov ; Humeur et vanités, un diptyque philosophique de la même cie, qui tournera dans les Lycées de TPM avant de se poser dans la salle du Revest. Du 24 au 28 nov ; Valse Mathilda, une sculpture mobile pour les tout petits, qui tournera dans les crèches et les écoles maternelles, du 2 au 6 déc ; Et puis Guignol, un ciné concert, un récital de Robinson…. Maison des Comoni Le Revest-les Eaux (83) 04 94 96 12 10 www.polejeunepublic.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 1Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 80