Zibeline n°13 novembre 2008
Zibeline n°13 novembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : assises régionales... résister et construire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 THÉÂTRE LA CRIÉE LE DAKI LING LE MARIE JEANNE La vérité est ailleurs ? Ça y est : après De Gaulle en mai et Nicomède la Criée quitte ses murs pour proposer une saison de stations migratoires. Le nombre de places offertes au public sera nettement moins important, plus dispersé dans le temps et l’espace… On espère donc que les travaux, commencés très en retard, s’arrêteront à la date prévue et ne priveront pas trop longtemps la région d’un outil culturel essentiel. En attendant, quelques-uns prêtent leurs salles à une programmation hors les murs : cela commence au Gymnase, qui accueille Le Cid mis en scène par Alain Ollivier, dans un respect du texte de Corneille, mais aussi une grande volonté de restituer la force émotionnelle de la tragicomédie, et sa clarté (du 25 au 29 nov). Mais le Théâtre ne transformera pas ses couloirs en corridors voués aux soupirs des fantômes : seules les salles sont en travaux, et le hallaccueillera des Hauts en couleur Dans ce drame burlesque et effroyable, revisité sous forme de théâtre forain par le Chiendent théâtre et la cie de l’Alcazar marionnettes, Barbe bleue devient une histoire à miroirs. « L’histoire d’une histoire qui raconte son histoire ». Bigre ! Autant dire que tout se L'effroyable drame de Barbe bleue X-D.R rencontres, des lectures et des cabarets. Avec d’abord une soirée d’inauguration surprise le 21 nov, puis un cabaret portugais (du 4 au 6 déc) : Ninon Bretecher et Emmanuelle Rozes liront des poèmes de Sophia de Mello Breyner, et Cinda Castel accompagnée par deux guitaristes (guitare portugaise et classique) chantera du pur fado lisboète. Le vrai parait-il, même si ni les habitants de Porto ni surtout ceux de Coimbra ne l’entendent de cette oreille ! Ainsi cette expulsion forcée sera l’occasion pour la Criée d’expérimenter de petites formes : musicales, poétiques, féminines… que désirer de plus ! AGNÈS FRESCHEL #4 La Criée 04 91 54 70 54 37i,N www.theatre-lacriee.com retrouve sens dessus dessous, que l’ogre est une ogresse, qu’il vaut mieux être ignorant que curieux, que le temps n’est que du vent, et les cœurs des fruits confits… En décembre la compagnie CQFD proposera aux enfants à partir de 6 ans une adaptation toute personnelle du Pinocchio de Collodi. Celui-ci se retrouve en effet propulsé en 1870 dans les rues de la capitale, pendant le siège de Paris, en pleine guerre franco-prussienne. Un Pinocch de Paname qui n’a « pour seules valeurs que celles que lui apprend la rue et la survie », qui parle l’argot comme tous ses compagnons, et n’aura de cesse de prouver qu’il ne faut pas avoir honte de ce que l’on est. D.M. L’effroyable drame de Barbe Bleue du 21 au 23 nov Pinnoch de Paname du 17 au 21 déc Théâtre Marie-jeanne 04 96 12 69 91 http://theatre.mariejeanne.free.fr Le cid Bellamy Ah la bonne soirée ! Le Jardin des Muses est un lieu dont chacun s’accorde à vanter la convivialité, la simplicité non feinte, les tarifs abordables (5 euros), la programmation familiale. Ce soir-là, pour l’inauguration des Cabarets clowns dînatoires, on découvrit aussi que la table était agréable : manger un bon chili à 4 euros en attendant le spectacle, dans une ambiance où les décibels ne vous empêchent pas de converser, est exceptionnel ! Quand en plus trois clowns attachants y proposent un spectacle de qualité -pas fignolé, fondé sur des impros très fraîches, et dénotant malgré cela un vrai talent- vous ne pouvez qu’être ravis. Car le côté presque artisanal du Daki Ling ne doit pas dissimuler le professionnalisme des artistes qui s’y produisent : ce soir-là chacun des trois clowns (Prudence, Vulcano et Francisco du Collectif International des Clowns de Marseille) avait un personnage, une présence singulière, et chaque numéro s’organisait autour d’un canevas dramatique réel, pour construire un spectacle court, mais d’un rythme endiablé et hilarant à plusieurs reprises : une sorte de laboratoire du clown, qui se reproduira souvent, et qu’on ne saurait que vous conseiller d’expérimenter ! A.F. À venir au Daki Ling Un spectacle musical mettant en scène Mémère, marionnette à taille humaine manipulée et bruitée, musicalisée à vue. Par Latypique Cie, du 27 au 29 nov. Un Malade imaginaire imaginé par la cie le Souffle : avec trois comédiens seulement, qui se partagent tous les rôles et se changent là aussi à vue, les coulisses constituant une fiction où s’enchâsse la pièce de Molière (du 11 au 13 déc). Sans oublier les matches d’impro du Mithe (mouvement d’improvisation théâtrale de Marseille), que la salle accueille régulièrement (les 15 et 17 nov, les 1er et 15 déc). Le Daki Ling 45 rue d’Aubagne 04 91 33 45 14 www.dakiling.com
LE MERLAN LES BERNARDINES THÉÂTRE 11 Autobio-radio-graphies Le Merlan poursuit sa saison avec un temps fort autour du thème du corps transparent L’imagerie médicale, capable de lire en nos corps et de donner à voir une représentation de nous-mêmes que nous ne connaissons pas, change-t-elle notre manière de nous percevoir, voire de nous connaître ? Serions-nous capables de nous identifier dans des radiographies comme un petit enfant, tout à coup, se reconnaît dans un miroir ? Pour décliner ce thème, plusieurs propositions en vagabondages dans divers lieux : des documentaires programmés par le Fid (voir page 57), des conférences scientifiques (voir page 69), des lectures et des spectacles. Marion Baë en particulier propose deux performances : Petit traité d’artnatomie sur le squelette le 26 nov et Laborintime le 28 nov, à travers lesquels la chorégraphe interroge l’imagerie médicale ancienne, les écorchés. Mais François Cervantes se promènera également dans l’univers médical, en confrontant comédiens et personnel hospitalier aux mêmes fictions (Ne respirez plus les 27 et 29 nov avant le repas), ErikM proposera une installation sonore et vidéo réalisée à partir de sons et d’images chirurgicales (les 27 et 29 nov après la pause repas)… Une autre façon de dire le corps, et peut-être de circonscrire la terreur que la maladie, et le savoir médical, nous inspirent ! AGNÈS FRESCHEL Le corps transparent du 20 au 29 nov Le Merlan 04 91 11 19 20 www.merlan.org Marion Bae X-D.R No No Ninetto « Davoli » c’est aussi un nom d’ampli et c’est Maltinti qui le dit. Aux petits pas d’une assonance aussi fragile, comment mener à bien et faire résonner ce Projet -la prudence du terme est engageanted’opéra-rock, « sonetto » musique et chanson, ode informelle, polymorphe et transversale à l’acteur aimé de Pasolini ? L’ouverture est captivante : de l’ombre vague du complot sortent 3 hommes, les musiciens, qui vont rejoindre leurs instruments ; reste un corps à terre, sac à patates que se disputent animus et anima (papa et mamma) dans un bel affrontement tragique ; partage et dispersion : du démembrement fondateur de Pier Paolo pourrait naître Ninetto... Hélas, manque de souffle, pesanteur des dialogues sans horizon, (PPP a écrit ça ?), platitude des situations (12 tableaux ? vraiment ?) et jeu d’acteur brut de décoffrage entravent sérieusement la résurrection. La musique libère par moments la respiration, venue du haut des deux échafaudages de chantier gentiment parés pour la scène ; Olivier Maltinti, concepteur, metteur en scène, acteur, y grimpe régulièrement pour faire sonner sa guitare et Paola Comis l’accompagne parfois doucement. Un peu opéra de trois sous, art pauvre assumé, certes, et même revendiqué, esthétique du piquet et du grillage où les miroirs sont des rétroviseurs de el Malagutti comme pour donner toute sa mesure à la figure populaire de Ninetto. Mais l’évocation n’est pas au rendez-vous, pas encore... MARIE-JO DHÔ Sonetto per Ninetto, d’après Hobby del sonetto et Pétrole de Pier Paolo Pasolini, adapté et mis en scène par Olivier Maltinti a été joué aux Bernardines du 12 au 15 nov Sonetto per Ninetto Olivier Maltinti Sex, Rock & Tragédie ep L’opéra rock Nico Medea-Icon de Philippe Vincent a posé ses instruments sur les planches du théâtre des Bernardines du 4 au 7 novembre. Un concept original Le rock et la tragédie ont au moins un terrain de jeu commun : la mort. Nico, égérie d’Andy Warhol, mannequin, chanteuse, actrice chez Philippe Garrel ou inspiratrice du Velvet Underground de Lou Reed et John Cale, offre un troublant miroir au matériau- Médée de Heiner Müller : deux femmes fatales sont mises en regard pour un rock sans concession, résurgence contemporaine de la tragédie grecque. Philippe Vincent, acteur et bassiste sur scène mais surtout coutumier des textes de Müller entrechoque deux mondes. La beauté silencieuse de Christa Päffgen, alias Nico, rappelle le caractère vaniteux de sa vie, au son des instruments présents sur scène. Projections, micros et instrumentistes entourent l’inépuisable Anne Ferret dans le double rôle titre. Sa voix, son corps déhanché et son jeu font partie d’un décor concert de rock néobaroque d’où elle tente d’extirper son mal. Allemagne, femme, mère, enfant…. Tous les ingrédients mettent sur les rails de ce voyage duettiste. L’harmonium si cher à la voix blanche est omniprésent dans cette caverne à sons, qui se soustrait cependant trop vite à l’alternance chanson/texte pour devenir un champ bruitiste expérimental. Malgré quelques longueurs, drogue, tragédie et rock’n roll font bon ménage dans cette course effrénée à l’autodestruction (et à la destruction d’une pauvre guitare) d’une destinée légendaire fantasmagorique. Sur fond de cabaret expressionniste, une aventure singulière ! FRÉDÉRIC ISOLETTA À venir aux Bernardines Tatez-là si j’ai le cœur qui bat, une création collective de huit jeunes comédiens emmenés par Aurélie Leroux, autour de textes de Tchekhov. Une préfiguration de ce travail avait été montrée l’an dernier, et s’était révélée passionnante, comme si l’essence des personnages de Tchekhov prenait corps sur scène, un instant… Du 4 au 13 déc. Séance, une création singulière « composée » par Bruno Meyssat ; ses 4 comédiens proposent une courte séance qui met le public en jeu, puis recueillent les réactions des spectateurs… Du 16 au 20 dec. Les Bernardines 04 91 24 30 40 www.theatre-bernardines.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 1Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 13 novembre 2008 Page 80