Zibeline n°12 octobre 2008
Zibeline n°12 octobre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Marseille Provence 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Scizto Ou 1401,44.ce. LE CADRAN & VDUS SAISON l'y SAISON 2 0 0 S 2009 OSEZ AVEC NOUS ! OCTOBRE À DÉCEMBRE 24 OCT. EKO DU OUD, musique et jonglage 13 NOV OSMOSE, danse hip-hop 16 NOV PETITES VIRTUOSITÉS VARIÉES, danse 21 NOV ANDRÉ MINVIELLE & LOÏC LANTOINE, jazz. itan 5 DEC L1ÎKA I`ATIEN, Ianvocal TATRE LE CADRAN 45avde la repuhlique Briançon 049... infofdtheatre-le-cadran.mm SAISON CORNILLON-CONFOUX FOS-SUR-MER Le Théâtre GRANS Espace Robert Hossein ISTRE=S Théâtre de l'Olivier MIRAMAS Théâtre La Colonne PORT-SAINT-LOUIS-OU-RHONE Espace Gérard Philipe DE BER O-MARIE KOLTES i M15E N SCÈNE CATHERINE MARNAS www.scenesetcines.fr j1 Ouest n oo.un..Provence ï,j Layasserelle',', i'04 92 52 52 52 t h é e azip:bra,td G a p U I GAP.COm
Le geste et la parole La 7 e édition d’ActOral, comme le suggère son logO fertile, a élargi sa capacité d’accueil dans des frontières généreusement mouvantes, dans un foisonnement pluridisciplinaire que le festival a suscité et parfaitement maîtrisé On se contentera ici d’un petit parcours raisonné dans les territoires bouillonnants des écritures contemporaines... La promenade est aisée mais pas facile. Hubert Colas sait penser et classer : sa bibliothèque de Babel est en ordre ; tout fait sens et on se réjouit qu’ici contemporain rime avec humain. Les échos qui circulent d’une proposition à l’autre, à des degrés divers, s’offrent à toutes les oreilles avec la force de l’intime, tout en se préservant du familier ou du connu. Comme dans la Divine Comédie, entre Enfer et Paradis, on y croise pas mal d’âmes, l’air de rien. Des jeunes femmes amoureuses, normal, et bien droites devant leur micro, telle la québécoise Renée Gagnon qui galope de la langue, folle ardente de SteveMc Queen dans tous ses états, diffracté dans mille images cinématographiques ; poursuivie, traquée et haletante de bonheur qui va vite, elle court encore... Plus posée, légère et parisienne, Valérie Mréjen lit sobrement L’Agrume et distille son élégante déception dans une écriture minimaliste dont la distance ironique séduit ; tout le monde sait que les amours mortes gisent dans les détails... Des hommes blessés, fragiles, dansent encore ; derrière un écran, en ombre Début de saison La saison du Merlan a commencé par une magnifique incursion dans les collines avec la Cie Marius. Un moment magique qui sort Pagnol du folklore, et le théâtre de la cérémonie, en décalant nos repères. Car le décor est naturel et l’accent ne l’est pas : exactement le contraire du naturalisme, et c’est ça qui fait sa force… (voir critique des Zibulons page 81, et sur notre site www.journalzibeline.com). La programmation s’est poursuivie avec l’occupation des lieux par ActOral. Le Grand Nain, découvert à Arles l’an dernier (voir Zib 4), a pris de la teneur : le propos sur la difficulté à occuper un corps, difforme ou non, apparaît clairement et émeut franchement. Même s’il reste insuffisant sur la longueur, et qu’on s’ennuie (un peu) sur la fin… A.F ET Y.T. chinoise et sans autre accompagnement que sa voix nue, Mark Tompkins répète à l’infini sa danse macabre (voir page 21) ; Sylvain Prunenec clame l’effroi orphique de son être démembré ; Eric Vuillard offre la littéralité brute de son roman Tohu à Dominique Frot qui en tricote une sinistre, interminable et prétentieuse sarabande… Nijinski, lui, enferme la langue cosmique et trébuchante de ses Cahiers (Aux Hommes) dans le corps de quatre comédiens habités et un peu corsetés par le travail inspiré de Pascale Nandillon ; l’espace du plateau des Bernardines évente le sulfureux désespoir, la souffrance brute du mythique danseur ; un masque de coton crocheté nous scrute de ses yeux vides et l’excessive gravité fait naître par moment un ennui chic et de bon goût ; des fulgurances pourtant dans des visions à la Chagall, dans un bel envol de colombes, simples mains déployées après un geste percussif le long du corps… Un fils (Robert Cantarella) face à un écran vidéo animé fait passer par sa voix, en léger différé, les paroles de sa mère, intonations, tics de langage et raclements de gorge compris ; le continuum de l’histoire familiale ainsi assuré, la e ACTORAL MERLAN THÉÂTRE 07 mémoire peut suivre son chemin et le spectateur changeant de point de vue peut se tourner vers une fille (Johanna Korthal Altes) reliée à son père par le même dispositif troublant de mimétisme et interrogeant les failles de la perception. Simple et efficace ! Un anglais heureux doublé d’un auteur malicieux dialogue avec son traducteur, glissant dans les failles de la trahison linguistique une dose d’humour ravageur : Martin Crimp dans sa langue lit Tout va mieux et Thierry Raynaud l’accompagne avec sa belle désinvolture frenchy. Gracieux et décapant comme tout le théâtre de ce dramaturge proche d’Hubert Colas. N’oublions pas que nous sommes au purgatoire... Alexis Forestier et ses complices nous en donnent leur version rock, trilingue et clignotante ; dans cette « party » électrique, saturée de voix d’anges (de Monteverdi à Jean Oury), Dante reconnaîtra les siens pour peu que ce chantier délicieusement bordélique ne se transforme pas en jungle Dada ! Ici s’arrêtent nos pas, au bord du sidérant Tre studi per una crocifissione de Danio Manfredini qui aura marqué la dernière nuit du festival, et enflammé diversement le public du Gymnase, enthousiaste, dubitatif ou agacé. Le propre des œuvres marquantes ? MARIE-JO DHÔ ActOral s’est déroulé du 26 sept au 11 oct Effroi Jean-Gabriel Lopez Agnes Mellon Manon et Jean a été joué du 17 sept au 5 oct Le Grand Nain du 8 au 10 oct



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 1Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 84