Zibeline n°12 octobre 2008
Zibeline n°12 octobre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Marseille Provence 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44 CINÉMA BEST OF SHORT FFM Les courts métrages se regardent à la file… En septembre, la rentrée ! Plus question de voyager ! Pourtant, on peut partir très loin, dans trente pays différents… juste en passant trois ou quatre jours à la Ciotat, au Best of Shorts Lors de cette septième édition, du 11 au 14 septembre, on a pu voir 64 courts métrages qui ont la particularité d’avoir été primés dans un, voire plusieurs festivals français ou étrangers. En quatre jours, on déguste ce que les jurys ont trouvé de mieux dans toutes les programmations. Et on peut être sûr que la tâche du jury du Best of Shorts est rude ! Car au Cinéma Lumière, il y a vraiment peu de mauvais films ! Bien sûr, très vite, en tendant l’oreille, même si on ne l’a pas aussi grande que Tony Zoreil, le héros de Valentin Potier, on sait que les séances 1, 5, 9 sont excellentes, ou que la 7 est plus dure. Et quel plaisir, en deux heures, de parcourir des univers différents, des esthétiques variées, de changer de ton, de passer du rire aux larmes ! Comment ne pas être touché par Wesnesday de l’Anglais Rob Sorrenti, primé à Cologne, conte sur la vie, l’amour, la mort, ou par l’amour absolu d’Erich pour Hannah atteinte de la maladie d’Alzheimer dans Dunkelrot (Rouge foncé) de Frauke Thielecke, primé à Sarrebruck ? Comment ne pas réagir devant la terreur d’une mère dont le jeune enfant a voulu partir au « Spielzeugland » (Le Pays des Jouets) avec son ami juif en 1942 ? Ou la violence de Joseph (excellent Peter Mullan) dans Dog altogether (Une Vie de chien) de Paddy Considine primé à Venise ? Comment ne pas se sentir désespéré devant la solitude de René dans le film éponyme de Tobis Nolle, primé en Finlande, ou par la solitude des femmes dans Songes d’une femme de ménage de Banu Akseki, récompensé à Montréal ? Comment ne pas se poser de questions sur notre société devant le monde déshumanisé que nous dépeint Antarès Bassis dans L’Emploi vide, ou Arnaud Malherbe Dans leur peau, ou la détresse des femmes d’Europa 2007 du Portugais, PedroCaldas ? Mais comme au Best of Shorts on aime « la bonne humeur, l’humour et l’absence de pluie », les nuages ont été crevés avant, grâce à du ciment, de l’azote liquide et de l’oxyde de carbone : Stone people de Leonid Rybakov. Et on a bien ri du tour que joue à sa famille une vieille dame, qu’on pense sur le point de mourir ; son Dernier voyage, (Pierre Duculot), c’est au Maroc avec la famille de son infirmière qu’elle le fait. Et le refrain de Dji Vou Veu Volti (Benoît Feroumont) que chante un troubadour amoureux de la fille du Roi, qui doit échapper aux gardes et se battre avec… le sous-titre ! nous Run de Mark Albiston poursuit longtemps. Quelques coups de cœur ? Aïe de Virginie Gourmel, un régal pour les yeux, une chorégraphie où un vampire latino poursuit une jeune fille blonde (la danseuse Kajsa Sandström) coiffée à la Jean Seberg à travers les paysages des films cultes, Pierrot le Fou, La Mort aux trousses… Et Run de Mark Albiston auquel le jury a attribué le Soleil d’Or. Tom, 8 ans et Georgie, 12 ans, qui vivent en Nouvelle-Zélande à la fin des années 70, réalisent qu’ensemble ils peuvent résister à leur père en deuil, qui fait régner la peur à la maison en appliquant un régime quasi militaire pour les préparer à la difficulté des temps à venir. Le Sable d’Argent a été attribué au film de Rúnar Rúnarsson, Smáfuglar (Les Moineaux) et la Mer de bronze au film suisse, couvert de prix, Auf der Strecke de Reto Caffi. Le public, lui, a opté pour The Job de Jonathan Browning, grand prix du Festival des Très Courts, clin d’œil très drôle à notre période économique. Un seul regret : les organisateurs n’ont pas réussi à stopper le Mistral et le concert de Moussu Té a dû être déplacé. Mais malgré le vent, la place Evariste Gras était noire de monde ! ANNIE GAVA
FFM, le petit festival qui monte… La troisième édition des rencontres Films femmes et Méditerranée qui s’est tenue à Marseille du 30 septembre au 7 octobre a rempli tous les soirs les salles des cinémas Prado et Variétés. On a même frôlé l’émeute le soir de l’ouverture avec Vickie Christina Barcelona, quand presque une centaine de personnes n’ont pas eu de places pour entrer. Il est certain que les organisatrices devront, à l’avenir, tenir compte de l’engouement du public pour ces Rencontres ! Le film de Woody Allen a ravi le public qui a eu la chance d’échanger avec Sonia Grande, la plus grande costumière espagnole : « C’est à New York que j’ai rencontré Woody Allen dans son petit bureau décoré, style années 70 : j’avais l’impression qu’il sortait d’une affiche de cinéma ! ». Avec gentillesse et une grande simplicité, Sonia a répondu à toutes les questions sur son travail aussi bien avec W. Allen qu’avec Pénélope Cruz, qui crève l’écran, tout comme Javier Bardem, « un acteur impressionnant et un homme très sympathique ». La plupart des soirées ont ainsi permis aux spectateurs de dialoguer avec des gens du cinéma. Elma Tataragic, la scénariste et productrice du superbe film Premières neiges, a parlé aussi bien de la situation en Bosnie que des conditions de tournage et de ses personnages. Paola Paoli, directrice du Festival Cinema e Donne de Florence a présenté sa carte blanche : En attendant les nuages de Yesim Ustaoglou, un film beau, austère et bouleversant sur l’exode des Grecs d’Anatolie, précédé d’un court métrage grec, Ela na sou po,fort apprécié du public, mais qui a surpris certain spectateurs grecs présents dans la salle. Une séance avec une traduction en langue des signes a permis à plus d’une soixantaine de personnes qui s’expriment en langue signée de s’entretenir avec Hadjla Kheladi, une des actrices de L’envers du miroir de Nadia Cherabi sur un thème encore souvent tabou en Algérie, la situation des mères célibataires. Les deux soirées italiennes ont été aussi très appréciées, aussi bien l’hommage à la Magnani avec Mamma Roma que l’échange avec Esmeralda Calabria venue présenter Biotiful Cauntri (voir page 43). Khalil Joreige, co-réalisateur de Je veux voir a parlé très intelligemment de ce projet fou avec Catherine Deneuve, venue « voir » l’après guerre en compagnie de l’acteur libanais Rabih Mroué, de Beyrouth à Bent Jbail au Sud Liban. C’est à Karine Albou qu’est revenu l’honneur de clore ces Rencontres : elle filme avec beaucoup de sensualité les émotions amoureuses et l’amitié tendre de deux jeunes filles dans la Tunisie des années quarante, occupée par les nazis, dans son deuxième long métrage, Le Chant des Mariées. Les buffets, en écho avec les pays des films présentés, ont donné à cette manifestation une ambiance très conviviale, et le public qui s’y pressait tous les soirs ne s’y est pas trompé. Sans doute, pour la quatrième édition faudra-t-il agrandir les salles ! ANNIE GAVA r RENCONTRES 13 -16 NOVEMBRE 2008 r INTERNATIONALES MARSEILLE 3° DITION r SCIENCES ET CINEMAS ENTREE LIBRE ENBE2-VOUS DES OUAIS/CROP/31 B0 D'ATHÈNES/13001 91 07 99 WWW.POLLYMAGGOO,ORGppsx i'- i x : ses _.. ! + NrE41 S_= w Q,. 17IS...r LISV D'ART'S CONTEMPORAINS if SAISON O8_00 Le Chant des Mariées CECILE DAUCFIEZ + COMPAGNIE RANI/RENE ROCHE + AUfLELTR PETREL + LINA JABBOUR + GREGORY MABS/NAYOUNGIM + RAPHAEL ZARKA+ CIE MANIFESTE + COMPAGNIE KARRY KAML BARRY + LA META-CARPS + COMPAGNIE GENE- VIEVE BORIN + LA PART DU PAUVRE + COMPAGNIE SOLEIL VERT + SKAPPA + COMPAGNES YANNLFIEUREJX+RABIHMROUE+COMPAGNIE LANi00LACHEUR INFOS PRATIQUES//RENSEIGNEMENTS 3 tile P Lieu d'arte contempormine - Aix-co-Provence Cedex 04 42 16 17 76//cantect03biefco//www.3biefaom Oboe de pre ta vendredt 10 oetoUre A 13h3O



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 1Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 84