Zibeline n°12 octobre 2008
Zibeline n°12 octobre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Marseille Provence 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 DANSE NÎMES AIX OUEST PROVENCE CAVAILLON Musicophiles Le Grand Théâtre de Provence propose en ce début de saison de la danse qui aime la musique Cela a commencé par Anne Teresa de Keersmaeker et son SteveReich Evening, quatre pièces étonnamment musicales interprétées conjointement par Rosas et l’Ensemble Ictus (voir article sur le site www.journalzibeline.fr). Ensuite, cela va plonger dans la mémoire, et la jeunesse : Europa Danse est un ensemble de 20 jeunes danseurs européens (de haut niveau !) en voie de professionnalisation, qui danseront ici un programme qui plonge aux origines de la danse moderne. Avec Parade, Pulcinella, Mercure et CuadroFlamenco, c’est Satie, Stravinsky, Picasso et Cocteau qui sont convoqués, dans un trajet qui reprend les chorégraphies originales des années 20, mais recrée également dans le creuset de cette mémoire (Malandain, Ana Maria Stekelman). Le tout unifié par une recréation des décors originaux conçus par Picasso (le 18 octobre). Une démarche patrimoniale trop rare en danse, où la mémoire est courte, souvent faute d’écrit. Ce spectacle, qui a ouvert la saison de l’Opéra théâtre d’Avignon, ira ensuite au Théâtre de Nîmes, puis au Théâtre des Champs Elysées. D’autres jeunes prendront le relais : la cie Grenade de Josette Baïz plonge avec Eden Club dans l’univers charmant et léger de Fred Astaire. Une chorégraphie qui mêle le « naturel » si travaillé du tap dancing, avec diverses touches de danses urbaines et du monde. La fusion de ces danses « populaires » est intéressante, mais l’aspect théâtral, et les textes dits par les danseurs, étaient cet été nettement plus convenus que le danse (les 7 et 8 nov). Enfin Blanche Neige a été créée à la Maison de la Danse de Lyon dans le cadre de la Biennale de la danse, sur des extraits de symphonies de Mahler (voir Ballet contemporain Le Ballet de Lorraine a commencé la saison avec un très beau programme de dansecontemporaine : leDuode l’héroïne, inspiré à Claude Brumachon par le personnage de Jeanne d’Arc, reprend le principe des thèmes et variations du quatuor La jeune fille et la Mort. Le couple, mystérieux, passionné est traversé d’hystérie, d’appels et de refus… Le solo masculindePetronio, tourmentélui aussi, fait alterner des moments de tension et d’immobilité, dans un corps traumatisé, brisé d’angoisse. Celui de Maliphant, Two, est fondé quant à lui sur un principe architectonique simple, et fascinant : un carré de lumière se rétrécit autour du corps d’une danseuse, qui passe d’imperceptibles mouvements musculaires à un tourbillon effréné et extrême : un trajet contradictoire, qui a bâti une pièce culte, très bien interprétée. Quant à la Stravaganza, de Preljocaj, on espère que son ballet reprendra bientôt à son répertoire cette pièce majeure. L’émotion, la vitesse, le sens mystérieux, la précision, la construction dans l’espace et le temps de cette pièce créée pour le Ballet de New York en 1997 sont impressionnants. Cette rencontre entre deux groupes de six danseurs, aux gestuellesopposées, auxcostumes contradictoires, aux musiques antinomiques, donne l’occasion de quelques magnifiques mouvements d’ensemble, et d’un duo sublime (voir page 80 ce qu’en pensent nos Zibulons…). A.F. À venir au Pavillon Noir Kaori Ito, très belle interprète de Decouflé (Iris) mais aussi de Preljocaj (Les quatre saisons) et, dernièrement, de James Thiérrée (La Veillée des Abysses) présente une création pour trois interprètes intitulée Noctiluque (les 24 et 25 oct). Inspirée par une légende japonaise article sur le site www.journalzibeline.fr). Le Ballet Preljocaj le dansera du 12 au 16 nov. C’est déjà plein. AGNÈS FRESCHEL Grand théâtre de Provence 04 42 91 69 69 www.grandtheatre.fr Picasso et la danse sur un démon féminin, la pièce revendique une filiation assumée avec ses trois maîtres : pour une danse circassienne, avec magie visuelle, couleurs et prestidigitation. La Pockemon Crew, brigade hyper virtuose de hip hop strictement masculin, athlétique et musclé, bourré d’élan, investit le pavillon corsaire du 4 au 7 nov, avec C’est ça la vie ! ? Pavillon noir 0811 020 111 www.preljocaj.org La Stavaganza Agnès Mellon Picasso et Europa Danse 2007 M. Logvinov Europa Danse Théâtre de Nîmes (30) le 22 oct 04 66 36 65 10 www.theatredenimes.com Sur terre Veille pluvieuse, fraîcheur automnale du soir, les gens se pressent, étonnés de leurs vestes chaudes et de leurs écharpes. Un homme titube sur une piste de danse, terre battue, inégale, un autre s’est assoupi, avachi sur deux chaises, des femmes en tenue de bal de village traînent leur ennui, fragments de musique, les musiciens s’accordent… Les guirlandes lumineuses offrent la fragile et dansante lumière des fêtes d’été. Une attente de quelque chose qui ne vient pas nous entraîne dans un univers qui pourrait être le nôtre, et la séparation habituelle entre le début du spectacle et l’installation des spectateurs s’efface. Les gestes s’organisent, des couples se forment, se défont, jeu d’attirances et de dégoûts, une vie se dessine puis se dissout… cette scène de bal raconte la fragilité des relations humaines, leur inconstance. Et puis, il y a ces moments de grâce où le théâtre laisse la place à la danse,
Faire danser la zone En quatre éditions la régie culturelle de Ouest Provence a su bâtir un événement riche de sens : Zone danse hip hop n’est pas seulement une semaine de danse hip hop, c’est un territoire qui offre à ses jeunes de pouvoir travailler avec des chorégraphes en résidence, puis les retrouver dans des spectacles en création. Un événement populaire, qui ne sacrifie pas la qualité et fait souvent entendre un discours fort sur le monde, et sur les populations issues de l’immigration dont viennent souvent les enfants du hip hop. Ainsi, À nos morts se construit autour de la mémoire des militaires indigènes durant la Seconde Guerre Mondiale (Compagnie Mémoires vives le18 nov à Miramas, le 22 nov à Istres). Eric Mezino, en résidence actuellement à Fos-sur-Mer, propose un spectacle sur l’enfermement (Aphasie, le 21 nov). Nathalie Galusi, une des rares chorégraphes de hip hop, viendra créer une pièce inspirée par l’écrivaine Marie Dallée (le 22 nov à Istres, espace 233), tandis que les Aixois du collectif Hip hop Style iront à Port- Saint-Louis (voir p24)… Mais d’ici là, A nos morts Muriel Bortoluzzi du 27 au 31 oct, dans les quatre villes, des ateliers pour les 8-15 ans seront dirigés par les danseurs… A.F. 23 Zone danse Hip hop du 18 au 23 nov Miramas, Istres, Fos-sur-mer, Port-Saint-Louis À voir également à l’Olivier (Istres) Juncà, de Mercedes Ruiz, jeune étoile du Flamenco, accompagnée par un ensemble guitares, piano et percussions. (le 18 oct) 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.fr battue enlevée, vive, et le monde reprend un sens, et une respiration nouvelle s’installe. Pourtant, au départ, il n’y avait rien. Pas même un lieu de spectacle. Et de ce rien, la compagnie Ex Nihilo fait naître un très beau moment. La qualité des danseurs qui savent aussi jouer des personnages est irréprochable. De même celle des musiciens. MARYVONNE COLOMBANI D Salida a été dansé dans la Cour du Château des Remparts (Trets) le 19 sept, dans le cadre des Journées du patrimoine. Ex Nihilo dansera 4 pièces de son répertoire à Auriol et Salon dans le cadre de La Folle Histoire des arts de la Rue (voir page 27) et participera au festival Affleure de peau dans les rues d’Avignon le 7 novembre. Écritures plurielles Après les six premiers épisodes de Erase-E(x) où chaque artiste invité effaçait l’œuvre de celui qui l’avait précédé en se la ré-appropriant, Johanne Saunier et Jim Clayburgh invitent le compositeur François Sarhan et la vidéaste Chloé Cramer pour une création qui aura lieu après une période de résidence au théâtre. À qui donc appartient une œuvre ? Le droit d’auteur d’un point de vue juridico-artistique, et particulièrement dans le domaine de la danse, sera abordé dans le septième volet de Erase-E(x), Walking on Rocks. Qu’appelle-t-on un mouvement ? Le film de Chloé Cramer, dans lequel elle interroge trois avocats internationaux sur cette question sera le matériau de référence du spectacle, appuyé par la musique et la danse pour le faire résonner. Kettly Noël, figure de proue du renouveau chorégraphique en Afrique (elle est installée au Mali depuis 1999), délaisse un temps les spectacles intimistes pour s’entourer de dix danseurs-acteurs. Chez Rosette mêle danse contemporaine, théâtre, cirque, musique, créant l’univers cosmopolite d’une capitale africaine, et plus particulièrement celui d’un bar qui « sent la bière locale, le sexe, la sueur et le laisser-aller. » Là où tous les rêves sont possibles, une danse très forte, très féminine, très africaine, et très contemporaine. DOMINIQUE MARÇON Chez Rosette Joel Andrianomearisoa Walking on Rocks Joji Inc Le 6 novembre Chez Rosette Kettly Noël Le 18 octobre Théâtre de Cavaillon 04 90 78 64 64 www.theatredecavaillon.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 1Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 84