Zibeline n°12 octobre 2008
Zibeline n°12 octobre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Marseille Provence 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 DANSE BNM DANSEM GAP Création d’un répertoire Le Ballet National de Marseille se produit à l’Opéra avec trois pièces contemporaines d’esthétique (néo)classique Le Sextet de Thierry Malandain (directeur du ballet Biarritz) entre ainsi au répertoire du BNM. La pièce de SteveReich (1985) sera interprétée en direct par l’ensemble Télémaque (voir page 34) : répétitive, percussive et percutante, elle donne à cette pièce de 30 minutes, écrite en 1996, des élans et des appuis « mécaniques », soulignés par les barres de salle de répétition qui encadrent les danseurs. L’occasion pour le Ballet d’élargir et fortifier son répertoire, tourné aujourd’hui résolument, même lorsque l’esthétique est comme ici néoclassique, vers des créations récentes de chorégraphes incontournables. Une autre des volontés de Frédéric Flamand, qui rêve d’abolir les frontières entre les vocabulaires et les techniques, est de faire du Ballet de Marseille une véritable compagnie, susceptible d’être créative et de proposer en son sein des chorégraphies de haut niveau. C’est pourquoi Julien Lestel, magnifique danseur du BNM tant dans les répertoires classiques que dans les pièces plus contemporaines, proposera à nouveau Somewhere, créée l’an dernier. Comme Malandain il est inspiré par la musique américaine : celle de Phil Glass. Sa pièce est un bijou abstrait rouge et pur, étirée dans ses lignes, subtile dans ses éclairages, tendue dans ses ralentissements, et qui ne s’alanguit que lorsqu’elle accélère… Le programme sera complété par une création de Yasuyuki Endo, lui aussi un très beau danseur du BNM, mais aussi de Seburo Teshigawara. Une pièce au titre mystérieux TéTOTé, centrée sur les mains, et leurs jeux… AGNÈS FRESCHEL Sextet/Somewhere/TéTOté Ballet National de Marseille Les 24 et 25 oct Opéra de Marseille 04 91 32 72 72 www.ballet-de-marseille.com Plus loin et plus fort Pour sa 11 e édition le festival Dansem(Dansons ensemble en catalan) a misé sur des formes moins intimes, et des chorégraphes plus reconnus. Question de moyens, ou d’âge de raison ? Loin P.Imbert C’est Rachid Ouramdane qui ouvrira les festivités à Arles avec un solo, Loin, sur l’Indochine, et le statut d’immigré, et de colon (le 14 nov). Cette année Dansemira jusqu’à Château-Arnoux, où Appaix reprendra sa création subtile de l’an dernier Rien que cette ampoule dans l’obscurité du théâtre (le 21 nov voir page 14). Enfin à Marseille, Dansemproposera une forme plastique plutôt que chorégraphique : Manon Avram travaille sur son projet Huit minutes de pose depuis plusieurs années. Dans cette pièce créée en 2007, il s’agit de retravailler, à partir de clichés exposés, la matière du corps, et de proposer en regard de ces clichés posés sans artifices des performances : en réponse, en miroir, en antagonismes. Cela dure 30 minutes, et s’installera à la Friche du 27 nov au 2 déc… Puis Dansemcontinuera avec Abou Lagraa, Karry Kamal Karry… A.F. Dansemdu 14 nov au 13 déc 04 91 55 68 06 www.officina.fr Somewhere de Julien Lestel Agnes Mellon To break Xenakis La maison de la danse de Suresnes a demandé l’an dernier à deux chorégraphes contemporains d’écrire pour des danseurs de hip hop. Emanuel Gat, pas frileux (voir page 24), a lancé un quintet masculin sur Windungen, une pièce pour 12 violoncelles de Xenakis. Rien de mieux pour faire sortir le hip hop de son côté m’as-tu-vu et binaire ! Régis Obadia, lui, a repris l’idée d’une de ses pièces précédentes, Four Men, et y a ajouté un élément étranger, surtout pour du hip hop… une femme ! Devenue Four Men (and a woman), la pièce navigue entre les élans lyriques de Britten et la mécanique de Bach. Et rien n’est plus réjouissant que l’inventivité du hip hop lorsqu’il s’affranchit du rap, et s’inscrit dans une dramaturgie contemporaine ! A.F. Windungen/Four men (and a woman) Gat/Obadia le 14 nov La Passerelle, Gap (05) 04 92 52 52 52
Les écrits d’actOral Étrangement, c’est la danse à actOral qui se pose la question de l’écrit, c’està-dire de ce qui reste (du mouvement, du corps) après l’énoncé, (après l’instant de la présence). Un questionnement mis en place par Marseille Objectif danse, dont la programmation rejoint naturellement celle de la manifestation littéraire et théâtrale : même amour de la performance, du corps, du texte en présentation (sans représentation). Ainsi Prunenec plonge dans l’Effroi, le même que Quignard décrit face à la béance du sexe : ici c’est son corps morcelé qui semble agir en étranger… Theo Koojman, dans une forme franchement théâtrale (pas du tout dansée) propose pourtant un discours sur le corps, sur sa trace photographique, MOD KELEMENIS THÉÂTRE NONO et sur les vertus du narcissisme : doucement ironiques, ses poses devant l’appareil, qui interrompent à peine son récit introspectif, sont hilarantes, même si le tout est un peu longuet. Mark Tompkins dans Empty Holes se I MAR 25&% 1R26 NOV 20H EVENENiTO FOR EVER EkTE6 E TOM LANOYE D'APRÈS LE ROMAN DE KLAUS MANN MISE EN SCÈNE GUY CASSIERS t Ot DANSE 21 joue des réminiscences. Accompagné de sa seule voix il convoque la mémoire : d’une ancienne pièce créée il y a 25 ans ; de chansons pop nostalgiques, rock bredouillant ; d’Avec le temps, tout simplement chanté en ouverture à l’avant-scène ; et de tout ce qui se passe derrière le rideau, dont on ne voit que les ombres chinoise… jusqu’à ce qu’il passe à l’avant scène et dévoile ses poupées gonflables de sex shop. La réminiscence est régressive ? Sans doute… A.F ET Y.T. Les Écrits de la danse ont été programmés par Marseille Objectif Danse dans le cadre d’ActOral L’amour des corps Michel Kelemenis a écrit une pièce pour enfants qui a de quoi les surprendre : elle proclame mine de rien l’attrait naturel des corps masculins, et son Amoureuse de monsieur Muscle est sacrément sensuelle ! Agnès Mellon Il n’est pas si courant que le corps masculin soit posé en objet de désir… La femme, ici, hume les fleurs, masse sa cheville douloureuse, pousse des oh devant les démonstrations plastiques, et la beauté des formes, de Monsieur Muscle… Cela commence pourtant doucement, par une démonstration en quelques mouvements des principales articulations du corps, sur une musique inarticulée encore quant à elle… Puis les personnages se mettent en place, dans les costumes colorés d’Agatha Les spectres No (no) Pour leur première création en leur lieu tout neuf, Serge Noyelle et Marion Coutris ont choisi une forme étrange : leur Labyrinthe a des allures d’embarquement pour Cythère, et la traversée du hangar transforme le spectateur en arpenteur du pays des âmes tourmentées. Purgatoire plutôt qu’enfer, on y croise des spectres qui n’ont pas rejoint le royaume des morts et semblent errer sans autre but que de délivrer des sentences métaphysico-mystiques, messages incompréhensibles à nos oreilles mortelles… Pourtant, si quelques interventions sont surprenantes et questionnantes, reste à la fin du parcours l’impression de n’avoir pas assisté à grand-chose. Juste traversé un pays auquel on est resté étranger. Estce le but de l’affaire ? C’est en tous les cas plastiquement très beau, et effrayant juste ce qu’il faut… A.F. Labyrinthes a été créé au Théâtre Nono (Campagne Pastré, Marseille) le 7 oct. Il y est représenté jusqu’au 25 oct Empty Holes de Mark Tompkins Anne NordmannRuiz de la Prada, racontent l’histoire d’un trio ordinaire : l’amoureux en vert regarde la fille en rose qui n’a d’yeux que pour le Monsieur muscle en bleu… Sauf qu’ici le désir de la fille se réalise, et qu’elle n’a pas à se soumettre, comme souvent dans les contes, au second choix raisonnable (de l’amoureux fidèle et sain (et laid) qui l’attend depuis toujours et qu’elle n’a pas su voir, équipée qu’elle est d’une cervelle d’oiseau…). Jolie morale donc, pour les enfants (enchantés, transportés dès 4 ou 5 ans par la limpidité de la fable), et très jolie danse aussi, où les figures (en trio, en duos, en poursuites et en portés) obéissent à une nécessité narrative qui, loin de les contraindre, leur donne un sens. AGNÈS FRESCHEL Une préfiguration de L’amoureuse de Monsieur Muscle a été dansée au studio Kéléménis devant des scolaires. La pièce sera créée aux Bernardines le 17 oct, puis au pavillon Noir (Aix) en mai www.[heatre-dessalins.fr L42r4915



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 1Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 12 octobre 2008 Page 84