Zibeline n°11 septembre 2008
Zibeline n°11 septembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de septembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : Festivals des Musiques Interdites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 MUSIQUE OPÉRA Flaubert à l’opéra Fidèle au grand répertoire français oublié des plateaux lyriques, Renée Auphan ouvre la saison 2008-2009 avec Salammbô, un somptueux opéra du compositeur marseillais Ernest Reyer, tiré du roman de Flaubert « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. ». Tel est l’incipit de Salammbô, fabuleux roman que Gustave Flaubert écrivit entre 1857 et 1862. C’est ainsi qu’il situe, en quelques mots, le cadre de son puissant récit historique. On le sait peu, mais les aventures guerrières et sentimentales du mercenaire libyen Mathô et de la fille du suffète carthaginois Hamilcar ont été portées à la scène par un grand compositeur d’opéra : Ernest Reyer (1823- 1909). Ce marseillais (la place de l’Opéra municipal porte son nom et on célèbre en 2009 le centenaire de sa mort) a connu un immense succès avec Sigurd (sorte de Siegfried français) autrefois en tête d’affiche des théâtres hexagonaux, et Salammbô, créé en 1890, et dont la dernière représentation à l’Opéra de Marseille remonte à… 1940 ! Quel dommage, car la musique de ce compositeur, qui vouait une admiration sans borne à Berlioz et Wagner, est d’une qualité et d’une puissance expressive rares ! Quant au livret, il est assez fidèle à Flaubert : on retrouve le banquet initial, le rapt du voile sacré, la scène sensuelle sous la tente de Mathô, le calvaire final… seul l’amour qu’éprouve Salammbô, vierge consacrée au culte de Tanit, pour le colosse libyen, a été un peu amplifié pour sacrifier aux conventions de Le duc de Mantoue est un séducteur immoral… Hélas, le cœur ayant « ses raisons que la raison ignore », la jeune Gilda l’aime ! Par malheur (« Ah, la maledizione ! »), son père le bouffon bossu Rigoletto, l’opéra romantique… Les amateurs de grands ouvrages lyriques ne devraient pas déçus par cette œuvre remarquable. Car Salammbô devrait connaître le même succès que L’Aiglon ou les opus de Damase (L’Héritière et Colombe) que la directrice de l’Opéra de Marseille a exhumé les saisons passées ! D’autant que le plateau vocal est brillant avec Kate Aldrich dans le rôle-titre, les ténors La Maledizione… à Toulon ! Claude Henry-Bonnet affiche, pour le début de saison de l’Opéra varois, l’un des grands chefs-d’œuvre populaires de Verdi : Rigoletto Kate Aldrich John-Francis Bourke désirant venger son honneur après l’enlèvement de la prunelle de ses yeux, commettra involontairement l’irréparable… Tragique au possible, l’opéra Rigoletto de Verdi, inspiré du drame romantique Le Roi s’amuse de Victor Hugo, recèle des airs parmi les plus populaires du répertoire lyrique, dont le fameux La donna è mobile. Les trois principaux rôles ont été marqués par les plus grandes voix : de Pavarotti à Alagna (le duc), de Callas à Rigoletto Opera de Lausanne Gilles Ragon (Mathô) ou Jean-Philippe Lafont (Hamilcar)… dirigés par Lawrence Foster. La mise en espace d’Yves Coudray sera finement habillée par les lumières de Philippe Groperrin. Piano et orchestre On n’oublie pas également l’ouverture de la saison symphonique à l’Opéra, qui met à l’affiche un virtuose marseillais : Jonathan Gilad joue le 2 e Concerto pour piano de Brahms quand l’orchestre seul, dirigé par Támas Vetö, interprète la 2 e Symphonie de Beethoven. JACQUES FRESCHEL Salammbô les 27 et 30 sept. à 20h le 2 oct. à 20h le 5 oct. à 14h30 Concert Gilad/Vetö le 11 oct. à 20h Opéra de Marseille 04 91 55 11 10 http://opera.marseille.fr Sutherland (Gilda), de Gobbi à Fischer-Dieskau (Rigoletto)… Il revient à la soprano Rosanna Savoia d’incarner la jeune amoureuse, quand le ténor Leonardo Capalbo chante le Duc de Mantoue. On attend aussi le baryton Marco di Felice dans le rôle titre du bouffon maudit. Cette production qui a fait ses preuves à Lausanne, Marseille, Nantes ou Avignon est mise en scène par Arnaud Bernard (décors d’AlessandroCamera) dans un souci de fidélité à la représentation traditionnelle de l’ouvrage. La direction musicale est assurée par le chef maison : Giuliano Carella. J.F. Rigoletto le 12 oct. à 14h30 les 15 et 17 oct. à 20h Opéra de Toulon 04 94 92 70 78 www.operadetoulon.fr Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, l’Opéra de Toulon ouvre ses portes pour des conférences, concerts et visites commentées du bâtiment. Les 20 et 21 sept. De 9h30 à 12h30 et 14h30 à 17h30.
Funérailles burlesques ! Dans la foulée de la création musicale de L’Enterrement de Mozart par Musicatreize, en avril dernier à Aix au Grand Théâtre de Provence, l’opéra de Bruno Mantovani est représenté cette fois dans sa version scénique à Marseille au Gymnase Ceux qui ont assisté à la création musicale de L’Enterrement de Mozart au printemps dernier attendent sans doute ce que l’opus donnera dans sa version mise en scène. Il faut dire que le livret imaginé par Hubert Nyssen, sorte de dialogue absurde et loufoque entre un boutiquier à moitié sourd et un collectionneur bègue, devrait gagner en saveur et lisibilité dans un contexte scénique, au gré du jeu des acteurs/chanteurs. Un collectionneur/visiteur désire acquérir une gravure aperçue par hasard dans la vitrine d’un marchand/bonimenteur : serait-ce celle « que Beethoven avait accroché dans sa chambre car elle évoquait à ses yeux l’enterrement de Mozart » ? Si tout tourne autour de cette mince intrigue, les clins d’œil décalés qui émaillent le récit l’étoffent et l’ornent drôlement… un peu dans l’esprit des textes mis autrefois en musique par Satie ou Poulenc. Quant à celle de Bruno Mantovani, elle offre une texture mouvante, tantôt continue, fuyante ou pulsée, où la clarinette grinçante se taille la part belle. Et l’on se demande aussi ce que Jeanne Roth fera, dans sa mise en scène, du quatuor de Mozart joué en ouverture… JACQUES FRESCHEL L’Enterrement de Mozart le 9 octobre Théâtre du Gymnase 0 820 000 422 www.lestheatres.net Violons aux créneaux Le 42 e festival de Saint-Victor fait la part belle au violon. Si le jeune Yossif Yvanov joue en ouverture, on attend également à cet instrument Patrick Bismuth, le flamboyant Nemanja Radulovic et Olivier Charlier On connaît le jeune violoniste belge d’origine russe Yossif Yvanov depuis son deuxième prix obtenu au concours Reine Élisabeth en 2005, et à Marseille depuis son superbe récital donné au Pharo à la fin de l’année dernière. En compagnie de l’orchestre de l’Opéra il avait alors offert au public une interprétation magistrale du périlleux Concerto n°1 de Chostakovitch. C’est dire si l’on attend le virtuose dans l’atmosphère Yossif Ivanov Imagellan Agnès Mellon chaleureuse de l’abbaye de Saint- Victor. Il y jouera, en compagnie de l’Orchestra di Padova e del Veneto, sous la baguette experte d’André Bernard, la Romance n°2 de Beethoven et un chef-d’œuvre : Tzigane de Maurice Ravel. L’Orchestre seul interprètera également Boccherini, Salieri et la 5 e Symphonie de Schubert. (le 25 sept.). Schubertiade Franz Schubert aimait réunir autour de lui des amis artistes, poètes et musiciens, pour des concert privés durant lesquels il interprétait ses propres Lieder en s’accompagnant au piano. Ces soirées ont été nommées des Schubertiades. C’est dans cet esprit d’intimité bienveillante que Bernard Tétu et ses Solistes de Lyon, le pianiste Jean-François Heisser, ont bâti un séduisant programme de poèmes chantés en solo ou en petit chœur (le 8 oct.). Outre les prestations de violonistes hors-pairs dans de grands opus du répertoire (Concertos Brandebourgeois de Bach ou Concerto pour violon de Beethoven), on ne manquera pas le concert en novembre de l’un des plus flamboyants contre-ténors actuels : Max Emmanuel Cencic. JACQUES FRESCHEL Festival de Saint-Victor du 25 sept. au 5 déc Concerts à 20h30 04 91 05 84 48 http://www.chez.com/saintvictor CONCERTS MUSIQUE 31 L’orgue en fête ! Débuté depuis le 6 septembre le 12 e Festival International d’Orgue de Roquevaire se déroulera jusqu’au 18 octobre. Pour cette nouvelle édition, le roi des instruments sera associé à la flûte, la trompette et la voix dans un répertoire alliant les incontournables Bach, Liszt, Messiaen et Mendelssohn aux moins notoires Dupré, Ducasse, Duruflé, Séverac et Tournemire. Alterneront récitals et ensembles pour une programmation variée et inventive, ne se cantonnant pas seulement à la littérature routinière mais désireuse de dépoussiérer quelques pages oubliées, dans des répertoires et des esthétiques allant du symphonique à l’école française de la première moitié du XX e siècle, si propre à magnifier l’imposant instrument aux cinq claviers. Les organistes au talent confirmé tels Dong-Ill Shin, Paolo Oreni, Sylvain Pluyaut ou encore David Briggs ne manqueront pour autant pas pour certains d’interpréter et de vous faire découvrir leurs propres compositions, tandis que Georges Bessonnet et Pascal Marsault mettront en avant leurs qualités d’accompagnateurs au sein d’ensembles vocaux et instrumentaux. Et soulignons la démarche singulière d’Isabelle Sebah nous conviant à une vidéo-conférencerécital à la découverte de l’orgue ! FRÉDÉRIC ISOLETTA 12e Festival International d’Orgue de Roquevaire 0442040533 www.orgue-roquevaire.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 1Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 84