Zibeline n°11 septembre 2008
Zibeline n°11 septembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de septembre 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : Festivals des Musiques Interdites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 THÉÂTRE OUEST PROVENCE GAP BRIANÇON Mélange des genres Un livre qui changerait la vie monotone de ceux qui s’en emparent… Sceptiques ? C’est pourtant bien ce qui arrive à quatre malheureux bonhommes qui tournent en rond dans leurs vies uniformes où n’ont de place ni l’amour ni l’imagination. Jusqu’à l’apparition subite d’un livre que l’un d’eux va lire et qui lui ouvrira tout un monde nouveau fait d’aventures, de voyages, d’utopie, d’horizons élargis… La cie espagnole La Baldufa mêle styles et techniques (ombres chinoises, cinéma d’animation, marionnettes) dans un spectacle qui accueillera tous les publics à partir de 6 ans. Puis Philippe Torreton s’empare d’une figure clas-sique et subversive du répertoire : Dom Juan de Molière. Un Dom Juan moderne désacralisé que Torreton met en scène, et joue, avec « un regard différent, moins favorable ». Séducteur, violent, tyrannique, obstiné, décadent, il est tout cela bien sûr, un « méchant homme » progressivement mis à nu, habilement secondé par l’indispensable Sganarelle (Jean-Paul Farré), pendant moral Humaine condition Une intrigue simple sert de prétexte au dernier spectacle écrit et mis en scène par François Cervantes et sa compagnie l’Entreprise : à la mort d’un peintre, ses amis ramènent chez elle la jeune femme silencieuse qui était son modèle. Ils débarquent sur une île, où tout n’est que ruines, y cherchent des traces de vie et essaient de comprendre ce qui s’y est passé depuis le départ de la jeune femme. Prétexte à un voyage imaginaire poétique, le spectacle écrit par François Cervantes s’en va fouiller notre inconscient et titiller notre imaginaire. Car cette île n’est pas Échos de l’histoire Le Petit chaperon rouge version Jean-Claude Grumberg ça donne Le Petit chaperon Uf, une relecture caustique de la tragédie nazie, une leçon d’histoire et de tolérance. Il y a le loup bien sûr, qui là est déguisé en caporal et se prénomme Wolf, et le Petit chaperon, habillé de rouge, qui va rendre visite à sa mère-grand. Mais voilà : interpellée par le caporal Wolf, elle apprend qu’elle est Uf, et que pour les gens de son espèce existent des lois qu’elle ne respecte de toute évidence pas. Car « Uf doit porter capuchon jaune », ne doit pas manger de beurre, ni gagner de l’argent, entre autres… Abusant de son pouvoir pour faire dire à la fillette où est hébergée (clandestinement) sa mère-grand, le loup insiste… Le message de Jean-Claude Grumberg est limpide, et la mise en garde habile, inhabitée, loin de là, et les humains qu’y s’y agitent côtoient, sans le savoir, les disparus, les revenants toujours présents, drapés dans leurs oripeaux, masqués. Douze personnages que les masques sculptés par Didier Mouturat habillent et transcendent, suggérant douze essences d’une humanité proche. Bien plus qu’une île, l’univers de tous les possibles. À la Colonne également, et pour ouvrir la saison, un polar de Serge Valletti, avec Jean-Claude Dreyfus et Claire Nebout (voir page 16). D.M. ce qui n’exclut ni l’humour ni le jeu ; la mise en scène de Sylvie Orcier, très visuelle, insiste sur les rapports de force des deux protagonistes et renoue avec l’esprit du conte, celui qui rassure autant qu’il effraie, celui qui fait que même si on sait que les loups seront toujours les loups, on peut peut-être arriver à imaginer autrement la liberté. D.M. Le Petit chaperon Uf le 7 octobre La Passerelle (Gap) 04 92 52 52 52 le 10 octobre Le Cadran (Briançon) 04 92 25 52 52 et philosophe. Une première mise en scène attendue. D.M. Réception Serge Valetti le 7 octobre Le Livre Imaginaire X-D.R Une île François Cervantes le 14 octobre Théâtre la Colonne (Miramas) 04 90 58 37 86 www.scenesetcines.fr Rappels dans le Var (et le Vaucluse) À Châteauvallon la saison théâtrale commence avec quelques joyaux divers que nous vous avions signalé durant la saison dernière, tous appréciés à divers titres par divers membres de la rédaction : une occasion de rattraper ce que vous avez manqué ! Ne ratez pas le Pinocchio de Joël Pommerat, qui atteint au cœur avec le même talent enfants et adultes (du 23 au 27 sept) ; plongez avec Laurence Vielle dans le texte de Pia Divoka, Solinge, qui raconte le viol mais surtout la reconstruction d’une toute jeune fille, qui recompose son image comme on assemble un puzzle (les 30 sept et 1er oct) ; rejoignez Dieudonné Niangouna dont le texte sur les sans papiers, Attitude Clando, témoigne d’une urgence sociale, humaine, et d’une Le livre imaginaire Cie La Baldufa le 7 octobre Théâtre (Fos) Dom Juan Molière le 16 octobre Théâtre (Fos) 04 42 11 01 99 www.scenesetcines.fr le 24 octobre Opéra Toulon Provence Méditerranée 04 94 93 03 76 www.operadetoulon.fr En bourlinguant Franck Dimech adapte des extraits d’Amérika ou le Disparu et Description d’un combat de Franz Kafka. Sur la route d’Oklahoma suivra ainsi le fil d’un personnage dénommé Karl, sans pour autant dérouler de continuité narrative. Quatre acteurs l’accompagnent, qui se partagent « les restes d’une collectivité humaine disloquée », plus un qui « dansera les gestes (…) écrits à partir des mots de Kafka. ». Les 25, 26, 27 sept et 1er et 2 oct, à la Friche. 04 95 04 95 04 singularité d’écriture exceptionnelles (les 3 et 4 oct à Châteauvallon, et du 6 au 10 oct en tournée Nomades autour de Cavaillon) ; enfin, venez découvrir l’univers d’Emma Dante avec son diptyque autour de Palerme : Mishelle di sant’Oliva et Vita mia (les 17 et 18 oct à 19h30 et 21h30). Sans oublier de goûter à la danse (voir page 24), toujours de choix à Châteauvallon ! A.F. Châteauvallon, Ollioules (83) 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com Scène Nationale de Cavaillon (84) 04 90 78 64 64 www.theatredecavaillon.com
Agitations sur le front X-D.R La compagnie Le temps de dire ouvre la saison du théâtre le Sémaphore à Port-de- Bouc. Après un bien nommé Bal du début qui devrait faire « danser dans les vagues », avec Paul Fructus et Éloïse Brunet au chant et à la manœuvre, c’est Victor Hugo qui sera à l’honneur avec une adaptation par Paul Fructus des Travailleurs de la mer, mis en scène par Daniel Briquet. Incarnant tous les personnages, Paul Fructus rend à cette œuvre romanesque toute sa démesure, lui donnant une dimension épique (« pour l’enfant qui reste en nous ») et politique (« pour l’humain que nous tentons de préserver »). Du marin Gilliat, cet homme « de rien », fort et courageux, parti à la recherche du moteur intact d’un navire échoué pour l’amour d’une femme, l’adaptation de Fructus fait ressortir le portrait d’un homme libre, en proie à un conflit avec son « personnage intérieur », mais aussi en lutte contre la mer, personnage à part entière du roman, qu’incarnent à merveille les musiciens présents sur scène. Gilliat, double de Pauvre humanité Denis Lanoy, metteur en scène et fondateur du Triptyk théâtre, poursuit sa démarche artistique se réclamant d’un théâtre de réflexion qui « met en rapport des hommes à l’Histoire. » Il s’empare d’une œuvre du romancier et dramaturge hongrois Ödon von Horváth, Foi, amour, espérance. Inspirée d’un fait divers authentique qui eu lieu à Munich en 1932, la pièce décrit une société en crise économique par le biais du parcours d’une jeune chômeuse, Elizabeth, qui cherche simplement à être heureuse, même si c’est un combat. Cherchant de l’argent pour Hugo alors exilé à Guernesey, solitaire et sans illusions, mais profondément humain. Enfin, Marc Jolivet et son frère l’ours brun nous feront faire un tour d’actualité d’une planète terre en danger, et dont la destruction programmée par les dieux excédés par tant d’irresponsabilités humaines est mise un temps en sursis pour laisser à l’humoriste de quoi trouver une ultime solution salvatrice… D.M. Le Bal du début Cie le temps de dire le 26 septembre Les travailleurs de la mer Cie le temps de dire le 3 octobre Mon frère l’ours blanc Marc Jolivet les 10 et 11 octobre Théâtre le Sémaphore (Port-de-Bouc) 04 42 06 03 09 www.theatre-semaphoreportdebouc.com Les travailleurs de la mer le 17 octobre (Port-Saint-Louis) Espace Gérard Philippe 04 42 48 52 31 www.scenesetcines.fr acheter une carte de VRP, elle veut vendre son corps à l’institut d’anatomie. On lui prête la somme, pensant qu’elle est la fille de fonctionnaires du ministère des finances ; il n’en est rien. Arrêté pour avoir exercé sans carte, elle est alors confrontée à l’abandon de son fiancé, agent de police, qui ne peut compromettre sa carrière pour elle. Ne voyant pas d’autre issue que la noyade parce qu’« elle n’a rien à bouffer », elle mourra doucement d’épuisement au poste de police une fois repêchée. La mise en scène de Denis Lannoy ne cherche pas à justifier le pourquoi, mais plutôt à expliquer le comment, dans un étrange décor de dix-huit boîtes mobiles et de moulages anatomiques. D.M. Stephane Barbier Foi, amour, espérance mes Denis Lanoy du 16 au 18 octobre Théâtre Christian Liger 04 66 36 65 10 www.theatredenimes.com 2008 LA PREFIGURATION 21 3 31 OCTOBRE Marseille : Toulon Thiiitr. M.zz.tsa PnlolounaPvblic La Friche la Belle do Mai Toulon Procenca Mcdno,rando al rue lobin - 12 rue Français Simon BO bd de l'égalité 13003 Alarseil le 63200 Le ReveslIeiEaux Tél. : 04 95 04 95 70 TdI. : 04 94 99 12 10 Béjart Ballet Lausanne CERaRD DROUOT PRODUCTIONS, LE NEUART BALLET LAUSANNE CITY LIONTs ENTERTAINMENT PRÉSENTENT Le Tour du Monde en 80 Minutes L'ultime création de MAURICE BÉJART riet, DIMANCHE 12 &LUNDI 13 OCTOBRE Marseille I LE DOME t 11, LICyNT h BrIART BALLET LAUSANNE it 2 4NWW.FNAC.CGM. A E292 392 192., WWW_GGP.FA, A A92 6A 36 22, FNAC, CARAEFONRGEANT ET MAGASINS U



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 1Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 2-3Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 4-5Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 6-7Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 8-9Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 10-11Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 12-13Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 14-15Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 16-17Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 18-19Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 20-21Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 22-23Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 24-25Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 26-27Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 28-29Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 30-31Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 32-33Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 34-35Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 36-37Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 38-39Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 40-41Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 42-43Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 44-45Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 46-47Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 48-49Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 50-51Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 52-53Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 54-55Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 56-57Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 58-59Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 60-61Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 62-63Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 64-65Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 66-67Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 68-69Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 70-71Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 72-73Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 74-75Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 76-77Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 78-79Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 80-81Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 82-83Zibeline numéro 11 septembre 2008 Page 84