Zibeline n°10 jui/aoû 2008
Zibeline n°10 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : Festival d'Aix, de vives voix.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64  |  Aller à la page   OK
64
64 LIVRES ROMANS Tempête en mère Parce qu’elle ne supporte plus « cette impression de vivre avec des éclats de bombe sous la peau », avec « la guerre en elle » et la peur aussi, parce que son nouvel amour la bouleverse et lui donne envie de fuir, parce qu’elle veut mettre sa mère au centre de son prochain spectacle et tâtonne, Lea, 38 ans, chorégraphe perfectionniste et torturée, prend la route. Pressée par une urgence indicible, elle roule vers l’océan, vers la petite cité portuaire où vit sa mère. Elle roule malgré l’avis de tempête annoncé, et bientôt les éléments furieux. Car, par cette nuit d’ouragan, il faut laver les ombres. Comme le précise Jeanne Benameur en exergue, cette expression, en photographie, « signifie mettre en lumière un visage pour en faire le portrait ». Pour Lea et sa mère, réfugiées dans la chambre obscure par une nuit de tourmente, il s’agit aussi de révéler un passé tu, lourd, et par les mots enfin dits, de se laver de la culpabilité et de la peur. La mère réapprend la parole, la fille retrouve le fil de sa danse, et de sa vie. Un ballet auquel elle saura désormais intégrer le faux pas, où l’erreur aura enfin sa place… Dans ce roman bref, tendu comme un corps de danseuse, palpitant comme un cœur de mère et d’amoureuse, Jeanne Benameur dessine le portrait en creux d’un couple hors normes. Au rythme haletant de phrases souvent elliptiques, que des tableaux arrêtent sur image, elle lève le voile sur la passion d’une femme et sur le poids écrasant des secrets de famille. La romancière était l’an passé en résidence à Manosque (voir page 60) ; c’est là que ce texte émouvant, dédié « à celle qui m’a appris à écrire et à lire » est né. FRED ROBERT Laver les ombres Jeanne Benameur éditions Actes Sud 15 euros Sentir Bombay qui palpite Jeanne Benarnrlu'.av les oAll]1L` Comment rendre compte d’une totalité, comme la vie d’une mégapole, sans être didactique, sans accumuler les redites, en restant vivant, intéressant, drôle ? C’est le tour de force qu’avait réussi Altaf Tyréwala dans un premier roman écrit en anglais : Aucun dieu en vue. Les chapitres courts empruntent tour à tour la voix d’un nouveau personnage qui croise le précédent. Par cet enchevêtrement rapide, l’agitation, le fourmillement de Mumbai (nom moderne de Bombay), ses scandaleux écarts de richesse, ses tensions s’orchestrent en une vaste polyphonie qui permet au lecteur d’appréhender la voix même de cette ville. Avec subtilité, chaque personnage est doté d’une voix unique, particulière, le « je » s’efface parfois pour une troisième personne, qui plonge dans la conscience du protagoniste ou se contente de l’approcher par une observation extérieure de ses gestes et de ses mots. Le vocabulaire suit aussi les mêmes variations. L’épouse qui a renoncé à la poésie côtoie le fakir, le tueur, l’agent de police, l’homme d’affaires, le marchand de chaussures et son rêve américain, le médecin raté avorteur… et tous les autres. Le roman de Tyréwala palpite ainsi d’une vie singulière et multiple. La farandole se résout en une boucle dans laquelle vivent indéfiniment tous ces héros quotidiens qui portent en eux des amorces d’histoire, de roman. Pas de transcendance : la vie dans sa foisonnante complexité suffit. Aucun dieu en vue, certes, mais un remarquable écrivain à découvrir, qui sera aux Écritures Croisées aixoises pour présenter son second roman traduit en français (voir page 62). MARYVONNE COLOMBANI Aucun Dieu en vue Altaf Tyréwala éditions Actes Sud 20 euros Rêve étrange Véronique Ovaldé est une des rares jeunes romancières françaises qui travaille sa langue. Qui fasse varier les modes narratifs, qui tente vraiment, sans artifice, le point de vue interne, qui cherche de nouveaux modes de paroles rapportées, de ponctuation, et brise la linéarité temporelle. Tout en écrivant vraiment des romans : avec des personnages, une intrigue, une progression narrative, un ancrage dans le réel et l’Histoire, et des incursions discrètes, suspendues, irrésolues, dans le merveilleux. Avec Et mon cœur transparent elle a écrit un roman nettement plus léger que ses précédents : noir, bâti comme un polar, fondé sur des mystères qui s’élucident progressivement. Les actions des personnages, décrites sans que l’on ait accès à leurs états d’âme, guident le lecteur vers la résolution progressive d’une intrigue construite avec les chausse-trappes et fausses pistes propres au roman policier : dans un pays froid, glacé et lent, qui ressemble au réel sans s’y confondre, un homme prénommé Lancelot, qui s’est éveillé à la vie en rencontrant Irina, perd sa femme et découvre que cet amour était un mensonge. Mais l’était-il ? Véronique Ovaldé sera présente aux Correspondances de Manosque, pour une lecture croisée avec Carole Martinez (voir page 60). AGNÈS FRESCHEL Et mon cœur transparent Véronique Ovaldé Éditions de l’Olivier 18 euros tra Véroniq Ovald t m



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :