Zibeline n°10 jui/aoû 2008
Zibeline n°10 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : Festival d'Aix, de vives voix.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 CINÉMA/ARTS VISUELS Des films, des femmes et la Méditerranée Mettre en lumière le travail des Méditerranéennes dans le cinéma, qu’elles soient scénaristes, réalisatrices, actrices, productrices, décoratrices, costumières, tel est le projet de l’association Films Femmes et Méditerranée (FFM), qui propose ses troisièmes Rencontres du 30 septembre au 7 octobre à Marseille, aux cinémas Prado et Variétés. Une douzaine de films viennent ainsi d’Algérie, de Bosnie, de Grèce d’Espagne, d’Israël, d’Italie, du Liban, de Palestine, de Tunisie et de Turquie, fictions et documentaires. Le programme est alléchant : beaucoup d’avant-premières et de films inédits, des échanges avec les invitées, des buffets et de la musique. En ouverture, mardi 30 septembre, le dernier film de Woody Allen (un homme certes, et américain !), Vicky Cristina Barcelona, avec la superbe actrice espagnole, Penelope Cruz, et Barcelone : « Lorsque j’ai commencé ce scénario, je n’avais d’autre intention que d’écrire une histoire dont Barcelone serait un personnage clé », explique Woody Allen. Sera invitée, pour la soirée, Sonia Grande, la costumière la plus célèbre du cinéma espagnol, six fois nominée aux Goya et dont les travaux seront exposés au cinéma Variétés. En clôture, mardi 7 octobre, Le Chant des Mariées, en présence de la réalisatrice, Karine Albou (La Petite Jérusalem) : la Tunisie de 1942, deux jeunes filles, amies depuis l’enfance, qui vivent leurs premières émotions amoureuses, Myriam la Juive et Nour la Musulmane, et l’entrée en vigueur de mesures antijuives… Entre-temps, une soirée gréco-turque avec deux courts métrages grecs et un long métrage turc, carte blanche du festival « Cinema e donne » de Florence : En attendantlesnuagesdeYesimUstaoglu ; unhommageàAnnaMagnanietàRome, Mamma Roma de Pasolini, et le Grand prix de la Semaine de la Critique à Cannes, Snow (Premières neiges), de la Bosniaque, Aïda Begic ; deux films du Maghreb, L’Envers du miroir de Nadia Cherabi et Nadia et Sarah en présence de la réalisatrice, la Tunisienne Moufida Tatli, avec qui le public pourra échanger ; deux documentaires, Je veux voir de la Libanaise Joana Hadjithomas (et Khalil Joreige), un voyage de Catherine Deneuve de Beyrouth à la frontière israélienne et Biutiful Cauntride, où l’une des plus grandes monteuses italiennes, Esmeralda Calabria, nous montrera comment Naples est devenue la poubelle de l’Italie… Penelope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen Je veux voir, de Joana Hadjithomas Et tous ceux qui, lundi 1er septembre, n’ont pu entrer à la projection du premier long métrage palestinien réalisé par une femme, Le Sel de la mer d’Anne- Marie Jacir, pourront le voir aux Rencontres FFM. Réservez donc vos soirées… ANNIE GAVA Association Films Femmes Méditerranée 09 51 77 77 66 www.films-femmes-med.org Un autre maître provençal Hasard de la programmation ? Au même moment Marseille met à l’honneur de ses cimaises deux peintres marseillais restés connus surtout des spécialistes de l’histoire de l’art. A la Vieille Charité Monticelli accompagne Van Gogh, au Palais des arts la Fondation Regards de Provence dévoile Jean-Baptiste Olive Peintre de la deuxième génération de l’école provençale avec Alphonse Moutte, Charles Camoin ou Alfred Casile, Jean-Baptiste Olive (1848-1936) est principalement connu pour ses paysages et marines : son travail sur les effets de la lumière et des vibrations colorées évoque J.-B. Olive, Coucher de soleil sur les îles du Frioul l’expérience impressionniste, tout en conservant une part plus importante de réalisme. De ses petits formats émane singulièrement l’impression de chaleur imposée par le soleil méditerranéen. Comme bien des maîtres régionaux il ne s’affranchit pas complètement de la tradition, alors qu’il est contemporain de Van Gogh, Matisse ou Picasso. Mais il propose une vision, si ce n’est renouvelée au moins personnalisée, influencée par l’invention de son époque : la photographie. Les clichés des rivages marseillais pris par ses amis les frères Cayol, lui suggèrent des cadrages moins conventionnels, plus dynamiques, avec de nouvelles hauteurs de vue. Un important travail de restitution historique et iconographique a été réalisé par Franck Baille, le spécialiste de l’œuvre de Jean-Baptiste Olive et commissaire de l’exposition. Ce catalogue monographique et raisonné dresse l’inventaire de plus de mille œuvres, ajoutées à la centaine exposée. L’ouvrage est actuellement accessible par souscription. À noter que grâce au partenariat avec les musées de Marseille, les détenteurs du ticket Van Gogh- Monticelli bénéficient d’un tarif réduit.C.L. Jean-Baptiste Olive - Prisme de lumière du 27 septembre au 25 janvier Palais des Arts Fondation Regards de Provence 04 91 42 51 50 www.regards-de-provence.org
Rencontre décisive À travers l’évènement culturel de l’année pour les musées de Marseille, la ville joue une carte majeure dans ses ambitions de capitale européenne de la culture pour 2013. Et si Van Gogh aidait à réhabiliter un peu Monticelli ? Et si Marseille devenait… ? Dans une de ses lettres à son frère Théo, Vincent avouait : « Ma jeunesse a été sombre, froide et stérile par suite de cette influence du rayon noir, mais je verrai le rayon blanc avant ma mort. ». Du peintre des Mangeurs de pomme de terre aux matériologies obscures, jusqu’aux Champs de blé aux flamboyances colorées, il aura fallu toute une vie obstinée de recherche insatiable Vincent Van Gogh, Autoportrait Huile sur toile, 65x54 cm, Paris, musée d’Orsay Photo Rmn - Hervé Lewandowski vers la couleur et la lumière. Nourrie de rencontres « prodigieuses ». Ainsi en est-il avec les peintures de Monticelli, moment d’éblouissement qui apparaît assurément une étape majeure pour le Hollandais. Vincent, revendiquant cette filiation esthétique dans sa correspondance avec Théo, aurait souhaité être accroché à côté de Monticelli, aussi se vêtir, chapeau et canne, pour arpenter la Canebière à sa manière ! Peindre sous influence L’exposition conçue par Marie-Paul Vial et Luc Georget, conservateurs aux musées de Marseille, offre le regard croisé sur les deux œuvres alors que la rencontre des deux artistes vivement souhaitée par Van Gogh n’eut jamais lieu. Il découvrit les tableaux de Monticelli à Paris sans avoir pu rejoindre Marseille à temps, le maître décédant cette même année 1886. Cette mise en regard vient à propos pour « …com- VAN GOGH-MONTICELLI prendre comment l’œuvre tardive de l’ombrageux Marseillais, apprécié de la bourgeoisie locale et des commerçants prospères mais aussi de Ziem, Guigou et Cézanne, a pu façonner à son insu le génie de l’un des peintres les plus célèbres du monde. ». Cette influence se découvre dans les thèmes (bouquets, paysages) et les éléments formels des œuvres : touche vigoureuse, puissance des empâtements, montée de la lumière (mais Van Gogh gomme les clairs-obscurs), cadrages non conventionnels, effets chromatiques, comme dans la propension à faire surgir les sensations. Cette mise en œuvre des émotions trouve son équivalent dans la mise en mouvement de la surface picturale et l’exacerbation de la couleur : des audaces hautement cultivées par Van Gogh pour en devenir sa signature. Pourtant, les dernières œuvres de Monticelli suggèrent à Jean- Roger Soubiran cette remarque : « Avant Gauguin, avant les fauves, Monticelli a instauré l’arbitraire de la couleur subjective. » Monticelli précurseur et Van Gogh novateur ? « Moi je peins pour dans cinquante ans. Il faudra ce temps là pour qu’on apprenne à voir ma peinture. » Adolphe Monticelli dixit. ARTS VISUELS 51 Adolphe Monticelli, Autoportrait, vers 1880-1882 Huile sur bois, 35x34 cm Marseille, collection particulière Jean Bernard À juger sur pièces à la VieilleCharité. Sans oublier de faire un crochet par la galerie Marc Stammegna, spécialiste des peintres provençaux et de Monticelli en particulier dont elle expose actuellement un bel ensemble de pièces. CLAUDE LORIN Van Gogh-Monticelli du 16 septembre au 11 janvier Centre de la Vieille Charité 0810 813 813 www.marseille.fr Galerie Marc Stammegna du 19 septembre au 04 octobre 04 91 37 46 05 catalogue Van Gogh-Monticelli Martin Bailey, Frances Fowles, Mario Garibaldi, Luc Georget, Marie-Paule Vial Editions de la Réunion des Musées Nationaux www.rmn.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :