Yegg n°84 octobre 2019
Yegg n°84 octobre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°84 de octobre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 38

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'image des femmes à travers la bande dessinée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
© CÉLIAN RAMIS
Celle qui pratique la cuisine inclusive ••••••••••••••••••••••••••••••••••• •••••••••••••••••••••••• Comme tous les mardis soirs, le food bike de Manuella Jules-Rosette trone au pied de l’église de Vern-sur- Seiche. À la carte cette semaine : un velouté de butternut, curry, coriandre et cumin, des lasagnes aux poireaux, courgettes et au chèvre ainsi que des cookies au chocolat à la purée d’amandes. Originaire de la région parisienne, elle s’installe à Rennes en janvier 2019 et en avril, lance sa structure de traiteur végétarien et végétalien, Omunity. « L’idée est de proposer au maximum une cuisine du monde autour de plats et desserts végétariens. Et végétaliens aussi, si possible. J’essaye de proposer des desserts sans gluten et sans lactose. J’ai des recettes en tête, je regarde sur internet pour me guider et j’adapte par rapport à ce que j’ai dans ma cuisine. Je fonctionne au feeling aussi, avec des fruits et légumes locaux et bios. Après, ma cuisine n’est pas à 100% bio parce que par exemple le fromage ne l’est pas, les prix sont trop importants pour ensuite pouvoir proposer des prix accessibles. », explique Manuella Jules-Rosette. Un BTS et une licence Hôtellerie – Restauration en poche, elle a fait murir son projet durant plusieurs années. Au départ, elle s’orientait vers un food truck, puis vers un salon de thé – restaurant qui aurait pu accueillir des ateliers et des animations. « Seule, c’est très compliqué… Et puis financièrement, c’est trop important. Pour le camion, c’est très cher aussi et je ne me voyais pas dedans pour vendre mes plats. Peut-être que c’est trop imposant… En faisant des recherches, je suis tombée par hasard sur le food bike. À Nantes, une personne souhaitait vendre le sien, j’ai sauté sur l’occasion pour tester mon projet sans prendre trop de risques financiers. Je cuisine de chez moi et je vends les mardis soirs à Vern-sur-Seiche et les jeudis soirs à Chantepie, devant le magasin Cultura. C’est très dur de trouver des emplacements. », souligne-t-elle. Pour s’installer, elle parcourt des dizaines de kilomètres à vélo, travaille en intérim pour compléter et cherche à développer le service traiteur à domicile ou lors d’événements particuliers : « Il n’y a pas tant d’offres que ça en terme de cuisine végétarienne alors qu’il y a une vraie demande ! » Au quotidien, Manuella Jules- Rosette n’est pas végétarienne mais cherche à consommer différemment et à réduire la viande. « On a toujours tendance à penser les repas avec du poisson ou de la viande. Mais on doit réfléchir en terme d’avenir et à l’avenir, on doit réduire ça ! Il est temps de s’ouvrir à ça ! », précise-t-elle. À 26 ans, la cheffe, qui a toujours baigné dans l’univers de la bonne bouffe et de la restauration, allie ses convictions et sa personnalité dans un concept qui mérite d’être expérimenté. Ce qui l’anime particulièrement, c’est l’envie de faire découvrir aux gens des recettes et des saveurs et de bâtir son projet personnel : « J’avais besoin d’indépendance. J’ai fait toutes mes études en alternance, je travaille depuis mes 18 ans. J’ai toujours eu du mal avec mes responsables, que ce soit des femmes ou des hommes peu importe. J’ai toujours ressenti le manque de considération et de valorisation, je sais pas… quelque chose me manquait en tout cas dans le monde du travail. J’ai des compétences et j’ai envie de les montrer. Je suis capable donc c’est possible ! » Sa timidité s’évapore au fil de la conversation quand il s’agit de défendre sa place et sa légitimité. Et ça fait du bien ! Avec sa cantine ambulante, on l’avait remarquée au Marché à manger, le 1er septembre. Une édition spéciale Cheffes. « Quand j’ai fait la demande, je ne savais pas que c’était le spécial Cheffes mais j’ai trouvé ça chouette. Par contre, j’ai trouvé ça dommage que ce ne soit pas poussé jusqu’au bout. J’ai vu beaucoup d’hommes en cuisine et finalement, on ne voyait pas tellement les Cheffes. Moi, j’avais fait exprès de demander à une amie de m’aider et en fait, tout le monde n’a pas joué le jeu. C’était pourtant l’occasion de montrer de quoi on était faites !!! », revendique Manuella Jules-Rosette. Elle pense sa cuisine de manière inclusive, créative et responsable. Restreinte, la carte évolue chaque semaine et se concentre sur le potentiel des produits locaux et de saison, tout en relevant le challenge de nous faire faire le tour du monde. Brillant et savoureux ! I MARINE COMBE Octobre 2019 / yeggmag.fr / 03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :