Yegg n°72 septembre 2018
Yegg n°72 septembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de septembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 30

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : harcèlement de rue, combattre le fléau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
YEGG... bref bref 0000000000000 chiffre du mois 0000000000000 GIRL Le 20/9, à 20h, le ciné- TNB de Rennes propose de découvrir en avantpremière le film Girl de Lukas Dhont, présent ce jour-là. Primé Caméra d’or au festival de Cannes 2018, ce long-métrage relate le parcours de Lara, 15 ans, qui rêve de devenir danseuse étoile. Son corps plie pourtant difficilement à la discipline de la déterminée Lara, née dans une enveloppe de garçon. « IO chiffre du mois 0000000000000 0000000000000 bref yegg aime les festivals bref à l'affiche LES OISEAUX DE PASSAGE à l'affiche Du 4 au 6 octobre – Le Petit Beaurade, Rennes LÉQUIPE L’ÉQUIPE DE YEGG\v/VOUS SOUHAITE M A 1 a UNE UM BONNE HMi=- RENTRÉE il -'contactez-nous via redaction@yeggmag.fr redactioneyeggmae culture... 5/10 La librairie La Nuit des Temps, à Rennes, reçoit Wendy Delorme, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre Le corps est une chimère. À 19h.. HIP HOP AU GARAGE Depuis plusieurs années, Marie Houdin chorégraphe et danseuse hip hop et funkstyle de la compagnie Engrenages, mène un projet de collecte de danses sociales issues de la diaspora africaine et cherche les fondamentaux qui lient les danses créoles. The Unexpected Dance se décline en trois volets, dont un pour l’espace public. À découvrir le 27/9 à 20h, au Garage de Rennes. Gratuit.
« Je n’ai pas été élevée dans un milieu où l’art est un métier. Ma mère peint et m’emmenait dans ses cours. Je n’ai pas fait d’école d’art mais je dessinais, dans mon coin, comme beaucoup de monde, dans la marge de mes cahiers. Je ne me suis jamais arrêtée. », se souvient Céline Ziwès, alias Bibiche Zède. Inscrite en sociologie en banlieue parisienne, de là où elle est originaire, elle est ensuite venue étudier à Sciences Po Rennes. Après une année au Mexique, à s’occuper grâce aux pastels et aux craies, elle souhaite s’orienter vers la création de bijoux contemporains mais la difficulté à trouver un stage lui fait renoncer. Elle sera responsable du service Lutte contre les discriminations à la Ville de Rennes pendant 10 ans avant de décider, en 2013, que dessiner serait son métier  : « J’ai 2 enfants et il n’est pas question que mon mec me fasse vivre. L’autonomie, c’est important. J’ai monté une boite de facilitation graphique. J’accompagne les propos dans les conférences par le dessin. » En parallèle, elle développe des œuvres plus personnelles. Pour s’évader dans la culture POÉSIE SOUS LA RÉTINE Les yeux fermés, Bibiche Zède explore les couleurs et les formes que son esprit emmagasine au fil de ses promenades urbaines et les restitue dans l’exposition « Sous tes yeux, le voyage ». Du 10 au 19 septembre à l’Orangerie du Thabor, à Rennes. simplicité  : « Ce que je lis m’énerve (sur le sexisme notamment,ndlr). C’est usant. Je ne me définis pas comme militante mais je travaille dans mon boulot sur des sujets engagés. J’ai aussi besoin de calme et de sérénité. Depuis petite, je ferme les yeux et je m’évade. » Elle aime visiter les villes lors de ses déplacements, elle aime se balader en ville, elle aime jouer avec le phénomène de persistance rétinienne. Les lumières, couleurs et formes que cela provoque durant un instant, Céline s’en amuse. « J’avais envie de créer autour du voyage. Je fais des carnets de voyage mais c’est intime, sur mes enfants, mes potes, etc. J’aime creuser les petits paysages du quotidien, de la rue, c’est onirique. C’est ce que je dis à ma fille qui à un moment avait du mal à s’endormir, gênée par les lumières qu’elle voyait en fermant les yeux. Moi, je lui ai dit d’en profiter, c’est magique ! », souligne-telle. Par le dessin, le découpage, le bombage de papiers, la linogravure… elle explore les volumes et les reliefs de cet urbanisme poétisé et propose alors un voyage dans l’évasion mentale. I M.C. Septembre 2018/yeggmag.fr/25 CÉLIAN RAMIS Vernissage le 11 septembre à 18h30, à l’Orangerie du Thabor.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :